Partagez | 
 

 Mini Event ♣ Le Sire Cornu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Le Chevalier Errant
ADMIN SUPRÊME & PNJ
■ Localisation : indéterminé.
MessageSujet: Mini Event ♣ Le Sire Cornu   Mar 23 Sep 2014 - 22:21




“Le Sire Cornu de Port-Réal”

La pleine lune éclairait la Rue de la Soie et les hommes ivres profitaient de la lumière pour marcher tant bien que mal jusqu’aux bordels qui remplissaient cet endroit célèbre dans tout Westeros. Et au milieu des ivrognes avançait un homme bossu qui n’avait de cesse de rire… Cet inconnu qui riait apparemment sans raisons s’arrêta net devant un lupanar anciennement dirigé par un dénommé Rowan et soudain une ombre sortit de la cape du bossu et se faufila en ricanant entre les passants avant de rentrer dans la maison close en bousculant quelques clients… Là l’ombre étrange égorgea un chevalier ! En voyant cette horreur une prostituée donna l’alerte en criant au secours mais, malheureusement le « tueur » ne lui laissa pas le temps de s’enfuir il lui trancha la gorge. Puis il traîna la catin dans les couloirs de l’Eden Ecarlate avant de disparaître au milieu des habitants de Port-Réal qui se mirent évidemment à hurler mais qui furent incapables de le suivre à la trace tant il était rapide… Un vieil homme alerta les Manteaux d’Or qui se lancèrent à la poursuite du criminel !! Les gardes du Guet jouèrent alors des coudes afin de retrouver celui qui terrorisait la population de Port-Réal depuis plusieurs semaines… Mais leur détermination fut vaine et ils furent finalement obligés de demander l’aide des soldats envoyés par le Roi Maegor en personne qui plutôt que de se lancer dans une course poursuite infernale et perdue d’avance prirent la décision de bloquer toutes les sorties du quartier en espérant que le « Sire Cornu » soit encore à l’intérieur de celui-ci…

Cette décision ne fit évidemment pas l’unanimité et elle ne rassura absolument pas les gens de la capitale qui se sentirent trahis malgré les promesses de quelques gardes du guet qui profitèrent du blocus pour se lancer dans une véritable chasse à l’homme – ou au monstre – afin de mettre un terme à cette obscure mascarade. Mais bizarrement à cause de cette décision prise par les soldats de l’usurpateur les habitants de la Rue de la Soie n’étaient plus les seuls mis en danger par le tueur rieur non, un commandant corsaire venu d’un autre Continent, une petite araignée malchanceuse mais, néanmoins espiègle, un membre du Conseil Restreint et même la Dame de Compagnie de la très belle Reine Jeyne Targaryen étaient désormais des proies potentiels pour l’être étrange qui avait fait des rues de Port-Réal son terrain de jeu…

Désormais plus personne n’était à l’abri, la pleine lune illuminait toujours les cieux assombris par la nuit. Une nuit qui s’annonçait longue, très longue et qui n’allait très certainement pas être de tout repos… Le terrible « Sire Cornu » aux zygomatiques plus qu’actifs allait-il faire une nouvelle victime ou bien les « courageux » manteaux d’or et les aventuriers pris malgré eux dans cette traque allaient ils mettre un terme au court règne de ce triste sire ? Les Sept qui ne fonts qu’un étaient en réalité les seuls à le savoir…

---

Il n'y a pas d'ordre de passage évitez cependant d'aller trop vite ou plutôt de ne pas laisser vos camarades de RP réagir, je n'ai pas réellement de conseil à vous donner si ce n'est que vous devriez éviter de trop vous disperser le mieux serait de vous rassembler assez rapidement.


(c) darkpoison

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
MessageSujet: Re: Mini Event ♣ Le Sire Cornu   Jeu 25 Sep 2014 - 21:36


“Le Sire Cornu de Port-Réal” - Mini event

Ilda était morte. Assassinée. Egorgée. Aussi simplement que cela. L'information se répétait en boucle dans son esprit sans qu'elle puisse y mettre un terme. La soirée avait pourtant démarré comme toutes les autres, rien n'aurait pu laisser présager qu'elle se retrouverait là, dans ce jardin désert à se terrer dans un recoin, le coeur battant et les mains tremblantes. De l'autre côté du mur d'enceinte, Onôra pouvait presque entendre l'agitation du quartier. Il lui suffisait de fermer les yeux et de tendre l'oreille pour percevoir le tumulte et les exclamations de toute une population au bord de la panique, allant et venant dans une ville qui était à présent devenue une souricière. Aucun des habitants de la rue de la Soie ne pourrait s'éloigner cette nuit, leur quartier était devenu une prison le temps d'un soir. Et l'idée même que le responsable de cette horreur courrait encore suffisait à vous donner des envies de fuite particulièrement tenaces.

Onôra se souvenait des hurlements d'horreur de ses filles, des exclamations des quelques témoins et de la terreur nauséeuse qui s'était saisie d'elle lorsque la silhouette exsangue d'Ilda s'était révélée à sa vue, ce sourire grotesque tracé dans le sang sur sa gorge, son corps baignant dans une mare écarlate telle une poupée désarticulée. De longues secondes, elle s'était trouvée figée d'horreur devant ce spectacle, comme si le silence était brusquement tombé sur sa demeure alors que la panique n'avait jamais été si grande. Et Annaliese était arrivée, l'avait tirée de sa torpeur dans une exclamation, la prenant brusquement par le bras pour l'arracher à son mutisme. La maison close s'était vidée en quelques minutes, sous l'effet combiné de la peur et le bruit de cavalcade annonçant l'arrivée imminente des soldats. Onôra ne parvenait toujours pas à véritablement se rappeler de tout, elle avait répondu aux questions d'une voix sans âme, l'air absent, avait regardé Tyraj mettre à la porte les derniers clients avant de tirer le lourd verrou de l'entrée. L'Eden Ecarlate n'avait jamais connu de calme aussi pesant, chacun se terrait dans ses appartements, se faisant le plus discret possible, comme si la menace au dehors se rapprochait toujours un peu plus dans l'inconscient collectif. Il était là, quelque part. Cet être immonde s'était introduit jusque chez elle et la blonde jeune femme éprouvait le sentiment de ne plus être en sécurité, même sous son propre toit. Ressurgirait-il au détour d'un couloir? Errait-il encore ici, caché dans l'ombre? L'obscurité avait semblé se refermer sur elle alors qu'elle s'était laissé conduire jusqu'à ses appartements, docile, regardant Annaliese tirer les voilages et allumer les lampes, avant de partir sur un regard, lui mettant entre les mains une coupe de l'alcool le plus fort qu'elle avait pu trouver. Le breuvage ambrée lui avait brûlé la gorge, la tirant un peu de sa torpeur sans qu'elle ne réagisse réellement. La brune serait probablement restée si elle le lui avait demandé, mais Onôra ne s'était pas sentie le courage de le faire, observant sans mot dire la porte qui se refermait sur elle dans un glas sinistre. Et le silence s'était mis à peser sur ses épaules, lourd et menaçant, rythmé par les chuchotements et le murmure des conversations lointaines.
Pourquoi le jardin intérieur alors? Les allées pavées désertées étaient encore éclairées de bougies et de lampions, l'atmosphère y était éthérée, loin des recoins lugubres de la maison où l'obscurité semblait envahir le moindre espace resté libre. Si elle fermait les yeux, en se concentrant, Onôra pouvait laisser le parfum du jasmin envahir l'air et éloigner le cauchemar qui venait de se jouer presque sous ses yeux. Et en fermant les yeux elle ne pouvait pas voir le fin semi de tâches écarlates qui maculait le bas de sa robe qu'elle avait négligé de changer. C'était presque comme si rien n'était arrivé. Mais une exclamation incrédule venue du dehors parvenait à chaque fois à l'arracher à sa jolie vision et la replongeait dans son horrible songe.

La menace était allée croissante ces dernières semaines, chacun sentant la tension prendre de l'ampleur à mesure que se produisaient les meurtres. Un assassin, à Port-Réal? La violence était omniprésente dans la cité, mais pas comme ça, pas de cette façon. En quelques semaines, le Sire Cornu était parvenu à imposer sa présence, individu fantomatique et menaçant. Et à présent, Onôra n'était même pas certaine qu'elle se sentirait jamais en sécurité entre ces murs. Il était venu jusqu'ici, avait accompli son sinistre dessein sous les yeux de tous. Cela aurait pu être n'importe qui, Dana, Alva, Annaliese. Elle. La jeune femme ignorait si elle devait se sentir furieuse ou juste terrifiée qu'un étranger se soit immiscé dans son quotidien sans qu'elle puisse rien y faire.

Un bruit de pas précipités juste de l'autre côté des hauts murs la tira de sa torpeur et la jeune femme tendit l'oreille, le coeur battant. Ca se rapprocha encore un peu plus puis cessa, comme si on s'était arrêté juste devant la lourde porte désormais barrée. C'était bien la première fois que le verrou était tiré à cette heure et Onôra sursauta malgré elle lorsque le heurtoir de bronze résonna dans la cours, lugubre et inattendu. Elle s'était laissé glisser de la banquette, furtive dans la nuit, pour rejoindre l'entrée. Incertaine, sa main s'était portée à la lucarne, n'osant tirer le panneau, de peur de ce qu'elle allait trouver de l'autre côté. Qui donc serait venu jusqu'ici? Pourquoi faire alors qu'un assassin courrait les ruelles à la recherche d'une nouvelle victime. Et si? Tyraj et Ana seraient furieux s'ils apprenaient cela. Avec la menace qui planait sur la ville, répondre à cet individu mystérieux la mettait plus que jamais en danger. Sa main s'était posée sur le bois et la jeune femme s'était approchée du panneau de fer forgé, grillagé de croisillons empêchant tout visiteur de voir son visage.

- Que voulez-vous? Murmura-t-elle le souffle court

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
MessageSujet: Re: Mini Event ♣ Le Sire Cornu   Mar 30 Sep 2014 - 0:56




“Le Sire Cornu de Port-Réal”

Contrairement à la plupart de ces hommes Alios n’aimait pas beaucoup trainer dans la Rue de la Soie, pas parce qu’il était insensible aux charmes féminins mais, tout simplement parce qu’il n’était pas du genre à payer pour passer du temps. Donc ce soir-là le « Roi du Détroit » ne s’était pas rendu dans la Rue la plus animée de Port-Réal pour s’offrir les services d’une quelconque prostituée mais, simplement pour aller prendre des nouvelles d’une bonne amie à lui : la belle Onôra. Malheureusement le pirate se rendit rapidement compte qu’il avait choisi le mauvais moment pour une visite de courtoisie… En effet même si il avait entendu parler du fameux « Sire Cornu » dès son arrivée au Port il n’avait pas fait attention à toutes ces histoires – les prenants pour des balivernes ou des rumeurs exagérés – hors en en entendant les femmes hurler dans la foule et en voyant des soldats de la région et des manteaux dorés courir dans tous les sens il réalisa que de toutes évidences la menace était bien réelle… Un brin inquiet pour la jolie blonde originaire de Sombreval il pressa le pas afin d’arriver plus rapidement à l’Eden Ecarlate et en se faufilant entre des passants tantôts apeurés tantôts agacés il entendit qu’apparemment le dangereux meurtrier avait tué deux personnes dans la maison close d’Onôra…

Oh la demoiselle n’était pas de sa famille et elle n’était même pas une amie de longue date mais, il avait cependant une grande affection pour elle et depuis quelques temps il s’était posé comme son bienfaiteur ou plutôt son protecteur… Désormais plus inquiet que jamais pour la petite tenancière de bordel il bouscula les gens qui l’entouraient pour finalement arriver devant l’établissement de sa « protégée » et trouver porte close. Avant de taper Alios décida de respirer un bon coup il n’était pas homme à s’affoler plus rien, l’Eden Ecarlate était remplit de clients et de prostituées il y avait finalement peu de chances pour que la mignonne Onôra soit l’une des deux victimes. Et puis le fait que la porte soit fermée à doubles tours n’était pas vraiment surprenant… des crimes venaient d’être commis dans l’établissement et en plus en dangereux tueur en série courait encore dans les rues de la ville fondée par Aegon Targaryen.

C’est donc après deux ou cinq minutes d’attentes qu’il décida de taper sur la lourde porte qui bloquait l’entrée du lupanar… mais sans surprise il n’entendit aucune réponse… enfin presque… Puisque le flibustier d’origine volantaine entendit une petite voix de l’autre côté de la porte… une voix familière celle de sa jeune amie… à ce moment-là il laissa s’échapper un long souffle de soulagement et leva les yeux au ciel avant de finalement répondre à la demoiselle en détresse avec une voix qui se voulait rassurante :

    « Onôra n’ayez craintes, c’est moi Alios… J’ai ouïe dire qu’un criminel avait fait deux victimes dans votre maison de passe et j’ai donc voulu prendre de vos nouvelles tout en me disant qu’une présence masculine serait peut-être… rassurante ? »


Il s’arrêta quelques secondes il n’avait pas l’habitude d’être aussi doux et diplomate avec ses hommes – qui étaient de toutes façons des forbans de première catégorie – mais son amie était une personne assez candide et pour l’instant elle devait surement avoir du mal à réaliser ce qu’il venait de se passer…



(c) darkpoison

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Elinor Piète
COURONNE
■ Localisation : Port-Réal.
MessageSujet: Re: Mini Event ♣ Le Sire Cornu   Lun 6 Oct 2014 - 15:50




Le sire cornu de port-réal


L
a nuit s'était posée sur la capitale. La chaleur estivale devenait invivable pour bon nombre des habitants qui se trouvaient tous au Sud des Sept Couronnes. Dorne devait être désertique autant que le Nord pouvait se montrer doux avec ce temps caniculaire. L'eau devenait un bien précieux pour bon nombre des mortels et les plus hauts placés se trouvaient aisés de par leur position car ils étaient bien les seuls à qui rien ne manquait. Chez les puissants, on riait de cet été chaud qui ne ferait qu'aider les plus prudes à oser porter des robes plus légères. En bas, il ne manquait guère plus qu'une étincelle pour ameuter les foules et entraîner un nouveau mouvement de révolte qui ne ferait qu'encourager les rebelles dans leur démarche, les conduisant tout droit aux portes de Donjon Rouge. Et c'était exactement ce qu'Elinor craignait.

L'araignée était loin d'être dépourvue de la moindre once de réflexion, d'un tant soit peu de logique et de connaissances politiques accrues. Elle avait grandi au milieu de tout ceci et en avait fait de véritables atouts, odeur alléchante pour celui qui ne verrait pas la toile de la belle se refermer sur lui. Et l'araignée était en train de construire sa plus belle œuvre. Véritable maître dans cet art, elle apprenait vite de ses erreurs à tel point qu'elle ne se ferait pas prendre à revers ou bien par manque de temps ou d'anticipation cette fois-ci. Elle savait que la Rose du Bief allongeait chacune de ses feuilles dans le but de laisser la jeune Tyssier se faire piéger dans son propre guêpier. Les Tyrell voudraient la jeter plus bas qu'ils ne l'avaient déjà laissé auparavant et elle se devait de sortir ce qui lui restait en main pour ne pas perdre la tête où retrouver celles de ses parents à sa porte. Et cela valait aussi pour celui qu'elle aimait, Ondrew Piète.

Aucun mariage ne se profilait à l'horizon pour le moment et la jeune femme avait su s'y résoudre. Son propre manque d'investissement dans être tâche qu'elle avait eu tant à cœur auparavant avait du éveiller les soupçons dans l'esprit de la Main mais jamais il ne lui en avait parlé. Ondrew pouvait parfois se montrer si borné que même la perspective de la chute de Maegor ne lui semblait aucunement possible. Elinor avait beau lui glisser un mot sur le sujet, tout ce qu'il lui répondait était que ce n'était ni une histoire à traiter avec les jeunes ladies comme elle, ni même le moment de flancher car c'était toutes ses cartes que jetait l'Homme assoiffé de pouvoir sur le tapis. Il ne reculerait pas, la brunette l'avait compris et savait qu'il irait jusqu'à mourir aux côtés de son ami s'il le fallait. Sauf que la belle araignée ne voyait pas les choses de cette façon. Avec ou sans l'aide de son fiancé, elle devait planifier ce qui leur servirait de retraite à la fois honorable et amendable. Cela pouvait être considéré comme une haute trahison envers la couronne. Mais l'araignée en était-elle à son premier retournement de veste?

Pour l'heure, elle était tournée vers une fenêtre qui donnait sur l'une de ces rues discrètes de Port Réal. Ses cheveux soyeux tombaient en cascade parfaite dans son dos. Son visage arborait cet air mutin de jeune fille qui se complait à mener en bateau les hommes qui s'adressent à elle. Elle portait une robe légère qu'elle avait dissimulée sous une cape épaisse pour se glisser jusqu'ici à l'insu de toute la ville. Son père avait été endormi par ses soins et elle avait pu échapper à la vigilance de ceux qui s'occupaient de sa protection en quelques instants, comme un enfant échappe à celle de ses parents. La cape reposait sur le dossier d'une chaise qui se tenait près d'elle. Elle était seule, ou presque. Son interlocuteur était arrivé et les présentations de rigueurs avaient déjà eu lieu, bien qu'ils s'étaient déjà rencontrés dans des circonstances d'autant plus cordiales que formelles.

Elle se retourna alors vers lui tandis qu'une clameur lointaine s'élevait dans la rue. « Je suis navrée, Lord Farring, de vous avoir fait quitter vos appartements de Donjon Rouge mais je souhaitais m'entretenir en privé avec vous. Ici, personne ne sera au courant de ce que nous pourrons dire si ce n'est nous deux. J'ai toute confiance en la jeune femme qui vit ici d'autant plus qu'elle sait à peine aligner deux mots... » Elle s'avança doucement vers le soldat qu'était Rodrik Farring, le dévisageant sans réelle gêne. « Mais peut être avez-vous déjà une idée de ce qui pourrait me pousser à vouloir vous rencontrer. Vous êtes quelqu'un de lucide. Du moins, c'est là le souvenir que j'ai de vous. Un agréable souvenir que celui de notre rencontre, par ailleurs. Ondrew n'avait cessé de me chanter vos louanges et je ne fus pas surprise de voir que le portrait qu'il m'avait fait de vous était si réel. En revanche, je reste persuadée que je ne suis restée qu'une simple enfant saisissant une opportunité dans votre esprit... » Elle sourit légèrement en coin, penchant légèrement la tête à la recherche d'une quelconque réaction qui trahirait la moindre émotion sur le visage du jeune homme. « Quand bien même, les enfants grandissent dans le monde qui les entoure et c'est lui qui les façonne. Je suis une jeune lady de mon temps qui sait quand le vent tourne, lord Farring. Et j'ai le pressentiment que, vous aussi, vous aurez senti le vent tourner... Hélas, Ondrew n'est pas si... Lucide dans son esprit. Le pouvoir le force à s'accrocher à son poste tel un forcené. Je ne reconnais plus mon fiancé et cela m'effraie... » Elle tournait autour du pot depuis plusieurs minutes à présent. Tout ceci n'était qu'une exposition d'un point de vue qu'elle savait déjà qu'il partageait. Elle voulait juste une confirmation ou quelque chose de semblable pour en être sûre.

Elle tourna alors le dos au jeune homme. Puis, s'immobilisant, elle prit une profonde inspiration. « J'ai ouïe dire que vous aviez eu le prince Jaehaerys en tant qu'écuyer... Quel genre d'homme est-il? » Ses mots avaient été posés de manière déliée, comme si elle avait pris la peine de les peser avant de les exprimer. Dehors, d'autres mots lui répondirent, hurlant le retour d'un triste sire cornu.


• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

The Beautiful Spider
The dangerous black widow encases her victims with silk, and then kills with poison from her fangs.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
MessageSujet: Re: Mini Event ♣ Le Sire Cornu   Mer 15 Oct 2014 - 15:53


“Le Sire Cornu de Port-Réal” - Mini event

La voix qui filtra d'au delà de la porte lui arracha un soupir de soulagement et Onôra laissa son front reposer quelques brèves secondes contre le panneau de bois, sentant les battements affolés de son cœur s'espacer quelque peu. Il était venu. La jeune femme n'avait réellement rencontré le pirate que depuis peu de temps, mais l'idée d'une présence familière la décrispa légèrement alors que sa main se portait déjà au verrou. Les longues minutes qui avaient suivi le meurtre, Onôra s'était déjà vue condamnée à devoir affronter sans ciller ce qui l'attendait. Prendre des décisions, protéger les siens, tout cela sans pouvoir céder à l'angoisse qui la tenaillait chaque seconde un peu plus. La porte s'ouvrit dans un grincement sinistre et à la vue de ce visage connu, soulagée qu'elle était, Onôra se serait presque jetée à son cou, maquillant son amorce de geste en s'effaçant pour le laisser entrer. Elle n'osa même pas jeter un oeil au dehors, de peur de ce qu'elle y trouverait. Des regards inquisiteurs, quelques curieux venus se repaître du spectacle malgré la terreur ambiante qui montait doucement dans les rues. Les implications quant à la future réputation de son établissement suffisaient à lui provoquer de nouvelles sueurs froides. Toute cette histoire finirait pas la ruiner complètement et elle en serait réduite à devoir mettre la clé sous la porte et les renvoyer toutes. La blonde interrompit là sa réflexion avant de se laisser gagner un peu plus par le pessimisme ambiant. Il y avait bien plus grave que ces histoires de comptabilité. Elle ne savait déjà pas comment se terminerait cette nuit, ce qui adviendrait dans les semaines à venir était bien le cadet de ses soucis.

- Merci d'être venu, murmura-t-elle l'air emprunté, vous n'imaginez pas ce...

Elle se tut alors, trop embrouillée pour arriver à exprimer le fond de sa pensée. L'évènement était encore trop récent et Onôra avait encore l'impression de baigner dans l'incompréhension. Comment l'expliquer? Elle avait le sentiment d'être constamment sur le point de céder à la panique, maintenant son calme avec beaucoup de difficultés, comme si le moindre détail aurait pu la faire basculer. Son établissement n'avait jamais semblé aussi calme. Contrairement à l'extérieur qui résonnait encore des cri des passants, un silence de tombeau s'était installé dans la maison, ses nombreux salons et alcôves désertés par ses charmantes occupantes, réfugiées à l'étage, aussi apeurées que devait l'être la blonde à cet instant. La vu de la porte barrée du salon privé où s'était déroulé le meurtre arracha à Onôra un frisson d'inquiétude à l'idée de ce qui s'y trouvait au-delà. Avait-on tout effacé? Elle ne se sentait même pas le courage d'imaginer l'état des lieux, le sang maculant le plancher et les soieries. Aussi la jeune femme conduisit-elle le marin à l'exact opposé avant de laisser tomber sur une banquette, le visage entre les mains, défaite.

- Je ne sais même pas ce que je suis censée faire, ajouta-t-elle finalement, ça s'est passé ici. Vous vous rendez compte? Et s'il revenait? Nous ne sommes même plus en sécurité derrière cette enceinte, j'ai l'impression de ne plus être chez moi. Et si on ne le retrouve pas?

Elle n'aurait pu l'expliquer autrement. C'était comme si elle avait le sentiment que plus jamais elle ne pourrait trouver le sommeil entre ces murs. Comme si le sanctuaire de ses appartements avait cessé d'être ce lieu inaccessible où elle ne risquait rien. Combien de fois avait-elle traversé ces couloirs, à toute heure du jour et de la nuit, sans avoir couru le moindre risque? Tant que l'assassin courrait toujours, c'était quelque chose qu'elle n'oserait même plus faire. Comme si le Sire Cornu s'était soudainement matérialisé en quelque chose de bien plus physique que de banales rumeurs de citadins apeurés. Ce qu'elle avait d'abord considéré comme des commérages venait de gagner en réalisme en l'espace de quelques heures.
La jeune femme était reconnaissante envers Alios d'être venu. Elle se sentait moins isolée et sa présence familière lui apportait un certain réconfort. Il n'était pas obligé de le faire, pourtant il était venu s'assurer qu'elle se portait bien. Plutôt désemparée, Onôra ne savait quelle attitude adopter et détestait cette attente passive. Comme s'il n'y avait plus qu'à patienter que le désastre ne revienne de nouveau frapper à sa porte. Que pouvait-elle faire d'autre?

- J'ai tellement peur que cette...Chose revienne. Imaginez un peu? Ajouta-t-elle, elle est morte, comme ça, avant que quiconque ait pu réaliser que l'assassin était entre nos murs. Et il s'est évanouit dans la nature, comme s'il avait pu disparaître en un claquement de doigts. C'est à n'y rien comprendre!

De nouveau cris à l'extérieur. Elle avait entendu dire que le quartier serait bouclé pour la nuit. Où aurait-elle pu aller de toute façon? Mais malgré cela, la blonde éprouvait comme la sensation d'être à présent coincée entre ces quatre murs. Mais elle n'était pas plus en sécurité ici qu'en pleine rue. Vu la facilité avec laquelle on s'était introduit chez elle, Onôra était envahie par le doute.

- J'ai entendu dire que le quartier était bouclé? Murmura-t-elle, vous voilà donc prisonnier à mes côtés. Je suppose qu'il est bien trop tôt pour vous demander ce qu'il se raconte de nouveau à ce sujet? Je déteste la sensation de n'être au courant de rien, enfermée entre ces murs.



Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
 

Mini Event ♣ Le Sire Cornu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» MINI EVENT ❥ Le Sire Cornu de Port Réal [inscriptions]
» [MINI-EVENT] One, two, three, four... Let's go music !
» [Mini-event]Les Jishin Kaizokudan débarquent!!!
» [mini-event] Raviver une legende : le conseil pirate
» [Mini-Event] L'amende est le fruit de l'amandier.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
After the Conquest :: 

Tavern's Hymns

 :: Corbeille
-