Partagez | 
 

 Andrew Osgris ★ Seven devils all around you

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Andrew Osgris
BIEF
■ Localisation : Froide-Douve | Bief
MessageSujet: Andrew Osgris ★ Seven devils all around you   Sam 18 Avr 2015 - 19:03


Andrew Osgris

feat. Seth Gabel

♦ Charismatique ♦ Fanatique ♦ Pieu ♦ Sensible ♦ Déterminé ♦ Excessif ♦ Droit ♦ Sombre ♦ Ambitieux ♦ Réfractaire ♦ Engagé ♦ Rancunier ♦ Juste ♦ Idéaliste ♦ Respectable ♦ Préoccupé ♦ Instruit ♦ Orgueilleux ♦ Convainquant ♦ Bienfaiteur ♦ Magnétique ♦ Penchant amoral ♦


VALAR MORGHULIS

◮ Titre(s) :
Septon (désormait déchu), Porteur de la lumière des Sept, Persécuteur du sang-feu et Meneur de la foi militante.

◮ Âge :
Vingt-sept ans

◮ Lieu de naissance :
Froide-Douve, Bief

◮ Situation :
Célibataire – Il a prononcé ses vœux en l’An 36 , endossant la vertu et se soumettant à une vie d’abstinence. Bien qu’il fut libéré de ses engagements, il reste prudent et conserve les apparences d’un homme de foi.

◮ Statut :
Inventé


◮ Groupe :
Bief

VALAR DOHAERIS

◮ Maison :
Le prestige de la famille Osgris n’est plus qu’un souvenir douloureux hantant leurs descendants. Une puissance écorché par la tombé de la dynastie des Jardinier, marqua le début de leur déchéance aux mains des Targaryen. Leur soutien, sans concession, à la foi militante acheva de les humilier alors que Maegor leur arracha Froide-Douve. Bien qu’ébranlé à travers les années, le lion échiqueté refuse d’abdiqué et rêve toujours de retrouver son éclat d’autrefois – promettant une fois de plus qu’ils tomberont avant d’échouer.

◮ Famille :
Andrew est le troisième né, de la famille Osgris. Fils de lord Ormond Osgris (-6;-) dit le Malavisé et de lady Margaery (Florent) Osgris (-5;35). L’ainé de la fratrie, lord Denys Osgris (13;47) fut froidement assassiné par les rivalités – trainant dans son malheur ses deux fils Godrik Osgris (33;47) et Cedrik Osgris (35;47). Le drame laisse derrière, sa fille endeuillé lady Rowena Osgris (31;-) et sa femme lady Alyce (Cendregué) Osgris (14;-). Le second, lord Alester Osgris (18; -), hérite de la régence. Il prend soin d’assurer sa lignée en épousant lady Shyra (Cockshaw) Osgris (20;-) décédé tout récemment, qui met au monde trois enfants Meryn Osgris (38;-), Jade Osgris (40;-) et Jannesta Osgris (40;-). Finalement, ser Damon Osgris (21;-), le chevalier échiqueté, ferme la marche. Il perd sa femme lady Alysanne (Risley) Osgris (20;41), lorsqu’elle met au monde son fils mort-né.

◮ Informations complémentaires & faits divers :


▪️ Il a été de la volonté de son père qu’Andrew entre dans les ordres. Il n’a jamais eu son mot à dire. Cependant, il est un homme de cœur, ambitieux et de parole. Il se plie aux volontés de son père, se dévouant corps et âme sur ce chemin qu’il n’aurait jamais emprunté de lui-même.

▪️ Il possède des traits relativement doux, mais son regard sombre et profond n’est pas sans rappeler celui de son père. Le dos droit, une démarche assumé, il inspire la confiance. On le sent solide et pourvu d’un sens des responsabilités étonnant. Il semble porter le fardeau du monde sur ses épaules. Pourtant il se cache plusieurs failles dans les fondations d’un être cherchant à se battre sur plusieurs fronts.

▪️ A engendré accidentellement la mort de sa tante (Lady Ermegonde Osgris). Dans l’idée d’assurer les préceptes des sept, tout en assurant à sa famille d’être exempt des critiques pouvant peser contre eux, il prend la route vers Lacfeuillu. Il dénonce cette femme ayant mit au monde un bâtard, sur la place publique. Ses discours alimentent la frénésie des fidèles, alors qu’il n’a que l’intention de punir celle-ci par l’humiliation. Malheureusement, son influence est telle qu’il perd vite le contrôle de la foule qui précipite sa mort. Il n’est pas sans être peiné par un dénouement aussi sinistre, mais en assume les responsabilités. Ce tragique évènement forcera son exil du domaine Osgris.

▪️ Il croit sans l’ombre d’un doute être chargé de la volonté des Sept. Une hérésie né de son inaptitude à répéter les rares enseignements d’un mestre. Le pauvre ayant été victime d’hallucinations, provoquées par les toxines d’une plante qu’il a confondu pour une autre. Dans ce moment d’égarement qui aurait pu lui coûter la vie, il marque au fer rouge le symbole de l’étoile à sept branches, sur son avant bras droit.

▪️ Il a perdu le soutien des religieux qui se sont rapidement dissociés de ses actions menées à l’encontre de la famille Targaryen. On s’empressa de lui retirer son titre (septon), évitant qu’il n’entache les réputations. Malgré cela, il se proclame toujours comme tel et s’attend à ce qu’on respecte cette marque d’honneur – purement symbolique. Il considère son excommunication comme un affront à la cause, la preuve d’un non-sens et le repli des hautes instances religieuses dans se qu’il croyait être leur but commun. Son estime envers le grand septon chute et ses paroles à son endroit sont dures. Couard, vendu, charlatan. En lui retirant son rang, le grand septon a donné les arguments nécessaires à Andrew pour aller de l’avant. Il s’entoure de gens cherchant à mener la cause d’une poigne de fer et son charme l’aide incontestablement à rallier les troupes. L’homme qui agit en marge, inspire les âmes en quêtes d’une chute brutale de la couronne.

▪️ Ses ennemis le qualifie de dangereux, mais ironiquement Andrew a été l’un des Septon les plus prolifiques de sa génération. Impliqué auprès de la populace, on lui doit entre autre la construction d’un modeste septuaire dans le village de Dosk. Il veille aux bien être des orphelins de la région et s’emploie à l’instruction des plus démunies. Si les causes qu’il soutient sont parfois remises en doutes par les mieux nantis, il y gagne le respect des laissé pour compte. Mais au final, sa réputation teintée de fanatisme, porte le fardeau des tragédies.

▪️ Il possède une profonde cicatrice dans le creux de sa main gauche, une au devant de l’épaule droite, ainsi que sur son flanc gauche.

▪️ Il mène une troupe d’une centaine d’homme autrefois connu sous le nom des « Veilleurs de la foi ». Ces fanatiques combattants qui cherchent à faire tomber le dragon tricéphale et leurs partisans, sont dénoncés en l’An 45, pour avoir commis d’innombrables massacres entre autre dans la région du Conflans et du Val. Tristement célèbre pour leurs « Allées des suppliciées », scènes d’une impressionnante cruauté, qui leur vaut le surnom de « l’Ordre de la corde nouée ».

DIS-MOI TOUT...

Comment vivez-vous l'instabilité politique et les guerres qui enflamment Westeros ? Comment le supportez-vous au quotidien dans votre région ?

✒️ Je suis au front depuis sept longues années, chassant l’ignominie lorsqu’elle croise ma route. Je suis celui qui pourfend l’abjecte qui croupie dans l’ombre des dragons. Ceux-là même qui ont gangréné le monde de leurs pêchers. Je suis le bras du père, prêt à abattre le couperet de la justice. Je suis cette guerre. Tout ce tourment est nécessaire. Les enjeux sont beaucoup trop grands. Les valeurs qui ont forgés ce monde sont en périls et il est de mon devoir de combattre pour les préserver. Les fondements de mon quotidien sont gorgés de sang, alors que je marche sur les cadavres impies, pour me frayer un chemin vers ceux qui se disent inatteignables. Je ne crains pas la mort et je suis prêt à accomplir les desseins qui m’ont été confiés par les Sept qui ne font qu’un. Tout porte à croire que je suis sans faille; le croyez-vous? Cette vie que j’ai embrassée, est ponctuée d’excès et de combats moraux qui vienne à bout de mes énergies – exténué…


Suite au Jugement des Sept et ses révélations qui ont ébréché la toute puissance de Maegor, comment vous positionnez-vous par rapport au règne du Cruel ? Soutenez-vous Maegor ou Jaehaerys et comptez-vous agir ?

✒️ Demandez-moi si je préfère me faire trancher la main droite ou bien la gauche – je saurais me montrer plus accommodant! Ce dilemme est un non-sens. Devons-nous vraiment nous satisfaire de solutions maladroites, nous préservant de plus grands chambardements? La peur vous aveugle-t-elle au point d’en perdre la foi? Nombreux sont les illuminés croyants que de troquer un dragon pour un autre est une solution acceptable. Pour moi, c’est une aberration. Pas un seul Targaryen n’est légitime à prendre place sur le trône. Les gens se plaisent à pointer ce puissant emblème, Maegor, l’accusant d’usurpation et avec raison. Mais ils oublient malheureusement que tout ceux répondant au nom de Targaryen peuvent être accusé des même tords. Lié par une opinion que partage tout les membres de ma famille, je me montre néanmoins le plus disposé à ébranler le règne du dragon tricéphale. Engagé dans une rébellion de la foi, je cherche à pourfendre la royauté, sous le prétexte de la volonté des Sept. Bien que ma famille ait lourdement écopé du règne Targaryen, je ne déroge pas de mon rôle. La hargne familiale à certainement eu un certain impact sur ma décision d’entrer en guerre, mais ce motif n’est certainement pas le plus important à mes yeux…plus maintenant.


On dit partout que suite à la mort de son mari, la Princesse Daenys Targaryen gagne les faveurs du peuple comme de la cour et semble décidée à agir. La pensez-vous assez forte pour modérer les fureurs du Cruel et influencer un retour au calme ?

✒️ Un retour au calme ne sera possible que lorsque que le dragon tricéphale ne sera qu’un souvenir manuscrit, dans l’histoire d’un royaume en pleine renaissance. Ne vous leurrez pas, tout cela n’est qu’une horrible mascarade. La mort de son mari est le symbole du joug des sept, s’abattant sur la famille Targaryen. Le signe de leur déclin à venir. Or ce n’est pas une femme repentante qui cherche à rétablir le calme. Ce ne sont là que les facéties d’une princesse espérant sauver son héritage et cela m’importe peu.


Quelle est votre ambition personnelle ?

✒️ Depuis toujours je m’efforce de rendre ce monde meilleur et je m’y engagerais jusqu’à mon dernier souffle. Mais comment y parvenir lorsque ceux régissant ces terres se croient au-delà des divins, souillant ce qui a été bâtis à ce jour, pour imposer leur odieux règne? Anéantir la dynastie de ces sans-âmes, voilà ma quête. Ils ont morcelés la religion, espérant ébrécher notre foi. La construction de Fossedragon sur les ruines d’un septuaire qui a vu périr mes frères, est une insulte. Détruire cet endroit maudit et rebâtir le lieu de culte à son origine est un souhait qui m’est cher. Mais avant tout, je dois remporter cette guerre et prouver à ceux qui m’ont disgracié, qu’ils ont eu tord. Néanmoins, au-delà des devoirs qu’incombe mon rang, je ne suis pas insensible au sort de ma famille et de son déclin. Une mauvaise régence, la mort, les conflits. Je suis inquiet par cette prise de pouvoir par mon ainé, Alester. Notre héritage est entre de mauvaises mains et des rumeurs cours. Je ferais tout mon possible pour lui arracher ses acquis, même si pour cela je dois me plier à des pratiques que j’eu autrefois dénoncés; offrir à une femme le pouvoir. Je me porterais garant de la seule héritière de mon défunt frère, Rowena Osgris.


DERRIERE LE MASQUE
• Âge |
Je suis Grumpy - qu'importe mon âge j'ai toujours eu l'attitude d'un vieillard! Avis aux interessées
• Prénom ou pseudo |
Dandy aKa Faust
• Sexe |
M
• Comment as-tu connu le forum ? |
La mémoire défaillante, je ne suis pas apte à répondre à cette question avec certitude. Possiblement par le biais du bottin forumactif.
• Autre chose ? |
Faust aura une cahute, Andrew aura le reste!

image by icapturetheperiodpieces et lilday # code by shiya.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Andrew Osgris
BIEF
■ Localisation : Froide-Douve | Bief
MessageSujet: Re: Andrew Osgris ★ Seven devils all around you   Sam 18 Avr 2015 - 19:03


Andrew Osgris

«La marche des vertueux est semée d’obstacles qui sont les entreprises égoïstes que fait sans fin, surgir l’œuvre du malin.» Pulp Fiction


BUT FIRST WE LIVE


This is the House of Death.
Where even angels die in arms of demons.


Haletant, chacun de mes souffles me déchirait la gorge, alors que l’air semblait me manquer. Je n’avais aucunement besoin de me retourner pour constater que mes assaillants me rattrapaient en vitesse. Le sol semblait trembler et les cris derrière moi se rapprochaient dangereusement. Je cherchais à complexifier mon parcours, multipliant les détours dans l’espoir de semer mes adversaires. Mais alors que je croyais encore à mes chances, je fus projeté durement sur le sol. Glissant de tout mon long, je puisais un dernier effort en balayant l’air de mon épée – forçant la brute qui venait de me mettre en échec, à reculer. J’en profitais pour me remettre sur pied, répliquant d’un coup faible, facilement paré par celui qui me dépassait d’une tête. On défia ma défensive et je ressentis une vive douleur sur mon bras gauche que je voulu protéger de ma main droite. Une action insensée qui me condamnait. Une main m’agrippa pour me faire tomber de nouveau, alors qu’on agitait l’arme au dessus de mon corps – avant de m’assener le coup fatal. Les hurlements victorieux éclatèrent sans retenue et le héro levait les bras au ciel. «Pourquoi est-ce que c’est toujours moi qui doit mourir?» Tantôt étendu sur le sol terreux, je me redressais, assis en tailleur, affichant une moue défaite. « C’est toi qui voulait des dragons! Tu veux toujours les dragons…» Mon assassin me tendit la main, me tirant pour me remettre sur pied. « Rien ne t’empêche d’être dans notre camps, mais c’est toi qui s’entête à défendre les Targaryen. Cesse d’être aussi stupide.» Mes joues s’empourprèrent devant les accusations de mon ainé; Denys. J’étais embarrassé. À peine en âge de porter l’épée de bois, encore trop lourde pour moi, qu’on m’affligeait d’un titre de traitre. Et pourtant, c’était Denys lui-même qui s'était efforcé à me convaincre de jouer le rôle de l’opposant. Je ne l’avais pas voulu, j’avais protesté. Ce mépris envers la couronne que notre famille veillait à entretenir, avait été implanté dans mon esprit jeune et malléable. Jouer du côté des conquérants n’avait rien d’élogieux, mais comme toujours j’avais plié. Impressionné par la puissance de ces créatures qui ne m’assuraient jamais d’une victoire, mais surtout influencer par l’aplomb de mon frère – j’avais acquiescé sans grande conviction. Et voilà que cette conciliation me retombait sur le nez. « Je vais finir par croire que tu t’es épris de la reine » S’en suivit l’hilarité de ses camarades, encourageant l’arrogance de mon frère qui passa son bras sur mon épaule, cherchant à faire de moi son complice plus que son rival. Une impression qui m’avait rassuré, et qui me força à sourire face à ces innocentes moqueries.

Ces moments de jeu me furent très tôt arrachés. Je ne goutai pas longtemps à l’enfance, bercé par des idéaux rigides et un sens du devoir infligé beaucoup trop tôt. Troisième d’une fratrie de quatre enfants, j’étais désavantagé du pouvoir familial, mais je n’étais pas exempté des responsabilités. Bien au contraire. J’étais un enfant jovial dont le sourire encore innocent se fit arracher, pour ne laisser qu’un tempérament soucieux – poussé trop vite vers la vie adulte. J’aspirais suivre les traces de mon ainé Denys, mais cette vie là ne m’était pas destinée. Mes espérances furent brisées à grand coup de moral et d’intransigeance. Mon destin avait été scellé dans l’austérité, alors que ma route fut forcée vers les Sept. Un honneur, que j’étais désireux de léguer à mon jeune frère Damon. Un avenir teinté de sacrifices et dépouillé de l’ambition qui m’animait déjà. Je dédaignais cet ennuyeux parcours, qui n’avait rien d’excitant aux yeux d’un enfant. Je devais m’y résilier. L’épée de bois que je brandissais tel un trophée avait rapidement été remplacée par les livres sacrés ; les promenades à l’extérieur du château étaient un privilège acquis par le mérite de leçons biens mémorisés et mes temps libres devaient être consacrés à la prière. On s’assura de me faire comprendre l’importance de ce cheminement qui me garantissait la reconnaissance de mon père. Ces paroles empreintes d’un certain favoritisme, m’avait converti à embrasser ce rôle avec l’enthousiasme qu’on me reconnaissait. J’avais appris à répliquer à mes frères, répétant les discours de mon père; endoctriné. Je ne me laissai plus impressionné par les frasques de Denys dont l’emprise se dissipa. Cette bonne entente qui subsistait entre nous fut brisée. Cette situation avait surement fait sourire Alester – souvent proie des railleries. Et voilà que je passais la plupart de mes journées confinées dans la bibliothèque du château, partageant le silence du maudit. Au fil des années, je m’étais replié sur moi-même, cherchant à prouver mon dévouement. Je me dissociais de mes frères, me croyant plus légitime que chacun d’entre eux. Je démontrais un sérieux calqué sur celui de mon père qui devint mon principal repaire. Je ne pouvais plus être cet enfant candide et je m’y efforçais sans relâche. Mon père m’avait offert se statu particulier et je poussais l’audace jusqu’à son paroxysme, cherchant à devenir son égal. Mon esprit embrouillé par les devoirs de la foi ne m’empêcha pas de tomber dans l’indécence. Peut-être étais-ce le fardeau d’une tâche trop pesante sur mes frêles épaules, le désir de défier mon père ou une folie latente – je n’aurais su l’expliquer. Je n’avais qu’une dizaine d’années lorsque j’avais agrippé ma propre mère, l’embrassant avec voracité sous les yeux de mon père. Un geste irréfléchi, confirmant d’une odieuse façon l’indécence que je portais en moi. La gifle n’avait pas tardé à se manifester, puis mon père prit le relais des réprimandes avec violence. J’avais surpris tout le monde, alors que moi-même je n’arrivais pas à expliquer mon geste. Je fus rué de coups par l’homme indigné, mais jamais il n’ébruita cet embarras. Dès le lendemain, je dû quitter le domaine familiale vers le septuaire de Rubriant. Un voyage qui n’était pas prévus avant six mois, mais il fut devancé dans l’espoir de me décharger de cette déviance.

Les doutes m’avaient hanté, sans répit. J’avais quitté Froide-Douve avec déshonneur. Mon père peinait à me regarder quitter le château, alors que ma mère brillait par son absence. La route fut longue, souffrant des marques violacés parcourant mon corps, mais encore plus du rejet auquel je n’avais pas été habitué. Jamais je ne fis mention de cette affliction qui me traversait, lorsque les portes misérables du septuaire s’ouvrirent devant moi. L’accueil fut modeste, bien que le Septon en charge fût heureux de compter sur ma présence – devancé de plusieurs mois. Néanmoins, il ne s’était pas attardé aux bonnes manières, préférant me surcharger d’informations concernant ce long séjour qui m’attendait. Je gardais la tête haute, affrontant une vie que je redoutais aujourd’hui, mais loin de chez-moi je me sentais redevenir l’enfant qui ne m’était pas permis d’être. L’insécurité m’assaillait. Étais-je vraiment digne d’entreprendre la route de la piété après tout cela? Étais-je malade? En moi, une voix suppliait les dieux de me renvoyer chez-moi, espérant esquiver ce moment auquel je m’étais tant préparé. On me confina plutôt dans de pauvres appartements que j’aurais aisément pu comparer à un cachot et on me força à me départir de ma richesse, troquant ma tunique brodé pour des vêtements plus sobre. Je cru défaillir. Cette première nuit fut la plus dure, alors que je sanglotais en prière dans cette sinistre petite chambre – implorant la miséricorde de la Mère. Je ne pouvais malheureusement plus revenir en arrière, ni même échappé à la réalité. Je dû apprendre à lâcher prise, bien que cela ne fut pas simple. Inspiré par mes enseignements passés, me réfugiant dans la prière, j’espérais apprivoiser une paix d’esprit si difficile à acquérir. Empli de regrets, de honte et de tristesse, je cherchais m’extirper d’un esprit assombri. Mes obligations étaient aujourd’hui envers les dieux. Je renouai avec cette voie qui s’était imposé à moi – retrouvant doucement cette conviction délaissé au profit d’une peine provoqué par mes fautes. Une conviction dont on reprochait la férocité. On freinait mes ardeurs, me guidant vers la tempérance. Voilà qui était nouveau pour moi, mais je me donnais les moyens d’apprendre – ne me butant pas à mes acquis. On remarqua mon initiative, m’outillant de l’expérience de mon entourage. Je profitais d’une proximité avec le peuple, créant un étonnant lien de confiance qui outrepassait les portes du lieu de culte. Mon éloquence plaisait, malgré un tranchant affirmé au nom de la religion. J’étais d’un naturel discret au cœur de la fratrie Osgris, mais ici je me montrais sous un nouveau jour. Aimable, serviable et enthousiaste, j’avais appris à mettre de côté les livres saints qui avaient endoctriné ma jeunesse pour apporter du soutien - plus que des sermons accusateurs. Ainsi lorsque la fièvre s’était abattue sur la région, j’offris temps et réconfort aux mourants. Être Septon ne devait pas se limiter aux prières, me disait-on. Je m’impliquais alors beaucoup plus au sein de la populace. J’étais engagé et débordant d’énergie. J’étais prometteur aux yeux des religieux et je m’en faisais une fierté. En l’An 35 j’entamais des pourparlers pour que le septuaire puisse accueillir quelques orphelins, dans le but de les initier à la vie monacale. Alors que tout semblait tourner rondement – les nouvelles de Froide-Douve furent dévastatrice. Je m’effondrai à l’annonce de la mort de ma mère. C’était irréel. Cinq années sans la moindre nouvelle et puis…le drame. Ma mère, ma précieuse mère. On ne me permit qu’un rapide séjour chez-moi. Tout juste le temps de la pleurer, de chercher sans succès le soutien d’un père tout aussi dévasté et de constater les ravages d’une famille divisée. Après quoi je dû revenir à Rubriant, portant un deuil difficile à écarter. Je cherchais à effacer la douleur de cette perte en concentrant mes énergies sur cet accomplissement dans la foi. Un an plus tard, lorsque j’eus tout juste seize ans, je fus sacré par les sept huiles et prononça mes vœux – m’élevant à titre de Septon.




Your hearts are in the right place,
but your brains need to wake up.



Mon retour à la demeure familiale était chargé d’appréhension. L’année précédente, J'avais croisés le chemin de mon père dans un contexte bien malheureux, mais nos esprits bousculés par les tristes circonstances ne nous avaient pas donné l’occasion d’engager la conversation. J’avais mainte fois imaginé cet instant. Dès le premier jour au cœur du septuaire fréquenté pendant six ans, les retrouvailles furent au cœur de mes attentes. Ce jour où je me serais accomplit. J’étais heureux de revenir chez-moi, apportant une expérience chargé. Mon implication au cœur de Rubriant avait laissé sa marque, alors qu’on regrettait mon départ. J’avais gagné en maturité et en confiance, mais la simple idée de faire face à ce lord après tout ce temps, me rendait vulnérable. J’avais pourtant bon espoir de le voir se présenter devant les portes de la fortification. Droit et silencieux il apposerait une main sur mon épaule. Un geste simple, mais qui marquerais ma réussite. Ce scénario, aussi banal qu’il puisse être, viendrais combler ce silence imposé pendant ces longues années... Mais il ne fut pas présent. Mon père n’avait pas jugé bon d’accueillir son fils et il ne se présenta pas avant le lendemain, croyant m’enseigner l’humilité. Je déchantais un peu plus lorsque le cœur de la conversation fut une succession de reproches. Loin d’être impressionné par mes actions, il vint remettre en cause la pertinence des intérêts que je défendais. Les orphelins, les vieillards, ce n’était pas là la raison de mon entré dans les ordres. Son ton avait été dur à mon endroit, cherchant à éveiller ma fougue d’autrefois. Cet entretien m’avait secoué. On m’avait forcé à réprimer la passion de mes déclarations, mais elle ne m’avait certainement pas quitté. Je n’étais plus contraint par la hiérarchie et cet homme désapointé qui me faisait face me le fit bien comprendre. Je n’eus pas prononcé un seul mot lorsqu’il m’exposait les véritables enjeux – loin de s’apparenter aux réalités du septuaire d’où je revenais. Je devais me ressaisir. Ainsi, avec l’accord de mon père, j’endossais mon rôle dans l’itinérance, officiant sur le domaine familiale. Voyageant entre fiefs d’importances et villages plus modestes. Une tache qui donnait tout son sens à ce nouveau titre que j’endossais. Alléger les repentants du poids de leurs égarements, partager les dogmes des Sept, mais surtout renouer avec la force des mots qui à eux seuls avaient le pouvoir de soulever les foules. J’étais le guide des âmes égarées abattant le courroux des dieux devant la déroute des fidèles. Si certain excusait l’ignorance, pour moi elle était l’odieux prétexte derrière lequel se réfugiait les pécheurs. Dans ce climat de tension qui éveillait les royaumes, je ne me targuais d’opinion acérés hurlant à tout vent ma position bien campé : « Les Targaryen n’ont aucune légitimité à siéger sur le trône de fer! » Je brandissais le livre de "L’étoile à sept branches" en prêchant avec une inébranlable conviction. Mon ton accusateur avait été entendu d’un bout à l’autre du domaine. Rien n’avait fait battre mon cœur plus que cet engagement auquel je m’étais investit à l’aube d’une guerre de la foi.

En l’An 40, ce fanatisme rassembleur me mena à Lacfeuillu. Je m’étais présenté sur la place publique, trainant à mes côtés la pauvre Lady Ermegonde Osgris. Celle qui avait jeté la honte sur ce nom que j’avais dû abandonner, avait donné naissance à un bâtard. Aujourd’hui elle me servait d’exemple. Souvent victime de mon mépris, je m’étais engagé à punir cet acte débauché, prouvant que devant les dieux même les puissants de ce monde n’étaient pas épargnés de conséquences. Humilié devant une assemblée s’abreuvant de mes paroles et abrutis par un goût de violence, je me laissais porter par l’emprise que j’avais sur mes disciples. Les choses tournèrent rapidement au drame, alors que les plus colériques se manifestaient, motivant une foule échauffée à passer à l’acte. Le contrôle m’échappait. J’avais tenté de calmer le jeu, mais le mal était fait. Ma voix se perdait dans les cris de mon public, alors qu’ils appliquèrent leur propre châtiment – me tenant en retrait d’une scène dépassant l’entendement. Les hurlements de ma tante ne tardèrent pas, alors que le sang gicla. Je cru que j’allais être malade. J’étais le complice d’une mort sordide, dont l’accusation bien qu’indirect fut suffisante pour jeter le blâme. Je ne tentai pas de me défaire de la responsabilité de ce meurtre. Je n’avais pas voulu la mettre à mort, mais le résultat avait été le même. Je n’avais rien nié et bien qu’il fût évident que je n’étais pas véritablement responsable, mon père demanda mon exil. Dès ce jour là, je délaissai le blanc drapant les gens de mon rang, pour le noir. Je portais le deuil de cette vie arrachée pour le bien d’une cause plus grande, non pas sans tout remettre en question. Cette scène m’avait affamé pendant trois jours, m’empêchant de trouver le sommeil. Le vin ne pouvait effacer ces images et je puisai finalement dans mes ressources pour remédier à ce calvaire moral. Je me remémorais mes années au septuaire de Rubriant et mes rares collaborations auprès d’un vieux mestre lorsque la fièvre avait attaqué la région. J’avais appris, mais très peu. Des astuces qui pouvaient s’avérer utiles ou au contraire dangereuse pour mon esprit torturé et peu attentif. Cela devait arriver…Je commis une erreur me plongeant dans une inertie totale pendant deux jours. Mon réveil fut douloureux, mais j’en revins changé. Les dieux m’avaient montré le feu, la mort. Ils m’avaient chargé d’accomplir leurs desseins. Mes doutes furent rapidement mit de côté, allant de l’avant dans cette quête loin d’être simple. Je m’engageais dans la guerre de la foi.





The penitent man is humble before God. Penitent man is humble… kneels before God. Kneel!


Absent. Mon regard assombrit, fatigué – scrutant devant moi le vide. La scène était pathétique, alors que j’étais assis à même sur le planché abimé et tâché de cet établissement peu recommandable. Ce ne fut que lorsque je distinguai une ombre posé à mes côtés que je compris que je devais partir. Je restais pourtant là, sans réagir, alors que mes yeux se posèrent devant le triste dénouement qui pourtant aurait dû me paraitre familier. Étendue sur le lit de la petite chambre, le visage tâché de sang, levant au ciel un regard sans vie. «Je n’ai pas… » Ma phrase s’étouffa dans le silence alors que je m’affligeais le fardeau de cette âme perdue. Certain soufflaient déjà qu’elle n’était qu’une putain et que le châtiment était légitime. La dépravée serait jetés aux enfers par le même vice qui avait animé sa vie, un juste retour des choses disait-on. Mais un viol ne pouvait être pieu et je m’étais assuré de m’y opposer alors que ses hurlements furent mêlés aux paroles saintes. Des prières qui étrangement n’imploraient pas la pitié, cherchant plutôt à se libérer du poids de ses tords. Sa main s’accrocha à la mienne alors que l’hémorragie la condamnait. J’avais lancé mes ordres, me confinant auprès d’elle du même coup. Alors qu’elle balbutiait quelques paroles inaudibles, je m’étais penché vers elle pour n’entendre que son dernier souffle. Je n’avais pu recevoir ses confessions, l’absoudre et lui offrir une place auprès du Père. Ainsi je me retrouvais à fixer le cadavre de cette jeune femme depuis plusieurs minutes – empli de regrets. « Souhaitez-vous qu’on la mette en terre? » Pouvais-je lui octroyer ce privilège? Une prière envers les dieux pouvait-elle lui assurer une place à leurs côtés? « Non » Mon ton fut dur, catégorique. Je ne pouvais flancher. Alors que je mis le pied à l’extérieur, je contemplai les trois responsables alignés aux côtés des impies de ce village, frétillants au bout de leur corde. Voilà que justice était faite.

La guerre de la foi avait prit des proportions inattendues. Mon engagement en l’An quarante avait su rallié des partisans à mes côtés, supportant une cause légitime. Je ne quittais pas les terres de ma famille seul, alors que plusieurs de mes plus fidèles adeptes décidèrent de s’engager à mes côtés. Un nouvel ordre militant, venait de naitre. Si notre nombre au départ n’impressionnait pas, il n’était que l’humble début d’une campagne encore jeune. J’avais confiance de trouver de nouveaux alliés sur ma route et le Bief répondit présent. Je quittais ma région natale pour le Conflans, puis le Val. Croisant sur mon chemin mes opposants qui ne se tarirent pas, les jugeant complices de l’odieux règne Targaryen. Les accusations tombaient et les condamnations se succédaient. Je balayais l’infamie des villages, exigeant la soumission du peuple otage des royaumes supportant les actes de Maegor. Ainsi il ne fut pas long pour que la mort soit la réplique des refus, alignant les cadavres sur les routes en guise d’avertissements. Les rumeurs de ces massacres au nom de la foi circulèrent rapidement. J’avais vingt-cinq ans lorsque mon nom fut associé à ces actes violents. Je perdis le soutien des religieux qui s’empressèrent de se dissocier de mes actions mené à l’encontre de la famille Targaryen. Le grand-septon s’était prononcé en ma défaveur, jugeant mes faits de fanatisme sadique. On me jeta hors des ordres, m’arrachant mon titre avant de me juger ennemis de la foi. Pour la couronne je ne devais être qu’une menace vite balayé. À la tête une petite centaine d’hommes je ne faisais pas le poids devant la force du dragon tricéphale, mais notre petit effectif nous rendait plus efficace, rapide et passait entre les filets de ceux cherchant à nous arrêter. J’étais la source d’agacement pour les puissants, mais surtout craint par les petites gens qui espéraient ne pas voir passer ce qu’ils surnommaient « l’ordre de la corde nouée ». Je poussais même l’audace jusqu’à me présenter sous l’héraldique de l’étoile à sept branches jumelé à la potence, profitant de la peur de mes adversaires. Ce n’est que tout récemment qu’on m’attribua une véritable attention. Ce coup d’éclat fut découvert dans les bois du roi, des terres de la couronne. Un carnage si violent que tout se qui se trouva à proximité fut tâché de rouge. Devant ce bain de sang annonçant la mort de plusieurs bannerets de la cour – s’élevaient sept individus portant les marques d’une souffrance sans nom – empalés. Le compte n’était pas laissé au hasard, puisqu’il correspondait au nombre de Targaryen encore vivant. Une menace théâtrale déjà aperçu par le passé, désigné comme étant « l’allée des suppliciés ». Elle ridiculisait les défenses de la couronne, tout en ne laissant personne indifférent. Qui aurait pu croire qu’un jour l’homme trop bon que je fus pouvait commettre de telles atrocités…

Si j’étais témoin de l’avancé de ma cause, les rumeurs inquiétantes provenant de chez moi n’avait rien pour me rassurer. L’incompétence de Denys avait plongé les Osgris dans un gouffre, alors que je regrettais de voir mes frères fermer les yeux devant les actions posés par la couronne – évitant de s’impliquer comme autrefois. La folie avait gagné l’héritage de nos ancêtres…puis la mort. À l’annonce du nouveau régent, la colère m’emporta. Alester, cet homme belliqueux ne pouvait prétendre à un tel titre et je voulais m’en assurer. Si j’avais supporté à contrecœur la médiocrité de mon défunt ainé, je ne pouvais rester de marbre face à l’influence néfaste d’un homme profondément mauvais. Ainsi je dû me battre sur de nouveaux fronts.




made by LUMOS MAXIMA



image by icapturetheperiodpieces et lilday # code by shiya.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
MessageSujet: Re: Andrew Osgris ★ Seven devils all around you   Sam 18 Avr 2015 - 19:17

Hmmmmm...
Mais que ça m'a l'air bon, ça !

Je reconnais bien là, Fausti !
Le perso a l'air super chouette, fanatique et idéaliste bien comme il faut ! J'attends avec impatience de lire l'histoire que tu vas nous sortir !

Rien que pour ça, ça valait le coup de mijoter ce DC !!!
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
MessageSujet: Re: Andrew Osgris ★ Seven devils all around you   Sam 18 Avr 2015 - 19:28

Tu nous l'as même offert en avance, une magnifique ptite surprise en rentrant

Re-bienvenue Faustinou, j'attends la suite et si tu veux qu'on complote ou qu'on voit tes liens avec les Tyrell tu sais que ma boîte à MP t'est grande ouverte (pas mes bras ni mon château par contre, pas touche à ma fille ! )
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Elinor Piète
COURONNE
■ Localisation : Port-Réal.
MessageSujet: Re: Andrew Osgris ★ Seven devils all around you   Sam 18 Avr 2015 - 19:51

Il manque quelques cordes pour tous vous pendre, les Osgris... Profitez de mon Fief tant que vous le pourrez...

Re-Bienvenue Faustinou !

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

The Beautiful Spider
The dangerous black widow encases her victims with silk, and then kills with poison from her fangs.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
MessageSujet: Re: Andrew Osgris ★ Seven devils all around you   Sam 18 Avr 2015 - 19:57

Bwahahaaaaa ! Voilà mon frérot préféré fanatique !

Tu vas nous faire un sacré perso' mon cher, et ça va fighter entre les deux frangins En tout cas, ça fait plaisir de te voir incarner un Osgris (best famille ever, of course), et je sais que ça va être énorme

Courage pour ta fiche !

PS : Lili', va crever Tu l'as eu seulement 5 ans mon fief, alors, t'enflammes pas
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Andrew Osgris
BIEF
■ Localisation : Froide-Douve | Bief
MessageSujet: Re: Andrew Osgris ★ Seven devils all around you   Sam 18 Avr 2015 - 20:06

Roderik: Non mais Oh! Bolton! C'est quoi cette idée de vouloir me mettre la pression avec autant d'éloges. Ca y est j'angoisse XD

Leandra: Compte sur moi pour flooder ta boîte Mp. C'est obligé, je dois avoir un lien avec la Maman du Bief. Qui plus est, la maman de Jeyne

Elinor: Non non, le compte est bon. Il y en a une pour chacun de mes frères

Alester: J'espère être à la hauteur et ne pas précipiter la famille dans la déchéance - Comme disais un grand sage "Ca va swingué"

Bref, un gros merci à vous!
J'ai eu un petit...soucis avec mon histoire, donc je risque de mettre un peu plus de temps que prévus à tout finaliser. Je vous fait ca le plus vite possible les gens

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

We were doing something great down here. We were gonna change the world. This was only the beginning.
The sacrament × by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Rhaenys Targaryen
COURONNE
■ Localisation : Au Donjon Rouge, Port-Réal
MessageSujet: Re: Andrew Osgris ★ Seven devils all around you   Sam 18 Avr 2015 - 22:04

OUIIIIIIII LE VOILA ENFIN
Comme je suis contente de voir ce DC pointer le bout de son nez, toi qui était si pessimiste quand à ton avancée
Bon courage pour la suite de ton DC, je suis pressée de te lire mon Fausti

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

If I look back I am lost
I am the blood of the dragon. I must be strong. I must have fire in my eyes when I face them, not tears. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
MessageSujet: Re: Andrew Osgris ★ Seven devils all around you   Dim 19 Avr 2015 - 0:26

GOSH! Ce perso!! Rebienvenue ici!
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
MessageSujet: Re: Andrew Osgris ★ Seven devils all around you   Dim 19 Avr 2015 - 11:11

Toi en Osgris, c'est trop cool Tout comme ce titre et ce choix d'avatar

Re-Bienvenue parmi nous
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Andrew Osgris
BIEF
■ Localisation : Froide-Douve | Bief
MessageSujet: Re: Andrew Osgris ★ Seven devils all around you   Dim 19 Avr 2015 - 16:17

Rhaenys: J'ai un peu précipité sa venue, mais oui ça y est! Il faut bien que je fonce, sinon ce ne sera que de simple paroles en l'air et ca, c'est pas bien. Cela dit, je dois avouer que la simple idée que tu lira ma fiche m'angoisse . J'espère fournir un truc bien et trouver la force de détester ma dragonne !

Vitanie: Je suis content de voir l'effet que le personnage te fait déjà! C'est flatteur

Nymella: N'importe qui en Osgris est trop cool! On a jamais assez d'anti-héro

Encore une fois merci pour vos encouragements et vos bons mots!

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

We were doing something great down here. We were gonna change the world. This was only the beginning.
The sacrament × by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
MessageSujet: Re: Andrew Osgris ★ Seven devils all around you   Dim 19 Avr 2015 - 18:00

Re-bienvenue donc!!

Un personnage qui à l'air fort intéressant à jouer, et qui va mettre un peu de piment en Westeros. Oui, je sens que ça va bouger!!
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
MessageSujet: Re: Andrew Osgris ★ Seven devils all around you   Dim 19 Avr 2015 - 18:25

DREWYYYYYYYYYYYYYYY !!!!!!!!!!!!!!!! ENFINNN !!!!!!!!!!!!

Tout d'abord, j't'invite à ma fête d'anniversaire costumée à Hautjardin, et de deux, j'te propose de partir à dos de licorne pour faire le tour de Westeros ! Ca te convient ? Bon.. attends toi à avoir pap'Oby à nos trousses mais bon...

Allez, re bienvenue ! Et bon courage pour la suite de ta fichette !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Andrew Osgris
BIEF
■ Localisation : Froide-Douve | Bief
MessageSujet: Re: Andrew Osgris ★ Seven devils all around you   Dim 19 Avr 2015 - 18:33

Adéric: J’espère bien faire bouger le confort de certaines personnes, garre à vos fesses. Oui oui, même vous qui êtes perchés au Nord

Jeyne: Oh mon dieu, l'image est tellement gorgée de paillettes que s'en est presque effrayant . Cela dit je veux bien t'amener faire le tour de Westeros. Peut-être pas a dos de licorne, mais si tu es désireuse de vivre des sensations fortes tu sera servis

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

We were doing something great down here. We were gonna change the world. This was only the beginning.
The sacrament × by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
MessageSujet: Re: Andrew Osgris ★ Seven devils all around you   Lun 20 Avr 2015 - 3:39

Re-bienvenue avec ce personnage! J'espère que tu t'amuseras tout autant avec lui! Bonne chance pour la suite
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Andrew Osgris
BIEF
■ Localisation : Froide-Douve | Bief
MessageSujet: Re: Andrew Osgris ★ Seven devils all around you   Lun 20 Avr 2015 - 6:29

Merci Onôra! C'est toujours un plaisir, d'avoir le privilège de recevoir des léchouilles expertes, en guise de re-bienvenue

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

We were doing something great down here. We were gonna change the world. This was only the beginning.
The sacrament × by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Catelyn Arryn
VAL D'ARRYN
■ Localisation : Port Réal, Couronnement.
MessageSujet: Re: Andrew Osgris ★ Seven devils all around you   Lun 20 Avr 2015 - 14:55

AAAAAH trop bien ce DC! C'est toujours un plaisir de te lire!

... re bienvenue sinon !

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

AS HIGH AS HONOR
You were annoyed by the Seven, blessed by the moon but you don't yet possesses what really matters : the power. Without it you  will perish and all of Vale along with you. And now you dream of paradise but you must build it for yourself and let all the world know Catelyn Arryn has arrived.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Andrew Osgris
BIEF
■ Localisation : Froide-Douve | Bief
MessageSujet: Re: Andrew Osgris ★ Seven devils all around you   Lun 20 Avr 2015 - 15:26

Aaah Catelyn
Merci de laisser ta marque ici - ça fait plaisir

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

We were doing something great down here. We were gonna change the world. This was only the beginning.
The sacrament × by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
MessageSujet: Re: Andrew Osgris ★ Seven devils all around you   Ven 24 Avr 2015 - 11:12

Encore un Osgri ?!!!!! Bah c'est super !!! :)

Et super fiche Fausti, encore un plaisir à te lire !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
MessageSujet: Re: Andrew Osgris ★ Seven devils all around you   Ven 15 Mai 2015 - 14:21



Félicitations !
« Bienvenue sur ATC »

Mon cher Fausti', je t'ai suffisamment soûlé pour que tu joues ce satané frérot, et j'en suis plus que ravi ! Tu as parfaitement cerné le personnage, et tu as même réussis l'exploit de le magnifier dans ton histoire que j'ai vraiment dévoré. Vraiment, un grand bravo à toi, je suis fier de te compter parmi la meilleure famille du Bief

Et c'est pour cela que le staff et moi-même sommes heureux de vous annoncer que votre fiche est validée ! Vous êtes désormais un habitant du Bief. En tant que tel, vous êtes soumis aux lois de celle-ci ainsi que celles de Westeros. Au plaisir, donc, de vous croiser dans l'un ou l'autre des Sept Royaumes.

Cependant, pour finaliser votre inscription et votre intégration au sein de la communauté, il vous reste quelques petites formalités à remplir obligatoirement :

❥ Recenser l'avatar du personnage.
❥ Déclarer sa famille.
❥ Compléter le registre des multicomptes (si vous êtes un DC, TC, QC)
❥ Recenser les dates importantes de votre personnage dans les chronologies détaillées
❥ Créer et tenir à jour (impérativement) votre fiche de chronologie de personnage.
❥ Ouvrir une fiche de liens.
❥ Assortie à sa soeur, fiche de sujets.
❥ Et de venir prendre du bon temps avec nous !

crédits image : Black.Book ; code by shiya.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Rhaenys Targaryen
COURONNE
■ Localisation : Au Donjon Rouge, Port-Réal
MessageSujet: Re: Andrew Osgris ★ Seven devils all around you   Ven 15 Mai 2015 - 14:34

Félicitation mon Fausti

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

If I look back I am lost
I am the blood of the dragon. I must be strong. I must have fire in my eyes when I face them, not tears. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Andrew Osgris
BIEF
■ Localisation : Froide-Douve | Bief
MessageSujet: Re: Andrew Osgris ★ Seven devils all around you   Ven 15 Mai 2015 - 21:29

Fuck yeah!
Que de compliments Alester, c'est à croire que derrière ce visage ridé se cache une incroyable sensibilité =P . Maintenant que je rejoint la fratrie Osgris, j'ose croire que je gouterais au pouvoir, ENFIN!
Oh et merci ma tout feu tout flamme du Nord

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

We were doing something great down here. We were gonna change the world. This was only the beginning.
The sacrament × by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
 

Andrew Osgris ★ Seven devils all around you

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» LES DEVILS À 10 PTS DES ÉLIMINATOIRES
» New Jersey Devils
» Signature de contrat - Andrew Brunette
» Andrew Kirke (Gryffondor)
» [Février] Taeyang Andrew

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
After the Conquest :: 

It shall not end until my death

 :: Demandes de Citoyenneté :: Présentations Validées
-