Partagez | 
 

 Event RP's en folie #5 – Perdu dans les bois !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Le Chevalier Errant
ADMIN SUPRÊME & PNJ
■ Localisation : indéterminé.
MessageSujet: Event RP's en folie #5 – Perdu dans les bois !   Mar 19 Mai 2015 - 23:48



Perdu dans les bois !
Alester Osgris & Valyron de Mantarys

Dans l’aube pâle et naissante, l’épaisse forêt entourant Guivrebois était calme, silencieuse. Pourtant, malgré l’astre solaire s’élevant peu à peu, réchauffant l’atmosphère de ces rayons, les ombres créées donnaient au bois encaissé dans les montagnes du Val un aspect sinistre, presque glacial. Le silence était total. Pesant.

Soudain, au plus profond de Guivrebois, un claquement sonore retenti, une sorte de « poc » puissant. Silence et attente. POC. Un second claquement tonna, apeurant cette fois-ci les volatiles perchés sur la cime séculaire des arbres. Puis plus rien. La paix retomba sur Guivrebois, et le mystère avec elle. C’est vrai, qu’avons-nous bien à faire de ces étranges bruits ?


* * *


« Mais… C’est quoi ce délire ? » En plein cœur d’une épaisse forêt, notre premier protagoniste nous apparaît comme perplexe et peu amical. Vêtu d’une tunique noire et de jambières de cuir, lord Alester Osgris s’arrêta aux pieds d’un petit ruisseau qui coulait paisiblement dans un méandre aux pieds de chênes plusieurs fois centenaires. S’adossant sur son arc long, les bottes baignant dans l’eau, il fit un tour d’horizon du regard. Il ne fallait pas avoir inventé la catapulte pour se rendre compte qu’il ne se trouvait absolument pas là où il devrait être.

Quelques instants auparavant, il s’était pourtant engouffré dans la forêt la plus proche de Froide-Douve pour sa petite excursion de chasse matinale. Le sous-bois était agréable et la chasse avait été plutôt fructueuse – une biche et son petit. Un début de journée somme toute banale pour le Damné des Sept. Et le voici… Dans une forêt qui n’était pas la sienne, c’était certain. Se renfrognant mais se posant milles questions, il reprit la route, s’étonnant un peu plus à chaque pas de l’épaisseur du bois et du silence environnant, comme si la vie n’existait pas.

Pourtant, à quelques centaines de mètres de sa position, quelqu’un de bien vivant était présent. Et ce quelqu’un semblait être dans la même galère que le sinistre lion du Bief. Élégamment vêtu comme à son habitude, le sieur Valyron pestait contre l’étrangeté de la situation et... Contre les ronces. En effet, le valyrien était apparu soudainement dans les ruines d’un vieux fortin décrépi alors même qu’il rentrait de sa balade matinale sur les remparts du Donjon Rouge. Au détour d’un couloir, alors qu’il dévalait une volée de marches, il finit par atterrir dans les restes d’une cour envahit par les ronces.

« Saloperies ! Mais, qu’est-ce que je fais ici ? » La question resta en suspens alors qu’il se démenait pour se dépêtrer des épines qui labouraient sa peau et ses habits. Il finit par s’en sortit et observer autour de lui. Le gigantisme des arbres et l’épaisseur du bois n’était pas pour le rassurer, tout comme le silence pesant qui l’entourait. Pas de doute, Port-Réal était loin. Le valyrien se gratta l’occiput, cherchant à comprendre ce qu’il se passait et le pourquoi du comment il était arrivé dans cet endroit paumé et inconnu.

Mais des bruits de craquements et de pas l’alertèrent soudain. Sans réfléchir, il s’abrita derrière un des murets en ruines et attendit. Bientôt, son regard capta une silhouette qui s’approchait lentement. Elle semblait jurer et ronchonner. Lord Alester Osgris s’arrêta un instant devant le petit fortin en ruine envahit par la végétation qui se tenait devant lui. Puis, un homme apparut de derrière un muret.

Les deux hommes se firent face.

Le silence était toujours aussi pesant.


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Valyron Tyvaros
COURONNE
■ Localisation : Port-Réal
MessageSujet: Re: Event RP's en folie #5 – Perdu dans les bois !   Dim 24 Mai 2015 - 15:42


    Un rituel.


Comment décrire autrement l’impulsion qui poussait le Mantaryen aux augustes origines valyriennes à arpenter les puissants remparts du Donjon-Rouge ? Une demi-heure de marche le long des chemins de ronde de la grande forteresse de Port-Réal. Ce matin, ses pas l’avaient conduits sur le rempart Est, avec pour panorama la grande baie de la Néra, chargée de navires en tous genres. Une bien belle journée se profilait. Au loin, la rumeur de la ville se faisait entendre, amenée jusqu’aux murs du donjon par un puissant vent d’Ouest. Des tintements de cloches multiples disputaient aux nombreux cris des nombreux marchands du port le calme habituel de la colline d’Aegon. En se retournant, dos à la mer, Vayron s’abima quelques instants dans l’observation des tours du Donjon-Rouge et de la Citadelle. Ces dernières, élancées et hautes, semblaient vouloir accrocher les rares nuages que l’on voyait dans le ciel d’un bleu azur des plus intenses. Au sommet desdites tours flottaient, majestueuses, les oriflammes noires et rouges de la dynastie Targaryen. S’apercevant qu’il était déjà tard et que de nombreux dossiers attendaient sa revue, il s’empressa de tourner les talons pour aller retrouver ses appartements et son bureau.

    Ce fut alors que, descendant les escaliers quatre à quatre, il manqua de déraper et se sentit chuter.


Au lieu de rencontrer le vide, ses mains trouvèrent un sol composé de pavés recouverts de mousse. Et paf, Valyron se retrouva étalé au milieu d’une sordide cour, en plein coeur d’une ruine forestière.

« Aïeuuh, putain ! »

Il se redressa en jurant sur les Sept et les tous les dieux qu’Essos pouvait porter. Puis il se tut, considérant la zone autour de lui. Un frisson lui parcourut l’échine, il faisait foutrement froid, ici. Et humide.Voilà qui n’allait pas arranger le délicat tissu de son pourpoint de velours léger. En parlant de ça… Il abaissa les yeux sur ses vêtements de Cour : velours de Dorne, fil doré de Port Lannis et améthystes noires d’Asshaï.

« Oh non, non, non, merde ! Ca va me coûter une fortune. »

Et le mieux était encore à venir, lorsqu’il constata qu’il se trouvait au milieu de ronces. N’y tenant décidément plus, il lâcha une dernière dose de colère.

« Saloperies ! Mais qu’est-ce que je fais ici ? »

Il se faisait mal, en plus. Ses vêtements coûteux et délicats ne résistaient pas aux assauts des épines de ronces, ni sa peau, d’ailleurs. Ronchonnant, jurant, et râlant, Vayron finit par sortir du champs de ronces pour reprendre sa respiration et se calmer. Adossé au vieux mur recouvert de mousse, il entendit alors des bruits de pas approchant. Il se dissimula parmi les ruines et attendit d’apercevoir le nouvel arrivant. Il put détailler un homme d’apparence robuste, habillé de manière assez rustique, un arc dans le dos. Un arc, une arme du bas peuple. Il devait donc s’agir d’un chasseur quelconque ou d’un braconnier. Dans tous les cas, cet homme du peuple reconnaîtrait en lui un noble et serait bien heureux de pouvoir bénéficier de la gratitude de Valyron. Aussi, ce dernier sortit de son couvert et se planta face au nouveau venu. Durant un instant, l’autre le dévisagea et le détailla de pied en cape tandis que Valyron faisait de même.

« Hélà, le gueux ! Pourrais-tu m’indiquer où nous trouvons-nous, je te prie ? »

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

Des mes ordres, dépend le destin du peuple.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
MessageSujet: Re: Event RP's en folie #5 – Perdu dans les bois !   Mar 26 Mai 2015 - 20:09



Le récent seigneur de Boisdoré et de Froide-Douve s’interrogeait au fur et à mesure qu’il mesurait l’épaisseur de la forêt et son humidité poisseuse. Par les Septs Enfers, mais où pouvait-il bien être ? Et par quel prodigieux phénomène s’était-il retrouvé transporté dans une forêt inconnue, qui plus est aussi dégarnie de gibier ? « Bon sang, mais quelle galère… »

Toutes ces questions demeurèrent sans réponses et eurent raison de la patience du sinistre Lion du Bief. Il avait beau être quelqu’un de particulièrement patient, lorsque la compréhension d’un évènement lui échappait, il devenait à fleur de peau. Rapidement, il en vint à donner des coups de pieds furieux dans les massifs d’herbacées qui tombaient à sa portée, tout en jurant et grommelant comme un vieux bougon. « Sept de malheur, vous ne croyez pas en avoir fait suffisamment sur moi ? Ça ne vous suffit plus ma foutue maladie qui me consume jour après jour ? Maintenant, bim, il vous faut m’envoyer à perpette les oies, et je dois me décarcasser tout seul ! Merci, vraiment… » Aucun doute, Alester était vraiment de vilaine humeur pour houspiller les Sept, ces mêmes Dieux dont il s’amuse et nie l’existence.

Au détour d’un massif d’arbres plus dense que les autres, l’Osgris débarqua dans un semblant de clairière – enfin, pour être plus exact, la densité des arbres y était simplement moindre que les alentours. Une ancienne construction en ruine y était présente et en fort mauvais état, peut-être un ancien fortin militaire ou la demeure d’un chef de guerre local. Toujours est-il qu’il y avait peut-être quelques objets ou éléments susceptibles de l’aider à survivre dans cette sombre et mystérieuse forêt. Mais avant même qu’il ne prenne une décision, une silhouette sorti des ruines d’un muret et se planta devant Alester. Le Lion fut surpris dans un premier temps, mais ne put s’empêcher d’esquisser un rictus moqueur devant l’énergumène qui lui faisait face. Son accoutrement semblait être une parodie du chaste et du luxe affiché par certains nobles mégalomanes, souvent représentés sur scène par les troubadours et comédiens de passage. Cerise sur le ponpon, sa tenue semblait être amochée à cause des ronces qu’il venait de quitter. Parfaitement ridicule.

« Hélà, le gueux ! Pourrais-tu m’indiquer où nous trouvons-nous, je te prie ? » Le Damné des Sept reprit un masque froid et sinistre. Ce pignouf osait l’insulter ? « Surveille tes paroles grotesque bouffon décrépi et incline-toi devant ton maître, lord Alester Osgris, maréchal des Marches du Nord du Bief et seigneur de Froide-Douve, de Boisdoré, de Piéferme et de Lacfeuillu. Présente-moi des excuses, maintenant, et je saurais me montrer magnanime. » Alester affirma sa présence en bombant le torse, en relevant la tête et plaçant une de ses mains derrière le dos. Cette dernière rencontra un poignard accroché à sa ceinture. On ne sait jamais, si ce paltoquet se montre agressif. « Bon trêve de plaisanteries ! Je te somme de me dire dans quelle forêt nous nous trouvons, guignol des sous-bois ! »

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Valyron Tyvaros
COURONNE
■ Localisation : Port-Réal
MessageSujet: Re: Event RP's en folie #5 – Perdu dans les bois !   Mer 27 Mai 2015 - 20:43



    Hé bien. Ca n’allait pas.


      Mais alors, pas du tout.


Déjà qu’il se retrouvait planté au milieu d’une forêt humide, sombre et encore humide, voilà que Valyron devait désormais faire face à un nouveau venu agressif. Le Mantaryen regarda donc le vieil homme lui jeter un regard assez peu, faut-il bien le dire, engageant. A peine le conseiller du Roi avait requis des informations face à ce braconnier que ce dernier ce braqua, passant de la surprise manifeste que lui causa la vue de Valyron à un visage fermé, et vraiment, vraiment peu engageant. La fureur dudit personnage n’éclata que lorsqu’il prit la parole.

« Surveille tes paroles grotesque bouffon décrépi et incline-toi devant ton maître, lord Alester Osgris, maréchal des Marches du Nord du Bief et seigneur de Froide-Douve, de Boisdoré, de Piéferme et de Lacfeuillu. Présente-moi des excuses, maintenant, et je saurais me montrer magnanime. »

Valyron fit les yeux ronds tandis qu’il se rendait compte de sa bévue. Aussi incroyable que ça puisse paraître, le petit vieux rabougri et visiblement acariâtre qui lui faisait face était un noble. Un noble, seigneur de plusieurs châteaux, et chassant à l’arc, en solitaire dans ce bois sombre comme le dernier des braconniers de basse extraction. Il arqua donc un sourcil surpris lorsque l’autre continua.

"Bon trêve de plaisanteries ! Je te somme de me dire dans quelle forêt nous nous trouvons, guignol des sous-bois ! »

Oh toi, je vais pas te rater, vieux couillon.

Ce faisant, le sieur Alester avait dissimulé une main derrière son dos et le toisait d’un air furibard. Cependant, quelque chose venait d’éveiller la curiosité de Valyron. Pourquoi ce truc sale et gueulant venait-il de lui demander où ils se trouvaient ? Oh non… Non, non non…. NON. Ca ne pouvait être qu’un mauvais rêve. C’était ça, un rêve. Ou un cauchemar, vu la tête de son compagnon. Il aurait pu tomber sur une charmante jeune femme, ou même un fidèle chevalier de la Couronne, et non sur un vieillard sans doute à moitié sénile. Ils étaient forcément sur les terres du Bief, et Papy Osgris s’était perdu, voilà tout. Rien de grave. Ils trouveraient la sortie et Valyron sommerait des érudits d’expliquer de manière rationnelle pourquoi et comment il s’était retrouvé au milieu du Bief après son excursion matinale. Valyron plissa les yeux, ça allait saigner. Le regard brûlant de fureur, ses vêtements richement décorés brillant dans la lueur laiteuse de la forêt, la broche de Maître des Lois irisant de son éclat argenté, la voix de Valyron claqua comme un fouet dans le silence de la forêt.

« Hé bien, sieur Osgris, maréchal des Marches du Bief, sachez que je ne m’agenouille devant personne autre que Sa Majesté en personne, et certainement pas devant un quelconque nobliau de province… Je suis Valyron de Mantarys, Maître des Lois des Sept Couronnes, membre du conseil restreint du Roi Maegor Targaryen premier du nom, et conseiller spécial de sa majesté sur les questions valyriennes. Alors, c’est moi qui vous écoute ! Où nous trouvons-nous donc, si ce n’est au Bief ? »

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

Des mes ordres, dépend le destin du peuple.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
MessageSujet: Re: Event RP's en folie #5 – Perdu dans les bois !   Dim 7 Juin 2015 - 16:10



« Hé bien, sieur Osgris, maréchal des Marches du Bief, sachez que je ne m’agenouille devant personne autre que Sa Majesté en personne, et certainement pas devant un quelconque nobliau de province… Je suis Valyron de Mantarys, Maître des Lois des Sept Couronnes, membre du conseil restreint du Roi Maegor Targaryen premier du nom, et conseiller spécial de sa majesté sur les questions valyriennes. Alors, c’est moi qui vous écoute ! Où nous trouvons-nous donc, si ce n’est au Bief ? »

Eh allez. Comme si ce n’était pas suffisant, l’hurluberlu qui se tenait face à lui était le Maître des Lois en personne. Et comble de bonheur, c’était en plus un putain de valyrien, un de ces sales étrangers qui souillaient les terres de ces ancêtres. Mais c’était quoi ce foutu cauchemar éveillé ? Et sacré bon dieu, que faisait un seigneur du Bief et un maître des lois seuls, dans une forêt merdique au possible ? Il allait se réveiller, oui. Il le fallait. Mais surtout, il n’appréciait mais alors PAS DU TOUT le ton du grand couillon à collerette. Sa main se serra contre le manche de sa dague.

« Maître des Lois ? Maître des Lois… Ah oui ! Ne serait-ce pas ce fameux poste totalement obsolète depuis la prise de pouvoir de ce tyran de roi ? » Alester afficha un sourire particulièrement sinistre, qui aurait pu faire cailler du lait frais. « Vous faites le fier et vous vous pavanez avec vos habits de corniaud à grelots, parce qu’en fait, vous n’êtes rien de plus que le bouffon du roi, cher Valyron de Mantarys. » La réplique était cinglante, peut-être un peu trop, mais Alester n’était pas de bonne humeur. Cette forêt humide lui rongeait les os et il sentait que si ça continuait, il ferait une de ses fameuses crises. Et ça, ce n’était vraiment pas recommandé. Mais le seigneur de Froide-Douve ne pouvait s’empêcher de sourire. Rabaisser ce toutou de la Couronne lui procurait un plaisir intense, et loin de la sécurité du Donjon Rouge et des gardes, il ne risquait rien du paltoquet en tutu. Alester n’était pas un guerrier, mais il maniait la lame courte avec dextérité – des années d’expérience de dépeceur forme votre homme, je vous l’assure.

La tension était présente, et l’Osgris ressentit la rage de l’inconnu qui bouillait en lui. Pourtant, avec ce même malin plaisir, il réagit au tact au tact avant même que le valyrien ne réponde. « Enfin, bouffon ou maître des Lois, nous devons malheureusement coopérer pour sortir de cette foutue forêt. Et pour vous répondre, non, nous ne nous trouvons pas au Bief, ça je peux vous l’assurer. Je reconnaitrais mes verdoyantes contrées entre toutes. Ici, une froideur particulière se ressent, et ce n’est pas seulement l’humidité. Une atmosphère de montagne peut-être. Bref. Trèves de questions et d’interrogations stupides, il apparaît que nous sommes apparus tous deux dans cet endroit inexpliqué, il va nous falloir composer avec ça. »

Le seigneur tout de noir vêtu resta un instant à regarder ardemment Valyron, qui ne semblait pas prêt à coopérer. Le Lion du Bief sortit sa dague effilée de son dos. « Et si l’envie vous prend de me jouer un mauvais tour sieur Valyron, sachez que je sais me défendre malgré mon apparence. Je vous déconseille de tenter quoi que ce soit si vous ne voulez pas finir écorché vivant. » Alester lui lança un regard emplit d’une malice dégoulinante. « Allons, en route cher ami ! ».

Le duo plus qu’improbable finit par prendre la route, suivant un semblant de sentier qui semblait les amener plus profondément encore dans la forêt.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Valyron Tyvaros
COURONNE
■ Localisation : Port-Réal
MessageSujet: Re: Event RP's en folie #5 – Perdu dans les bois !   Mer 10 Juin 2015 - 10:52

C’était quand même un monde. Se retrouver téléporté au coeur d’une forêt inconnue sans l’ombre d’une explication avec pour seul compagnon un barbu hirsute, malingre et aussi amical qu’une huître de Braavos. Non, décidément, il lui faudrait prendre des mesures dès son retour à Port-Réal. Et commencer par se livrer à une enquête très approfondie. Il ne serait guère difficile de trouver un quelconque grief à reprocher à la maison Osgriss du Bief, puisque tel était son nom.

Valyron soupira, l’air dépité. Il regarda autour de lui, l’air blasé. Bon, c’était une forêt. Et quoique cela puisse paraître surprenant, le Mantaryen n’avait presque jamais mis les pieds dans un tel endroit à deux ou trois exceptions faites. Son domaine à lui, c’était les ruines de sa Valyria chérie. Et là, à part l’homme en face de lui et le fortin derrière, il n’y avait guère plus de ruines que cela. Toutefois, l’esprit aventureux du Maître des Lois le titillait. Bien qu’il avait pu voir certaines choses curieuses au coeur des Contrées de l’Eté Constant, il était là face à un cas inconnu de sa personne. Tandis qu’il réfléchissait à tout cela, il entendit Papi (tel était le surnom qu’il avait décidé de donner à Alester Osgriss) expliquer d’une façon peu sympathique, encore, qu’il ne connaissait pas cet endroit non plus. Diantre que ça devenait intéressant ! Papi, donc, déblatéra ensuite une chose que n’écouta pas Valyron, tant il était plongé dans l’observation des sous-bois.

« Chut. Vous n’avez rien entendu ? »

En fait, Valyron n’avait rien entendu non plus. Mais il préférait voir Papi se taire et tendre l’oreille. Et une fois que le silence eu recouvert la clairière, un hennissement distinct, terrifié, se fit entendre au loin, derrière un relief forestier. Un cheval, ici ? Valyron jeta un regard enjoué à Alester alias Papi.

« Vous avez entendu, un cheval ! Il doit s’être perdu. Retrouvons-le et rentrons à Port-Réal. »

Sans attendre de voir si son compagnon suivait, Valyron de Mantarys s’engagea vers la direction d’où venait le cri du cheval. Papi toussota et lui indiqua qu’il s’agissait de l’autre côté, d’un air consterné.

Valyron fit donc demi-tour, rageur, sous le regard moqueur du sieur Osgris. Fourbe personnage. Ils commencèrent à s’enfoncer dans la forêt, marchant sous un épais couvert de feuilles et de brume. La forêt était manifestement vierge de toute présence humaine depuis un bon bout de temps. Toutefois, Valyron ne pouvait s’empêcher de trouver cela dérangeant. Aucun bruit ne parvenait si ce n’était le bruissement des feuilles dans le vent. Rien d’autre. Un silence de mort, comme si tous les oiseaux s’étaient tus, craignant un sort funèbre au premier son. Les deux hommes progressaient difficilement au sein des fourrés épais. Le terriblement hurlement chevalin qui avait déchiré le calme malsain des bois. Ils commencèrent à laisser le fortin derrière eux, ce dernier disparaissant derrière les épais buissons et les arbres touffus.

Valyron commençait à se demander s’il allait arriver à trouver ce fichu cheval lorsqu’il aperçu plusieurs traces de sabots partant droit devant eux. Il fit signe à Alester, lui montrant les traces quand un rayon de soleil ricochant contre une matière luisante attira l’attention du Mantaryen. Une drôle de tâche recouvrait un arbuste. Curieux, il s’agenouilla. On aurait dit du sang, et visiblement frais. Sauf que c’était impossible, le soleil s’y reflétait avec mille rayons argentés. Pourtant, ça l’était : une petite tâche de sang recouvrait le tronc de cet arbre. Il se baissa, effleura le sang de ses doigts. Mais c’était impossible. La seule créature dont on avait fait état de sang argenté n’existait guère que dans les rêves et les balades pour enfants. Et pourtant…

« Je crois que c’est du sang de licorne… »

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

Des mes ordres, dépend le destin du peuple.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
MessageSujet: Re: Event RP's en folie #5 – Perdu dans les bois !   Lun 29 Juin 2015 - 21:34



Chut ? CHUT ? Cet impudent osait lui intimait de la fermer ? Une lueur de démence embrasa le regard d’Alester Osgris, tandis que sa main agrippa d’un geste machinal sa dague de chasse. Non, pas tout de suite. Le paltoquet bariolé attendrait encore un peu, il avait besoin de lui pour sortir de cette satanée et damnée forêt. Et puis au pire – que dis-je, au mieux ! – il servira d’appât s’ils venaient à rencontrer une grosse bête sauvage. Étonnamment, ces bestioles ont tendance à être attirées par les guignols en collants et aux atours de bouffon. Alester afficha un sourire en ricanant intérieurement.

Pourtant, force était de constater qu’il avait bien entendu quelque chose. Un hennissement lointain. Y’avait-il donc vraiment des hommes habitants cette contrée forestière inextricable ? Ou était-ce un cheval sauvage ? Peu importe, c’était la lueur d’espoir que le seigneur de Froide-Douve attendait. Et l’attardé valyrien aussi apparemment. « Vous avez entendu, un cheval ! Il doit s’être perdu. Retrouvons-le et rentrons à Port-Réal. »

Port-Réal. Mais bien-sûr, compte là-dessus et boit de l’eau, mon coco. Une fois la monture retrouvée, je t’ouvre de bas en haut comme un porc et je rentre à Froide-Douve. Ou non, plutôt à Boisdoré. C’est assez chic là-bas. Ils étaient plutôt doués en fait ces foutus Rowan. Hum, restons concentrés. Alester émergea de ses pensées au moment où le dénommé Valyron prenait la direction inverse de la source des hennissements. Réprimant d’éclater de rire, il toussota et indiqua d’un signe de tête l’autre côté. Le corniaud en jupon resta coi quelques instants avant de prendre la bonne direction, la mine bougonne. Le Lion du Bief ne put se retenir d’afficher un grand sourire moqueur, mais emboîta le pas à son « compagnon de route ».

Les minutes qui suivirent furent tendues et silencieuses. Malgré son moral d’acier et son amoralité avérée, Alester supportait difficilement l’atmosphère étouffante et glaciale qui régnait dans l’énigmatique bois. Au fur et à mesure que les deux hommes s’approchaient des discrets hennissements – qui semblaient par moment s’éloigner, puis se rapprocher, puis s’éloigner de nouveau – le seigneur du Bief ressentait une certaine appréhension. Et cela ne lui était pas arrivé depuis fort longtemps.

S’enfonçant toujours plus avant dans la végétation dense, Alester affûtait ses sens de la chasse en suivant Valyron. Observant les fourrés et les traces sur le sol, quelque chose le turlupina – notamment les hennissements. Ces derniers semblaient… Différents. Enfin, c’étaient des hennissements, aucun doute possible, mais ils semblaient avoir quelque chose d’irréel, de presque magique. Magique ? Mais qu’est-ce que tu racontes mon pauvre ami. Tu vas nous faire une crise là ? Tais-toi, laisse-moi résoudre cette énigme d’abord. Oh, fait donc l’ami. Oui, dans certains moments de stress, Alester avait tendance à se parler à lui-même. Mais c’était son petit secret. Déjà que la plupart des gens le craignaient pour sa sinistre réputation, il était inutile de rajouter l’option « entendre des voix » à la liste déjà bien longue de ses tares.

« Je crois que c’est du sang de licorne… » Alester s’arrêta tout net, un sourire aux lèvres. « Mon pauvre garçon, il m’apparaît désormais clairement que vous êtes mentalement déficient. Ce n’est pas dramatique en soi, mais je comprends mieux la situation désastreuse dans lequel se trouve le royaume avec vous en conseiller. Savez-vous que… » Le Lion du Bief se tût en constatant la tâche argentée que patouillait le valyrien. Serait-ce vrai ? Sans un mot et sans délicatesse, Alester écarta Valyron et plongea ses doigts dans l’étrange liquide. Poisseux, comme le sang. Mais il se devait d’être sûr. Et puis, si c’était bien ce que ce sacripant de Port-Réal pensait, l’aubaine était trop belle. Le sang de licorne avait, selon les légendes et les contes de bonnes femmes, des propriétés curatives extraordinaires. Alester goûta l’étrange liquide. Un sourire apparu sur son sinistre faciès.

« Un goût de fer… Vous avez peut-être raison cher Valyron, nous avons affaire à cette créature de légende. Et cette pauvre petite bête est blessée ! Venez, nous n’avons pas de temps à perdre ! Nous devons la retrouver avant qu’elle ne rende son dernier soupir ! »

Le seigneur de Froide-Douve s’élança d’une vigueur retrouvée, étonnant au vue de sa constitution fragile. Était-ce les quelques gouttes de sang de licorne qu’il avait ingéré qui lui faisait déjà de l’effet ? Non. Mais la perspective de récolter suffisamment de sang pour combattre sa maladie – voire mieux encore, la faire disparaître entièrement – sûrement beaucoup plus.

Alester aiguisa son regard et repéra d’autres traces de sabots, puis une tâche de sang. Puis deux, puis trois. La piste semblait être la bonne et les deux gaillards s’approchaient de l’animal blessé. Cette journée ne serait peut-être pas si mal après tout. Une rencontre avec une créature mythique et s’abreuvait de son sang, quoi de mieux, n’est-ce pas ? Bon certes, il était dit que l’âme de celui qui boira du sang de licorne serait maudite à jamais, mais au point où il en est. Les Sept l’ont déjà sept fois maudits, alors une de plus ou une de moins…

Après une bonne vingtaine de minutes de crapahutage dans l’épais sous-bois, les deux compères débouchèrent sur une large clairière. En son centre, se tenaient d’immenses mégalithes de pierres, tous gravés de symboles mystérieux, pour la plupart recouvert de mousse. Des urnes, bols et autres récipients se trouvaient aux pieds des roches, et un parfum d’encens et de rose flottait dans l’air. La piste de sang argenté menait vers un large escalier de pierre, au sommet duquel un arbre vénérable étendait ses racines. Au bas des marches, auprès d’une large pierre noire ressemblant à un autel, une licorne encore agonisante s’y tenait. Mais pire, à ses côtés se tenaient quatre silhouettes vêtues de peaux de bêtes, d’ossements clinquants et tatoués des pieds à la tête. Ils tournèrent tous la tête vers les deux invités. Alester soupira.

« Par les Sept Enfers, dans quel merdier sommes-nous encore tombés ? »

Revenir en haut Aller en bas
 

Event RP's en folie #5 – Perdu dans les bois !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Event RP's en folie #5 – Perdu dans les bois !
» perdu dans la forêt !
» Event RP's en folie #4 – La Licorne, la Sirène et le Gros Rick
» Petite virée dans le Canyon [libre]
» Le passeport de Monsieur Rouzier s'est-il perdu dans le courrier ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
After the Conquest :: 

Night gathers and now, my watch begins

 :: Audience Royale :: Animations :: Archives des Animations
-