Partagez | 
 

 [Flash Back] A sujet contrariant, douceur des mots - Alys

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Lyanna Stark
NORD
■ Localisation : à Winterfell dans le Nord
MessageSujet: [Flash Back] A sujet contrariant, douceur des mots - Alys   Lun 25 Avr - 18:08

Le banquet, Lyanna aurait mieux fait de ne pas y aller. Et pourtant elle n'avait eu guère le choix. Qu'aurait-on dit si on ne l'avait pas vu ? Assise devant une fenêtre dans les appartements de son fils, Lady Stark plongeait son regard sur l'étendu qui se dessinait sous ses yeux. Comment aurait-elle pu imaginer pareil spectacle. Une odieuse comédie qui s'était jouée devant leur yeux entre son beau-frère Jorah et Lord Bolton. Lord Bolton, elle en rageait. Pourquoi avait-il fallut qu'il se comporta ainsi. Était-il donc à ce point si proche des bêtes qui rodent la nuit pour ainsi gâcher un banquet qui aurait du être parfait. Oui un banquet parfait pour accueillir une enfant entre les murs de Winterfell. Parce que Lady Alys Manderly n'était encore qu'une enfant. Elle était venue ici pour devenir la pupille des Stark. Pupille des Stark, un avenir brillant pour une petite sirène qui rayonnait de sa blonde chevelure. Elle ferait chavirer bien des cœurs quand elle serait plus grande, Lyanna en était certaine. Elle l'avait longuement observer, elle la Dame de Winterfell, pendant que les homme s'écharpaient de vives voix. Rhaenys Stark aussi avait accueilli comme il se doit la petite sirène de Blancport. À croire que seule les femmes savaient se tenir dans le Nord.

Mais à l'heure actuelle, elle se devait de faire quelques pour la jeune Lady Manderly. Si les siens n'étaient pas capable de montrer un peu de douceur envers elle, alors c'était de son devoir de le faire. Elle, le «Soleil d'hiver», elle allait le faire. C'était d'ailleurs dans ce but qu'elle avait envoyé une de ses dames pour aller chercher Alys Manderly. Elle la recevrait ici, dans les appartements de son fils. Ils étaient bien plus chaleureux que les siens et la présence de son fils amendait la conversation dans de meilleurs conditions.

Lyanna attendait là, toujours assise à la fenêtre que sa dame ne revienne avec Lady Manderly. L'attente ne fut pas si longue que cela. Rapidement, des bruits de pas raisonnèrent et se rapprochèrent de la porte. Le bruit de quelqu'un qui frappait à la porte parvint jusqu'à elle. Lyanna se leva et ajusta sa robe.

« Entrez je vous en prie. »

La porte s'ouvrit laissant apparaître Alys et la jeune femme qui était parti la chercher. D'un geste et d'un sourire, Lady Stark fit comprendre qu'elle pouvait les laisser seules. « Venez vous asseoir Lady Manderly. Je vous en prie. »

Lyanna s'avança et alla prendre place sur l'assise près du lit de son fils. « Comment trouvez-vous vos premiers jours à Winterfell ? » demanda Lady Stark en souriant. Puis elle prit une mine plus grave, plus attristée aussi.

« J'aimerai m'entretenir avec vous Lady Alys de ce qui s'est produit l'avant-veille. Si vous le voulez bien. Je pense qu'il est important d'y revenir. Mais je comprendrai si cela vous chagrinait quelques peu. Il faut bien avouer que les hommes se sont comportés comme des animaux en votre présence. » Lyanna soupira. Pourquoi c'était à elle de faire cela. Franchement, elle devait encore passer après les bêtises des autres. Alys Manderly avait sûrement mal pris l'histoire, le contraire aurait été étonnant. Se conduire de la sorte alors que Winterfell accueillait la nouvelle pupille des Stark.

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Alys Manderly
NORD
■ Localisation : Winterfell.
MessageSujet: Re: [Flash Back] A sujet contrariant, douceur des mots - Alys   Mer 27 Avr - 10:46

A sujet contrariant, douceur des mots

Lyanna & Alys

Alys observait son reflet dans le miroir, impassible figure d’une beauté rare. Une jeune fille, certainement plus âgée qu’elle, était en train de brosser sa longue crinière de cheveux blonds d’une pâleur rare. La jeune servante avait elle-même relevé ce détail, n’hésitant pas à aller jusqu’à dire que de pareils cheveux, elle n’en avait vu que sur la tête de sa suzeraine, lady Rhaenys. Un léger sourire avait alors échappé à notre petite sirène qui se voyait fortement complimentée d’être comparée à ce modèle qu’elle voyait comme idéal. Elle avait plus que hâte de rencontrer dans d’autres circonstances celle que beaucoup ici appelait la dragonne de glace. Dans son for intérieur, la jeune fille espérait bien pouvoir entrer dans ses bonnes grâces afin de toujours se rapprocher d’elle et de cette image parfaite, oscillant entre la battante et la délicate, de la jeune Suzeraine, autrefois princesse des Sept Couronnes. Avant son arrivée à Winterfell, la jeune Alys n’avait pu apercevoir la jeune Valyrienne que dans des circonstances publiques telles que son mariage avec lord Jorah ou encore, le mariage avorté de Katherine à l’héritier de la famille Cerwyn auquel les Stark avait été conviés. Aujourd’hui, elle pouvait se vanter d’avoir pu lui parler en temps que personne et non simplement sujet.

Cela faisait maintenant deux jours que la petite sirène était à Winterfell, sa nouvelle demeure. Et ces deux jours se montrèrent mouvementés autant que véritablement épuisant pour les nerfs de tous. Le banquet qui avait été dressé en l’honneur de la nouvelle pupille des Stark avait tourné au cauchemar et tous avaient, vraisemblablement décidé de choisir cet instant pour céder à la colère, la rancœur. Pourtant, il était bien rare pour les Stark d’accueillir pareil évènement, le dernier remontant à l’arrivée de la cousine de Jorah, Etaine Arryn, en tant que pupille de Jeor et Selena Stark. Deux pupilles, deux circonstances et deux finalités bien distinctes. Car en effet, au lieu de tenir leur rang, tous avaient décidé de venir verser du poison sur cette table qui aurait du être radieuse et en joie. Jorah Stark n’avait que peu apprécié l’arrivé de Roderik Bolton et des accusations sans preuve avaient fini par fuser entre les deux seigneurs, s’accusant l’un et l’autre d’une complicité malsaine avec le Cruel. Si les choses avaient pu s’arrêter là, elles ne furent pas ainsi. Adéric Manderly, frère d’Alys et nouveau seigneur de la maison, avait cru bon de prendre la parole, espérant calmer les mœurs mais en venant presque à défier son suzerain pour excuser un homme qui manquait sans détours de respect à Jorah. Alors Alys avait vu rouge. Celle qui avait longuement observé ses pairs s’était dressée et avait pris la parole, recentrant l’attention sur elle, incendiant du regard son frère et noyant le Bolton dans les eaux glacées et océanes de ses prunelles, lui exigeant des excuses. Elle avait pris un risque, mais avait également montré qu’elle n’était pas qu’une simple enfant idiote qui finirait écrasée sous le poids de nombreux Hommes qui choisiraient définitivement son avenir et qui pourrait se permettre bien des choses. Le geste et les mots furent accueillir par tous avec respect et appuyés par la Suzeraine du Nord et le Soleil de l’Hiver. Ainsi, les dames appelèrent au calme et à la sérénité, rappelant l’ordre du jour.

Quand elle y repensait, Alys n’avait aucun regret. Elle n’avait jamais apprécié les seigneur Bolton et son ambition et avait souhaité plus que jamais rattraper les mots de son frère en frappant fort et en affirmant sans équivoque sa loyauté à cette famille qui l’accueillait comme une de leur fille. Trois coups résonnèrent à la porte et la petite sirène sortit de sa torpeur, autorisant l’entrée dans la pièce de cet invité surprise. Une autre servante entra, s’inclinant bien bas devant la jeune pupille. Elle lui indiqua alors que lady Lyanna souhaitait la recevoir dans les appartements du jeune Aidan. Alys sourit avec douceur et hocha la tête. Elle remercia l’autre demoiselle et se leva, sa longue crinière blonde de sirène ondulant dans son dos jusqu’à tomber dans le creux de ses reins. Elle suivit silencieusement la jeune fille, le tissu ample de sa robe se mouvant à chacun de ses pas. Le dégradé de couleur était magnifique, nuances de bleus et de gris brodées à la perfection. Elle arriva devant la porte sur laquelle la servante frappa de nouveau. Une voix douce et claire leur permit l’accès à la pièce et la jeune servante ouvrit la porte, laissant Alys pénétrer la pièce.

Sa venue à Winterfell étant encore récente et elle n’avait guère eut l’occasion de découvrir la totalité de l’endroit. Son frère était reparti la veille dans une ambiance maussade et elle avait pris alors soin de se familiariser avec les lieux les plus importants, comme l’accès à ses appartements, celui à la salle principale et celui aux cuisines où elle adorait passer furtivement pour prendre quelques victuailles supplémentaires sous le sourire amusé des cuisiniers. Elle avait toujours vécu ainsi et ce n’était guère le changement de fief qui changerait cela. Mais déjà, certains aspects de Blancport lui manquaient et elle espérait pouvoir compenser ce manque en se trouvant de nouveaux loisirs. Pour l’heure, elle observa avec attention les appartements chaleureux d’un garçonnet qu’elle n’avait que croisé et qui était resté timide et poli à son égard. Et pourtant, la jeune fille était persuadée qu’il finirait par devenir un point de repère essentiel dans tout ceci, lui et sa cousine bâtarde Cathan.

Lady Lyanna congédia la servante. Les longs cheveux noirs de la lady tranchaient merveilleusement avec le teint pâle de son visage, lui donnant cet air mélancolique qui lui allait si merveilleusement bien. Alys exécuta alors une révérence parfaite, quelques mèches de ses cheveux venant se glisser contre ses joues. Elle salua avec respect l’épouse de Theon Stark. S’il y avait un loup dont elle se méfiait, c’était bien lui. Elle le savait curieux et, dans le passé, il avait déjà essayé de découvrir quels genres de petits secrets pouvaient cacher ces tritons. La mort de Martial n’avait certainement que permise pour lui de remettre de l’huile sur son feu et le regard qu’il avait sur elle ne lui laissait entendre qu’il souhaitait plus que tout découvrir ce que cette mort dissimulait. En bref, il était tout l’opposé de lady Lyanna qui, elle, se voulait discrète et réservée et respectait également la part d’intimité des autres.

Le Soleil d’Hiver invita alors la petite sirène à venir s’asseoir à ses côtés et Alys s’exécuta avec un sourire sympathique. Elle trouvait les lieux beaux et plaisant et le fait d’avoir la présence d’Aidan, qui semblait occupé à écrire, non loin d’elles, allait forcer la discussion à se passer sous les meilleurs hospices. La brune lui posa une première question, lui demandant comment les premiers jours s’était déroulés pour la jeune fille dans cette forteresse. Le regard d’Alys s’illumina légèrement. « Oh ! Tout se passe pour le mieux et ces quelques jours furent reposant, surtout depuis le départ de tous vos invités pour cet événement. J’essaie de me familiariser avec les lieux et surtout, je dors bien. » Le sommeil avait été une chose qu’Alys pensait ne jamais retrouver et il avait été l’une des raisons de son départ de Blancport. Les nombreux cauchemars de la jeune fille lui rendait les nuits impossibles. La mort de Katherine, celle d’Edmure et surtout, son geste meurtrier envers son père la hantait. Chaque nuit, l’une de ces horreurs ressurgissait et venait la réveiller brusquement, parfois même en hurlant. Sophia Manderly, sa mère avait alors prit la décision d’éloigner sa fille de cet endroit riche en émotions pour elle et, durant quelques nuits, Severus avait tenu compagnie à sa grande sœur afin de la rassurer. Mais aujourd’hui, tout ceci semblait être derrière elle.

La mine de Lyanna se fit plus grave et Alys anticipa le sujet sur lequel elle allait dévier. Le banquet. Le sourire de la petite sirène s’effaça et son regard océan se baissa. Elle poussa un léger soupir tandis que la lady de la maison Stark expliqua ce souhait d’en reparler avec elle. « Je ne suis guère chagrinée, lady Lyanna. Je suis révoltée. » La force d’esprit de la native de Blancport n’était dès lors plus à prouver. Elle était encore en colère devant la tournure qu’avait pris cet évènement qu’elle avait rêvé aussi parfait qu’honorifique pour elle. Le terme « animaux » était encore trop aimable devant l’échauffement des esprits qui avait manqué de finir en rixe. Mais pire encore, Alys en voulait affreusement à son frère. « Les hommes pensent faire ce qu’il faut mais oublient parfois l’importance que les mots peuvent avoir, surtout lorsqu’il sortent de leur bouche. Lord Bolton est un idiot qui ne respecte nullement votre beau-frère qui ne sait plus comment agir avec lui si ce n’est de manière frontale. » Surprenante et inattendue, la jeune Alys avait déjà passé au peigne fin la situation et avait su e déduire certaines choses qui ne paraissaient pas forcément évidentes dans l’immédiat. Sa capacité d’observation n’était pas restée à Blancport, c’était chose certaine.
crackle bones

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

The Little Mermaid
Oh Alys, dear, where have you been ? So near, so far or in between ? What hav you heard, what have you seen? Alys, Alys, please, Alys.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Lyanna Stark
NORD
■ Localisation : à Winterfell dans le Nord
MessageSujet: Re: [Flash Back] A sujet contrariant, douceur des mots - Alys   Sam 30 Avr - 23:38

Lyanna regarda la petite sirène s'asseoir à ses côtés. Elle était vraiment magnifique avec ses longs cheveux blonds. Si on ne le savait pas, on pourrait croire qu'elle est une parente des Targaryens. Ces êtres venant de l'ancienne Valyria. Elle pourrait être une parente de Rhaenys Targaryens, l'actuelle reine du Nord. Lyanna n'aimait pas Rhaenys. Elle ne lui faisait pas confiance. Mais elle ne disait rien, elle se contentait de rester polis, aimable et respectueuse envers sa souveraine. Pourtant, si la princesse sudienne n'était pas venue, le Nord ne se serait pas engagé autant dans la guerre, du moins elle le croyait. Mais tout allait bien. Lady Alys n'était pas liée aux Targaryens. Elle était Manderly et elle était la pupille des Stark depuis moins d'une semaine. Et lorsque Lady Stark demanda comment se passait l'installation de la jeune fille, Alys sourit. Lyanna lui renvoya son sourire. Lady Alys était contente. Tout ce passait au mieux, surtout depuis que leurs invités étaient partis. Lyanna pouvait le comprendre. L'effervescence des festivités pouvaient fatiguer.

« Je suis ravie d'apprendre que tout va pour le mieux. La nuit sont fraîches mais si vous parvenez à vous laissez emporter par le sommeil alors c'est très bien. »

Lyanna avait souri une dernière fois avant d'aborder le sujet épineux. Le banquet, il allait falloir trouver les mots juste. Lady Stark le savait. Et la réaction de la jeune fille qui se tenait à ses côtés confirma ce qu'elle pensait, ou plus exactement ce qu'elle avait quelque peu sous-estimé. Il était rare que le Soleil de l'Hiver se méprenne, mais visiblement elle n'avait pas exactement cerné le caractère de la demoiselle. Mais cela ne l'ennuyait pas le moins du monde. Lady Manderly semblait avoir un caractère bien à elle et semblait également avoir quelques prédisposition pour l'observation. C'était une qualité chez les dames de leur rang. Si leur place ne leur permettait pas réellement de prendre par aux discussions les plus importantes, leur talent d'observatrice était utile. Il leur permettait d'intervenir dans un situation avant qu'elles ne s'enveniment de trop.

Lyanna avait un court instant froncé les sourcils. Quelque chose venait d'attirer son attention dans les paroles de la jeune lady. Voulait-elle dire qu'elle peinait à trouver le sommeil à Blancport, chez elle ? Peut-être ? C'était une supposition que pouvait se faire la belle-sœur du roi du Nord. Cependant, elle ne chercha pas en savoir davantage. Lady Alys aurait bien le temps lui en parler si elle y tenait. Lyanna se contenta de se concentrer à nouveau sur leur discussion quelque peu épineuse. Le banquet n'était pas un sujet facile. Et pourtant il fallait bien que quelqu'un l'abord. Elle en avait touché naturellement deux mots à son cher époux, Theon Stark. Elle lui avait fait par de son mécontentement. Les reproches, surtout lorsqu'ils venaient d'un être tel que son épouse, étaient toujours plus facile à entendre lorsqu'ils étaient dits dans l'intimité des alcôves et des draps. Et cela, l'ancienne Karstark le savait parfaitement. Et affirmer qu'elle en jouait était peu dire. Elle avait toujours profité de ces moments à eux pour parler à son époux. Et l'homme lui prêtait une oreille attentive pour la plupart des sujets. Avec le temps, la complicité du couple permettait à la jeune femme de s'exprimer plus librement. Ce qu'elle ne pouvait ou n'osait pas dire, par timidité ou respect, elle le laissait s'échapper face à son époux. Alors cette fois encore, après le banquet, elle en avait parlé, sans détour, aucun.

Lyanna tiqua lorsque la jeune pupille des Stark parla de Lord Bolton. La jeune femme aux cheveux bruns dût masquer sa réaction un peu trop flagrante. Comment la petite sirène de Blancport pourrait-elle comprendre une telle réaction ? À dire vrai personne mis à part les Karstark et les Bolton pouvaient la comprendre. Et en même temps, Alys Manderly avait parfaitement analysé la situation délicate qu'était celle du Nord. Roderik Bolton en voulait à Jorah Stark et le Roi du Nord ne savait sur quel pied danser face à une telle arrogance. Lyanna quant à elle, était maintenant de plus en plus prise au piège entre les deux familles, voir les trois familles qu'étaient les Stark, leurs cousins éloignés Karstark dont elle était une représentante et les Bolton de Fort-Terreur. Lady Stark inspira profondément et tenta de donner son avis sur le sujet.

« Vous avez bien compris la situation lady Alys. En effet les rapports entre Lord Bolton et mon beau-frère sont quelque peu houleux. Pourtant, Lord Bolton est une personne tout à fait respectable. Il faut simplement le connaître. Attention, je ne dis pas là que je défends son attitude. Elle était déplacée, irrespectueuse et envers le roi et envers vous. Quant à sa verve, il est vrai qu'il y a du mépris pour notre roi. Mais c'est un homme loyal envers le Nord et en cs temps difficiles, c'est une donnée que nous ne pouvons omettre. Mais je ne peux vous laisser dire qu'il s'agit d'un idiot ! »

Oups, Lyanna s'était peut-être un peu emportée sur cette dernière phrase. Ce n'était pas dans ses habitudes, mais elle ne pouvait laisser dire ainsi la jeune fille. Elle ne connaissait pas Roderik aussi bien qu'elle. Elle ignorait tant de chose. Lord Bolton avait certes des défauts, mais il avait des qualités qui tendaient à s'estomper face à son attitude arogante et déplacée. C'était si dommage. Lyanna se leva et alla embrasser sur le front son fils. Elle s'agenouilla à ses côtés et reprit.

« Vous avez néanmoins raison sur un point. Les homes ne se rendent pas comptes de l'importance des mots. C'est pourquoi c'est parfois à nous de le leur rappeler. C'est pour cela que je n'ai pu laisser passer un tel acte en votre présence. Je ne pouvais pas ne pas réagir. Pourtant c'est moi, ici qui vous aie fait venir. Puissiez-vous pardonner un jour les paroles d'hommes déjà sous l'emprise de l'ivresse. Et si cela vous sied, je pourrai vous aider à vous acclimater davantage à Winterfell. Mais sachez lady Alys, qu'importe le comportement de nos hommes, nous sommes ravis de vous avoir ici. Et ce n'est certes pas ma belle-sœur qui dira le contraire. Avez-vous déjà parlé à sa Majesté Rhaenys ? » demanda lady Stark en amenant avec elle Aiden sur l'assise.

Elle passa une main douce dans ses cheveux et regarda la jeune fille. Elle avait pris soin d'alterner la conversation du banquet avec d'autres plus agréables. Cela pouvait surprendre mais elle croyait vraiment que cela passerait mieux ainsi.

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Alys Manderly
NORD
■ Localisation : Winterfell.
MessageSujet: Re: [Flash Back] A sujet contrariant, douceur des mots - Alys   Lun 9 Mai - 11:50

A sujet contrariant, douceur des mots

Lyanna & Alys

Alys était de ces jeunes filles qui avaient, certes, une éducation, mais qui ne se privaient pas pour dire haut et fort ce qu’elle pensait et ce qu’elle voyait être comme important d’être signalé. La jeune blondinette avait toujours affiché ce caractère têtu et rebelle auprès des siens et ce n’était pas un changement de fief qui allait la changer du tout au tout. Elle ne doutait pas qu’elle aurait à tempérer sa manière de penser et de parler, à prendre un peu de plomb dans le crâne et se montrer plus mature que lorsqu’elle était partie. C’était là une nécessité et un souhait de la part de ses proches. Même Severus lui avait fait entendre cela avant qu’elle ne parte, cherchant à apaiser cette colère qui régnait en elle. De tous les enfants que Martial avait mis au monde, il avait certainement été celui qui avait été le plus épargné par tous les pêchés commis par ses pairs. Katherine et Doran avaient partagé la luxure, Edmure avait combiné envie et orgueil, Adéric lui avait bien ressemblé jusque là et Alys n’était devenue que colère. Seul Severus avait pu prendre assez de recul, certainement de part son statut qui faisait de lui un fils rejeté par son père et donc protégé du poison qu’il répandait dans le cœur de ses enfants.

Les réactions de Lyanna face à chacune des paroles de la jeune Manderly n’échappèrent pas à cette dernière. Que ce soit le large sourire tendre qui se dessina sur ses lèvres lorsque la petite sirène lui affirma passer de bons moments déjà, dans ces murs, ou alors lorsqu’elle osa insulter le Seigneur Bolton sans même se poser la moindre question. N’était-ce pas que justice ? Et pourtant, dès lors que lady Lyanna prit une inspiration, Alys se douta que celle-ci n’irait pas dans son sens et ce fut les sourcils froncés que la jeune fille accueillit les paroles de la brune. Quelque peu houleux. Alys n’aurait pas été en compagnie d’une Stark, elle aurait certainement explosé d’un rire franc tant la mesure de ces mots était presque ridicule. Tout le Nord avait pu constater la franche opposition dans les rapports entre Stark et Bolton. Puis, Lyanna prit ouvertement la défense de ce rustre écorché. Les lèvres d’Alys se pincèrent. Elle n’avait guère envie d’apprendre à connaître lord Bolton, mais plutôt de lui enfoncer un poignard en plein cœur. Chacun des mots qu’il prononçait semblaient être un poison plus mortel encore que celui qu’elle avait fait boire à son père.

Bien que Lyanna reconnaissait les torts de cet homme, elle conclus ce court monologue en insistant sur le fait que le seigneur de Fort-Terreur n’était guère un idiot. « C’est pourtant l’impression qu’il donne. » La voix d’Alys avait claqué comme un fouet et ce n’est qu’après coup qu’elle réalisa avoir parlé à voix haute, baissant légèrement le regard sans pour autant revenir sur ses paroles. Elle n’avait pas à s’excuser ou à se chercher des excuses, elle pensait ce qu’elle disait, toujours. Le seigneur Bolton était un idiot avare de pouvoir et aux ambitions bien plus grandes que le Nord tout entier ne pouvait réellement le penser. La petite sirène avait un vilain pressentiment le concernant et elle ne pouvait s’empêcher de se montrer sceptique au sujet de cet individu qui avait, finalement, participé à ridiculiser son frère. Et qui l’avait ouvertement associée à un complot rejoint à Maegor, ne l’oublions pas.

Le Soleil de l’hiver se leva et s’approcha du jeune Aidan qui adressa un sourire à sa mère. L’image était belle et, dans le fond, tordait doucement le ventre d’Alys, envieuse d’avoir des nouvelles de ses proches dès que possible. Elle était plus âgée que le jeune garçon, c’était une évidence, une petite dizaine d’années les séparaient, et pourtant, la jeune fille avait toujours été proche de sa mère et ne pas l’avoir à ses côtés allait lui manquer, elle le réalisa dès à présent. Cependant, elle ne dit rien, se contentant de sourire au jeune garçon qui lui lancé des coups d’œil curieux. Lady Lyanna reprit alors la parole, donnant raison à Alys sur quelques points. Il était dur pour Alys de se laisser aller à une seule émotion tant les notes variées que donnait la louve par alliance dans ses propos étaient opposés. D’un côté, elle méprisait ces imbéciles qui avaient cru bon de penser qu’ils pouvaient tout se permettre devant une assemblée si variée et, en même temps, elle avait envie d’éclaircir ces pensées avec les petites joies que sa présence à Winterfell lui apportait. Elle sourit faiblement avant de se laisser à un soupir tandis que Lyanna et Aidan venait reprendre place à ses côtés. « J’aimerais vous croire quand vous parlez d’ivresse, lady Lyanna, mais je crains que ce ne soit malheureusement qu’une excuse de plus pour eux… » La pilule allait véritablement avoir du mal à passer. Elle releva son regard océan sur la brune. « Plus que Lord Bolton, c’est à mon frère, Adéric, que j’en veux. Par les Sept, si j’avais pu lui mettre une véritable baffe devant tout le monde sans attirer la honte sur lui, je vous jure que je l’aurais fait… Mais que voulez-vous, nous ne sommes pas des animaux et mon aîné à déjà assuré le spectacle sans mon aide… » Le regard d’Alys s’assombrit et l’envie de massacrer son frère à coups de cuillère en argent la démangeait encore. Elle secoua la tête, essayant de chasser ces pensées de son esprit et s’attardant plutôt sur celles qui rayonnaient dans son esprit. « Je suis heureuse de savoir que ma venue vous réjouit malgré tout ce qu’elle semble déclencher. Je n’ai malheureusement pas eu l’honneur de rencontrer de manière plus privée lady Rhaenys, non. Je dois avouer qu’elle est assez intimidante et que je ne sais si j’oserais seulement l’aborder… Est-elle véritablement un dragon ou bien n’est-ce là qu’un mythe ? Car je ne me sens pas de taille à affronter une telle créature… Blancport a beau me prendre pour une sirène, je n’ai plus d’eaux sombres pour me dissimuler ici. »
crackle bones

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

The Little Mermaid
Oh Alys, dear, where have you been ? So near, so far or in between ? What hav you heard, what have you seen? Alys, Alys, please, Alys.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Lyanna Stark
NORD
■ Localisation : à Winterfell dans le Nord
MessageSujet: Re: [Flash Back] A sujet contrariant, douceur des mots - Alys   Mar 31 Mai - 14:58

La dame de Winterfell n'avait rien dit lorsque la voix de la jeune fille avait claqué dans la pièce. Le moins que l'on pouvait dire c'était qu'elle avait du caractère. Elle semblait dire ce qu'elle pensait sans véritablement se soucier de qui se trouvait devant elle. Elle venait de redire que Lord Bolton était un idiot et cette fois Lyanna ne prit pas la peine de démentir. Cela ne servirait probablement à rien. La jeune fille ne pouvait comprendre l'attachement que la Stark avait pour cet homme qui s'opposait pourtant à son beau-frère. En tant normal, s'il s'était agi d'un autre vassal des Stark, le Soleil d'hiver n'aurait jamais réagit avec autant de complaisance et d'affection. Les murs de Winterfell aurait déjà entendu sa voix exprimer tout son mécontentement auprès de son cher époux Lord Théon Stark. Mais ce n'était pas le cas. Alors Lyanna Stark s'était contentée de lui adresser un regard le plus apaisant qu'il soit lorsque la jeune Alys Manderly baissa les yeux après ses mots.

Aidan était toujours à leur côté. La mère couvait du regard son fils tout en écoutant la nouvelle pupille des Stark. L'ivresse était certes pas sûrement pas la seule cause du comportement des hommes du Nord lors du banquet. Mais Lyanna les connaissait bien et elle savait aussi que l'alcool faisait tourner les têtes et les esprits. Les hommes étaient plus sensibles et le ton montait plus rapidement que d'ordinaire. C'était une des raisons pour lesquelles la mère n'aimait pas les grandes fêtes nordiennes. Il y avait bien trop d'alcool qui coulait pour que toutes les festivités ne se terminent sans quelques mots regrettables.

Soudainement, les traits de la mère se tirèrent légèrement. Elle plongea son regard dans celui bleuté de la jeune fille qui se tenait à ses côtés. Son fils descendit de l'assise et retourna à ses occupations sentant sûrement que sa mère n'était plus dans les mêmes dispositions vis à vis de la jeune fille. Quelque chose s'était passé et le garçon l'avait senti. Il fallait dire qu'il connaissait sa mère aussi bien qu'elle le connaissait elle. Lyanna avait toujours privilégié son fils à toute autre activité. Elle le faisait toujours passer en premier et cela n'était pas près de changer.
Une fois le garçon éloigné, Lyanna passa une main dans ses cheveux bruns. « Je comprends. Mais cet acte aurait été bien regrettable, lady Alys Manderly. Nous ne sommes pas les personnes qui doivent se battre. Une Lady se doit de rester à sa place et notre place est bien plus celle de la parole que du fer ou du gant. Se contenir et en parler dans l'intimité, voilà qui est plus notre rôle. Si vous avez quelques choses à reprocher à votre frère, faîtes-le par un corbeau ou en privé. Ne donnez jamais aux autres une raison de parler sur vous. Vous comprenez sûrement aisément pourquoi je vous donne ces conseils. Mais si je peux vous faire une confidence, sachez lady Manderly que je ne vous aurais pas retenu. Parfois nos nerfs sont mis à durs épreuves. »

Lyanna sourit à la jeune fille assise à ses côtés. Elle regarda son fils du coin de l'oeil et un trait d'amusement s'afficha bientôt sur son visage. La jeune Manderly avait ce petit quelque chose qui amusait la mère. Elle semblait si innocente et pourtant son esprit était vif. Mais pour cette fois, elle sous-estimait la relation entre l'écorché et le loup. L'arrivée de la petite sirène à Winterfell avait juste placé au même endroit les deux hommes avec les conséquences que cela avait provoqué. Mais peu importait, si ce n'était pas ces quelques jours, un autre imprévu ou un autre jours aurait amené le roi et son vassal à se croiser. Lyanna reprit son sérieux et poursuivit. « Vous savez lady Manderly, votre arrivée n'était qu'un prétexte que mon beau-frère et Lord Bolton ont su saisir pour se confronter l'un l'autre. Mais je ne pensais pas que Lord Bolton viendrait où qu'il réagirait de la sorte, ni même notre roi. » La Louve s'interrompit et soupira. Rhaenys, comment en parler. Elle ne savait pas vraiment. Elle avait toujours eu du mal avec la sudienne. Évidemment, elle l'avait accueillie à Winterfell avec beaucoup d’appréhension. Elle, la belle Rhaenys, sa souveraine, elle ne pouvait s'empêcher de se méfier d'elle. Elle venait de ces terres du Sud et voilà qu'elle était devenue reine du Nord. Mais le caractère de la louve avait essayé de comprendre la reine, d'être aimable avec elle. Mais avec ces dernières années de guerre, son regard était plus froid envers celle qui était sa souveraine. Elle lui en voulait de murmurer ces paroles belliqueuses aux oreilles de Jorah. Elle ne savait si cela était réellement vrai ou non. Mais ce dont elle était certaine, c'était que cette guerre n'avait apporté que malheur. Elle y avait perdu son frère, héritier de Karhold, laissant après la mort de son père sa sœur seule héritière des terres. Cette guerre maudite, et son poux qui en était revenu blessé. À ces souvenir son sang se glaça. Une larme roula le long de sa joue qu'elle essuya rapidement avant que son fils ne la voit. Toujours rester forte, elle le pouvait, elle n'avait pas le choix. Mais alors comment parler de la reine. Lyanna chercha ses mots un long moment. « Sa Majesté Rhanys n'est pas un dragon, rassurez-vous lady Alys. » commença-t-elle. « Mais elle a le caractère des femmes du sud qui n'est pas le nôtre sur les terres du nord de Westeros. Mais c'est une femme qui mérite d'être connue et comprise à sa juste valeur. Elle est une reine du Nord et une princesse des Sept Couronnes admirable. » Lyanna ne disait pas tout. Elle gardait certaine chose pour elle. La mère savait qu'il était préférable de garder pour soi certains avis. Non pas qu'elle n'avait pas confiance en la petite sirène qu'était la jeune Manderly, mais elle était prudente. Et puis tous ces mots étaient justes. Elle les avait toujours pensés. Mais elle n'arrivait toujours pas à comprendre véritablement Rhaenys Stark. Cette femme qui agissait plus pour le bonheur de sa famille de naissance alors qu'elle aurait du se dévouer davantage au Nord. C'était sur ce point précis que le Soleil d'Hiver ne comprenait pas le Dragon. Lyanna était une Karstark de naissance mais depuis le jour, l'heure, la minute, même la seconde où son père avait retiré la cape argenté aux couleurs des Karstark, à la seconde où Theon Stark avait posé sur ses épaules celle qui arborait les couleurs des Stark, Lyanna avait cessé d’appartenir à la maison de son père. Et de puis cet instant et jusqu'à présent, elle s'était dévouée corps et âme aux Stark. Et elle ferait toujours passé les loups avant la forteresse de Karhold. La louve regarda la petite Sirène de Blancport. « Vous n'avez pas besoin d'eaux sombres pour vous cacher, ici, lady Alys. Et puis pourquoi cacher un si joli visage. Craignez-vous que certains hommes ne vous importunes ? Si tel est le cas, sachez que dès que j'en aurai vent cela cessera sur le champ. » Elle se voulait rassurante, amenant dans la conversation un brin de fantaisie.

« Mais pour en revenir à notre conversation, j'espère que vous en retiendrez à l'avenir un meilleur souvenir qu'en ces derniers jours. Avez-vous apprécié ces festivités, en dehors de ce malencontreux incident ? »

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Alys Manderly
NORD
■ Localisation : Winterfell.
MessageSujet: Re: [Flash Back] A sujet contrariant, douceur des mots - Alys   Dim 12 Juin - 23:02

A sujet contrariant, douceur des mots

Lyanna & Alys

Alys avait encore tout de l’enfant. Les traits, les pensées et surtout, l’écoute et la capacité de se faire passer pour plus idiote qu’elle ne l’était. A Blancport, ce genre de comportement lui avait sauvé la mise, plusieurs fois. Mais aujourd’hui, à Winterfell, elle souhaitait grandir, devenir une vraie lady telle qu’elle aurait dû s’appliquer à l’être si elle n’avait pas mené cette petite guerre personnelle à l’encontre de son géniteur. Des années perdues d’enfance et de perfectionnement en grâce et en bien séance. Chose qu’aujourd’hui, elle ne possédait guère à la perfection et cela ne pouvait que se constater lorsqu’elle parlait avec le Soleil d’Hiver. Son tact était absent et sa franchise un peu trop débordante, chose qui aurait très bien pu froisser la brune qui lui faisait face. Mais rien n’y fit et Lyanna Stark demeura souriante et aimable avec cette jeune fille, l’écoutant avec attention et essayant de lui répondre avec sagesse et douceur. Le feu de colère qui possédait Alys ne pouvait que s’étouffer doucement, ne laissant que des braises luisantes en elle, prête à se ranimer au moindre coup de vent mais pour l’heure silencieuses.

Aidan Stark avait choisi de retourner à ses occupations plutôt que de devoir supporter cette conversation ennuyante pour lui. Le jeune garçonnet retourna jouer près de la fenêtre sous le regard bienveillant des deux ladies. La petite sirène savait déjà qu’elle pourrait trouver en lui un compagnon de vadrouilles et de bêtises, la lueur malicieuse qui luisait dans le regard du jeune garçon ne trahissant pas ce fait. Alors Lyanna reprit Alys sur le geste déplacé qu’elle aurait pu avoir durant les festivités qui étaient sensées mettre Manderly et Stark à l’honneur et qui aurait pu entacher l’image unie de ces deux grandes maisons. Mais le geste n’avait eu lieu et le Soleil de l’Hiver ne pouvait que saluer la patience de la jeune fille qui lui faisait face, soulignant malgré tout le fait qu’elle n’aurait retenu ce geste si les nerfs de la blondinette avaient été aussi torturés qu’elle le prétendait. Elle eut alors le mérite de dessiner un sourire amusé sur les lèvres de la petite sirène.

Puis, elles délaissèrent doucement ce sujet fâcheux, afin d’en aborder un autre qui était bien plus intéressant aux yeux de la jeune fille. Lady Rhaenys Targaryen, mariée à Jorah Stark, Suzeraine du Nord, surnommée la dragonne enneigée. La princesse des Sept Couronnes était une source de curiosité pour la petite sirène, et ce, pour plusieurs raisons. La seule image qu’elle avait, avant d’arriver de manière officielle à Winterfell, était celle d’une jeune femme revêche qui n’avait guère mis d’entrain dans ses noces. Ce jour là, Alys s’était étonnée de constater à quel point la dragonne pouvait être comparable à une sirène. Les mêmes cheveux blonds, la même beauté. Depuis lors, elle s’était juré de devenir à l’image de cette princesse et d’acquérir sa force et sa grâce, n’hésitant pas à placer cela dans son anticonformisme célèbre dans la région. Et puis, il y avait le fait que Ser Valyron de Mantarys avait, depuis quelques années, demandé à la jeune sirène de lui donner des nouvelles de ce qu’il se passait dans le Nord, chose à laquelle la jeune fille s’était docilement pliée avant de cesser d’écrire à la mort de sa sœur. La suite s’était enchaînée et elle doutait pouvoir reprendre contact avec le Mantaryen sans risquer d’être mal vue par le Nord tout entier, celui-ci s’étant retiré du conflit. Devait-elle en informer Rhaenys ? Elle ne jugea guère cela utile. Mais il n’avait fait qu’agrandir sa curiosité et sa passion pour la princesse.

Les mots de lady Lyanna ne firent que rendre les yeux d’Alys plus attentifs, brillant de cette curiosité qui la faisait vivre. Elle n’était pas un dragon. Cela, elle avait pu le constater quelques jours auparavant quand elle l’avait poliment accueillie, sans plus de mots que cela. Comme elle aurait aimé pouvoir converser avec elle durant des heures afin d’essayer de mieux la connaître, de connaître le Sud qui l’attirait tant… « Croyez-vous réellement que toutes les ladies du Sud possèdent cette prestance ou bien est-ce là une qualité qui lui est offerte de part son rang ? Si non, j’aurais donné n’importe quoi pour naître dans le sud et posséder cette assurance et ce respect naturel de tous les autres… » Là, elle était l’enfant rêveuse, plus la jeune femme qui cherchait à entrer dans la Cour des grands qu’elle ne contrôlait pas le moins du monde. En revanche, quand elle évoqua les eaux sombres dans lesquelles la sirène avait l’habitude de se cacher, la brune fut des plus douce et gentille à son égard. Elle n’aurait guère besoin de se cacher. L’humour qu’elle ajouta fit doucement sourire Alys, arborant son charmant minois d’un air conquis et à la fois moqueur. « Oh, ne vous inquiétez guère pour moi, si un homme devait agir de manière déplacée à mon égard, vous devriez davantage avoir peur pour lui… » Et elle n’avait pas tout à fait tort. Souvent, les regards s’étaient posés sur cette jeune sirène qui semblait atteindre seulement l’apogée de sa beauté, ne cessant plus de s’épanouir et de devenir plus belle chaque jour. A Blancport, le dernier qui avait tenté de lui faire la cour avait, malencontreusement, fini face contre terre d’une manière inexpliquée et dans une honte immense.

Lyanna revint alors une dernière fois sur le sujet délicat du moment, essayant de savoir si, malgré tout ce qu’il s’était passé, la jeune fille avait su apprécier les festivités. Ave c un sourire aimable, la petite sirène répondit poliment à sa demande. « Eh bien, les mets étaient fameux et votre accueil fut sympathique, à vous à et lady Rhaenys. Lord Jorah était égal à lui-même… Je veux dire, avant qu’il ne s’énerve contre Bolton. » Elle regarda Aidan jouer avant d’élargir son sourire. « Ne vous inquiétez pas lady Lyanna, je ne garderais pas uniquement de mauvais souvenir de ce jour. Je regrette simplement ne pas avoir pu converser avec vous auparavant… Et avoir rencontré le jeune Aidan. Je sens que nous allons beaucoup nous amuser ensemble… » Quand il posa son regard sur elle, la petite sirène lui adressa un clin d’œil complice qui eut pour effet de faire sourire en coin le jeune garçon. Après tout, elle avait beau être plus agée que lui, elle n’en demeurait pas moins une enfant.
crackle bones

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

The Little Mermaid
Oh Alys, dear, where have you been ? So near, so far or in between ? What hav you heard, what have you seen? Alys, Alys, please, Alys.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Lyanna Stark
NORD
■ Localisation : à Winterfell dans le Nord
MessageSujet: Re: [Flash Back] A sujet contrariant, douceur des mots - Alys   Sam 16 Juil - 16:25

Avoir Rhaenys comme sujet de conversation n'enchantait guère la Louve. Pourtant, elle répondait de bon cœur aux questions de la petite sirène de Blancport. Elle comprenait sa fascination pour la princesse des sept couronnes. La question de Lady Alys au sujet de la prestance de la reine souveraine du Nord fit sourire Lady Stark. Elle secoua un peu la tête, cherchant un peu ses mots. Comment ne pas s'embrouiller dans ses explications. Comment ne pas trop faire remarquer qu'elle ne portait pas tant que cela sa reine dans son cœur. Elles avaient des points de vu divergeant et Lyanna n'arrivait pas à passer outre le fait que son beau-frère est pu épouser la nièce d'un homme aussi sanguinaire que ne l'est le roi des sept couronnes.

« Je ne pense pas que cela soit dû à son rang ou au fait qu'elle vienne du Sud. Certaines personnes ont cette prestance, ce je ne sais quoi qui force le respect. C'est bien plus un cadeau des dieux à leur naissance qu'une question de rang et de région où nous voyons le jour. Vous la possédez peut-être sans même le savoir encore. Parfois ce sont les événement que nous vivons qui révèlent aux autres et à nous-même notre force. Vous n'avez pas besoin de regretter ne point avoir vu le jour au Sud pour espérez, ou même développer cette prestance, Lady Alys. » fit Lady Stark avec douceur et une sincère affection pour la petite sirène. Elle le pensait réellement, non pas parce que cela pouvait faire plaisir à la jeune fille, mais parce qu'elle en portait déjà les prémices. Elle pouvait la voir cette force de caractère, Alys avait déjà à son âge un regard critique et juste sur ce qui l'entourait. L'observatrice qu'était la belle-sœur du roi l'avait remarqué dès le banquet d'honneur.

Lyanna était heureuse. Elle arrivait à faire sourire la petite sirène et cela la comblait de joie. Elle sourit en accueillant les paroles de la jeune fille. Elle répondait favorablement à la petite touche d'humour don la Dame de Winterfell avait fait preuve. La jeune fille blonde annonça la couleur concernant le sort du pauvre malheureux qui oserait s'en prendre à elle. Lyanna rigola doucement. Alys Manderly était une fille un peu farouche, indépendante et volontaire et la louve l'appréciait. « Je vous fais alors confiance Lady Alys. Mais tachez de nous les garder en un assez bon état tout de même. Nous aurons peut-être besoin de nos hommes dans un avenir proche, hélas. »

Lyanna laissa là ce sujet bien aimable. Lady Stark revint une dernière fois sur le banquet bien trop inquiète de ce que pouvait penser la jeune fille. Lyanna était touchée des paroles de la petite sirène. Elle avait tout fait pour que l'accueil lui soit agréable et elle devait avouer que voir Lady Rhaenys agir de la sorte avait plu à la louve du Nord. Cependant, Alys Manderly ne semblait pas vouloir passer outre le comportement de Lord Bolton. Lyanna fit une petite mou digne d'une jeune mariée contrarier. Mais le reste lui tira un sourire satisfait et la mère ne put s'empêcher de prendre dans ses mains celles de la jeune fille. Converser avec elle, Lyanna en était ravie et elle accueillait avec joie l'idée de voir en lady Alys une amie et une camarade de jeu pour son garçon.

« Les choses sont ainsi lady Alys. Vous auriez pu venir plus tôt à Winterfell comme ne jamais devoir y vivre. La vie est ainsi faite et nous sommes ravis de vous avoir à nos côtés. Je sais que je vous le redis mais j'y tiens beaucoup. Quant -à mon fils, je suis certaine qu'il appréciera jouer en votre compagnie. Il n'y a hélas peu d'enfants de son âge dans cette forteresse. » Lyanna avait sa réponse. Lady Alys oublierait bientôt les quelques déconvenues ou du moins ne garderai pas uniquement ces moments comme souvenir de ce banquet. Lady Stark pouvait enfin respirer.

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Alys Manderly
NORD
■ Localisation : Winterfell.
MessageSujet: Re: [Flash Back] A sujet contrariant, douceur des mots - Alys   Mar 23 Aoû - 16:37

A sujet contrariant, douceur des mots

Lyanna & Alys

Le sourire d’Alys ne put que s’élargir avec une sincérité profonde devant les mots doux et tendres de la louve. La discussion s’orientait dans une direction plus simple et légère qu’elle n’avait pu l’être au début, et ce n’était pas un mal. Enfin, Alys allait avoir quelques réponses sur cette étrange lady étrangère au Nord et pourtant si merveilleuse dans les airs qu’elle pouvait dégager. La blondinette écouta attentivement chacun des mots de la lady aux cheveux d’ébène, la laissant lui expliquer que bien des ladies pouvaient posséder cet attrait qui faisait d’elles de véritables battantes, des guerrières, des femmes fortes que l’on avait envie de suivre jusqu’au bout du monde. La Princesse des Sept Couronnes semblait déjà posséder le cœur de la jeune sirène en ne lui ayant accordé que quelques paroles durant le banquet tant la fascination que la petite avait pour elle était grande. Mais quand elle comprit qu’il n’appartenait qu’à elle de devenir une lady à l’image de Rhaenys Stark, Alys sourit grandement à lady Lyanna. « J’espère que vous avez raison et qu’un jour, les Dieux sauraient m’accorder cette grâce et cette prestance incroyable. » Un nouveau sourire complice se dessina sur ses lèvres tandis qu’elles reprirent la discussion sur autre chose.

Parler des hommes était chose amusante pour une enfant qui estimait ne jamais devoir se marier. Alors imaginer les éconduire sans gêne ne pouvait que la rendre plus malicieuse qu’elle ne l’était déjà. Certes, elle devrait le faire avec tact, mais elle ne se gênerait pas pour se montrer de glace avec tous afin qu’ils comprennent bien que son cœur est sa main ne sont guère à prendre. Après tout, Alys avait accompli le pire pour ne pas être mariée, sans quoi elle serait déjà quelque part dans le Conflans à subir un mariage avec l’héritier de la famille Nerbosc ou à envisager de mettre fin à ses jours. Alors elle avait pris les devants et avait, tout simplement, assassiné son père. Ainsi, la liberté lui avait été rendue et c’était dans l’antre des loups qu’elle avait pris place et avait tenté sa chance, donc elle ne souhaitait nullement voir des hommes lui tourner autour dès maintenant. C’était hors de question. La terrible sirène ne manqua pas de le souligner avec plaisanterie ce qui ne manqua pas de faire rire le Soleil d’Hiver qui se tenait à ses côtés. Ainsi, elle aurait conscience du genre de caractère rebelle et farouche de la créature des mers et ne manqua pas de lui demander de ne pas trop abimer ces hommes qui ne tarderaient à repartir combattre, d’après elle. Si elle ne le dit pas explicitement, c’est ainsi qu’elle le comprit et la mine d’Alys se fit, à l’image de celle de Lyanna, soudainement moins enjouée.

Alys connaissait les pertes de la guerre. Elles avaient été le point de départ des drames familiaux qu’elle avait subit, Edmure perdant la vie à Harrenhal et Doran disparaissant de ce même combat sans laisser de trace. Ses deux demi-frères lui manquaient à leur manière, parfois, et elle aurait aimait voir leur visage après qu’elle eut achevé leur père, afin de savoir à quel point ils pouvaient être satisfaits de son acte ou non. Mais ils ne pourraient le faire. Les deux jeunes ladies reparlèrent du banquet, essayant de n’en garder que le positif mais Alys revenait, encore et toujours, sur ce terrible dérapage qui avait marqué plus que les esprits. Alors elle essaya tant bien que mal d’affirmer que sa déception était toute autre, ce qui n’était pas faux, en soit, car ce qui aurait dû être un moment de partage s’était transformée en accusations infondées et craintes de trahison à chaque bout de table. Mais Aidan ne pouvait qu’encourager la jeune sirène à passer à autre chose, elle qui se doutait que les enfants en savaient toujours bien plus sur ce qui les entourait qu’ils ne souhaitaient le montrer. Lyanna lui prit alors les mains avec une grande tendresse et le doux sourire de la blondinette se redessina sur ses lèvres. Les mots justes furent prononcés et Alys ne trouvait rien à en redire. Elle ne fit que hocher la tête, en accord avec ce que Lyanna pouvait dire avant de sourire plus largement à l’évocation de jeux avec Aidan. « Je tâcherai de divertir votre fils dès lors qu’il me le demandera alors… J’ai également rencontré sa cousine, Cathan. Ne jouent-ils pas ensemble ? Elle a commencé à me montrer quelques lieux importants de la forteresse d’Hiver… » L’esprit enfantin de la petite sirène se réveilla encore devant ces paroles. Peut-être que bientôt, elle courrait dans les couloirs, les deux enfants sur les talons, leur apprenant comment écouter et épier les autres en toute discrétion. Après tout, elle était un as dans ce domaine, non ?

Le regard océan se posa dans celui, sombre, de la louve par alliance. « Vous savez, la seule chose qui va certainement le plus me manquer de Blancport sera surement mon jeune frère Severus que je ne reverrais certainement jamais. Il va devenir mestre et doit partir pour Villevieille. Alors jouer avec Aidan me rappellera ces instants que j’ai pu partager avec mon frère. » Était-ce vraiment la seule chose qui lui manquerait ? Elle commençait à en douter. L’odeur de l’iode marine et le doux son du ressac dans le port lui manquait déjà, tout comme la fraîcheur de l’eau de la Blanchedague dans laquelle elle n’avait jamais hésité à se baigner, malgré les avertissements de son père. La mer… Où était l’eau, ici, à Winterfell ? Comment faisaient-ils sans cet horizon de liberté qui s’offrait à eux ? La mine d’Alys se fit soudain curieuse quand ele reposa une autre question à la jeune femme. « Avez-vous déjà vu la mer, lady Lyanna ? Cette étendue d’eau infinie qui ne peut être chevauchée que par des chevaux de bois sur lesquels les hommes s’élancent sans savoir s’ils reviendront ? Chaque matin, je me levai et je me dirigeai vers ma fenêtre. Mère avait accepté de me laisser une de ces chambres qui offrent une vue imprenable sur le port et la mer. Chaque jour, je l’observai, ne sachant pas ce qu’il pouvait y avoir de l’autre côté… Ce qu’on pouvait vivre en voyageant. Alors chaque jour, j’avais envie de m’enfuir de chez moi et de vivre une aventure extraordinaire, perdue au milieu de l’eau. Mais jamais je ne pus le faire… » Sa voix se brisait un peu plus à chaque mot et ses doigts se resserèrent doucement autour de ceux de la dame de la maison Stark. Finalement, il y avait bien plus que son frère qui lui manquait déjà.
crackle bones

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

The Little Mermaid
Oh Alys, dear, where have you been ? So near, so far or in between ? What hav you heard, what have you seen? Alys, Alys, please, Alys.
Revenir en haut Aller en bas
 

[Flash Back] A sujet contrariant, douceur des mots - Alys

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Made in Flash Back
» Un professeur un peu spécial... [Flash Back]
» [Flash-back] Such a lonely day, the most loneliest day of my life [Anya ♥]
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» Touché Coulé. [Flash-Back][Pv Ben]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
After the Conquest ::  :: Nord :: Winterfell-