Partagez | 
 

 The taste of revenge

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Allya Baratheon
ORAGE
■ Localisation : Accalmie
MessageSujet: The taste of revenge   Dim 2 Oct - 13:01



Revenge spirit


Quelques jours avant la bataille...


Lady Alerie


Nous n’avons guère le plaisir de nous connaître et j’espère pouvoir rattraper cette erreur grâce à des écrits tels que celui-ci. Si ma place avait encore été dans l’Ouest, j’ose imaginer que nous aurions pu devenir proches.

J’ignore si l’on a pu vous parler de moi. Fille aînée de Byron Reyne, je suis un membre de la famille Lannister par l’alliance maritale qui unit mon père à lady Johanna. J’aime à croire que vous avez déjà pu rencontrer ma téméraire sœur jumelle qui fait actuellement route vers Accalmie où je vis. Si tel est le cas, je ne peux que vous supplier de lui faire confiance en tous point car je serais prête, moi-même, à mettre ma vie entre ses mains. Enfin, je suis également la demi-sœur de Garett, votre époux.

Une lettre m’a fait part de vos noces et je ne peux m’empêcher, aujourd’hui encore, d’en demeurer surprise. J’ose espérer que ce n’est que l’amour qui vous a conduit dans les bras l’un de l’autre et je prierai les Sept pour que ce mariage demeure auréolé de bonheur. Sinon, je suis dès lors désolée d’apprendre cette triste nouvelle et ne peut que compatir à cette forme de trahison. Je crois pouvoir dire, dès lors, que nous sommes toutes deux victimes des manipulations du même homme.

Je ne connais la nature de vos sentiments et peut-être trouverez-vous cette missive osée. Mais je ne connais que trop bien la famille Lannister. Lady Johanna ne porte guère le surnom de Dame de Fer pour rien. Quant à Garett, sous ses airs de jeune homme encore peu sûr de lui, demeure un stratège de talent qui ne fait que manipuler ses proches pour mieux diriger. Pourquoi croyez-vous que sa mère demeure désormais en partie à Castamere ? Je ne peux en vouloir à lady Johanna qui m’a toujours considérée comme une fille. Elle a beau être dotée d’un fort caractère, elle m’a offert l’amour d’une mère que je n’ai jamais eu. En revanche, je ne peux dire que j’ai pardonné à Garett.

J’ignore si vous aviez pu entendre parler de cela au Conflans, mais j’ai été vendue à l’Orage. Lady Arianna devait épouser Jasper Baratheon, non moi. Cette dernière ayant refusé, souhaitant un meilleur parti, Garett s’est donc tourné vers sa sœur qu’il avait obtenue par alliance. Moi. Il m’a « demandé » d’accepter cette union à la place d’Arianna, en tant que frère mais également en tant que Suzerain. J’ai essayé de refuser, mais j’ai rapidement compris que la prochaine sur la liste serait Illya, mon adorée sœur. Alors je n’ai pas eu le choix. Pour la préserver elle, j’ai dû me résoudre à nous éloigner l’une de l’autre. Il n’y a pas un jour où je regrette cette décision car personne ne me manque autant qu’elle, aujourd’hui.

Aussi, si vous pensez voir en Garett un homme droit, sachez que dans l’ombre demeure une part de lui digne des lions de l’Ouest. Je suis une fille de l’Orage étrangère aux Cerfs qui peuplent cette région mais j’ai la chance d’avoir un époux attentionné qui se montre à mon écoute. Il n’y a pas un jour où je serais plus à même de pardonner à mon demi-frère cet acte motivé par une guerre qui a failli m’enlever beaucoup.

Et si, d’aventure, vous saviez déjà toutes ces choses et que vous-même vous sentez étrangère en ces murs, sachez que plus qu’une alliée, j’aimerais devenir votre amie. Je n’ai plus les moyens de faire payer à Garett cet éloignement avec les miens qui me tue doucement, alors que je ne doute pas que vous les trouverez. Si tel est le cas, alors j’attends vivement votre réponses.

Mes plus sincères pensées vous accompagnent, lady Alerie.


Allya Baratheon




• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

The Purple Doe
I will try to be something else, I promise. But I can't tame the lioness which is inside me. I'm born this way and I actually don't wanna change it.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Alerie Lannister
OUEST
■ Localisation : A Feux-De-Joie, fief de la Maison Prestre, en Terres de l'Ouest.
MessageSujet: Re: The taste of revenge   Dim 2 Oct - 23:37





A l'attention de lady Allya Baratheon
Dame de la maison Baratheon, résidant à Accalmie, en Terres de l'Orage

Lady Allya,


Votre franchise me commande d'écrire, à mon tour, sans artifices. J'ai été fort surprise par votre corbeau, et ce d'autant plus qu'il a plu aux circonstances de ne pas croiser nos routes. Mais à vous lire, j'en suis à présent certaine : les Dieux souhaitent notre rencontre, fut-elle épistolaire. Je me reconnais en effet si fort dans vos mots que je ne peux y voir qu'un signe du destin.

J'ai eu le plaisir de rencontrer lady Illya, mais bien trop furtivement hélas, et cela voici bientôt trois ans, lors du mariage de ma cadette Honora avec Artos Prestre. A cette époque, je m’appelais encore Piper et je me rendais en Terres de l'Ouest pour la toute première fois. J'ai aimé ce pays dès la première seconde, et ce d'autant plus qu'il avait vu naitre ma mère, lady Laurine Piper. Elle était de la maison Myatt, et mon enfance a été peuplée de récits dépeignant avec autant de justesse possible ces reliefs côtiers que je peux aujourd'hui appeler miens. Je peux, mais je ne le fais pas aussi souvent que je le devrais. Si mon mariage avec lord Garett vous surprend, c'est parce qu'il était aussi inattendu qu'improbable, et je sais que bon nombre de ses vassaux qui sont devenus les miens, s'interrogent au sujet de cette union. Laissez-moi vous la décrire, mais je tiens à vous prévenir : cette histoire est de celle que l'on préfère garder pour soi, car elle est mêlée à trop de sang et trop de douleur pour la compter aisément.

J'ai rencontré mon époux dans d'affreuses circonstances. La première fois que j'ai posé les yeux sur le seigneur Lannister, il venait de donner l'assaut contre mon fief familial, Château-Rosières. Mon père, lord Viktor, s'était déclaré en faveur de lady Solveig Tully dans cette triste guerre de succession pour la suzeraineté du Conflans. J'ignore encore pourquoi Garett Lannister s'est pris de passion pour ce conflit, au point d'assiéger la demeure de la modeste famille que nous étions. Sinon bien sûr, que de Château-Rosières dépend la source de la Ruffurque, qui marque la frontière naturelle entre mon pays et le sien. En faisant de mon père son vassal, et non plus celui des Tully quels qu'ils soient, il étendait son territoire, et redessinait les contours de sa suzeraineté. Mais à quel prix ? Mon père avait décidé de se soumettre, mais mon frère ainé Corvin, lui, en avait décidé autrement : il est allé défier l'assiégeant avec une poignée d'hommes, les plus vaillants et doués à l'épée que j'avais jamais vu. Aucun d'eux ne nous est revenu vivant, pas même mon frère qui mourut de la main de celui qui est celui auquel j'ai juré fidélité devant les Sept. Mais ce n'est pas tout : dans la tumulte du siège, des soldats Lannister ont infiltré nos murs, et massacré la moitié de la maisonnée, nobles comme roturiers. Parmi eux, une femme que les soldats ont réduit en charpies, ouverte du bas ventre jusqu'à la poitrine et accrochée avec ses entrailles aux portes de ma maison. Cette maison, c'était la sienne car cette femme, c'était ma mère.

Si l'on m'avait dit alors que j'épouserai l'homme responsable de cette Horreur, j'aurais oublié mon rang, mon éducation et mon sexe, et aurais craché mon dégoût. Hélas, j'ai cédé non pas au devoir ou aux menaces. J'ai cédé à ma faiblesse de femme, à la jeune fille que j'étais, qui malgré sa douleur, ne pouvait être qu'éblouie par le lion d'or. Un aveugle aurait du mal à nier que votre demi-frère est beau, intelligent et charismatique. Autant de charmes qui ont eu raison du peu de choses que j'avais vues du monde. Je n'ai aucune excuse pour ma faiblesse, je me suis laisser prendre sans résister et même, je l'avoue, avec envie. J'ai prononcé les paroles conjugales devant les Sept, j'ai laissé le Lion couvrir mes épaules de son manteau, je l'ai laissé faire de moi sa suzeraine, et sa femme dans tous les sens du terme. Les quelques semaines qui ont suivi ont été les plus douces et les plus fiévreuses de ma vie. Mais l'Amour n'aura duré que le temps d'un instant. Vous devez savoir que le sac de Château-Rosières n'avait pas suffit à Garett Lannister : il a également fait prisonnier mon benjamin, Loric, devenu malgré lui héritier de la maison Piper après le trépas de Corvin. Il y a toujours eu une partie de moi, bien qu'infime alors dans les nuages de ma béatitude, qui espérait pouvoir libérer Loric. D'ailleurs, je ne comprenais pas pourquoi, devenue son épouse, il gardait mon frère en geôle. Je le lui ai fait remarqué, alors que nous étions à déjeuner. Je n'ai jamais vu un homme changer du tout au tout à ce point, et vos mots prouvent à quel point vous connaissez le seigneur du Roc. Il est entré dans une colère noire contre moi, m'accusant de tricherie, de manipulation, d'être bien digne représentante de mon sexe, de l'avoir trainé dans un lit pour mieux l'amadouer... La liste des immondices est trop longue et trop purulente pour vous la faire.

J'ai l'impression que nous sommes deux faces d'un même miroir, dont Garett Lannister est l'habile orfèvre. Pour son seul intérêt, il a sacrifié deux femmes sur l'autel du mariage. J'ose espérer que si le temps a su vous donner un époux digne de vous, le mien aura suffisamment de respect pour moi pour ne pas l'humilier plus encore qu'il ne l'a fait. Je sais que mes mots sont synonymes de trahison : mais vous m'offrez votre amitié, et ce serait vous prendre en traitre à votre tour de ne pas vous dire toute la vérité. Si celle-ci ne vous effraie pas de trop pour prendre dans la votre cette main que je vous offre, je serais heureuse de tisser avec vous, sinon de loin, des liens suffisamment solides pour me permettre de tenir mon rang et la lourde tâche que je me suis donnée depuis plusieurs mois : faire fléchir la position de mon époux à l'égard du légitime héritier de Château-Rosières.

Puissent les Sept veiller sur vous et votre époux en ces temps troubles, car je les remercie de m'avoir donné la possibilité d'une telle confession.


Lady Alerie Lannister,
Dame de Castral-Roc et Suzeraine de l'Ouest.
© sobade.



• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

    when I say I love you, just shut up
    It was a big big world, but we thought we were bigger Pushing each other to the limits, we were learning quicker By eleven smoking herb and drinking burning liquor Never rich so we were out to make that steady figure ⠇7 YEARS, LUKAS GRAHAM
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Allya Baratheon
ORAGE
■ Localisation : Accalmie
MessageSujet: Re: The taste of revenge   Mar 11 Oct - 12:03



Revenge spirit


Pendant la bataille...


Ma chère amie,


Pardonnez ce retour si tardif à votre missive mais je suis restée alitée quelques jours durant. J’ai, en effet, mis au monde un fils beau et fort qui deviendra un fier chevalier de l’Orage et qui en est, pour l’heure, son seul héritier. Les hommes partent en guerre quand les femmes mènent leurs propres batailles entre leurs murs. Aujourd’hui, enfin, je suis en mesure de répondre à votre lettre, reposée et comblée comme toute jeune mère qui se respecte.

Vos mots ne peuvent être trahison car cela impliquerait le fait que vous soyez alliée à Garett, ce qui, d’après ce que j’ai pu comprendre, n’a jamais été le cas. Mon cas, en revanche, est plus contestable et je ne doute pas un instant que mon demi-frère me ferait payer cette traîtrise, ce poignard que je suis prête à lui enfoncer dans le dos. Prions pour qu’il n’ait guère le bras assez long pour venir me porter préjudice.

La guerre enivre certes les hommes mais ne saurait leur pardonner leurs actes barbares et destructeurs. Ce que votre époux a pu commettre est impardonnable et seuls les Dieux pourraient lui accorder ce pardon. N’essayez pas de lui offrir cette grâce, conservez cette haine au fond de vous, elle saura alimenter cette revanche qui nous soulagerait bien aisément de ces maux terribles.

Libérer votre jeune frère doit devenir notre priorité. Les batailles vont s’achever et la politique va prendre place de manière plus intense encore. C’est là notre meilleur atout car ce qui pourrait n’être qu’un conflit conjugal peut devenir quelque chose de bien plus important. Ma famille ayant pris grande importance mais étant dévouée à la cause des Lannister, je ne peux vous envoyer auprès d’eux. Seule ma jumelle, Illya, saurait être digne de confiance. J’espère de tout cœur que cette alliance avec les familles Prestre et Westford saura vous être profitable et qu’elles sont toutes deux dignes de confiance.

Ne vous faîtes nul souci pour moi. Entourée plus que jamais, c’est au sein de l’une des plus grandes familles de Westeros que se trouve ma place. Même si tout ceci doit rester secret, je suis plus que certaines que certains membres de la famille Baratheon sauraient m’accorder leur aide, et pas nécessairement ceux qui me sont alliés à cet instant. Que voulez-vous, les lions ne sont pas toujours aimés, même par leurs alliés.

Ayant su retrouver mes forces après les efforts donnés pour cette naissance, je vais de ce pas écrire à lady Oriane afin d’espérer trouver auprès d’elle un soutien pour que Château Rosière et son héritier soient également une grande préoccupation dans le Conflans. Le erreurs des pères ne devraient pas avoir à se répercuter sur leurs enfants, qui plus est aussi jeunes soient-ils.

Tenez bon, lady Alerie, mon amie, vous n’êtes plus seule dans ce combat qui ne pourrait être que le vôtre, je puis vous l’assurer.


Allya Baratheon




• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

The Purple Doe
I will try to be something else, I promise. But I can't tame the lioness which is inside me. I'm born this way and I actually don't wanna change it.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Alerie Lannister
OUEST
■ Localisation : A Feux-De-Joie, fief de la Maison Prestre, en Terres de l'Ouest.
MessageSujet: Re: The taste of revenge   Mar 11 Oct - 13:09





A l'attention de lady Allya Baratheon
Dame de la maison Baratheon, résidant à Accalmie, en Terres de l'Orage

Lady Allya,


Je désespérai d'une réponse. Je craignais que ma confession vous eusse choquée, détournée de moi. J'ai conscience que certains de ces écrits peuvent être comparés à de la trahison, qui pourraient nous mettre toutes deux en grave danger. Mais le courage de votre retour si rapide m'en donne plus que je ne pouvais en espérer. Je joindrai désormais mes prières aux vôtres, afin que cette amitié jamais ne nous quitte et porte de murs et beaux fruits.

Une part de moi s'accroche à vouloir penser que le seigneur Lannister n'a agit comme il l'a fait que sous le coup de cette fièvre destructive qu'on appelle la guerre. Les miens n'étaient à ses yeux que de vulgaires paysans fieffés ayant pris le parti de la Belle Dame Sans Merci et donc, du Cruel. Le sac d'un château n'est jamais une belle affaire dont les ménestrels peuvent cacher les gouttes de sang sur les voiles blanc. Mais je n'ai plus suffisamment d'amour dans mon cœur pour pardonner. Pardonner l'humiliation de mon père, l'assassinat de mon frère et le massacre de ma mère. Je ne peux pas non plus pardonner au seigneur Lannister ce qu'il fait subir à mon petit frère Loric. Il le prive de son héritage et de sa liberté, comme les fer-nés privent son fils Tommen. Je pensais que leurs tristes situations si similaires lui ferait entendre raison. Mais le Lion est resté de pierre, la même qui aujourd'hui, affirme ma résolution la plus intime.

Quoi qu'il m'en coûte, je libèrerai Loric. Le hasard m'assure d'ores et déjà la fidélité des maisons Prestre et Westford. Pour le reste, le temps me permettra d'y voir plus clair. Quoi qu'il en soit, je n'ai pas peur des dignitaires de l'Ouest, dont certains disent encore aujourd'hui que je n'ai pas ma place au Roc, que mon union avec leur suzerain est la pire des mésalliances. Des bruits que je n'hésiterai pas à faire étouffer. Je ne sais encore où commencer, quels fils tirer, qui soudoyer. Avec votre aide cependant, je sais à présent que je pourrai y arriver.

Mais de grâce, protégez-vous : si vous pouvez faire état de ma situation et de celle de ma famille à la dame Oriane, faites le avec prudence. La situation du Conflans est toujours fragile, et je m'en voudrai terriblement de fragiliser à son tour le bonheur que vous connaissez. Recevez par la même mes prières pour les derniers jours de votre grossesse. Cet enfant a cette chance ô combien rare d'être né de deux parents aimants. Aussi, ne mettez pas en péril cette nouvelle vie outre que nécessaire si mon dessein vous parait digne d'en payer une partie du prix.

Je n'ai reçu aucune nouvelle de Port-Réal mais ainsi donc, le conflit touche à sa fin. J'espère que tous ceux ayant combattu pour mon époux et votre beau-père ont su vaincre sans y périr, et que la colline d'Aegon rougit du sang de ceux qui devaient mourir. J'imagine que dans le cas d'une victoire, je serai appelée à rejoindre mon époux pour l'accompagner dans sa réclamation de sa part du butin royal. J'ignore tout de ses intentions, ce qu'il compte gagner pour avoir détrôner Maegor Targaryen. Cela m'effraie plus que de raison : un homme capable de réduire en quasi cendre toute une lignée pour se faire un chemin ne saurait se contenter d'acclamer un enfant-roi pour le plaisir de la gloire et de son éternelle reconnaissance...

Sitôt le ballet des nouvelles alliances terminé, je supplierai mon époux de faire halte quelques jours à Accalmie. Je serai alors toute disposée à vous soutenir dans les joies de votre maternité. J'ai élevé mes frères et sœurs conjointement avec ma mère, et vous le découvrirai sans doute mieux que personne : les rires d'un nouveau-né sont les plus belles choses du monde.

Que les Dieux vous gardent, vous et votre enfant,


Lady Alerie Lannister,
Dame de Castral-Roc et Suzeraine de l'Ouest.


© sobade.



• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

    when I say I love you, just shut up
    It was a big big world, but we thought we were bigger Pushing each other to the limits, we were learning quicker By eleven smoking herb and drinking burning liquor Never rich so we were out to make that steady figure ⠇7 YEARS, LUKAS GRAHAM
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Allya Baratheon
ORAGE
■ Localisation : Accalmie
MessageSujet: Re: The taste of revenge   Ven 17 Fév - 16:17



Revenge spirit


Après la bataille...


Ma chère amie,


Pardonnez ce retour si tardif à votre missive mais je suis restée alitée quelques jours durant. J’ai, en effet, mis au monde un fils beau et fort qui deviendra un fier chevalier de l’Orage et qui en est, pour l’heure, son seul héritier. Les hommes partent en guerre quand les femmes mènent leurs propres batailles entre leurs murs. Aujourd’hui, enfin, je suis en mesure de répondre à votre lettre, reposée et comblée comme toute jeune mère qui se respecte par la présence de ce jeune Boremund, aussi fort que l’a été son grand père.

Vos mots ne peuvent être trahison car cela impliquerait le fait que vous soyez alliée à Garett, ce qui, d’après ce que j’ai pu comprendre, n’a jamais été le cas. Mon cas, en revanche, est plus contestable et je ne doute pas un instant que mon demi-frère me ferait payer cette traîtrise, ce poignard que je suis prête à lui enfoncer dans le dos. Prions pour qu’il n’ait guère le bras assez long pour venir me porter préjudice, bien que les Cerfs de l’Orage, ma famille désormais, sera prête à me protéger corps et âme.

La guerre enivre certes les hommes mais ne saurait leur pardonner leurs actes barbares et destructeurs. Ce que votre époux, mon frère, a pu commettre est impardonnable et seuls les Dieux pourraient lui accorder ce pardon. N’essayez pas de lui offrir cette grâce, conservez cette haine au fond de vous, elle saura alimenter cette revanche qui nous soulagerait bien aisément de ces maux terribles. Voilà ce que je fais depuis des années et je crois que si des retrouvailles devaient avoir lieu entre Garett et moi, elles seraient loin d’être pleines de réjouissances.

Libérer votre jeune frère de cette épée de Damoclès doit devenir notre priorité. Les batailles vont s’achever et la politique va prendre place de manière plus intense encore. C’est là notre meilleur atout car ce qui pourrait n’être qu’un conflit conjugal peut devenir quelque chose de bien plus important et je n’hésiterais pas un seul instant à appuyer votre position ainsi que celle du Conflans. Château-Rosières doit renouveler son allégeance, mais c’est à un Tully que votre frère devra le faire. Prenez soin de lui et si vous n’avez possibilité de le voir, n’hésitez pas à utiliser ma sœur, Illya. Elle est sur le chemin du retour et je pense qu’une place à vos côtés lui sera bénéfique d’autant plus qu’elle aura besoin de soutien, mon père l’ayant récemment fiancée… Je pense la suivre sur la route et je viendrais vous rencontrer à cette occasion, rugissant de toutes mes forces, les bois fièrement dressés sur ma tête.

Avec toute mon Amitié,


Allya Baratheon




• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

The Purple Doe
I will try to be something else, I promise. But I can't tame the lioness which is inside me. I'm born this way and I actually don't wanna change it.
Revenir en haut Aller en bas
 

The taste of revenge

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» I LIKE THE WAY YOU TASTE WITH A SMILE (25.02 – 01:25)
» Revenge Kill
» Frodon • It is useless to meet revenge with revenge: it will heal nothing.
» Test - Quel personnage de Revenge êtes-vous ?
» Extreme Warfare Revenge

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
After the Conquest ::  :: Tour de la Main :: Corbeaux-