Partagez | 
 

 EVENT 5.2 ◘ Le duel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Le Chevalier Errant
ADMIN SUPRÊME & PNJ
■ Localisation : indéterminé.
MessageSujet: EVENT 5.2 ◘ Le duel   Jeu 24 Nov 2016 - 16:41



  Le duel.
  « Event 5.2 »

Un jour sombre s’annonçait. Le brouillard ne s’était guère levé en cette matinée venteuse et humide. Les montagnes du Val demeuraient silencieuses, le temps en ces lieux s’étant presqu’arrêté. Un corbeau lâcha son cri terrible, annonçant la mort qui semblait ne plus tarder à se montrer aux Eyriés, déposant alors une ambiance lourde et pesante, presqu’oppressante. L’air semblait de moins en moins respirable pour quiconque vivaient dans la haute forteresse perchée des Arryn.

Les serviteurs s’étaient murés dans un silence mi-respectueux, mi-concerné par ce qui s’annonçait en ces lieux. Jamais journée ne s’était montrée si lugubre dès les premières lueurs du jour. Un jour sombre s’avançait. Un jour à l’avenir incertain et aux conséquences qui pourraient se montrer grandes pour le Val et son dirigeant. Le seigneur des Eyriés n’aurait pas à intervenir, simplement à accepter la fatalité qui s’annonçait. Car aujourd’hui, deux de ses vassaux allaient s’affronter.

Quelques semaines étaient passées depuis les renouvellements d’allégeance de nombre de ses vassaux. Ils avaient alors, un à un, plié le genou devant lui pour assurer leur soutien malgré les durs instants traversés par leur Suzerain. Ils étaient venus bien plus nombreux qu’il n’avait pu l’espérer. Et pourtant, alors que tout n’aurait pu être qu’instants de joies et de retrouvailles, quelques sceptiques avaient fini par diviser ses terres. Au fond de lui, Martyn ne pouvait pas en vouloir d’avantage à sa cadette qu’l jugeait coupable de ce retournement de situation. Etaine avait été insolente, une fois de plus, et semblait avoir poussé certains à montrer ouvertement leur désaccord, à l’instar du jeune lord de la maison Sunderland qui avait provoqué en duel Eoden Veneur, le maître des Chuchoteurs du Val, grand ami du seigneur Arryn. Martyn avait bien compris que derrière cette volonté de simplement secourir la belle Colombe pour qui le jeune homme s’était épris, il y avait également celle de montrer la force de son désaccord. Soutenir Etaine, c’était soutenir ceux qui ne croyaient plus en l’Aiglon.

Le duel avait été avancé de quelques semaines. Si Eoden Veneur avait souhaité le voir se jouer après ses épousailles avec la sœur du Suzerain, cette dernière avait su faire entendre à son frère que la possibilité de la plonger dans le veuvage en peu de temps ne ferait que salir d’avantage son honneur déjà peu reluisant. Ainsi, ce fut quelques jours après l’annonce de la Victoire des Rebelles qu’avait lieu cet évènement que bien des Valois étaient venus observer, curieux autant qu’inquiet. Le maître des Chuchoteurs était donc en train de se préparer, revêtant de quoi affronter ce jeune jouvenceau impudent qui avait osé le défier et remettre en cause son honneur. Au fond de lui, il ne pouvait éprouver plus grande satisfaction qu’en visualisant son arme qui s’enfoncerait prochainement dans le corps du malheureux Triton, laissant le sang couler et lui ôtant la vie dans un sourire sadique avant de regarder Etaine avec avidité. Elle lui appartiendrait, telle était la volonté des Sept et nul ne saurait défaire cela. D'ailleurs, s'il savait que Roslinn viendrait l'encourager, il espérait fortement voir sa fiancée lui être amenée de gré ou de force pour s'entretenir avec elle de quelques mots.

Le jeune lord Sunderland avait été installé dans une des petites chambrées de la demeure des Arryn, afin que sa préparation soit aussi bonne que celle d’Eoden. L’équité était une chose qui serait respectée. La pièce était modeste mais contenait tout l’équipement nécessaire à ce combat et permettait largement à l’équipement du jeune seigneur Triton qui devrait être à midi dans la grande salle des Eyrié, où se tiendrait le combat.

Pour l’heure, tous étaient à leurs préparatifs, spectateurs comme acteurs de ce spectacle sinistre qui s’annonçait…



***

→ Pas d'ordre de passage, le Chevalier Errant interviendra lorsque cela sera nécessaire.
→ Tous ceux qui pensent être à même de participer le peuvent, à condition de justifier leur présence en cet évent. Le staff se réserve le droit de supprimer l'intervention d'un membre si celle si est jugée inadéquate. En cas d'hésitation, n'hésitez pas à contacter un membre du staff.

code by ATC.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Catelyn Arryn
VAL D'ARRYN
■ Localisation : Port Réal, Couronnement.
MessageSujet: Re: EVENT 5.2 ◘ Le duel   Mer 21 Déc 2016 - 14:50

Le Duel
Doute que Astres soient des flammes, doute que le Soleil tourne, doute de la vérité même, mais jamais ne doute que je t'aime.


« Il est inutile d’insister, je ne paraîtrais pas. » Malgré les regards des serviteurs et le souffle courroucé de son époux, la voix de Catelyn est sans appel. Depuis que l’Aurore s’est levée, le château s’affaire dans une lugubre nébuleuse et chacun de ses habitants se prépare pour un nouveau jugement divin. Depuis que le duel a été annoncé, le désaccord se creuse dans l’union des Rougefort. Dans les grandes Maisons les cors de guerre résonnent, mais Catelyn se refuse à les entendre. Elle se refuse à devoir choisir entre ses convictions et la voie que lui impose sa famille. Aux mascarades elle ne souhaite plus prendre part. Et pourtant… aucun chemin ne lui semble être le bon. Se mettre aux côtés d’Etaine et au grand jour contrer les convictions de son père et Martyn? Ou faire comme on lui a appris depuis l’enfance et rester aux côtés des faucons, quitte a renier ses propres désirs? Dans le miroir de sa chambre, l’oeil acerbe, elle défie du regard Jace. Sur l’échiquier des Seigneurs, son époux ne lui a jamais dit de quel côté il se plaçait. Le sien, mais après? Où se placera-t-il tout à l’heure quand la cour sera présente? Les regards seront portés sur eux. Sans attendre d’en entendre plus, il place sa main dans sa nuque et oblige son épouse à lui faire face. Un silence s’installe tandis que tous deux se défient du regard. « Vous paraitrez. Vous paraîtrez car à votre grand malheur, ma mie, votre position ne vous permet d’y échapper. Il resserre un peu plus ses doigts autour du cou gracile de son épouse. S’assurant qu’elle ne le griffera pas d’une verve trop coupante. Habillez-vous et faîtes honneur à votre rang. » Il la relâche, glacée et humiliée. Le voyant s’éloigner, elle crache : « Et quel est mon rang, Sir? Mon rang m’indique de me placer à la droite de mon père. Les prières vers Eoden qui partage le sang maternel. Il m’indique d’apaiser les tensions en montrant ma foi envers notre Suzerain. Mais mon coeur, oui mon coeur me demande de rester aux côtés de votre cousin, le Triton, qui sauvera ma cousine d’un grand déshonneur! Il m’implore de m’opposer à l’entêtement de Martyn et de montrer la voie du courage à notre peuple! » Ses mains repoussent férocement les bras de la servante qui entreprends de serrer son corsage funeste, dans un geste de douleur elle implore une dernière fois Jace. « Ne me demandez pas de paraître. Jace … hors de ces portes, l’Honneur a disparu. » Une vérité cachée tourbillonne entre eux… mais Jace sait, il sait que le statu quo que s’impose son épouse doit se terminer aujourd’hui. Il sait que de leur existence, elle seule peut et doit décider de l’issue… Il observe ses larmes céruléennes couler sur son visage à la pâleur maladive trop proche. Mille sentiments viennent se former dans le coeur du chevalier qui ne fait que secouer la tête, pour chasser la douleur de cette vision : « Vous n’êtes plus un membre de la famille suzeraine Catelyn. Vous êtes une Rougefort, vous êtes libre de choisir à qui va votre Honneur. » Il sort. Les portes se referment laissant le Chaton du Val entre les mains d’abeilles mortuaires.

***

Son ombre se traîne sur les dalles familiales. Aux murs elle susurre son grand désarroi, espérant trouver appui. Sa longue chevelure flotte dans l’air matinal. Les yeux perdus, elle s’oblige à avancer vers la salle du trône. Ses épaules dénudées, la robe éthérée, elle ressemble aux nymphes de jadis. Elle sème sur son sillage un mystère angoissant, le mystère d’une maison et de son héritage qui s’étiole. Seule lumière sur son visage, la pierre de lune ancestrale qui orne son front. A escient, sur la blancheur de sa robe dansent au fil d'argent les faucons des rois d’antan. Sans préséance, les serviteurs lui laissent le pas, inclinants légèrement leur nuque sur son passage. Des gestes qui lui rappellent son appartenance. Le Val. Dans l’embrasure de la porte dérobée, elle observe le couple suzerain et son père, surplomber l’assistance des vassaux. Elle n’entend que leurs murmures… Combien sont-ils aujourd’hui? Combien sont-ils à choisir leur destinée? Oui… toute sa vie ne menait qu’à cet instant. Toute sa vie, elle s’était sacrifiée pour sa famille. Sacrifiée pour le Val, l’essence la plus pure de son âme. Elle s’avance. Oui, elle aurait pris les armes contre quiconque aurait osé porter outrage à son père ou Martyn. Les deux piliers de sa vie passée. Ses yeux félins les observent avec tout l’amour qui lui est encore possible de leur donner. Elle continue d’avancer et les paroles de Jace résonnent en son esprit… elle n’est plus une Arryn. Le droit de porter ce nom lui a été arraché. Il n’y aura désormais plus possibilité de porter un masque. Elle relève son port de tête et sans s’arrêter glisse dans une révérence royale. Ignorant Roslinn, face à Martyn et son père, cachée de la foule, son coeur bat à tout rompre et son visage humide murmure ; « plus haute que l’Honneur même. » Plus haute que l’Honneur. Elle ne cesserai jamais de les aimer, elle ne cesserai jamais de ne vivre que pour eux, mais la vérité n’appartenait plus à L’Aiglon. La vérité était autre part et son étendard n’attendait que d’être levé. De ses phalanges elle baise le sol ancestral. Et, rejetant sa traine en arrière, elle se relève afin de descendre les marches vers la noblesse Valoise. Et si chaque pas plus loin des siens marque son désaccord avec le Suzerain, son corps résonne d’une nouvelle confiance.

Pour le staff:
 

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •


as High as Honor

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Etaine Arryn
VAL D'ARRYN
■ Localisation : Les Eyriés, le Val.
MessageSujet: Re: EVENT 5.2 ◘ Le duel   Lun 20 Fév 2017 - 15:25

Le Duel

Elle observait son reflet dans le miroir sans pour autant le voir. Ses yeux clairs semblaient éteints de toute lueur, comme si le bonheur n’existait plus dans l’esprit de la jeune femme, comme s’il était désormais impossible pour elle. Derrière elle, une jeune fille achevait de la coiffer, ayant remonté les cheveux noirs de la dame du Val pour transformer cette cascade sombre en un chignon magnifique qui venait simplement la rendre plus majestueuse qu’elle ne l’était déjà. Son teint pâle tranchait avec sa chevelure, livide, poupée de porcelaine fragile et pourtant dissimulant une force monstrueuse. Celle de vaincre. Celle de se soulever et de devenir la Colombe qu’elle fut jadis. Ainsi, sa robe n’avait guère été choisie par hasard. Blanche, immaculée, brodée de perle et de dentelle. Une véritable provocation à l’égard de son frère et pourtant, un rappel quant au titre qui était le sien et qui avait fait d’elle une princesse de Dorne. Elle aurait pu, elle aurait porté une couronne afin de pousser la provocation à son maximum. A son poignet, un ruban de satin blanc, son jumeau se trouvant devant elle, posé sur la tablette de la coiffeuse. Son cou était habillé de pierres bleu Roi, seul vestige de sa mère et seule à même de porter les joyaux du Val sans les salir d’un outrage. Jamais Roslinn n’aurait accès à ces trésors, elle se l’était promis le jour où Tyene était décédée.

Si elle avait cru que Martyn ou son épouse ne vienne la voir, elle s’était fourvoyée. Visiblement, ils n’avaient plus à essayer de rabaisser la jeune femme, le combat étant bien trop important pour eux aussi. Bien. C’était mieux ainsi. « Lady Etaine ? Vos fils sont prêts et… Ser Eoden Veneur vous fait dire qu’il attend votre venue à ses côtés dès que vous le serez. » Cet homme ne manquait définitivement pas de culot. Elle pinça les lèvres, son regard se plissant doucement dans cette expression digne de celle d’un rapace s’apprêtant à fondre sur sa proie. Mais elle se contenta de hocher la tête avant de se lever, n’oubliant pas le ruban blanc qu’elle resserra dans ses doigts, se rendant dans la chambre de ses garçons. Jace et Abel étaient tous deux-là, habillés pour l’occasion aussi funeste qu’importante pour leur avenir à tous. « Mère, nous sommes prêts et avons adressé nos prières aux Dieux pour le succès du seigneur Bryen. » Elle sourit à l’aîné de ses jumeau, s’agenouillant devant les deux garçonnets de six ans. « Et vous faites bien, mes fils. Votre père serait fier de vous. Vous lui ressemblez tellement et vous méritez d’avoir l’avenir qu’un monstre lui a volé. » Jace hocha doucement la tête avant que leur nourrice ne s’avance vers eux. Etaine se releva et posa son regard vers la jeune femme. « Emmenez les dans la grande salle. Qu’ils soient sous bonne gare, sait-on jamais ce que mon frère ou ce Veneur pourrait tenter à leur égard. Les Valois doivent les voir. Nul doute qu’ils sauront reconnaître ces précieux oisillons. » La demoiselle hocha la tête avant de poser une main douce sur l’épaule de chacun des fils de la Colombe, les emmenant dans la salle du trône où aurait lieu le duel. Lâchant un soupir, les doigts de la jeune femme s’ouvrirent révélant le ruban. Il lui restait une dernière chose à faire avant de se rendre à son tour sur les lieux du massacre prochain.

D’un geste de la main, elle fit comprendre au garde chargé de sa sécurité qu’il était bien inutile de la suivre. Le tissu de sa robe ondulant derrière elle, elle descendit dans les couloirs inférieurs, se dirigeant sans hésitation vers la chambre qu’occupait Bryen. Devant la porte, un ami et homme de main du jeune homme s’inclina avec respect devant elle et ouvrit la porte, s’apprêtant à l’annoncer. Mais il n’en eut guère le temps que déjà, Etaine entrait dans la pièce. Le jeune homme blond était là, beau, portant sa tenue de combat avec une classe rare. Un autre de ses compagnons était là, l’aidant à attacher les différentes parties de la tenue ensemble, se figeant en croisant le regard d’Etaine. « Laissez-nous, je vous prie. Je vais m’occuper de cela. » Croisant le regard de son seigneur, il finit par hocher le chef avant de s’incliner doucement devant la belle. Il quitta alors la pièce, fermant la porte derrière lui. La brune s’approcha, son regard émeraude croisant les pupilles marrons du jeune homme. Avec soin et précision, elle acheva de nouer le lacer de cuir qui maintenait la côte de mailles du Sunderland en place. « Ainsi, le jour de ce duel est arrivé… Mon ami, si d’aventure vous aviez changé d’avis, sachez que vous pouvez me le signifier et que je ne saurais vous en tenir rigueur. » Mais dans les pupilles de Bryen, il n’y avait plus que détermination face à un destin qu’il semblait avoir bien en main. Etaine s’empara du casque du jeune homme, lui remettant en main. « Après ce jour, je doute être capable de vous regarder dans les yeux sans ressentir… Ces sentiments profonds que je me suis évertuée à dissimuler jusque-là. Mais je demeure dame du Val et ce serait trahir les Valois que d’y céder… » Ses doigts révélèrent alors le ruban blanc qu’elle tenait fermement jusque-là. Le glissant autour du bras du jeune homme, elle le noua avec soin et douceur infini. « Oh Bryen… Ne mourrez pas, je vous l’interdis. Mon cœur ne saurait supporter perdre de nouveau un être qui lui est si cher. » Les larmes manquaient de couler sur ses joues et ce fut sans prévenir qu’elle déposa une main douce sur sa joue avant de déposer ses lèvres sur les siennes, lui offrant un baiser sincère qui démontrait la profonde affection de la belle pour son chevalier. Elle prolongea l’instant autant qu’elle le put avant de se détacher de lui et lui adresser un sourire triste. « Soyez assuré que je vous soutiendrais jusqu’au bout et que je serais là pour panser vos blessures s’il vous en porte, à la fin de ce combat. Puisse ce baiser vous donner d’avantage de force qu’Eoden n’aura jamais. » Puis, elle se détacha de lui pour tourner les talons. Arrivant à la porte, elle lui adressa un dernier regard avant de tourner la poignée et de s’en retourner vers le couloir. Sa place, désormais, était dans cette grande salle.

Quand la porte s’ouvrit sur elle, le silence se fit dans la pièce. Tous les regards se tournèrent vers la blanche Colombe qui captait l’attention de l’assemblée sans la moindre peine avec pareille tenue. Relevant la tête, elle s’avança jusqu’au trône de Baral, adressant à son frère un regard droit, fier et qu’elle ne détournerait en aucun cas. Elle ne s’inclina pas. Enfant du Val qu’elle était, elle ne devait rien à son frère de plus qu’un autre. Puis, détournant le regard, elle s’éloigna de sa famille afin de demeurer parmi la foule. Elle ne partageait pas leurs idées et ne partagerait pas leur place aujourd’hui. Tous s’écartaient sur son passage, s’inclinant devant elle ou murmurant quelques mots certainement mal placés. Etaine finit par trouver sa cousine du regard et s’avança vers elle. Catelyn était pâle, comme terrorisée et la tristesse se lisait sur son visage. Etaine lui prit la main, serrant ses doigts autour de ceux du Chaton du Val. « J’ignore vers qui tes prières se sont tournées… Mais qu’importe lequel tu souhaites sauver en ce jour, je ne t’en voudrais pas, Catelyn. Voudras-tu rester à mes côtés ? »
crackle bones

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

The Fallen Princess
Winter was Coming and then, I've been on the top, Unbent, Unbowed and Unbroken. Now, I just wanna be as High as Honor
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Catelyn Arryn
VAL D'ARRYN
■ Localisation : Port Réal, Couronnement.
MessageSujet: Re: EVENT 5.2 ◘ Le duel   Ven 19 Mai 2017 - 23:21

Le Duel
Doute que Astres soient des flammes, doute que le Soleil tourne, doute de la vérité même, mais jamais ne doute que je t'aime.


« J’ignore vers qui tes prières se sont tournées… Mais qu’importe lequel tu souhaites sauver en ce jour, je ne t’en voudrais pas, Catelyn. Voudras-tu rester à mes côtés ? »

Catelyn a observé sa cousine descendre l’ancestral escalier. Elle n’avait pas remarqué que son souffle, en revanche, s’était suspendu jusqu’à ce qu’elle arrive près d’elle. Abel et Jace, dans le sillage de leur mère, ont un masque impassible. Princes, ils le sont certainement. Les regards glissent vers elles, les cousines trop proches, les cousines qui de blanc vêtu défient tour à tour l’autorité patriarcale.



***

« Catelyn? » Une mince étincelle illumine ses pupilles, mais elle s’efface tout aussitôt. Dans la pénombre, ses bras croisés autour de ses jambes repliées, ses yeux ne sont qu’à la nuit. Combien de nuits adolescentes s'était-elle enfuie de la vigilance de son père pour le rejoindre ici? Combien ont été les heures à parler et rire sous le regard protecteur de l’Astre lunaire. Compagne céleste, mère aimante… « Ne pars pas. Elle lève son visage vers lui, ne pars pas. Je t’en prie. » Sa main dessine un coussin imaginaire sur le sol. Elle ne savait pas qu’il venait encore ici. Pour seule réponse, il s’assied et tous deux tournent leur visage vers l’Immortelle.



« Que lui as-tu confié ce soir? 
- C’est un secret. »

Leurs commissures esquissent un sourire mutuel. Il y avait toujours eu les secrets de Catelyn. Il avait longtemps voulu les connaître, avant que les mensonges ne les sépare. Depuis combien de mois ne s’étaient-ils pas vus? Le visage de sa cousine s’était affermi, sans que l’on puisse parler de vieillesse. Il y avait une assurance nouvelle qui émanait de son corps. Quant à son port de tête, il n’avait plus la chaleur d’antan : froid et calme il luisait dans la pénombre. Pourtant, à la façon dont elle avait posé sa joue sur ses genoux, il pouvait sentir que le calme n’était que façade. « Etaine est allée trop loin dans son entêtement, je ne peux rien pour elle. Elle devrait prendre exemple sur toi, on m’a rapporté que tu étais une épouse exemplaire. » Il la regarde fermer les yeux. Que répondre à un homme qui se ment à lui même?

« Il le faut. Il le faut puisque les exilés ne peuvent point retourner en leur famille... Mon corps était encore pur jusqu'au soir de mes noces, mais quand ses mains ont dégrafé ma robe virginal… Un rire rauque et sans joie s’échappe de sa gorge sèche, mais je n’ai plus de colère à présent. Tout ce pourquoi j’ai voulu exister est mort… toi le premier. »


« Prends garde à tes mots, je reste ton suzerain. »


« Le Val se meurt de passivité. Les fantômes pleurent l’injustice de leur mort. Un suzerain? En ces lieux, je ne vois devant moi qu’un homme perdu. Ses mains se posent sur les siennes. Martyn, te souviens-tu le matin du Jugement? Tu disais que... »« ... nous étions proches, que nous pouvions tout nous dire, tout nous avouer? » Ses épaules se contractent pour donner contenance au cynisme de ses paroles.
« Laisse-moi t’épauler. Laisse-moi te relever. Martyn… permet-nous, Etaine et moi, d’être ces femmes que nous devons être. Permets-nous de vivre et non de respirer sous le joug de tes souffrances. Nous avons fait des erreurs. Tu as fait des erreurs. Ne laissons pas le Val et nos ancêtres être oubliés pour elles. Battons-nous, mais pas entre nous. Pas entre nous... Ses yeux viennent trouver les siens, les empêchants de fuir ; ne laisse pas l’Aurore apporter un manteau de sang. »
« Il est trop tard Cat... Le duel doit avoir lieu. »
« Il ne peut en être autrement, mais tu dois te relever. Demain. Si tu laisses couler le sang, ils s’allieront contre toi. Le Val deviendra une guerre de blasons. Ne nous laisse pas nous mutiler. Elle pose son front tremblant contre celui de son cousin et dans un murmure : je crois en Martyn Arryn. Jamais la force du Val n’a été plus grand que pour son nom. Cependant, dans le sanctuaire que tu t'ai crée et dans lequel tu t'enfonces, il mourra. Personne ne pourra alors le sauver, pas même l’amour que j’ai pu autrefois te porter.»

***



La main de Jace vient se poser sur son épaule et le mirage de la veille s’évanouit. Il est venu... il s'est rangé à ses côtés. Comment a-t-elle pu s'oublier? Personne ne peut échapper à sa fortune.

« Les duellistes sont tous deux mes cousins, pourtant mes prières sont portées ailleurs. Elle lui prend sa main et la serre avec toute la chaleur que son maigre corps contient encore. Je prie pour lui, je prie pour la souffrance que nous imposons à nos ancêtres, mais de toutes mes prières la plus fervente vous est dédiée. » Catelyn courbe légèrement la tête en signe de respect, avant de s’abaisser vers Abel et Jace, ses « neveux » tant aimés. Les mots restent informés dans sa gorge et elle secoue dans un sourire malheureux leur chevelure foisonnante. « Je n'ai su parler à votre oncle... » Qu’importe l’issue du combat, je vous protégerai, semble-t-elle vouloir ajouter. Hélas, les deux duellistes s’avancent dans un silence solennel et elle se relève. 

Elle a choisi son camp.

Catelyn a choisi son camp, mais son coeur ne peut s’empêcher de se serrer. Elle observe Eoden. Elle voit le spectre de sa mère lui baiser le front comme on baise celui de l’être aimé, celui qu’on a jamais porté en son sein. Elle semble sereine… comme si elle savait, d’où elle était, que la mort n’était pas une si mauvaise chose. Elle vérifie son armure, qui n’a ici qu’usage de parade et quand il s’avance pour s’incliner vers son suzerain, elle enfonce son regard spectral dans celui de sa fille. Alors, Catelyn glisse sa main dans celle d’Etaine. Cachée par l’ampleur de leurs robes, elle enserre ses doigts dans les siens. Très fort. Bryen s’avance à son tour et les instants se suspendent. A quoi pense-t-on quelques minutes avant sa mort?

« Ouvrez la Porte de la Lune! »

Les yeux de Catelyn s’élèvent vers la voix sans appel de Martyn. Sous ses cils dorés, elle sent le vent glacial venir lui picorer ses pupilles. Son époux inspire profondément, ce n’est pas la vie d’hommes qui se joue, mais celle d’un peuple entier. Il sait que l’issue n’est pas la mort, mais un bouleversement de l’échiquier. Loreleï pourra brailler autant qu’elle le souhaite, son sexe ne fait que renforcer le gouffre qui s’est doucement fissuré après l’issu du Jugement des Sept. On parlait alors de barbarie! Qu’était donc ce qui se jouait sous leurs yeux?

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •


as High as Honor

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Bryen Sunderland
VAL D'ARRYN
■ Localisation : Sortonne - Archipel des Trois Soeurs
MessageSujet: Re: EVENT 5.2 ◘ Le duel   Lun 10 Juil 2017 - 2:17

Dieux, dites-moi qui nous sommes ! se demanda le preux chevalier en entendant la voix de Martyn. Quel est notre rôle, ici bas, dans toute cette scène qui s'étend au-dessus de nos têtes ?
En cet instant, sous son armure d'acier, le Pâle Triton ressentait encore la douce ivresse des lèvres d'Etaine sur les siennes... Il aurait levé les doigts pour toucher ces lèvres incarnates. D'un rythme doux et paresseux. Les caresser, lentement - une dernière fois, peut-être ?
Mais voilà que déjà, Etaine s'était détourné... Arrivée à la porte, elle lui avait adressé un dernier regard, avant de finalement tourner la poignée et de sortir. Et toute la détresse du monde, pensait Bryen à ce moment là, était visible dans son regard et lisible dans sa voix... Un visage livide et tourmenté.
Il eu pu lui dire : "Je requiers ton amour". Mais un pareil sentiment ne se pouvait commander, il le savait. Peut-être parviendrait-il a le gagner ?
Elle lui avait avoué s'être évertuée à dissimuler des sentiments profonds... Tout en lui assurant qu’y céder serait une trahison… Était-ce un amour impossible ?
Dans un léger grincement chargé de fer, ses gantelets articulés passèrent distraitement sur son bras dextre. Là où la Colombe du Val avait glissé son ruban de couleur blanche. Et le chevalier frissonna une nouvelle fois au souvenir de ce contact si doux et si plaisant.
Qu'elle était belle, songea l'homme en regardant dans la direction d'Etaine, alors que le seigneur des Eyrié donnait l'ordre d'ouvrir la Porte de la Lune et que sa voix résonnait dans la grande salle. Quelle absurdité que tout cela. Car après tout, que signifient nos misérables vies, nos désirs et nos espérances...?

Par les jointures de son armure couleur d'eau, le preux sentit la bise glaciale s'insérer jusque dans son habit de fer. Un frisson le parcouru. Était-ce la peur ? Il n'en était pas question !
Engoncé dans son habit de fer, Bryen parcourut une nouvelle fois l'assistance et reconnu bien des visages. Certains étaient amicaux et se voulaient encourageants. D'autres exprimaient une haine farouche. D'autres encore, ne laissaient rien transparaitre sinon un détachement vis à vis de ce qui se jouait sous leurs yeux.
Alors, de nouveau, le Triton Pâle se prit à se demander dans quel endroit de cette salle céleste pouvait bien s'égarer les sentiments, la compassion et le calcul des pauvres vies qui se joueraient en ce jour... L'un pouvait bien tomber à trépas aujourd'hui, des trônes être mis à bas demain, tout continuerait à tourner... immuables, quand ils ne seraient plus.

Il considéra Eoden avec une attention sévère et un regard plein de morgue. Ses prunelles sombres étincelèrent : pour le pire ou pour le meilleur, ces deux seigneurs s'apprêtaient à se voir pour la dernière fois.
A n'en point douter, Eoden, était un sanguin... un de ces hommes que seule réjouit la vue d'une eau incarnate s'écoulant des corps de ses ennemis et qui - parfois - attaque aveuglément, tel un forcené ! Bryen l'en avait jaugé durant la cérémonie, lorsque le Veneur avait bondit sous ses provocations. Peut-être, espérait-il avec rage, le chevalier de la maison Veneur renouvellerait-il cette erreur durant le combat... une erreur fatale pensa le Triton Pâle, dans un froncement de narines, comme s'il reniflait la valeur de son vis à vis. Car si le Veneur n'était pas homme à rester dans son coin lorsqu'il y avait du sang dans l'air, le Triton Pâle, lui, n'était pas homme à laisser passer une erreur. Présomption ou folie, il se sentait de taille à vaincre son rival pour l'amour d'Etaine.
Il fut tout à coup avide de la serrer contre lui. De l'étreindre et de sentir contre lui la chaleur de son ventre.

Encouragé par le souvenir vivace de la main caressante sur sa joue, sa chaleur et son regard trouble et troublant, ainsi que son baiser, le preux s'enhardie à s'incliner devant la Colombe avant même de saluer le seigneur du Val. Suprême affront.
Derrière lui, son écuyer, le jeune Corbray - un béjaune au visage poupin et encore glabre - s'avança avec son épée et son bouclier. Non loin, son frère, ser Marq, tenait entre ses mains un bassinet au viaire clos, surmonté d'un triton.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Le Destin
ADMIN SUPRÊME & PNJ
MessageSujet: Re: EVENT 5.2 ◘ Le duel   Mer 19 Juil 2017 - 12:01

Un gâchis.

Devant la petite foule rassemblée devant le trône de Baral, devant ses deux vassaux prêts à régler leur dette, la seule pensée de Martyn était que toute cette cérémonie était un gâchis. Un homme allait mourir, un homme persuadé d'être sur le droit chemin, et tout ça pourquoi? Parce que sa soeur était incapable d'assumer le déshonneur qu'elle faisait peser sur la Maison Arryn, parce qu'elle était incapable de se résigner à accepter une union qui pourrait, peut-êre, faire oublier ces deux enfants que celle que l'on appelait la Colombe du Val faisait maintenant fièrement parader dans l'assemblée. Un camouflet de plus pour le Suzerain du Val, qui avait toutes les peines du monde à contenir sa colère et sa frustration.

D'une Maison unie, Etaine avait créé un chaos dont, Martyn en était persuadé, elle-même ne percevait pas l'ampleur. Lui-même avait du mal à croire à quel point ils en étaient arrivés. Même Catelyn avait refusé de se tenir auprès de sa famille, préférant rejoindre les autres nobles, préférant se placer aux côtés d'Etaine. L'Aiglon se rappelait les paroles de leur dernière conversation. Avait-elle fini par choisir un camp? Le camp qui se dressait contre lui? C'était tout un monde qui s'écroulait, pour laisser place à un autre, un monde de défiances. Roslinn était là, heureusement, la main posée sous la sienne, pour lui rendre sa confiance. Il était sur le droit chemin. Eoden vaincrait ce jeune Sunderland qui se croyait suffisamment puissant pour défier la grandeur des Arryn, et il saurait dompter la Harpie, la soumettre. Eoden remettrait de l'ordre dans ce capharnaüm.

Dans un silence de mort, les deux duellistes firent leur entrée, face à face à coté de la Porte de la Lune, qui serait bientôt leur fin, ou leur salut. Eoden, comme le voulait la tradition, s'inclina devant son suzerain, attendant le début du duel avec une impatience que le Maître Chuchoteur avait du mal à cacher. Sunderland, lui, commit l'erreur de penser qu'il pouvait insulter le maître des lieux en saluant d'abord Etaine, avant de s'incliner devant son Suzerain. Un affront de plus, un affront qu'en temps normal, Martyn aurait sur le champ réprimé.

La situation était telle, pourtant, qu'il ne pouvait se le permettre. Pas maintenant, du moins. Mais Sunderland paierait, il se le promit intérieurement. Serrant un peu plus fort la main de son épouse pour garder sa contenance, il attendit que les duellistes prennent leurs armes pour se lever, et prendre la parole:

"Mes Seigneurs, Mes Dames. Aujourd'hui, un duel aura lieu, sous les yeux des Dieux, un duel pour l'honneur, un duel pour le futur. Quelle qu'en soit l'issue, tous, y compris moi, devront l'accepter."

Il s'interrompit un instant pour fixer Etaine du regard. Ces paroles étaient pour elle, elle le comprendrait certainement.


"Cette affaire réglée, je vous enjoins, à vous tous, de vous rappeler vos serments. Vous êtes Valois, vous représentez l'Honneur, un Honneur que j'ai la fierté et la responsabilité de guider, de représenter. Aussi, souvenez-vous, Seigneurs du Val, souvenez-vous de vos serments, et une fois cette affaire réglée, unissons-nous à nouveau pour qu'une fois encore, nous puissions nous élever, et prospérer. "

L'Aiglon laissa plâner un silence pendant quelques secondes, pour que tous puissent graver ses paroles dans leur esprit, avant d'ordonner d'un ton ferme:


"Ouvrez la Porte de la Lune!"

Tandis que les portes s'ouvraient, offrant à tous un aperçu du vide et du sort qui attendait le perdant du duel, Martyn se rassit sur le trône de ses ancêtres, sur son trône. Eoden, toujours un sourire impatient aux lèvres, se mit en garde. Oui, aujourd'hui, ce serait Eoden Veneur qui remettrait le Val sur le droit chemin.

Annonce MJ:
 

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

Fire and Blood
Far over the misty mountains cold. To dungeons deep, and caverns old. The pines were roaring on the height. The winds were moaning in the night. The fire was red, it flaming spread. The trees like torches blazed with light. .❞
The Hobbit – Misty mountains cold.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Etaine Arryn
VAL D'ARRYN
■ Localisation : Les Eyriés, le Val.
MessageSujet: Re: EVENT 5.2 ◘ Le duel   Jeu 20 Juil 2017 - 0:14

Le Duel

Elle devait rester fière. Elle devait rester digne. Il n’y avait plus aucune place au doute en ces quelques instants qui précédaient ce duel qui serait là pour changer son futur. Car oui, c’était pour elle que le jeune seigneur Sunderland s’en était pris au cadet des Veneur, fiancé jusque-là à Etaine. Evidemment, le symbole de ce simple défi à mort avait pris une dimension toute autre, le contexte du Val ayant emporté ce prétexte sous une possible rébellion menée par la sœur de Martyn pour affirmer son mépris face à ses décisions.

Sa main tenait fermement celle de Catelyn, masquée par les draperies de leurs robes. De l’autre côté, ses deux fils se tenaient, fiers, droits, tels les princes qu’ils étaient au plus profond de leur sang. Jace les avaient rejointes et Etaine l’accueillit d’un hochement de tête entendu. Elle ne l’appréciait pas plus que cela mais sa place aurait pu être aux côtés de Martyn. Bryen fit son entrée et Etaine releva automatiquement le menton, lui adressant un sourire entendu. Ses lèvres gardaient encore en mémoire le contact doux de celles du jeune Triton. Avec le respect du chevalier à sa dame, il la salua. Les murmures se firent alors entendre. Ils venaient de comment un impair de taille pour bon nombre des vassaux présents car il s’était présenté à la jeune femme avant de se présenter face à son suzerain, remettant une fois de plus son allégeance en cause. Il ploya cependant le genou devant Martyn afin de le saluer tandis qu’Etaine toisait Eoden d’un regard vainqueur. Cet homme ne respirait plus ce soir. Il ne l’épouserait jamais et, comme il l’avait merveilleusement évoqué dernièrement, jamais il ne toucherait sa peau douce. Elle y veillerait.

Finalement, le silence revint et Martyn se leva, attirant les regards. Seul celui d’Etaine resta figé sur le visage de son champion, espérant secrètement qu’il renonce. Comment pouvait-elle mettre sa vie en péril ainsi ? Comment pouvait-elle le permettre ? La culpabilité la dévorait doucement jusqu’à ce que Martyn ne la rappelle à l’ordre, attirant également son regard noir. Oh que oui, elle accepterait les conséquences de ce combat, sachant très bien que si Bryen venait à tomber, elle n’aurait plus rien à perdre si ce n’était sa propre vie. Ses enfants lui seraient retirés, le Veneur ne souhaitant certainement pas la présence de ces vestiges du passé de la belle sous un toit qui jamais ne sera le sien. Le seul fils Arryn de la portée parla ensuite des serments et de ce Val qu’il disait diriger et avoir sous sa responsabilité. Elle aurait pu, Etaine aurait ri. Ri de cet aveuglement dont il semblait victime. Elle reporta alors son attention sur la coupable de tout ceci. Roslinn Tyrell. Etaine détestait les roses mais de toutes, c’était cette perfide Epine qu’elle haïssait avec force. En défiant Eoden, Bryen l’avait également défiée elle car il n’était que peu secret de savoir que la suzeraine des Valois s’était liée d’amitié avec ce fieffé menteur.

Le silence retomba un court instant avant l’ordre fatidique. Ouvrez la porte de la lune. Elle retint sa respiration tandis que le glissement de la pierre s’exécuta, l’air frais du Val envahissant la grande salle tandis que la lumière pénétrait plus encore la pièce. Ses doigts se resserrèrent autour de ceux de sa cousine tandis que son autre main attrapa celles de ses fils. Ils étaient unis et c’était ainsi que le Val aurait dû être. Croisant une dernière fois le regard de Bryen, elle prit une profonde inspiration, murmurant quelques dernières paroles à l’égard des Dieux. « Entendez-moi, vous qui dirigez ce monde… Vous m’avez déjà tant pris dans cette vie alors, je vous en conjure… Epargnez le. »
crackle bones

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

The Fallen Princess
Winter was Coming and then, I've been on the top, Unbent, Unbowed and Unbroken. Now, I just wanna be as High as Honor
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Catelyn Arryn
VAL D'ARRYN
■ Localisation : Port Réal, Couronnement.
MessageSujet: Re: EVENT 5.2 ◘ Le duel   Lun 31 Juil 2017 - 22:09

Les mots s’étaient élevés. Lourds. Sentencieux. Sous cette voix qu’elle connait par coeur, Catelyn baisse la tête. Son front se plisse d’une détermination unique. J’ai choisi ce qui est le plus juste. Les mots valsent dans sa tête, dans une répétition sans faille. Elle voulait l’honneur pour Etaine, mais elle ne pouvait pas prier pour la mort d’Eoden. Ses yeux bleus se lèvent en douceur pour croiser son regard. Sans demande de pardon, ses yeux restent neutres tout en criant tout leur passé. Elle avait grandi avec lui et quand la lame de la justice percerait son armure, quand il tomberait dans l’oeil du faucon… une partie de son enfance irait avec lui. Elle pensait à sa mère, la belle Alyssa Veneur, qui les prenait tous les deux sur ses genoux. Quand elle était partie, c’est Eoden qui avait mis sa main dans celle de Catelyn… puis ils avaient grandi. Avec les âges, accompagnées de Martyn et Jace, ils avaient partagé tant de joies et malices. Ce dernier ne l’aimait pas, mais Martyn, lui, ne pouvait pas avoir oublié. Qu’avait-elle espéré la veille? Que les Sept descendent de leurs cieux pour apaiser les peines?

Les premières confrontations des lames se font entendre. Eoden ne l’observe plus, il ne regarde que son adversaire. Elle se souvient de son père qui ne cessez de leur crier dessus. Les regards d'loden et Jace qui savent pas s'il doivent rire comme la petite Lady ou trembler de peur. Ils tentent de se concentrer, de garder leurs mâchoires serrées, mais le rire de Catelyn est trop entrainant et c'est bientôt tous les trois qu'ils se font attraper par la puissante main du chevalier. Ce temps s’était envolé, il ne résidait plus que la main d’Etaine, crispée autour de la sienne. Catelyn la tient plus fort. Elle serait entendue. Elle serait entendue car le sort s’était bien trop acharné sur elles. Les Sept leur avaient tout, absolument tout, promis. Filles de Rois, leurs naissances avaient été couronnées d’étoiles alignées, le sang Andal coulait en leurs veines. Oui, ils leurs avaient tout promis avant de tout leur arracher de la plus terrible des manières. Faucons incapables de prendre leur envol, elles demeuraient écrasées sous le joug de leurs volontés mensongères. C’était assez. Etaine avait provoqué la fureur, mais justice serait rendue. Les Dieux ne pouvaient jouer quand la prix de la mort était demandé.

Catelyn avait été élevé pour être un Grande Dame capable d’affronter toutes les situations, pourtant elle ne peut s’empêcher de ne pas observer la duet macabre qui se joue sous ses yeux. Elle entend les prières de sa cousine, mais elle est incapable de formuler les siennes. Martyn. Son amour pour lui ne l’avait conduit que dans les mauvais chemins. Demain, qu’importe l’issue du combat : elle embrasserait ses propres convictions. Pas celles de Jace, ni celles de son père : les siennes. Elle avait descendu les marches du trône de Barral, elle ne les remonterait que lorsque le Val serait à nouveau ce qu’il était. Si son cousin souhaitait s’enfermer entre les murs de sa forteresse imprenable, c’était son choix. Elle ne le connaissait que trop comme elle savait que son père ne pourrait jamais ne plus le seconder. Il en mourrait, c’était son devoir de Prince de la Montagne. Elle, elle n’en mourrait pas : elle se relèverait et les étendards de ses terres avec. Elle était une Arryn, sur son front aussi brillait la lumière lunaire, ancestrale et éclatante.

Autour d’elle les murmures d’angoisses et de surprises s’accélèrent. Le rythme des épées devient plus effréné et le vent s’engouffre dangereusement dans la salle du trône. Sa robe claque sur ses jambes. Elle sait, elle sait que sa destinée approche aussi fatalement qu’une va se terminer. Le temps se suspens et sa vision flotte. Des enfants rient, une homme pleure, des soupirs d’amoureux, les sabots de milliers de chevaux, le bruit d’une flèche marquée en plein coeur… elle entend toute sa vie, ses échos, tandis qu’ils continuent de faire pencher dangereusement la balance. Soudain, elle sent les mains puissantes de Jace les pousser elle et Etaine alors que les duellistes les approches dangereusement. Elle les voit, ils ont la mort dans les yeux, leur bouches est déformée par les efforts et leurs front déjà suants. Ses deux mains prennent soin de tenir celle d’Etaine. Leurs coeurs battent au même rythme frénétique. L’Etranger est entré dans la pièce, il pousse dangereusement les deux chevaliers au bord du précipice jusqu’à ce que des cris de terreurs percent l’assistance. Le Dieu avait frappé.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Bryen Sunderland
VAL D'ARRYN
■ Localisation : Sortonne - Archipel des Trois Soeurs
MessageSujet: Re: EVENT 5.2 ◘ Le duel   Ven 25 Aoû 2017 - 11:18

Sans ajouter un mot de plus - à quoi bon ? - Bryen se tourna vers ses liges et prit des mains de son frère, ser Marq, le heaume en forme tête de triton qu'il enfila d'un geste sûr. L'air grave, il saisit l'écu que lui présentait son écuyer et l'enfila en adressant une courte prière aux dieux. A ses dieux, songea le soeurois, la Dame des Vagues et le Seigneur des Cieux. Mais trêve de songeries ! Car voilà que le signal venait d'être donné et que toutes ses pensées à présent se tournait vers son adversaire.
Un moment d'inattention - un seul ! - et plutôt que les bras de la douce aimée... le Triton Pâle pourrait bien aller trouver les terribles piémonts de la montagne quelques centaines de mètres plus bas.
Alors, sans plus attendre, le chevalier vint se camper devant son adversaire. Dans un silence de mort, il dégaina sa lame, dont les quillons cliquetèrent étrangement sur son fourreau. Sinistre présage ? Son coeur s'incendiait de colère à l'idée d'être battu par cet outrecuidant parvenu : un homme sans foi ni loi, un chevalier sans honneur qui s'était élevé dans l'ombre des intrigues aux Eyrié.
Il enrageait à l'idée même que Martyn, Catelyn, Jace - et d'autres ! - puissent soutenir ce malfaisant et espérer la mort de Bryen ou l'asservissement d'Etaine.
Tout autour, le public faisait silence, se tenant cois comme par peur de troubler les deux combattants.
Pas à pas, ceux-ci se tournèrent autour quelques instants, se menaçant parfois, d'un geste ou d'une feinte, lorsque tout à coup, ployant les jambes sous l'effort, le sire des Soeurs arma son coup et le porta brusquement sur le casque de son adversaire. Il hurla son cri de guerre : « De tout cœur ! » mais trouva le bouclier d'Eoden, qu'il bossela. Un bruit sourd.

Ça y est ! la danse macabre venait de débuter et les spectateurs retenaient leur souffle : elle ne s'achèverait que par la mort de l'un des deux prétendants. Car quoi qu'ordonne leur seigneur, pas un ne demanderait quartier à l'autre : cela aurait été déchoir dans leur fierté, dans leur coeur et dans celui d'Etaine.
Fugace et terrible, le tintement de l’acier contre l’acier résonna de plus belle sous la voute au rythme des parades des deux combattants, chacun maniant son épée avec précision et ne détournant les coups de l’adversaire que pour contre-attaquer dans l’instant. Les lames fendaient l’air, stridentes, et se percutaient à une vitesse folle, avec des gestes rapides et sûrs et des attaques féroces.

Très vite, le Veneur asséna coup sur coup à son adversaire dans de grandes accélérations brutales, le faisant reculer pas à pas d'un côté à l'autre de la salle. Chaque nouveau pas s'accompagnant d'un nouveau taillant suivis d'un cri, qui n'était qu'une sanction immédiate et fatale aux reculs du Triton Pâle.
Un choc brutal et le heaume de Bryen résonna à ses oreilles quand l'épée adverse ripa sur sa coiffe de fer.
Alentour, tout avait disparu ; Etaine, Martyn, Catelyn et Jace, hommes d'armes et serviteurs, son écuyer, son frère et ses compagnons... Il ne demeurait que l'adversaire dans l'esprit du jeune chevalier, ainsi que dans la mince ligne de vision que lui offrait son heaume... Il para une attaque furieuse et répondit tout aussi furieusement en manquant l'épaule de son adversaire.

Bam ! Kling ! Coup sur coup, estoc et taille, les deux combattants rivalisaient de prouesses en martelant l'armure de leur adversaire dans de longues passes d'armes, s'émulant mutuellement par leur force et par leur adresse. C'était un beau combat, songea le Triton. Qui sait, si les Dieux le lui permettaient, il en ferait peut-être une chanson ? Ou peut-être un troubadour, s'il venait à trépasser... Il se courba brusquement en avant, serrant les dents devant un terrible coup de son adversaire : son écu en oblique protégeant son côté droit. Maudit ! songea Bryen. Le chevalier ressentit le coup jusque dans son bras et son épaule, qui s'en trouvèrent meurtris pour quelques instants...

Leurs épées s'entrechoquèrent à nouveau dès que Eoden repassa à l'assaut, ne laissant aucune possibilité à Bryen pour contre-attaquer, et le ténébreux damoiseau dut se battre comme un beau diable, toujours sur le recul, pour empêcher son adversaire de percer ses défenses.

Son bras auquel était accroché son bouclier le brûlait à présent, et son épée semblait avoir tragiquement doublé de poids. Mais dès qu'ils s'écartèrent l'un de l'autre, il remarqua qu'il en allait à peu près de même pour son adversaire. Chacun à leur tour, il reculèrent de quelques pas pour souffler un bref instant, avant de s'élancer à nouveau l'un vers l'autre. Depuis combien de temps s'affrontaient-ils ? Cinq minutes ? Quinze ? Vingt ? Il n'eut su dire. Il avait perdu la notion du temps... et son adversaire aussi.
La foule des dames et des seigneurs continuait à faire silence, absorbée par la démonstration technique qui se livrait de part et d'autre les combattants, dans un concert de heurts et de ahans.
Soudain, un cri de douleur brisa le silence. Eoden venait de recevoir un coup d'estoc dans l'épaule gauche et avait dû biaiser pour faire encaisser le coup par son bouclier, avant de contre-attaquer à son tour : le Triton Pâle tituba, bloqua un violent coup de taille et décocha une riposte qui manqua Eoden de justesse.
Un ricanement moqueur s'échappa du heaume de Bryen, bientôt suivi d'un cris plein de hargne et le chevalier redoubla de force et de colère en adressant une nouvelle estocade fulgurante. Le tintement clair de l'acier résonna une nouvelle fois en un chant lugubre, tandis que les deux épées se croisaient. Le damoiseau riait, plein d'audace ! Et tant mieux si son adversaire y voyait une insulte.
Il avait failli triompher à deux reprises déjà : une touche au défaut de la cubitière dextre, et un coup d'estoc rapide, mal paré, qui avait entaillé le casque de son adversaire. Mais son bras d'arme était fatigué...et il lui semblait qu'un filet de sang noir, si chaud... coulait à présent à travers les mailles de son autre bras, endolori.

« Courage, mon seigneur ! » entendit-il quelqu'un crier parmi les spectateurs.

Un court instant le cri brisa la tension et Bryen fit abstraction de l'encouragement pour rassembler ses forces pour le prochain assaut.
Pour qui résonnait ce cri ? Lui... ou l'autre ?
Sa respiration se faisait lourde... Qu'il faisait chaud dans son armure : la sueur qui perlait de son front lui brûlait les yeux. Il serra les dents : Vaincre ! Il fallait vaincre !
Hélas, la victoire triomphale ne venait pas, et les deux chevaliers trouvaient contre eux un adversaire de valeur. Ils ne s’en laissaient pas conter pour autant, et offraient chacun une défense sauvage. Au début de combat, les attaques s'étaient accélérées, exaltées par l’impatience, jusqu’à ce que la fatigue alourdisse à présent les corps des deux bellitres, qui n’en finissaient plus de porter leurs coups.
D’abord indifférents à cet amollissement, se préoccupant uniquement du bon acier d’épée, toujours plus proche et plus fatal, les deux challengers devaient maintenant mesurer leur force et préserver leur énergie. Alors, à la surprise générale et peut-être aussi à celle de son adversaire, le Triton Pâle jeta son écu sur le côté. Libérant son bras blessé de sa charge, il agrippa fermement son épée à deux mains. Ce qu'il perdait en protection, il le gagnerait en rapidité !

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: EVENT 5.2 ◘ Le duel   

Revenir en haut Aller en bas
 

EVENT 5.2 ◘ Le duel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un Duel dans les champs ...
» Duel entre deux âmes soeurs. [PV Luke Kayan]
» [RP: Premier Tour] Duel Rems vs Rheanne
» event coupe du monde la semaine prochaine
» [Tori] - Event - A l'Abri des Masques

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
After the Conquest :: 

The seven kingdoms

 :: Val d'Arryn :: Les Eyrié
-