Partagez | 
 

 Rohanna, please don't take my sunshine away

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Rohanna Baratheon
ORAGE
■ Localisation : Port Réal.
MessageSujet: Rohanna, please don't take my sunshine away   Lun 17 Juil 2017 - 1:16


Rohanna Baratheon

feat. Keira Knightley

♦ Volontaire ♦ Indépendante ♦ Rieuse ♦ Mélancolique ♦ Athlétique ♦ Jalouse ♦ Simple ♦ Entêtée ♦ Généreuse ♦ Naturelle ♦ Charmeuse ♦ Travailleuse ♦ Meurtrie ♦ Protectrice ♦ Espiègle ♦ Vive ♦ Fougueuse ♦ Aimante ♦ Décidée ♦ Diplomate ♦ Franche ♦


VALAR MORGHULIS

◮ Titre(s) :
Dame d'Accalmie dite La Biche Pendue.

◮ Âge :
29 années.

◮ Lieu de naissance :
an 18, Gallowsgrey, Terres de l'Orage.

◮ Situation :
Mariée à Lord Robb Baratheon, Seigneur d'Accalmie et Suzerain des Terres de l'Orage.

◮ Statut :
PV

◮ Groupe :
Terres de l'Orage, Accalmie.

VALAR DOHAERIS

◮ Maison :
Si la Maison Trant a toujours porté son allégeance aux Baratheon, et avant eux aux Rois de l'Orage, elle n'est cependant pas une maison majeure. Au contraire, il n'ont que très peu d'hommes à offrir à l'Ost et leur richesse est moindre. Nombreux sont les nobles qui ne comprennent pas comment une de leur fille a pu gravir tous les échelons et arriver à porter le titre de Dame d'Accalmie. Mésalliance? Les Baratheon font partis des sept Maisonnées les plus plus puissantes de Westeros. Emérite au combat, pouvant diriger un ost jusqu'à 40 000 hommes... oui, beaucoup auraient préféré voir leur propre fille avoir la place de la Biche Pendue.

◮ Famille :
Je suis née dans la Maison Trant, maison mineure et de peu d'importance. Fille de Lord Eldrick Trant et de Lady Myriane, née Circley. Mon père a du attendre la mort de mon oncle, Lord Jehan Trant pour devenir le Seigneur de nos terres. Il avait épousé Lady Tess Baratheon, veuve et déshonorée elle a laissé les titres, sans un regard en arrière. Il fut un temps où j'avais une soeur cadette, Lady Eléana que la maladie a emporté il y a quelques années, me laissant une soeur, Lady Victory Brousse. Mon frère adoré, Lord Eliott Trant et son épouse, la délicate Lady Elana Torth.

De par mon inespéré mariage, j'ai intégré la très illustre Maison Baratheon. Feu mon beau-père, Lord Theodan avait arrangé l'union avec mon père en guise de réparation pour l'union dévastatrice de sa soeur avec mon oncle défunt. La famille de mon époux, Lord Robart étant large j'ai acquis beaucoup de nouveaux liens familiaux. Le plus important est probablement Lady Kyra, née Lannister avec qui je ne m'entends guère. Je noue des relations compliquées avec les frères de mon époux ; Sir Erick et Sir Jasper. Quant à l'épouse de ce dernière, Lady Allya, née Reyne, nos relations sont houleuses et, je le crains, fausses. J'ai une belle-soeur que je connais pas, Lady Oriane Tully, vivant dans les Conflans avec son époux, Lord Thorren Tully. Nos relations sont profondément délicates depuis la révolte de mon beau-père.

◮ Informations complémentaires & faits divers :

On me nomme Lady Rohanna Baratheon, Dame d'Accalmie. Je dirige une large maisonnée et doit donner force à tout un peuple, même dans les temps les plus durs. Si de par mes titres et ma position, je suis une des femmes les plus influentes de Westeros, il n'en a pas toujours été ainsi.

Pendant longtemps je n'ai été que la fille d'un cadet de maison mineure, destinée à épouser un petit héritier dans l'espoir que nos fils puissent un jour faire une alliance plus prestigieuse. Qui aurait pu vouloir de moi, alors Lady Rohanna Trant? Maigre dot, allures masculines, rire trop franc et manières aux grandes lacunes? Malgré toutes les attentions de ma mère, à quinze ans je commençai tout juste à savoir utiliser sciemment le point de croix et imaginer des motifs originaux pour les tapisseries et couvertures de la Maison. Mes ouvrages coûtaient chers, non par leur préciosité mais parce qu'il me fallait sans cesse recommencer. À force de trop me concentrer je perdais patience et me piquais les doigts, souillant les étoffes achetées. J'avais en horreur de diriger les domestiques et je préférai fuir toutes ces obligations en dérobant le cheval de père. Le grand air, la chasse et le tir à l'arc étaient ma manière de respirer. De ma tante Tess on essayait de me faire copier les allures aristocratiques. C'était alors la Dame la plus proche de la Cour que nous connaissions. Si elle m'effrayait et je détestais la réputation sulfureuse qu'elle donnait à mon oncle, à ma famille, je n'en laissais rien paraître. Persuadée que ma vie ne dépasserait jamais les forêts familiales. Une voyante aurait pu me prédire : "tu seras Reine de ces terres" que j'aurais rit d'une humeur franche, sans y aspirer un seul instant.

Dans les premiers années de mon mariage, j'étais une étrangère au milieu de la haute noblesse. Je ne comprenais pas les rivalités qui se jouaient au sein des murs de la forteresse. À quels prix ai-je compris que les femmes aussi guerroyaient! Ma belle-mère ne m'a jamais donnée la possibilité d'amender mes origines. J'avais peut-être du sang noble, mais j'étais la fille des bois. La pauvresse qui déjouait ses plans d'union avec les Lannister. Loin des miens, il m'a fallu apprendre par moi-même. J'apprends toujours que les Sept font. Hasard ou non, Tess s'est trouvée être mon soutient le plus féroce.

Esprit indépendant, je n'ai pas renoncé à ma nature, j'appartiens à ces terres. Malgré les années, je ne sais toujours pas rester tranquillement feutrée dans une pièce. La vie n'est plus aussi légère et gaie qu'avant. À tord, je pensais que les grands de ce monde vivaient de futilités, mais ce sont ceux qui sont le plus à même de se brûler les ailes. Dans mon sommeil j'espère toujours que tout ceci est un rêve et que je vais me réveiller par le grattement d'Eliott à ma porte pour aller relever nos pièges à lapin. Pourtant, quand l'aurore perce la nuit ce sont les pièges d'un échiquier que je dois déjouer. Ma pauvre sécurité et celle de mon époux. Il est de vertu commune que Jasper et Allya souhaitent usurper nos places, je ne les laisserai jamais faire. Désormais, je ne me soucie plus de recevoir l'affection de Kyra ou des autres membres Baratheon, seuls m'importe l'avenir de mon époux, de nos futurs héritiers et de moi-même.

Ma santé est fragile. Ça vient de l'intérieur. Je peux me casser d'un moment à l'autre et pendant des jours oublier le vrai monde. C'est comme si mon âme se dérobait pour se cacher dans des dizaines de boîtes emboîtées les unes dans les autres. Il me faut une grande force pour les ouvrir, boite à cauchemar elles renferment toutes mes peurs et mes angoisses humaines. Quand j'arrive à la dernière, il peut s'être écoulé des jours voire des semaines de léthargie. J'ai longtemps infligée ces peines à mon époux, Suzerain de l'Orage.

Robb. Quand commence et quand termine l'amour? À-t-il commencé ce jour où je suis tombée de cheval et que dans les airs se sont élevées ses moqueries? Il est le centre névralgique de ma destinée. Quand j'entends son nom je jalouse les lèvres qui ont osé le prononcer. Je suis orgueilleuse de l'amour que nous nous portons et il n'y a rien que je ne ferai pour lui. Je ne me souviens plus du jour où je l'ai compris... je sais juste ce que je ressens dès que je pense à lui ou dès qu'il apparaît dans une pièce. Je le revois le jour de notre union, il n'était plus le garçon impétueux d'il y a dix ans. Il y avait autre chose. Une fougue orageuse qui me permettrait de ne jamais cacher ma vraie personnalité.

DIS-MOI TOUT...

Comment vivez-vous l'instabilité politique et les guerres qui enflamment Westeros ? Comment le supportez-vous au quotidien dans votre région ? ✒️ Nièce, fille et épouse de chevaliers, la guerre ne m'a jamais fait peur. J'ai grandi avec le bruit rassurant des lames qui s'entrechoquent et des flèches qui fusent dans les champs autour du manoir. J'ai toujours aimé observer les garçons s'entraîner, je fermais les yeux très forts et rêvais de pouvoir les rejoindre. J'étais attirée par ce monde où le courage et le témérité étaient mis à dur épreuve. Peut-être parce que j'imaginais que la vie de femme était une cage. C'est bien différent aujourd'hui.

Si la peur m'enlace dès que je pense à Robb sur le front, je me rends compte que les femmes doivent elles-aussi faire preuve de beaucoup de courage. Je supporte la cause pour laquelle ma Maison se bat, même si je soupçonne l'Ouest de convoiter une place bien définie dans l'échiquier. Maintenant que mon beau-père est décédé, je me demande si Robb suivra les mêmes motivations...

Je ne connais pas la guerre sanglante et puante des champs de bataille, mais je connais le quotidien du peuple dont mon époux est suzerain. Souffrance et loyauté. Chaque jour, je passe de nombreuses heures à recevoir ou à rencontrer les sujets de mon époux. Je les écoute, je les aide comme je le peux et accompagne leurs prières. La guerre est une chose étrange, elle a permis de rapprocher Kyra et Tess... et de défaire les alliances de notre maisonnée. Au milieu de ces femmes, il m'a faut me battre pour garder et représenter la souveraineté de mon époux.

Les Rebelles sont désormais arrivés aux portes de Port-Réal. Avec la bataille qui s'annonce, comment vous positionnez-vous ? Soutenez-vous Maegor ou Jaehaerys et comptez-vous agir ? ✒️ Jaehaerys Targaryen est le roi légitime de Westeros, s'il y en a un. Je suis fille de petite noblesse, je viens de la campagne de l'Ouest où les grands de ce monde sont bien lointains. Maegor aurait usurpé le trône? Bien. Je reste aux côtés de mon époux dans toutes les décisions qu'il prendra. Je le sais droit et l'esprit chevaleresque, il combattra l'injustice. Personne ne peut cependant m'empêcher de penser que mon beau-père à fermenté cette rébellion par pure ambition personnelle. Convoitait-il le trône pour lui? Je ne veux pas que Robb s'engage dans ce chemin périlleux, je veux qu'il revienne le plus rapidement possible à mes côtés. Pourtant, je suis loin d'être sotte. Désormais, il y aura de longs mois de diplomatie à Port Réal. J'aurais mon rôle à jouer, celui de la Dame d'Accalmie. La véritable question est, suis-je prête?

Quelle est votre ambition personnelle ? ✒️ Je ne veux que Robb reste à mes côtés, à jamais. Je veux que mon ventre porte de nouveaux héritiers qui affirmeront notre position. Suis-je devenue comme celles que j'abhorrais enfant? Non. Je suis Lady Rohanna Baratheon, Dame d'Accalmie, Lady suzeraine des Terres de l'Orage et il va me falloir m'imposer entre Tess, Kyra et Allya. Elles agissent comme si elles pouvaient faire la pluie et le beau temps hors je suis la châtelaine des lieux. Elles me doivent la préséance et l'obéissance. Il va me falloir m'affirmer comme une vraie Dame. Plus secrètement, je compte bien agir pour que je puisse revoir mon frère. Il est ridicule que je ne puisse pas avoir ma propre famille à mes côtés. Je ne compte pas attendre d'enfanter un prochain fils pour rectifier cette interdiction que je subis depuis des années.


DERRIERE LE MASQUE
• Âge |
23 pour encore 8 jours
• Prénom ou pseudo |
Zoé aka Catelyn Rougefort, notre Chaton du Val!
• Sexe |
féminin
• Comment as-tu connu le forum ? |
je ne sais plus du tout, du tout vieux squelette que je suis!
• Autre chose ? |
je suis passée du côté de l'ennemi Valois!

image by Ted Nasmith # code by ATC.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Rohanna Baratheon
ORAGE
■ Localisation : Port Réal.
MessageSujet: Re: Rohanna, please don't take my sunshine away   Lun 17 Juil 2017 - 1:16


Rohanna Baratheon

« You said you don't have to speak. I can hear you, I can fell all the things you ever felt before... I said it's been a long time since someone look at me that way. It's like you knew me and all the things I couldn't not say. Together, to be. Together and be. Together, to be. Together and be. »


BUT FIRST WE LIVE

AN 30 : CHATEAU DE GALLOWSGREY.

« Montres-moi tes mains. » Les yeux de l’enfant sont fuyants, tout son être se concentre sur cette commissure qui essaie de percer son visage de marbre. Quelle était ennuyante cette fossette qui voulait toujours sourire, toujours rire! « Lady Rohanna Trant, montrez moi vos mains immédiatement ! » Sans plus attendre, l’imposante figure lui attrape lesdites mains pour faire son constat journalier : griffées jusqu’au sang, des échardes de bois dans les phalanges, bouffies et rougies d’une journée en plein air. Tandis que la commissure de la petite continue de s’accélérer, un garçonnet pose ses deux paumes pour s’empêcher d’éclater d’un rire moqueur. « Lady mère, lady mère s’il vous plaît ne vous fâchez pas lady mère ! Il faisait trop beau pour rester à l’intérieur et j’ai réussi à décocher presque toutes mes flèches dans le coeur cette fois ! ». Un hoquet d’horreur déforme la mâchoire de la matrone alors que les quelques servantes de la maisonnée, déjà, s’éclipsent pour ne pas assister à la suite. « Oui Lady mère, c’est vrai ! » Un regard noir coulisse vers la voix qui vient de s’élever et Elliot Trant, héritier de la maisonnée, court sans plus attendre se réfugier dans les couloirs du château. D’une main agile Myriane Trant s’empare de la mâchoire de sa fille ainée. Quand est-ce qu’elle comprendrait qu’elle n’était pas l’héritier de ces terres? Faudrait-il l’enfermer dans sa chambre et la confier à une gouvernante qui lui apprendrait les bonnes manières? La matrone avait longtemps redouté ce choix, leurs minces revenus ne pouvant pas être gaspillés n’importe où. Elle aurait aimé que sa fille se montre respectable et appliquée dans ses ouvrages et soit potentiellement choisie pour un beau mariage. Un mariage qui leur offrirait une position un peu plus envieuse… Elle ne pouvait s'admettre la triste vérité : la mince dot de leur enfant couronnée de son caractère virulent n’en ferait qu’une épine. « Si tu ne veux pas que je me fache Rohanna, pourquoi ne m’écoutes-tu pas? Pourquoi ne veux-tu pas apprendre à faire de jolies robes et tapisseries? Tu serais tellement gentille si tu pouvais être comme les autres filles… » Rohanna laisse enfin sa commissure éclore un sourire espiègle ; « mais lady mère n'avez-vous pas dit à père qu’il fallait faire des économies? ». Et alors que Lady Trant portent ses bras vers le ciel. Orante insensée face aux désirs des Sept, la petite fille en profite pour s’échapper rejoindre son frère. Les serviteurs rejoignent les rires des enfants emplissant la demeure d’une douce mélodie. En entendant les pas précipités des petits Trant, la cuisinière verse une rassade de vin aigre à la châtelaine. C’était leur petit secret à toutes les deux, le geste aimable qui permettait à sa maitresse de ne pas perdre espoir que sa fille devienne un jour une femme respectable. Et qui sait si ce jour arriverait? Lord Eldrick s’était trop longtemps laissé amadouer par sa fille qui aujourd’hui montait et chassait aussi bien que son frère. Il savait qu’il faudrait mettre un terme à ces enfantillages rapidement, mais il fallait admettre la vérité : son coeur de chevalier n’était que tendresse pour ses jumeaux. Il était tourmenté de devoir les séparer. Pourtant, il savait que son frère enverrait très bientôt Eliott auprès d’un chevalier d’une autre maisonnée. Il était un peu tôt pour qu’il devienne écuyer, ses épaules étaient encore chétives et ses joues trop rondes, mais il ne pouvait en être autrement. Rohanna devait comprendre sa place de femme et plus vite son jumeau serait loin, plus vite elle le comprendrait. 



AN 40 : CHATEAU DE GALLOWSGREY.

Vingt ans. Elle avait vingt ans et elle n'était pas mariée, n'avait pas même un prétendant. La Demoiselle sans Soupirs l'appelaient-ils... Elle ne le montrait pas, mais tout comme son entourage, elle aussi se questionnait sur son futur. Fille de Seigneur, quelque part au fond d'elle tout cela la faisait souffrir. A l'Aurore elle demandait pourquoi. Pourquoi ne suis-je pas comme les autres filles de mon âge? Pourquoi me faut-il aspirer à des choses différentes? Pourquoi ne suis-je pas une femme que l'on désire? Pourquois sans réponses. Quand la mélancolie la submergeait, il lui suffisait de regarder ce qui était arrivé à Lady Tess et toute l'ambiguïté de son coeur se taisait. Elle aspirait à être bien plus qu'un ventre nourricier. Oui, aucun homme n'aurait préséance sur sa vie.

Elle pose ses mains sur ses reins, éreintée. Plus que deux jours et les champs seraient terminés. Sous son large chapeau, elle fait signe à son frère qui au loin supervise les allers-et-venues jusqu'aux greniers. Plus tard, il faudra décider de ce qui ira aux marchés de la capitale orageuse. Avec l'union de son oncle les accords commerciaux avaient été facilité. L'accord était demeuré malgré que son père ait chassé Tess de ses terres. Désormais, ces mois-ci leur permettaient de tenir un hiver avec aisance : on pouvait acheter de nouveaux meubles pour les appartements d'Eliott dont on espérait le voir prendre épouse très prochainement, nourrir les serfs et garder un peu pour les dots des plus jeunes.

« Anna ! Anna ! » Les jupes au vent, Eléana court vers son aînée. Derrière, Victory essaie de garder la même cadence tout en ne pouvant s'empêcher de sans cesse trébucher sur sa robe trop longue. Celle que les servantes n'avaient pas voulu couper afin d'économiser quelques heures de travail sur son infernale croissance. « Un écuyer vient d'arriver ! Il m'a tout raconté du tournois! Tu veux entendre? » Tous les enfants de la fratrie Trant possédaient cette étrange fureur de vivre. Ils vivaient dans un concert désaccordé de ce qu'on attendait d'eux, oubliés des grands des royaumes. seuls Johan et Tess se montraient effacés, désillusions d'une union malheureuse. Rohanna pris place, autorisant les quelques paysans les entourant à faire de même. Chez sa soeur "entendre" sous-entendait accepter de la regarder mimer tout un récit chevaleresque. Victory en profite pour blottir sa tête contre l'épaule de sa soeur adulée. Tous observent l'adolescente mimer les plus grands chevaliers de leur génération. Poussée par les acclamations de son petit public, tour à tour elle imite Rougefort, Osgris, Swann, Crakehall jusqu'à ce qu'il n'en reste plus qu'un seul. Sir Robart Baratheon.

« Lady Eleneï Lannister a été couronnée reine d'amour et de beauté devant les yeux de tous les nobles présents. Vous pensez qu'il va l'épouser? » Eléana rêvait de ces grands noms, de ces unions légendaires et de leurs blasons... Un monde complètement à part duquel elle et ses soeurs n'appartiendraient jamais. « Et voilà qu'elle batifole à nouveau ! Pour connaître personnellement Robb, je peux vous dire que c'est un affreux garçon qui n'a rien du gentilhomme dont tu rêves. Imbus et fier, je préférerai mourir que de me voir couronner par lui. » Aux mots de leurs aînée, les deux sœurs ne purent s'empêcher de pouffer. Tout le monde savait que, depuis le jour où la jouvencelle était tombée devant lui, le nom de Robb Baratheon était source d'une éternelle honte et colère. De champs en champs, la rumeur d'un Robb hirsute et grossier s'était répandue. Avec les années, Rohanna avait réussi à transformer l'anecdote à son avantage : elle, la noble demoiselle en détresse moquée par le fier seigneur des lieux. Si la plupart avait oublié ses vociférations scandaleuses, ils savaient ô combien elle le détestait. Ce qui amusait énormément le petit peuple provincial tandis que Lady Trant se prenait à craindre du jour où la fureur du ledit Robb s'abattrait sur eux.


AN 44 : CITADELLE D'ACCALMIE.

Pendant qu’il pose un ruban sur leurs mains unies, le Septon clame d’une voix haute « un seul coeur, une seule chair une seule âme. Maudit celui qui s’interposera. » Elle ferme les yeux, sa fossette tremble. Dans quelques instants elle croisera le regard d’un homme qu’elle n’a vu qu’une seule fois… dix-huit années plus tôt. Jusqu’au bout, jusqu’à cet instant précis où son père avait frappé le flanc de son cheval pour qu’il s’ébroue, elle s’était battue avec acharnement contre cette union. Elle était une dette à payer. Un arrangement pour apaiser une famille vassale humiliée. Sa famille n’était pas présente, elle n’était plus tolérée auprès de la Biche Noire. Les cicatrices étaient tellement profondes qu’elle savait que tolérance était le mot parfait pour qualifier sa fragile position. 



Elle ne connaissait rien à la fonction qui l’attendait. Il lui faudrait tout apprendre, à commencer par se faire respecter. Sa fossette continue de battre un rythme démesuré, celui de son coeur qui se perd dans des pensées trop sombres. Elle n’était pas prête. Ses yeux coulent vers celui qui dans quelques mots sera son époux. Refuses-moi. Refuses-moi. Refuses-moi. Mais ses yeux restent droits, exemplaires et sans faille. Il acceptait cette union sans ciller. « Père, Forgeron, Guerrier, Mère, Vierge, Couronne, Etranger. » Les fiancés se tournent l’un vers l’autre. Elle sent son regard la dévisager tandis qu’elle se concentre sur les prochains mots à dire. Il la scrute. Bien évidemment qu’il est déçu, comment ne pourrait-il pas l’être? Elle n’était pas une Lannister et ne serait jamais une Reine d’amour et de Beauté comme Eleneï. Elle était une fille du Pendue dont les taches de sons témoignaient de sa passion pour le grand air. Sa poitrine était quasi-inexistante et ses cheveux indisciplinés n’acceptaient aucune coiffure trop élaborée. Elle ne remarque le blanc que quand il presse imperceptiblement ses doigts. « Je suis sienne, alors seulement elle lève ses longs cils bruns, il est mien, alors seulement elle regarde ses pupilles et y lit de l’espièglerie, jusqu’à la fin mes jours. »

Quand les invités applaudissent et qu’ils lèvent leurs mains unies devant l’assemblée, elle ne peut détacher son regard de cet homme qu’elle découvre pour la première fois. Elle observe son noble profil, celui qui n’a pas arrêté d’hanter ses rêves. Le bougre hirsute et grossier de son souvenir n’est plus. Dehors, alors que les citadins et le peuple acclament le futur couple suzeraine, il murmure sans la regarder : « Bienvenue à Accalmie, Rohanna. »


AN 46 : FORTERESSE D'ACCALMIE

« Robb... D'une main endormie, la Biche pendue cherche son époux. L'oreiller est froid, il n'est pas là. Robb...? »

« Ma Lady? Vous avez fait un mauvais rêve? » mais sa maîtresse ne réponds pas, elle continue de gémir le nom de son époux. Sur l'épaisse fourrure qui lui sert de couche, la servante referme les yeux prête à se rendormir. Rohanna Baratheon avait le sommeil profond, il était rare qu'elle se réveille ou soit agitée pendant ses nuits. Cependant, son époux était depuis longtemps parti et peut-être lui manquait-il d'une manière que sa condition de femme lui interdisait d'exprimer... Les femmes de chambre connaissaient bien ce principe : toutes les vérités éclataient pendant le sommeil. C'était source de profonds commérages et de rires étouffés dans les communs. Mais la servante ne peut se rendormir. Sa maîtresse n'avait jamais eu le sommeil agité. Jamais. Inspirant profondément pour se donner du courage, elle rejette des couvertures et se lève.

« Par les Sept réunis! Ma Lady? ». Ses mains soudainement tremblantes secouent doucement la brune endormie. Ses cheveux collés sur son front comme des tentacules ténébreuses, montrent une fièvre soudaine. La main de la Lady continue de chercher son époux dans un geste répétitif. « Robb, aide-moi. Je crois que je perds l'enfant... » la servante descends les couvertures. La chemise n'est plus que sang. « LADY ROHANNA! » Les larmes viennent à la jeune fille qui ne sait pas si elle doit courir chercher de l'aide ou s'enquérir de l'état de la future suzeraine de l'Orage.

Quand Rohanna ouvre enfin ses yeux remplis d'angoisse, elle manque de se mordre la langue : « Shireen? Shireen, aide-moi. Je ressens une immense douleur... je ne sais plus si je suis debout ou allongée.. J'ai chaud... » les mots se meurent à l'instant où elle prend conscience du regard de la domestique. Ses paumes de portent entre ses cuisses ; « non... non... nooon... ». Elle presse ses mains contre son corps pour retenir le sang, retenir l'enfant. A L'AIDE cri la servante sans pouvoir détacher ses yeux de l'horreur qui se joue devant elle. Les couloirs s'agitent, les chandelles s'allument. Dans la gorge de la Lady naissent des feulement rauques, mêlants désespoir et tristesse. Elle sait déjà qu'elle ne peut plus rien pour son enfant. Il va partir. Il va les quitter. Elle peut presser tant qu'elle le veut, contracter ses jambes, se recroqueviller comme un foetus : c'est inévitable. Il se meure et avec lui toutes les promesses d'avenir.

« C'était des jumeaux ma Lady Baratheon. Deux vigoureux fils... Il en viendra d'autres. » Sur le lit mortuaire, Tess presse la main de sa nièce pendant que le Mestre enveloppe les deux morts-nés dans des draps. Afin d'aider leurs pauvres âmes à trouver la paix, ils seront brûlés avant le levé du jour. Les draps n'ont pas été changés, la couche est souillée. Rohanna est livide. Les personnes qui l'entourent montrent un visage fermé. Des pleurs discrets se font entendre parmi les caméristes qui se sentent particulièrement proche de leur maîtresse. Tous attendent qu'elle prenne la parole, même Kyra qui debout en robe de chambre n'ose, pour une fois, rien dire à sa bru. « Je dois être la seule à le lui annoncer. Ne faites partir aucun corbeau, je ne veux pas qu'il soit distrait pendant les combats. La nouvelle attendra. »

Ces mots détachés étaient les seuls qu'elle put prononcer avant de se recroqueviller sur son ventre douloureux. « Sortez tous. » chuchote imperceptiblement Tess de sa voix naturellement autoritaire. Une fois seule, elle pose sa tête contre l'épaule esseulée de sa nièce. Et Rohanna se laisse à pleurer comme ne l'a jamais fait. Pleurer à en étouffer. Et parce qu'avec ses enfants sont morts une partie de Robb, pleurer à en crever.


AN 48 : SALLE D'AUDIENCE, ACCALMIE.

La paysanne se fond dans une révérence qui n’a que la grâce du désespoir. Elle regarde autour d’elle, cherchant un regard encourageant parmi ses compagnes. Toutes viennent faire des doléances à la Dame d'Accalmie, Lady Rohanna Baratheon.

« Ma noble Dame, je viens à vous parce que des créanciers me menacent de prendre mes terres. Mon époux est décédé à Harrenhal, il était forgeron pour notre feu Lord Theodan. Mon fils aîné a été égorgé il y a quelques semaines par des Nordiens, quand à mon fils cadet… il… les Sept savent si il reviendra? Rohanna pince ses pâles lèvres, elle peut sentir la peur de toutes ces femmes : mères, soeurs, épouses, cousines. Elle aussi ressent la même peur pour Robb. Elle a parfois si peur pour lui qu’elle ne peut soudainement plus respirer. Soupçon glacé d’une étreinte de l’Etranger. Toutes nous sommes seules et sans défenses face à des hommes qui veulent nous dérober ce pourquoi nos époux en tant travailler... » Pour appuyer sa demande, ses genoux martèlent le sol, imitée par plusieurs femmes du même village. Qu’espèrent-elles toutes d’une autre femme esseulée?

Déesse noire, Rohanna reste fermement assise sur son siège. Elle porte le grand deuil de son beau-père. Kyra n'apparaît plus depuis la mort de son époux, Tess à ses côtés. Il aura suffit d’une éloquente mort pour qu’elles se retrouvent et comprennent que leurs coeurs savaient battre pour la même chose. Quelques pas derrières, Allya se tient débout, les yeux consumés par son chagrin. Contrairement à leur belle-mère et tante : elles ne se sont pas rapprochées. Boremund est un mur de marbre qui les sépare chaque jour un peu plus. « Ma Dame nous implorons la mère que vous êtes de nous venir en aide, en la mémoire de nos fils, de nos époux et de nos frères. »

 Rohanna scrute la jeune femme qui a osé prendre la parole. Elle est pauvrement vêtue et dans son malheur ne se rend pas compte de la sottise qu’elle vient d’avancer. Parce que Robb était plus souvent sur les champs de batailles que dans son lit, parce qu’elle avait troqué sa joie de vivre pour une inquiétude maladive et sans fin, parce qu'elle pleurait encore la perte de ses deux fils, morts à quelques semaines de leur délivrance : elle n'était jamais retombée enceinte. Robb ne lui en avait jamais voulu, mais elle s’en voulait pour eux deux.

Aux mots de l'étrangère, sa main amaigrie se porte sur son ventre, cicatrice invisible. « Pardonnez-la ma Lady, elle ne voulait pas… » Rohanna lui fait signe de se taire et elle se lève, portée par une fièvre semi-consciente. « Nous avons tous perdus des membres aimés. Je suis l’épouse de votre Lord, Robart Baratheon. Je représente sa volonté et son autorité : ces voleurs ne prendront pas vos terres. Je vous en donne ma parole. Je veillerai personnellement à ce que ceux qui essaient de profiter du chaos comprennent ce que l'essence de ce mot veut dire. Un repas vous sera donné dans les cuisines, je vais recevoir les prochaines demandes à présent. »



Elle serre quelques mains avant de croiser le regard de Kyra, cachée dans l’obscurité. Matriarche farouche, elle savait que longues seraient les journées à lui tenir front. Loin de Port Réal se jouait une guerre de brocart et de positions bien plus cruelles que celle d’un usurpateur et de son neveu. Malheureusement pour la Lionne, la Biche Pendue venait de comprendre qu’il n’y avait pas qu’en étant mère qu’une femme avait du pouvoir.


Notre est la fureur. Ainsi, finissent mes ennemis.

image by Ted Nasmith # code by ATC.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Robb Baratheon
ORAGE
■ Localisation : Accalmie
MessageSujet: Re: Rohanna, please don't take my sunshine away   Lun 17 Juil 2017 - 9:29

Aaaaaah une Rohanna

Je crois que tout le monde le sait déjà, mais je suis tellement hyper contente de voir que quelqu'un a pris ce personnage, alors en plus si c'est toi, vu ce que j'ai déja pu lire tes RPs, tu as au moins fait ma journée, si pas ma semaine

A très très bientôt, du coup
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Valyron Tyvaros
COURONNE
■ Localisation : Port-Réal
MessageSujet: Re: Rohanna, please don't take my sunshine away   Lun 17 Juil 2017 - 9:47

Caaaat

Comme j'ai hate de te voir evoluer avec ce nouveau personnage !

Bonne redaction de fiche !

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

Des mes ordres, dépend le destin du peuple.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Myriah Ferboys
DORNE
■ Localisation : Auprès de Nymeria Martell
MessageSujet: Re: Rohanna, please don't take my sunshine away   Lun 17 Juil 2017 - 10:31

Re-bienvenue Cat ! Je crois que tu fais un heureux avec Rohanna xD

Bref, bon courage pour ta fiche que j'ai hâte de lire

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

Nous gardons la voie
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Rohanna Baratheon
ORAGE
■ Localisation : Port Réal.
MessageSujet: Re: Rohanna, please don't take my sunshine away   Lun 17 Juil 2017 - 19:04

Merci à vous trois!

J'ai également hâte de développer le personnage de Rohanna !

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

+just a bad dream+
SOFTNESS IS NOT WEAKNESS IT TAKES COURAGE TO STAY DELICATE IN A WORLD THIS CRUEL
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Valyron Tyvaros
COURONNE
■ Localisation : Port-Réal
MessageSujet: Re: Rohanna, please don't take my sunshine away   Mar 18 Juil 2017 - 23:12


Félicitations !
« Bienvenue sur ATC »



Wha ma Catou, quelle fiche

Tu as parfaitement cerné le personnage et j'ai hâte de voir ce que votre duo de choc avec Robb va donner ! !

J'ai rien d'autre à dire, c'est parfait. Bravo encore !

Et c'est pour cela que le staff et moi-même sommes heureux de vous annoncer que votre fiche est validée ! Vous êtes désormais un habitant des TERRES DE L'ORAGE. En tant que tel, vous êtes soumis aux lois de celle-ci ainsi que celles de Westeros. Au plaisir, donc, de vous croiser dans l'un ou l'autre des Sept Royaumes.

Cependant, pour finaliser votre inscription et votre intégration au sein de la communauté, il vous reste quelques petites formalités à remplir obligatoirement :

❥ Recenser l'avatar du personnage.
❥ Déclarer sa famille.
❥ Compléter le registre des multicomptes (si vous êtes un DC, TC, QC)
❥ Recenser les dates importantes de votre personnage dans les chronologies détaillées
❥ Créer et tenir à jour (impérativement) votre fiche de chronologie de personnage.
❥ Ouvrir une fiche de liens.
❥ Assortie à sa soeur, fiche de sujets.
❥ Et de venir prendre du bon temps avec nous !

crédits image : ATC ; code by ATC.


• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

Des mes ordres, dépend le destin du peuple.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Rohanna, please don't take my sunshine away   

Revenir en haut Aller en bas
 

Rohanna, please don't take my sunshine away

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» << Let the sunshine in >> { PV Aroz }
» Let the Sunshine in! [pv Olychounette]
» Ains't no sunshine when she's gone (31/05, 17h29)
» Good morning, sunshine. [Hiro Shima]
» sunshine kiwi ♦ keep on believin'

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
After the Conquest :: 

It shall not end until my death

 :: Demandes de Citoyenneté :: Présentations Validées
-