Partagez | 
 

 Manfrey Martell ◊ insoumis, invaincus, intacts

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Manfrey Martell
■ Localisation : Lancehélion, à Dorne
MessageSujet: Manfrey Martell ◊ insoumis, invaincus, intacts   Jeu 24 Aoû 2017 - 11:58


Manfrey Martell

feat. Toby Sebastian

Solitaire ♦ Téméraire ♦ Orgeuilleux ♦ Rusé ♦ Loyal ♦ Patient ♦ Doux ♦ Amoureux de sa femme


VALAR MORGHULIS


◮ Titre(s) :
Prince de Dorne, héritier de la Princesse Régente Nymeria Martell, et surnommé La Couleuvre depuis quelques temps.

◮ Âge :
20 ans.

◮ Lieu de naissance :
Au Vieux Palais de Lancehélion, à Dorne.

◮ Situation :
Marié depuis l'An 47 à la princesse Arianna Martell, née Lannister.

◮ Statut :
PV.

◮ Groupe :
Dorne.


VALAR DOHAERIS


◮ Maison :
Insoumis, Invaincus, Intacts. Telle est la devise de la maison Martell. Une promesse pour leurs ennemis, une provocation pour leurs amants. Il y a plus de mille ans, la Reine Guerrière Nymeria traversa Essos jusqu'à Dorne, en fuite des maîtres dragons de la Valyria. Une fois débarquée, elle brûla ses bateaux, tous les dix mille navires et ce, sans exception, afin qu'aucun couard ne puisse faire demi-tour. Quelle femme ! Dornienne de cœur, avant même de l'être dans sa chair. Du reste, la chance lui souriait car contrairement à d'autres contrées, ici, les femmes de pouvoir ne se voyaient pas enfermées dans des septuaires ou dans les lits de vieux barbons. L'ancêtre des Martell, Mors, la vit et la désira, prouvant ainsi que là où une armée peut faillir, une langue peut réussir. En épousant leurs forces respectives, en unissant leur lance et leur soleil, leurs rivaux finirent par se soumettre. Selon la tradition dite "nymerienne", les Martells régnèrent dès ce jour sur Dorne en princes, et non en rois - à moins que le premier né ne soit une fille, car à la différence des autres contrées, la loyauté dornienne ne se commande pas par un appendice. Les Dorniens suivent un Prince ou une Princesse Martell et ce aujourd'hui encore.

◮ Famille :
Manfrey est le fils unique né de l'union entre Firiel Fowler (née en l'An 8) et le prince Quentyn Martell (né en l'An 3), frère cadet de feu la princesse Myrcella Martell (née en l'An 1, tuée au combat en l'An 47). Quentyn étant l'oncle de feu le prince Tristam Martell (né en l'An 15, assassiné lors de ses noces en l'An 43) et de l'actuelle Princesse Régente Nymeria Martell (née en 18), qui n'est ni mariée, ni n'a d'enfants. Manfrey est de fait le Prince héritier de Dorne. Un titre qui pourrait lui être contesté par les enfants bâtards de son cousin Tristam : Elia Sand (née en l'An 32), fille de feu Tyene Noirmont (née en l'An 17, morte en couche en l'An 32), Godric Sand, naturalisé Rowan (né en l'An 39), fils de feu Gabrielle Hightower (née en l'An 15, morte en couche en l'An 47), ainsi que Jace et Abel Stone (nés en l'An 42), jumeaux de lady Etaine Arryn, princesse déchue de Dorne (née en l'An 20). Pour les besoins d'une alliance entre Dorne et les Terres de l'Ouest, Manfrey a épousé lady Arianna Lannister (née en l'An 24), devenue alors princesse Martell.

◮ Informations complémentaires & faits divers :
De tous les Martells, Manfrey est sans doute le plus effacé, le moins tempétueux et le moins ambitieux. Le plus réfléchi aussi, et certainement le plus franc. Introverti, préférant de loin les études aux combats, le calme des jardins aux excès des banquets, il fait vite figure de rabat-joie dans une société qui aime la vie et en profite largement. Pourtant, le Destin a dû le prendre en pitié de certaines moqueries, en le plaçant par un concours de circonstances marquées par le sang, la ruse et la guerre, à la succession de sa cousine Nymeria. Malgré lui, Manfrey Martell se faufile entre des lignes contraires et arrive à de glorieuses fins. Et ce plus encore depuis son mariage avec la belle Arianna Lannister, dont on murmure qu'elle le pousse sur le chemin sinueux du pouvoir. A tel point que dans les couloirs des palais princiers, on commence à le surnommer "La Couleuvre".


DIS-MOI TOUT...


Ces six dernières années, la guerre a affaibli chaque région de Westeros, provoquant des pertes tant matérielles qu’humaines. Prenant la relève, la sécheresse vient ébranler les réjouissances de la paix. Comment avez-vous vécu les lendemains de la guerre ? Comment subissez-vous ce Long Été ?

✒️ La Grande Guerre a divisé le continent ; et pourtant. Dorne a su maintenir son indépendance et ne pas plier devant les Targaryens, et ce malgré le stratagème monstrueux ourdi par le Cruel Maegor. Commanditer l'assassinat de mon oncle le soir de ses noces avec lady Etaine Arryn, afin qu'elle en soit accusée pour que les valois prennent les armes contre Dorne... Quel monstre d'égoïsme et d'égocentrisme... Il n'a pas hésité à mettre son soit-disant pays à feu et à sang pour en rester le maître des cendres ! Mais il faut croire que ses Dieux l'ont oublié et aujourd'hui, son cadavre pourri lentement. Dorne est vengée. Du moins, en partie. La mort de ma tante, la princesse Myrcella Martell, résonne encore dans nos cœur meurtris. Et si ma cousine Nymeria a repris son trône avec grâce et détermination, la lumière doit encore être faite sur ce tragique évènement, survenu alors qu'on cherchait à me tuer, moi et ma nouvelle épouse, la princesse Arianna. De même, nos relations avec le Val sont encore tendues : lord Martyn Arryn a préféré faire exécuter la véritable meurtrière de mon cousin Tristan plutôt que de la remettre à notre justice. Enfin, la bataille des Marches de Dorne est encore fraiche dans nos mémoires, et le rôle joué par les forces d'Oberyn Tyrell n'a fait que raviver la haine ancestrale qui divise Dorne et le Bief. Oui, la Grande Guerre a ravagé le continent ; mais dans le fond, rien n'a véritablement changé.

Maegor mort, Jaehaerys est le nouveau Roi des Sept Couronnes. Dans quelques mois, il épousera sa soeur, régente du royaume, Rhaenys Targaryen. Quelle est votre position sur cette union qui suscite la colère du Nord ? Pensez-vous que Daenys serait mieux à même de régencer le royaume ?

✒️ Tout comme son ancêtre, Aegon Targaryen, le jeune Jaehaerys est le Roi de Six Couronnes, et non Sept. La Septième reste et demeurera indépendante, tant que les Martells de Lancehélion en auront décidé autrement. Dès lors, ce qui peut se tramer à Port-Réal ne nous préoccupe guère, tant que cette union ne vient pas troubler la sérénité de Dorne. C'est un mariage incestueux, certes, et à Dorne, nous ne pratiquons pas ce genre d'unions : mais nous avons nos propres traditions, des traditions que nous perpétrons et dont nous ne nous laissons pas dicter le cours à prendre ; dès lors, rien ne devrait empêcher les Targaryens d'en faire de même. En revanche, Rahenys a commis une grave erreur : sa soif de pouvoir l'a aveuglée, et aujourd'hui, elle risque de lui coûter, à elle et à son jeune frère, l'allégeance des Stark. Peut-être la princesse Daenys n'aurait pas commis cette erreur, peut-être en aurait-elle commis une autre. On la dit généreuse et aimée du peuple, mais on dit aussi qu'elle a préféré se retirer à Peyredragon alors que sa famille était menacée d'extinction. Dans le fond, mon avis sur les Targaryens reste celui de tout dornien : on ne peut jamais leur accorder une totale confiance.

Sur ce nouvel échiquier, pourriez-vous trahir vos allégeances pour parvenir à vos fins ? Quelle est votre ambition personnelle ?

✒️ J'ai toujours été fidèle aux miens, aux Martells et à Dorne. Je n'ai peut-être pas les talents de ma cousine au combat, mais il y a bien d'autres façons de se battre pour maintenir notre indépendance. Mais le Jeu des Trônes m'a fait héritier de la Principauté de Dorne, et... je n'en veux pas. J'aime mon pays, là n'est pas la question, mais je ne me sens pas l'âme d'un meneur. Je suis le fils de mon père, l'homme de l'ombre, l'homme de conseil mais certainement pas le mieux placé pour succéder à ma cousine, la femme de feu, la femme de pouvoir. Au grand désarroi de ma femme d'ailleurs, qui rêve déjà de vois nos futurs enfants en Princes Régents ! Pourtant, Nymeria est jeune et fertile ! Elle est la femme la plus belle de Dorne, et donc de Westeros. Plus d'un se pâmerait pour avoir sa main, pour lui faire les enfants qui lui permettraient d'assurer sa propre lignée plutôt que de devoir me lui faire succéder. Et je ne suis pas prêt ! D'ailleurs, elle ne me prépare pas, alors, que cherche-t-elle ? Si elle ne trouve pas rapidement une solution, je serai forcé d'en prendre une à sa place, la seule que je prendrai. Je ne sais pas encore quoi, mais qu'il me faille abdiquer publiquement ou trouver une personne plus légitime à sa succession, je ne reculerai devant rien.



DERRIERE LE MASQUE
• Âge |
Maintenant 26 ans.
• Prénom ou pseudo |
Toujours Mariah (ou Clochette, pour ceux qui m'ont aussi sur Skype).
• Sexe |
Toujours une fille.
• Comment as-tu connu le forum ? |
J'ai rejoins la communauté d'ATC il y a presque un an maintenant ; malgré une chouette ambiance et de très beaux RPs, ainsi qu'une place de modératrice dans le Staff, j'ai commis l'erreur de complètement déserter le forum suite à de nombreuses péripéties IRL. C'est à Valou' que je dois le bonheur de vous avoir retrouvés :) C'est donc avec enthousiasme que je rejoins le clan des schizophrènes et que je créé ce second compte !
• Autre chose ? |
Je vous aime

image by Tomasz Jedruszek # code by ATC.


• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

    I Don't Want The Crown, I Only Want You
    it was a big big world, but we thought we were bigger, pushing each other to the limits, we were learning quicker by eleven, smoking herb and drinking burning liquor. never rich, so we were out to make that steady figure ⠇7 YEARS, LUKAS GRAHAM
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Manfrey Martell
■ Localisation : Lancehélion, à Dorne
MessageSujet: Re: Manfrey Martell ◊ insoumis, invaincus, intacts   Jeu 24 Aoû 2017 - 11:58


La Couleuvre de Lancehélion

« i am the grass ; plaisant, complaisant, sweet-smelling and swaying with every breeze. but it is the grass that hides the viper from his enemies and shelters him until he strikes. »


BUT FIRST WE LIVE


Les gémissements, timides et échappés d'abord, puis profonds et assumés, montaient le long des murs au rythme des volutes des divers encens qui brûlaient aux quatre coins de la pièce. Les lumières douces des lampes à huile projetaient des ombres mouvantes sur les murs ornés de mosaïques, cependant qu'entre les coussins de soie et de satin, les soupirs se faisaient râles. Au milieu des plateaux de fruits frais et des carafes renfermant chacune des cépage différents, les corps s'entremêlaient dans un ballet sensuel de caresses, de baisers, mais aussi de griffures et de morsures, cependant qu'une première croupe aux hanches fondantes se cambrait sous le plaisir. Les souffles se faisaient plus courts, saccadés. Des perles de sueurs brillaient sur les peaux veloutées, et les chevelures en désordre semblaient prendre vie au même moment que la vague bienheureuse les roulait vers le précipice sans fond. Frémissante, elle les rejeta sur la berge des draps froissés, la respiration haletante, l'extase totale. De longues minutes s'écoulèrent, avant que repus, l'un des corps ne se soulève avec une grâce langoureuse pour tendre une main assoiffée vers l'un des gobelets d'argent finement ciselés et ne le porte à ses lèvres encore gonflées. Le vin était frais, fruité mais corsé, excitant ses papilles et ravivant ses sens un instant en suspens. Déjà, un souffle se faisait pressant contre sa gorge, parcourant sa peau de petite baisers qui la firent sourire. « Tu es sûr que tu ne veux pas te joindre à nous ? » Adossé contre une longue poutre fraiche, un parchemin dans une main, l'interpellé leva la tête et répondit finalement par un sourire en secouant la tête. « Certain. Mais surtout ne vous gênez pas pour moi... ! » ajouta-t-il, en levant un instant les yeux. Agile, la jeune femme reposa son verre et glissait sur le corps masculin comme une anguille entre ses eaux natales. Une flamme venait de s'allumer dans son regard, traçant une ligne floue entre sa condition de prédateur ou de proie. Et tandis qu'elle pressait ses lèvres charnues contre les siennes, deux mains féminines pétrissaient ses hanches au rythme qu'elle leur imposait. « Aucun risque... Mais tu n'es vraiment pas drôle, Manfrey... » ajouta-t-elle, un sous-ton de reproches soudain dans la voix. Par dessous les caresses, leurs regards se croisèrent. C'est alors que dans les yeux d'un noir de jet qui ne la quittaient pas, elle pu lire une lueur amusée. « Je ne l'ai jamais été... Et puis, maintenant, en plus je suis marié ! »

• • •

On dit que seul un Dornien peut véritablement comprendre Dorne. Ses déserts. Ses montagnes. Sa chaleur. Y trouver le calme et la sérénité, là où un étranger n'y verra qu'une terre au sang chaud. On dit que si les Dorniens sont si imprévisibles, c'est parce que leur nourriture est forte en goût, et bien trop épicée ; que les fruits qu'ils pressent ont la chaire trop rouge et bouillante, et que leur vin leur monte à la tête trop facilement. C'est certainement vrai. Mais ce n'est pas toute la vérité.

• • •

Les hautes colonnes de pierre jetaient des ombres froides sur le sol marbré. Derrière la double porte de bois de rose, à la lourde poignée en or massif frappée d'un soleil éclatant transpercé d'une lance en feu, le petit garçon distinguait des voix. Il allait pour s'avancer, coller son oreille contre la serrure, mais il était incapable de bouger. C'était comme si toute force l'avait abandonné, et qu'il se condamnait de lui-même à rester de l'autre côté. Tiraillé entre curiosité et discrétion. Face à cette grande entrée, entouré de mosaïques et de serviteurs qui allaient et venaient entre les couloirs du Vieux Palais, plus que jamais, il se sentait tout petit, et pour cause : il n'avait que six ans. « Petit Prince... ? Petit Prince ! Petit Prince, mais qu'est-ce que tu fais là... ? Tu es tout seul ? » Une servante aux yeux topaze venait de s'agenouiller auprès de lui, et posa une main contre sa joue. Elle était glacée. Le corps enveloppé dans une fantaisie de couturière - c'eut été faire injure aux corporations de tailleurs que de lui donner le nom de robe, tant elle dévoilait sa gorge profonde et la naissance d'une de ses cuisses - elle le regardait avec tendresse. Comme il était mignon ! Et si gentil ! Une crème d'enfant, ne levant jamais la voix plus haut que le vent. D'ailleurs, pour toute réponse, il pointa la porte du doigt. La jeune fille leva les yeux vers la direction indiquée, et brusquement, son sourire se figea. Interdite quelques instants, elle se retourna lentement vers lui. « Viens avec moi ! » fit-elle alors en lui prenant soudain la main, le tirant vers l'opposé. Il la suivit sans rien dire, mais arrivés à l'orée du couloir au bout duquel se trouvait sa chambre, il articula : « Ma.. ! Ma... Maman ? » Alors, elle s'arrêta net, et se retourna lentement ; malgré la richesse de ses vêtements, et les jolies boucles brunes qui encadraient son visage bien nourri, il ressemblait à tous les autres enfants de Lancehélion. Et comme tous les autres, il demandait naturellement après sa mère... « Je... » « Maman ? Maman ! » Il pouvait sentir les doigts qui enlaçaient sa main trembler légèrement. Elle avait peur. A moins qu'elle ne soit triste ? « Maman... ? » Elle se mordait la lèvre, détournant le regard. Pourquoi ne lui répondait-elle pas ? Était-il arrivé quelque chose ? « Maman ! Où est Maman ? » « Je... Je ne...! » « Manfrey ! » Une voix forte mais calme retentit alors de l'autre côté du couloir ; lâchant la main de la servante, il couru aussi vite que le pouvaient ses petites jambes vers la haute silhouette de Quentyn Martell qui, posant un genou à terre, l'attrapa à la volée pour l'y enfermer dans ses bras. « Mon fils... » murmura-t-il contre ses cheveux quelque peu mouillés de sueur. Nichant son nez dans le creux de sa barbe, le garçon se laissa aller dans les bras paternels, avec la douce impression d'être de nouveau à sa place.

• • •

Nul ne sut jamais ce qu'il était advenu de Firiel Fowler. Certains disent qu'elle avait abandonné époux et fils pour courir l'aventure, seule ou avec un amant. D'autres prétendaient qu'elle s'était pris la vie en apprenant une infidélité de son mari. Enfin, le bruit courrait qu'elle avait été retrouvée empoisonnée dans sa chambre, un médaillon au dragon tricéphale autour du cou. On dit que seul le Prince Quentyn détient la vérité ; mais tout occupé à élever son fils, à lui être à la fois un père, une mère, et un frère, l'image de la belle Firiel, tempétueuse et vivifiante, disparu peu à peu dans les méandres du passé...

• • •

« Allez, viens ! C'est vraiment pas compliqué, tu vas voir ! » Debout devant lui, les poings sur les hanches et les cheveux en bataille, la petite fille le regardait droit dans les yeux, son petit corps déjà bien robuste à contre jour, et projetant une ombre déterminée sur les pages de son livre. Absorbé dans sa lecture, il avait tout fait pour l'ignorer. En vain. « Je... Je ne crois pas que ce soit une bonne idée, Elia... » commença-t-il prudemment, un soupir au bord des lèvres et relevant doucement la tête. Il retardait volontairement le moment où leur regards se croiseraient. Elle avait beau être de quatre ans sa cadette, elle le dépassait d'une bonne demi-tête et dégageait cette force surprenante qui lui, lui avait toujours fait défaut. Il pouvait déjà deviner son sourcil droit levé, un rictus agitant légèrement sa lèvre supérieure. « Je veux dire... la dernière fois... » « "La dernière fois" quoi ? » Il se mordit la lèvre. Tenir tête à Elia n'était jamais facile, et généralement, cela se soldait par un cuisant échec. Et par un ou deux points de suture sur ses bras ou ses jambes. Sans parler de son dos que l'on devait masser à grands renforts de mains, car la fillette avait pris la désagréable habitude de le monter comme un mulet ! Pourtant, la vie au Vieux Palais ne serait pas la même sans elle. Elle était ce qu'il avait de plus proche d'une sœur, et même sans la tradition dornienne, jamais sa bâtardise ne lui avait posé de problème. Il ne l’avouerait bien entendu jamais, mais sa présence lui était indispensable ; et d'une certaine façon, il savait que c'était réciproque. « La dernière fois j'ai terminé la Lune emplâtré et sans pouvoir bouger de mon lit ! Je te l'ai déjà dit cent fois : je n'ai rien à faire avec une arme - ni de près, ni de loin ! » « Si tu t’entraînais plus au lieu de passer tes journées dans les bouquins aussi ! » Leur nez se touchaient, leurs yeux se lançaient des éclairs : l'une une dague en bois, l'autre une plume à la main. Autour d'eux, les rayons du soleil jouaient des reflets dans les fontaines. Un silence aiguisé s'installa alors entre eux. Et puis tout à coup, ils éclatèrent de rire !

• • •

Un Martell pas comme les autres. Au sang plus frais, à la lumière plus effacée. A l'opposé de ses cousins, voués l'un à régner, l'autre à étendre la suprématie de la Principauté. Écartés par le temps comme par l'éducation. Un sourire, un signe de tête. Voilà tout ce qui pouvait le caractériser. Une exception dans la famille, même son père était plus affirmé ! L'enfant des savoirs et non des lames, absent des banquets mais toujours fourré dans une bibliothèque. Un garçon parlant peu mais écoutant beaucoup.

• • •

Ses mains tremblaient, mais elles continuaient à examiner minutieusement le contenu du verre. Il les avaient gantées, et du pouce et de l'index, il récurait un reste de fond de vin du bout d'un coton. Sans un mot, il imbibait soigneusement son petit outil, observant chacun des milliers de reflets que pouvaient laisser trainer les parois d'étain. Il manipulait le gobelet avec extrême prudence, prenant soin de ne pas laisser tomber une seule goutte de sueur. Pourtant, il avait chaud. La concentration lui faisait plisser les yeux, ce qui rendait son appréhension visuelle encore plus compliquée. Autour de lui, on avait éteint la plupart des lampes à huile, et seuls quelques domestiques s'étaient risqués dans la salle pour débarrasser la table du banquet. La réticence ambiante était grande. Ça et là, il pouvait entendre une larme reniflée, un geste maladroit faisant tomber une pièce de vaisselle. Le Palais entier était plongé dans une pénombre de deuil, et un silence de mort régnait dans les couloirs toujours si animés. Lancehélion semblait tombée sous une chape de plomb, sitôt que le corps avait cessé ses dernières convulsions. A l’extrémité gauche de la table, il avait observé d'un air distrait les festivités, non sans jeter des regards intrigués en direction de la mariée. Une beauté étrangère, presque exotique tant elle venait de loin ! « Ma parole, mais on dirait que tu en es amoureux ! » La voix mi moqueuse, mi irritée de Nymeria lui soufflait dans les mèches brunes et pour toute réponse, il avait secoué la tête, non sans rougir quelque peu. C'était toujours la même histoire lorsque sa cousine lui adressait la parole, généralement pour le taquiner. Et puis peut-être que sur ce coup, elle n'avait pas tout à fait tort : Etaine Arryn était belle, chacun de ses gestes une danse, son sourire était mystérieux... A la pensée d'une aussi exquise créature enfermée dans les geôles de Lancehélion... Il tressailli. « Ce n'est pas normal... » murmura-t-il finalement, enveloppant le gobelet dans un mouchoir de soie. « Qu'est-ce que tu dis, Manfrey ? Et puis-je savoir ce que tu fais encore ici alors que nous nous apprêtons à enterrer ton cousin ? » La voix calme mais ferme de sa tante Myrcella le fit sursauter. En se retournant, il les voyait tous trois alignés : tous de noir vêtus, Quentyn, Myrcella et Nymeria le regardaient depuis les pénombres. Nymeria avait encore les yeux rougis. Il se mordit la lèvre. « Hé bien ? » « Je... Pardonnez-moi, ma tante mais... Je voulais simplement... » Un soupir agacé s'échappa des lèvres de sa cousine. A nouveau, il se mordit les lèvres. « Tristam a bel et bien été empoisonné... » « Quelle perspicacité ! » siffla-t-elle, mais la main de sa mère l'arrêta d'un geste. « Un poison très sophistiqué ; c'est une chance que nous ayons une vaisselle aussi riche, le poison ne laisse que peu de résidu sur la traditionnelle porcelaine. C'est un poison d'Ashaï...» « Et... ? Aux faits, Manfrey. Aux faits. » « Et je ne vois pas comment, avec toute l'éducation qu'elle a reçue dans le Val ou encore à Winterfell, Lady Etaine aurait pu connaitre ce poison et s'en procurer. » « ... J'ai toujours su que tu étais naïf. Mais je n'aurais jamais cru que tu le serais à ce point ! » Nymeria tremblait. Elle le toisait plus qu'elle ne le regardait, un rictus mauvais au coin de la bouche. « Ton cousin. Mon frère est mort ! Et toi, la seule chose à laquelle tu penses, c'est cette... cette... cette fille ! Moi qui pensais que tu aimais les garçons, visiblement, une bonne paire de seins aura fini par te faire frétiller ! Sonnons les cloches ! Mère ! Voyez comme le petit prodige aux mille livres se sert de son savoir ! Non ! Ça suffit ! Je vais veiller mon frère, et je laisse ce gamin à ses expériences ! »

• • •

On dit que Nymeria Martell ne pardonna jamais à son cousin. Que la simple évocation d'une certitude scientifique avait été le point d'orgue de l'échappée miraculée d'Etaine Arryn de sa geôle pourtant si bien gardée. Il n'avait pas chercher à la dissuader. A quoi bon ? Au même titre qu'elle avait déclaré une guerre ouverte à Elia d'avoir mystérieusement disparu, elle lui déclarait une guerre silencieuse, à lui. Son engagement dans la bataille des Marches de Dorne n'y avait rien changé : Nymeria le rendait responsable.

• • •

« Tu n'es pas responsable... » murmura-t-elle tendrement contre son torse. Elle entourait sa taille de ses bras nus, passant une joue délicate contre la naissance de son cou. Instantanément alors, il se détendait. Depuis le premier jour, elle avait eu un pouvoir sur lui. Le pouvoir de tout annihiler, exceptée sa présence. Inutile de résister. D'ailleurs, il n'en avait aucune envie. Pourtant, du fond de la voluptueuse langueur, pointait le chagrin. « ... Elle m'a toujours protégé. Elle m'a toujours soutenue. Elle a toujours été là... Et maintenant... » Sa voix se brisa. D'une main, il caressa les longues boucles d'or qui cascadaient soigneusement le long de ses reins. Pour mieux retenir les larmes qui menaçaient de couler sur ses joues. Ne pas paraitre faible. Surtout pas devant elle. Son corps frémissait contre le sien. Il ferma les yeux. Du fond de sa peine, il voyait une lueur de chance. Lorsqu'on lui avait annoncé son mariage, il avait voulu en rire. Pourquoi lui ? Et pourquoi avec une Lannister ? S'il comprenait l'alliance, le choix des parties lui était incompréhensible. Nymeria aurait pu épouser le seigneur Garett, et à eux deux, ils auraient dominé le Sud. Mais c'était mal connaitre sa cousine. Depuis la mort de Tristam, depuis l'échappée d'Etaine Arryn et de ses fils qu'elle réclamait aujourd'hui héritiers légitimes de Dorne, Nymeria affichait clairement sa soif de pouvoir. Tant mieux. Dans le fond, elle avait toujours été faite pour régner. Davantage peut-être que son frère, qui se noyait dans les plaisirs au point de déshonorer les femmes que le ciel mettaient plus belles les unes que les autres sur son passage. Et maintenant que Myrcella était morte... « Maintenant, tu dois honorer sa mémoire. C'est elle qui nous a conduits l'un à l'autre. C'est pour elle à présent que nous devons être heureux... Marcher dans ses pas... » Il ouvrit alors ses yeux, clos, bercé par la musique de sa voix. Dans ses pas ? « Je... » « Tu n'es pas responsable... ! C'est le Destin qui a choisi pour nous... Pour toi... » « Mais je » « Schhh... » fit-elle, caressant doucement ses cheveux, chassant d'un doigt un pleur qui s'était frayé un chemin jusqu'à son cil. « Je suis là... Je serai toujours là... ! »

• • •

On dit que seul un Dornien peut véritablement comprendre Dorne. Ses déserts. Ses montagnes. Sa chaleur. Y trouver le calme et la sérénité, là où un étranger n'y verra qu'une terre au sang chaud. On dit que si les Dorniens sont si imprévisibles, c'est parce que leur nourriture est forte en goût, et bien trop épicée ; que les fruits qu'ils pressent ont la chaire trop rouge et bouillante, et que leur vin leur monte à la tête trop facilement. C'est certainement vrai. Mais ce n'est pas toute la vérité. Alors que la Paix est revenue en Westeros, le pays de l'éternel soleil coule des jours brûlants. Et il en est l'héritier. Malgré lui.



image by Tomasz Jedruszek # code by ATC.


• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

    I Don't Want The Crown, I Only Want You
    it was a big big world, but we thought we were bigger, pushing each other to the limits, we were learning quicker by eleven, smoking herb and drinking burning liquor. never rich, so we were out to make that steady figure ⠇7 YEARS, LUKAS GRAHAM
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Myriah Ferboys
DORNE
■ Localisation : Auprès de Nymeria Martell
MessageSujet: Re: Manfrey Martell ◊ insoumis, invaincus, intacts   Jeu 24 Aoû 2017 - 12:01

IL EST LA !!! Le gentil p'tit cousin de Nym (j'suis d'ailleurs plus rapide pour poster )

Comme j'te l'ai déjà je suis super contente que tu prennes ce PV pour ton DC, j'ai hâte de voir l'histoire et qu'on se trouve un petit lien sympas à faire


• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

Nous gardons la voie
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Nymeria Martell
DORNE
■ Localisation : Lancehélion
MessageSujet: Re: Manfrey Martell ◊ insoumis, invaincus, intacts   Jeu 24 Aoû 2017 - 12:05

C'est bien parce que tu es rapide que je t'ai engagée

Bref, bienvenue mon cousin chéri, on va vivre de grandes aventures ensemble
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Garett Lannister
OUEST
■ Localisation : Près de Port-Réal
MessageSujet: Re: Manfrey Martell ◊ insoumis, invaincus, intacts   Jeu 24 Aoû 2017 - 22:49

Re bienvenue à toi

Hâte de te voir évoluer avec ce splendide personnage dont je sais que tu feras des merveilles avec

Bonne rédaction à toi

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Catelyn Arryn
VAL D'ARRYN
■ Localisation : Rougefort, Val d'Arryn.
MessageSujet: Re: Manfrey Martell ◊ insoumis, invaincus, intacts   Jeu 24 Aoû 2017 - 23:40

C'est certain, tu vas faire une merveille de ce PV. Déjà rien que le début est extra!

Re-bienvenue chez toi mademoiselle Clochette!
Hâte de pouvoir dévorer ta fiche!

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

AS HIGH AS HONOR
You were annoyed by the Seven, blessed by the moon but you don't yet possesses what really matters : the power. Without it you  will perish and all of Vale along with you. And now you dream of paradise but you must build it for yourself and let all the world know Catelyn Arryn has arrived.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Faust
COURONNE
■ Localisation : Port-Réal
MessageSujet: Re: Manfrey Martell ◊ insoumis, invaincus, intacts   Ven 25 Aoû 2017 - 0:06

MAIS!
Où est donc passé ce personnage Bieffois?
Cette tristesse de te voir remplir les rangs de Dorne au dépend de cette parfaite région ! Enfin...tant pis. Je ferais mon deuil. Blague à part, je me doutais de voir ta personne tentée par cette région réputée pour ses "pool party". Je te souhaite donc beaucoup de plaisir avec ta squad de débauchés! Comme on dit: Reuh-bienvenue!

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •




I survived because the fire inside me burned brighter than the fire around me - Fallout
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Manfrey Martell
■ Localisation : Lancehélion, à Dorne
MessageSujet: Re: Manfrey Martell ◊ insoumis, invaincus, intacts   Ven 25 Aoû 2017 - 9:43

Merci à tous pour vos message, 'z'êtes adorables

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

    I Don't Want The Crown, I Only Want You
    it was a big big world, but we thought we were bigger, pushing each other to the limits, we were learning quicker by eleven, smoking herb and drinking burning liquor. never rich, so we were out to make that steady figure ⠇7 YEARS, LUKAS GRAHAM
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Leandra Tyrell
BIEF
■ Localisation : Haut-Jardin.
MessageSujet: Re: Manfrey Martell ◊ insoumis, invaincus, intacts   Sam 26 Aoû 2017 - 13:45

J'ai déjà hâte d'en lire plus, bonne chance pour la suite de la rédaction de ta fiche

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •


⋆ I'm a princess cut from marble
smoother than a storm. and the scars that mark my body, they’re silver and gold. my blood is a flood of rubies, precious stones, it keeps my veins hot, the fire's found a home in me.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Oriane Tully
CONFLANS
■ Localisation : À Port-Real, pour assister au Couronnement
MessageSujet: Re: Manfrey Martell ◊ insoumis, invaincus, intacts   Sam 26 Aoû 2017 - 15:06

Rebienvenue sur le forum Maman Poule

Le début de ta fiche est extrêmement plaisant à lire, j'ai hâte d'en avoir plus à me mettre sous la dent !

Bon courage pour la suite

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

Family, Duty, Honor
Remember who you are, what you were made to be. Remember your words.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Elia Sand
DORNE
■ Localisation : Nymeria aimerait le savoir
MessageSujet: Re: Manfrey Martell ◊ insoumis, invaincus, intacts   Lun 28 Aoû 2017 - 15:24

Youpi mon cousin préféré

Hâte de RP avec toi !

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •



Avec le temps, ce rêve devint un objectif qui donnait un sens à ma vie, et ma vie une flèche volant vers cette cible. Jamais, me promis-je, je ne laisserais la peur compromettre ce que j'étais : l'héritière légitime de Dorne.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Isaline Cerwyn
NORD
■ Localisation : Castle Cerwyn actuellement
MessageSujet: Re: Manfrey Martell ◊ insoumis, invaincus, intacts   Mar 29 Aoû 2017 - 7:40

Re-bienvenue à toi sous ce visage.

Fidèle à son épouse en ces Terres dorniennes wahou un challenge XD

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •



~ Aiguisé et près ~
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Manfrey Martell
■ Localisation : Lancehélion, à Dorne
MessageSujet: Re: Manfrey Martell ◊ insoumis, invaincus, intacts   Mar 29 Aoû 2017 - 11:30

Merci à tous, la suite arrivée bientôt !

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

    I Don't Want The Crown, I Only Want You
    it was a big big world, but we thought we were bigger, pushing each other to the limits, we were learning quicker by eleven, smoking herb and drinking burning liquor. never rich, so we were out to make that steady figure ⠇7 YEARS, LUKAS GRAHAM
Revenir en haut Aller en bas
 

Manfrey Martell ◊ insoumis, invaincus, intacts

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Tynian MorteEpée ~ L'insoumis au joug
» Quentyn Martell ☼ The wisest men follow their own direction
» Maison Martell
» Deria Martell - Le monde ne sera sauvé, s'il peut l'être, que par des insoumis
» Bernard Clavel, l'insoumis, est mort, hier, 5 octobre, il avait 87 ans

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
After the Conquest :: 

It shall not end until my death

 :: Demandes de Citoyenneté
-