Partagez | 
 

 Mille et une nuit sous le soleil

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Banneth Dayne
COURONNE
■ Localisation : Port-Réal
MessageSujet: Mille et une nuit sous le soleil   Dim 31 Déc 2017 - 14:31





Il y a des jours où il est bon d’être coincé à Port-Réal. Bien sûr, ma situation n’est pas celle que j’ai espéré durant mon exil forcé à la Citadelle. En effet, bien que répudié par ma famille, je ne me suis pas laissé abattre et j’ai accepté ma nouvelle condition, celle de Mestre. De mon erreur du passé, je me suis convaincu que je pouvais en faire une opportunité pour l’avenir. C’est-à-dire, de me retrouver dans un château de province, m’y imposer comme le pilier de la famille que je servirai, y ancrer mon influence pour, à terme, infléchir d’une façon ou d’une autre le destin d’une région, d’un royaume. Celles et ceux qui avaient rêvé de me voir disparaitre dans la masse des mestres, pensant mon ambition oubliée, disparue, ce serait alors pleinement trompé. Malheureusement, le destin semble déterminé à s’acharner contre moi. Au lieu de la voie royale tant espérée, me voilà réduit à suivre la royale voie de Jaehaerys Targaryen en personne. Il faut être honnête, ce n’est pas en fréquentant les Mestres en seconds du Grand Mestre Lester que je vais parvenir à faire ma place et à m’imposer. Ainsi, le rêve de m’imposer dans les livres d’Histoire comme une figure emblématique de mon époque semble de plus en plus s’éloigner.

Cependant, ce que je conçois1 comme un nouvel exil doré à la capitale offre ses menus avantages. Comme cet instant précis, se promener dans l’un des endroits le plus en vogue de tout Westeros, les jardins royaux. Les grandes allées parsemées de pierres blanches, sont encore plus intéressantes, du fait que nous sommes à quelques heures du couronnement de Jaehaerys Targaryen, futur Jaehaerys Ier. En effet, le soleil brûlant de la capitale a rendu la moindre rue, la moindre chambre du Donjon Rouge, insupportable à vivre et toute la noblesse des 7 Royaumes et au-delà s’est précipitée sous les grands arbres, à la recherche d’un peu de fraicheur.

Cela fait maintenant plus de deux heures que j’arpente, l’esprit perdu dans mes pensées, ce lopin de terre, aménagé en contrebas du majestueux Donjon Royal. J’ai reconnu de nombreuses maisons, des Terres de l’Ouest, du Bief, des Terres de l’Orage ou du Conflans, mais très peu du Val d’Arryn et aucune du Nord. Aux vues de la politique interne, actuelle, cette diversité dans la représentation des 7 couronnes se comprend aisément. Sans grande surprise, j’ai même aperçu, au détour de l’un ou l’autre bosquet, quelques tenues d’Essos, rien d’étonnant là-dedans, ces grands marchands savent se placer et sentent à des milliers de lieues à la ronde l’odeur de pièces sonnantes et trébuchantes.

Ce soleil de plomb, bien qu’atténué dans cette grande étendue de végétation luxuriante, me fait le plus grand bien. Il me rappelle mon pays natal, combien d’heures ais-je passé à me battre au pied de la forteresse des Dayne avec mon petit frère Vorian ? Doux souvenir, mais lointain à souhait. La nostalgie me serre le cœur. Je m’installe alors sur un banc, le long d’une allée, un peu en retrait du chemin de cailloux blancs.

Mon regard s’attarde un instant sur un homme et son épouse, un saumon rouge, un contour doré sur un fond blanc, la famille Mooton, venue tout droit du Conflan. Famille sans histoire, inintéressante et pourtant, que je connais. Ma nostalgie se mue rapidement en rage. Depuis plusieurs heures, s’étale devant moi la noblesse des 7 Royaumes, de la famille la plus prestigieuse, à la famille la plus insignifiante. Mais aucun de ces nobles ne s’est intéressé, une seule seconde au Mestre en bure grise qui arpente le jardin à leurs côtés. Pour eux, je ne suis qu’un outil de connaissance, rien de plus. Alors que dans d’autres circonstances, j’aurai pu marcher ici en conquérant, inspirant le respect, la crainte et la peur. La maison Dayne aurait été fièrement représentée auprès de ces parvenus du Royaume de Jaehaerys. Dorne, fière, invaincue, insoumise est l’incarnation même de ce que toutes ces nobles familles ne sont pas… une réussite.

« Ooooh, regardez ! C’est impressionnant ! »

Ce cri de surprise, d’étonnement, lâché par la Dame Mooton, juste devant moi me tire de mes pensées vengeresses. De mauvaise humeur, je me mets à la maudire, probablement qu’elle s’émerveille de l’une ou l’autre des statues qui jalonnent ce jardin. Cependant, piqué par la curiosité, je tourne la tête en direction de ce qui sera, pour moi, fier Dornien, très peu « impressionnant ».

Et là, à mon tour d’être subjugué par ce que je vois. A une dizaine de mètre s’avance tout un groupe d’hommes en arme. Le teint hâlé, une tenue d’un jaune sable, de longs sabres forgés délicatement, se mouvant facilement sous ce soleil de plomb. Pas de doutes, ce sont des compatriotes. Tel un enfant émerveillé je m’approche d’eux, pensant y trouver une occasion de retrouver les notes exotiques et épicées de mon pays natal. L’un des soldats s’écarte légèrement, me laissant entrevoir une silhouette un peu plus petite, un peu plus fine, de longs cheveux d’un brun tirant sur le blond. Cette femme est magnifique et élégante. Elle semble en grande discussion avec d’autres personnes, mais il m’est impossible de les distinguer, encore moins d’entendre de quoi ils discutent.

Alors que le groupe est quasiment à ma hauteur, j’entrevois un blason : Une grille de herse noir sur un fond jaune pâle, la maison Ferboys. Il ne me faut que quelques secondes pour que toute la conversation avec le Seigneur Tyvaros ne resurgisse, toutes ces questions sur Myriah Ferboys. Conversation étrange, mais prometteuse pour mes ambitions. Je tiens une occasion unique, il se pourrait que je gagne sur plusieurs tableaux aujourd’hui, ici à Port Réal et là-bas à Dorne. Mais il me faut agir rapidement. La belle est en pleine discussion, entourée par une armada d’hommes et de femmes de Dorne, ils sont en territoire ennemi, il me faut être ferme et suffisamment mystérieux pour que le groupe s’intéresse à moi.

Sans plus attendre, d’un pas décidé je m’approche du groupe. Certains soldats me voient arriver et portent la main sur leurs armes.

« Lady Ferboys ! »

Mes leçons me reviennent vite en tête, la devise de cette grande maison dornienne est : Nous gardons la voie.

« Il me semble que vous gardez la voie, bien au-delà des Montagnes Rouges ces jours-ci. »

Le groupe s’est arrêté et la jeune femme a relevé la tête. Son expression est indéchiffrable, j’ignore si cela l’amuse ou la rend méfiante. Il me faut arrondir les angles.

« Mestre Banneth, pour vous servir. Nous nous sommes rencontrés il y a de ça, plusieurs années, à un tournoi organisé à Lancehélion par la famille Martell. Je n’étais guère mestre à cette époque. Mais qu’importe, dans le pire des cas vous connaissez mon frère, Lord Vorian. »

Les jardins ne sont pas le genre de lieu idéal pour ce type de rencontre, raison pour laquelle je préfère ne pas évoquer spécifiquement le nom des Dayne dans cette déclaration que les badauds autour de nous n’ont surement pas manqué d’écouter attentivement. Rien que le fait d’avoir évoqué le nom de Vorian, cela me rend mal à l’aise.

« J’espère que l’air de la capitale du futur Roi Jaehaerys ne vous déplait pas trop. Rien de comparable à celui de Lancehélion bien sûr. Je tenais simplement à vous dire que si durant votre séjour, ici à Port Réal, vous avez besoin d’un Mestre, n’hésitez pas à faire appel à moi. »

Je joue le tout pour le tout : J’ignore tout d’abord si c’est vraiment à Lady Myriah Ferboys que je m’adresse, ou si ce n’est qu’une dame de compagnie. De plus, je n’ai aucun indice si ce que je dis lui donnera envie de me répondre. 





   


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Myriah Ferboys
DORNE
■ Localisation : Auprès de Nymeria Martell
MessageSujet: Re: Mille et une nuit sous le soleil   Sam 13 Jan 2018 - 17:57

Mille et une nuits sous le soleil Une partie de la délégation dornienne déambulait dans les jardins, attirant tous les regards des nobles qui peinaient à rester quelques instants sous le soleil de plomb. Les hommes et les femmes venant de cette contrée si mystérieuse, eux, se mouvait avec une déconcertante aisance alors que la chaleur abattait n'importe quelle autre personne se trouvant sur les lieux.

Myriah faisait bien sûr partie de ce cortège composé de nobles et de soldat mêlés. Elle se trouvait au centre en compagnie de différents nobles y compris sa sœur et son beau-frère. Ensembles ils faisaient état de tout ce qui manquait à Port-Réal pour que la ville soit un tant soit peu intéressante à leurs yeux. La conseillère écoutait attentivement les siens débattre, se laissant aller à rire à quelques unes de leurs remarques mais son esprit revenait sans cesse sur la décision qu'elle avait à prendre suite à son entretien avec Robart Baratheon, la veille. Autours d'elle lui parvenaient les réactions des nobles westerosi quand une voix l’appela. La Ferboys se ressaisit et une fois qu'elle eut déterminé d'où provenait la voix, cette dernière poursuivit ce qu'elle avait à dire.

- Il me semble que vous gardez la voie, bien au-delà des Montagnes Rouges ces jours-ci.

En elles-même ces paroles n'avaient aucun sens et pendant un instant, que prit le groupe pour s'arrêter, elle fut perdue dans la signification car hormis le fait qu'on lui ressortait l'ancestrale devise de sa maison elle ne voyait pas ce qu'on voulait lui dire. La réponse lui parvint rapidement quand le propriétaire de la voix se présenta à elle comme Mestre Banneth. La conseillère ne réagit pas, sondant son esprit à la recherche d'un certain Banneth qu'elle aurait rencontré à l'occasion d'un tournois, mais elle sentit que sa sœur bougeait probablement dans l'intention de trouver du regard le mestre. Ashara Ferboys -dorénavant Satangar- était, avec Béric, la seule de la fratrie de l'actuelle génération Ferboys a détenir les aspects physiques si particuliers des dorniens rocheux descendants des Andals. A côté d'eux Myriah avait connu de manière plus importante le mélange Andal et Rhoynar, dornien rocheux et salé de ses parents.

Son esprit comprit enfin qui était le mestre Banneth lorsqu'il eût terminé de lui proposer ses services, elle aurait dû faire le rapprochement plus rapidement lorsqu'il avait évoqué son frère : lord Vorian. L'homme qui s'adressait à elle n'était autre que Banneth Dayne, le frère de l'illustre Mance Dayne et de Vorian. Effectivement elle l'avait rencontré, lord Vorian aussi, plusieurs années auparavant lors d'un tournois et elle se rappelait parfaitement de la fougue qui les animaient.

- Je croyais les mestres plus perspicace, mestre Banneth.
Me confondre avec ma jeune soeur ne tourne pas à votre avantage,
répondit-elle avec un mélange d'amusement et de dureté dans la voix. Poursuivez sans moi, nous nous retrouverons plus tard, annonça-t-elle d'une voix assez forte pour que les siens l'entende.

Après quelques instants de flottement le groupe reprit sa marche et avec elle, seul restait ser Azzak, son fidèle garde à qui elle indiqua de s'éloigner un peu afin d'avoir une once de discussion sans être dérangée. Après avoir fixé pendant un moment les curieux qui s'étaient arrêtés pour assister à la scène jusqu'à ce que la majorité se soit rapidement éloignée ou ayant reprit ses activités, Myriah se tourna alors vers l'homme en toge grise et au visage anguleux qui se tenait à quelques pas d'elle.

- Je vous remercie de me proposer vos services, mestres, commença-t-elle en inclinant légèrement la tête, Cela fait des années que nous nous sommes rencontrés et je vois que vous avez réussit votre apprentissage avec brio !
©️ 2981 12289 0


• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

Nous gardons la voie
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Banneth Dayne
COURONNE
■ Localisation : Port-Réal
MessageSujet: Re: Mille et une nuit sous le soleil   Dim 28 Jan 2018 - 19:34





- Je croyais les mestres plus perspicace, mestre Banneth. Me confondre avec ma jeune soeur ne tourne pas à votre avantage

Les secondes s’égrènent, tels le sable dans le désert. Je reste un instant bouche-bée. Alors que mon regard s’était attardé sur cette magnifique créature, c’est d’un autre endroit du groupe qu’avait été lâché cette phrase. Comme je le craignais quelques instants plus tôt…. Je m’étais bien trompé de personne. Dans de telles circonstances, je ne peux qu’approuver les dires de la « réelle » Myriah Ferboys. Bien que décontenancé par cette petite humiliation, je parviens à esquisser un large sourire. Je baisse la tête, laissant transparaitre tout mon embarras. Néanmoins, je n’ai guère l’occasion de répondre quoi que ce soit à ma nouvelle interlocutrice. Celle-ci s’est en effet dégagée de son groupe leur intimant l’ordre de partir sans elle. Seul un homme d’arme reste auprès d’elle. Alors que la « fausse » Myriah avait de quoi faire chavirer le plus noble des cœurs, la réelle est tout autant resplendissante, mais dans un tout autre registre. Bien plus dornienne… En effet, Myriah a un regard puissant et perçant, dans lesquels on voit briller la flamme du pouvoir, du contrôle et de la force de caractère. Néanmoins les traits de son visage, eux, laissent transparaitre une certaine douceur, une certaine fragilité. Il est clair que Myriah use de son physique aguichant pour faire chavirer les grands des 7 Royaumes, mais son regard témoigne, lui, de son incommensurable ambition. En cet instant précis, je suis heureux de n’être guère attiré par les charmes et atouts féminins.

Très naturellement, Myriah et moi nous nous remettons en marche. Le reste du groupe dornien nous devance de quelques dizaines de pieds. En y jetant un coup d’œil je peux voir la « fausse » Myriah, sa sœur selon les dires de la vraie, se retourner pour nous observer, l’air suspicieux. Pendant un très bref instant, mon ego se met à apprécier l’idée que la jeune femme pourrait être furieusement jalouse que Myriah s’accapare ma présence. Mais rapidement, mes pensées retrouvent le dur contact de la réalité. Bien que mon physique ne laisse personne de marbre, moi le premier, je n’ai, dans ma situation actuelle, rien pour plaire. Je suis tout d’abord un mestre, instrument du savoir et icône de la rigidité des 7 Royaumes. Et pour finir ce triste tableau, pour tout dornien qui se respecte, je ne suis que le frère éclipsé de Mance la légende et de Vorian le preux, l’enfant raté des Dayne. Bien que j’aime de tout cœur ma patrie natale, ce que je regrette amèrement est cette façon si facile qu’a la Principauté de réécrire son Histoire : Banneth Dayne, le véritable héritier de la maison Dayne a été effacé, au profit du grand et fort Vorian Dayne. Le pire, même ma traitrise n’a pas égratigné le nom des Dayne… Dans le pire des scénarios dont j’avais rêvé lors de ma trop courte rebellion, je ne suis pas parvenu à mettre ma mère à genoux. Elle, Mance et Vorian ont su tirer avantage de mon exil forcé. Dorne je l’aime, les Dayne je les déteste !!

« Je vous remercie de me proposer vos services, mestres, cela fait des années que nous nous sommes rencontrés et je vois que vous avez réussit votre apprentissage avec brio ! »

La voix forte et déterminée de Lady Ferboys me tire violemment de mes pensées rageuses… Malheureusement pour la dornienne, ce qu’elle vient de dire ne fait qu’alimenter mon énervement. Je me raidis de tout mon long, ma mâchoire se crispe un instant, mes traits se durcissent. Se moque-t-elle de moi ? Ou bien considère-t-elle réellement la position de mestre comme un accomplissement en soi ? Peut-être ignore-t-elle tout de mon histoire et celle de ma famille. Après tout, la seule et unique fois où je l’aie vue, la fratrie Dayne affichait une union et un bonheur inégalable.

« Réussi, réussi… Certes, je suis parvenu à m’extraire des murs de La Citadelle, de là à prétendre que quitter les Montagnes rouges et la vallée de la Torentine, est un succès, je ne dirai pas cela. »


Cette phrase est sortie tellement vite de ma bouche que je n’ai même pas eu le temps d’en contrôler le ton. La jeune femme va, certainement, le percevoir comme un reproche personnel…. Or, elle n’a rien à voir avec ma situation actuelle et vu ma situation actuelle, il ne m’est surement pas avantageux de me mettre la seule représentante de ma contrée natale à dos. Je me dois de rattraper la sauce au plus vite.

« Enfin, ce que je veux dire par là, c’est que je n’aurai pas choisi Port Réal comme position de mestre. Comme vous le savez certainement, le Grand Mestre est entouré d’une nuée de mestre en second, comme moi. »

Pour ce qui est de rattraper la sauce, je n’y suis pas encore. Voilà que j’ai l’air d’un petit plaintif. En me mettant à la place de lady Ferboys, je ferai tout pour mettre fin à la conversation au plus vite, tellement elle est ennuyeuse. Je peux déjà la voir regarder au loin, en direction de son groupe, à la recherche d’une aide quelconque pour s’extirper de cette situation… Je suis le premier des imbéciles, Lady Ferboys n’est certainement pas ici pour se prélasser et profiter de Port-Réal. Lancéhelion vaut mille Port-Réal. Le mariage royal est tout proche, son rôle ici est certainement politique. A moi de lui donner une raison politique de s’intéresser à moi. Ces derniers jours, je suis en manque d’alliés et avoir Myriah Ferboys avec moi, c’est avoir une entrée auprès des Martell, très certainement.

« J’ose présager que vous êtes ici pour le mariage royal. Cela risque d’être intense en tractations diplomatiques aux vues des derniers évènements. Néanmoins, de ce que je sais, vous avez déjà eu votre lot en rencontrant ce cher Robart Baratheon. »

Je joue un va-tout… A vrai dire, je ne sais rien du contenu de la discussion entre le Suzerain de l’Orage et Lady Ferboys, je sais seulement qu’il a eu lieu, le Grand Mestre ayant la langue bien pendue. Persuadé que cette petite information fait son effet et que Myriah a retrouvé de l’intérêt pour notre conversation, je m’ose à aller plus loin.


« Comme je vous le disais, je ne suis que mestre en second rattaché au Donjon Rouge, aux ordres et soumis au bon vouloir du Grand Mestre. Mais permettez-moi de réinsister sur le fait qu’il me sera toujours agréable d’aider l’une de mes compatriotes bloquées à Port Réal. »





   


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Mille et une nuit sous le soleil   

Revenir en haut Aller en bas
 

Mille et une nuit sous le soleil

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Il n'y a rien de nouveau sous le soleil Lavalas
» Sous le soleil de la plaine...
» Sous le soleil (PV Akuzu Mia)
» Rendez-vous sous le soleil (PV Lrya)
» La nuit du renouveau.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
After the Conquest :: 

The seven kingdoms

 :: Terres de la Couronne :: Port-Réal
-