Partagez | 
 

 L'espoir fait vivre, faut-il encore que vive cet espoir. ♦ Myriah&Elinor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Elinor Piète
COURONNE
■ Localisation : Port-Réal.
MessageSujet: L'espoir fait vivre, faut-il encore que vive cet espoir. ♦ Myriah&Elinor   Mer 10 Jan 2018 - 22:22




Un nouvel espoir
Port Réal était devenue une place où il devenait nécessaire de se trouver en ces temps annonçant une ère nouvelle. Même les badauds s’étaient rassemblés dans la capitale, espérant certainement apercevoir le futur couple royal pour présenter des hommages dont ils n’auraient que faire. L’ambiance était à la fête et les convois de Nobles gens ne cessaient plus d’arriver. Arryn, Tully, Tyrell, Lannister… Tous avaient rejoints la ville dorée et son Donjon Rouge. Seuls manquaient à l’appel les Loups du Nord. La rumeur voulait que Jorah ne se sente bafoué de ce nouveau mariage de Rhaenys et souhaitait marquer la rupture entre elle et lui. Les couloirs du château des Targaryen résonnaient de mystères et de possibles faits qui se seraient passés et tous étaient étudiés avec soin. Mais l’absence des Loups fut rapidement étouffée par l’arrivée de bateaux aux couleurs orangées, arborant un soleil percé d’une lance. Les Martell eux-mêmes s’invitaient à la fête d’une certaine manière, venant offrir respect au couple qui, doucement, allait monter de concert sur le trône. Demain serait un jour qui changerait la face du monde.

Le visage porté vers l’horizon, ses avants bras étaient appuyés contre le rempart, protégés de la dureté de la roche par un tissu léger de couleur saphir. Sa robe, véritable joyau de sa collection, mettait gracieusement en valeur sa silhouette, offrant à la vue de tous quelques bribes de peau qu’il n’était pas indécent de dévoiler et venant souligner sa poitrine avec justesse. De tous les présents que Maegor avait su lui offrir, cette robe en était le seul vestige, seul fragment de la garde-robe qu’il lui avait offerte qui n’avait eu à subir des instants détestables et regrettables. Peut-être était-ce parce que ce présent datait d’avant le début de leur liaison ? La certitude n’existait plus dans l’esprit rêveur de la Bieffoise de naissance et pourtant, c’était pour elle le seul moyen de l’expliquer. Tournée vers la Nera, son cœur vagabondait par-delà les eaux, rejoignant sans peine celui qui en possédait l’autre moitié. Demain serait un jour de plus loin de l’homme qu’elle aimait.

Un soupir échappa à l’Araignée tandis qu’elle se redressait, s’animant après être longuement restée accoudée à cet emplacement. Les préparatifs s’achevaient partout dans la forteresse et elle avait achevé son travail auprès de la princesse Daenys. Elle n’aurait plus qu’à attendre le lendemain. Elle devrait attendre qu’un jour nouveau ne passe, ne daigne se lever pour mieux se coucher, si semblable et pourtant différent des autres. Dans l’agitation mouvementée du Donjon Rouge, elle avait pu croiser la Main du Roi, lui ouvrant son cœur afin qu’il sache quels tourments la hantait et à quel point elle pouvait être déterminée à faire revenir son époux à la Cour. Des tourments qui, toujours, demeuraient au fond d’elle malgré toutes les tentatives menées pour la rassurer. Ses pas l’avaient également menée auprès de Valyron, seigneur de Port d’Epices et représentant de la maison Tyvaros, sa maison. Le Maître des Chuchoteurs et elle avaient su partager quelques instants, leur ravivant la mémoire et rappelant à leurs bons souvenirs que des pires instants, tous deux avaient su survivre en protégeant leur amitié. Il y avait aussi eu cette étonnante rencontre avec lady Alerie Lannister. La Lionne avait fait preuve d’une gentillesse inespérée à son égard et cela, Elinor saurait s’en souvenir.

Marchant le long des remparts, elle admirait tantôt l’horizon, tantôt ce qu’il se passait en contrebas, dans la cour intérieure de la forteresse. Rien ne retenait réellement son attention jusqu’à ce que ses yeux noisette ne découvrent la présence d’un petit groupe. Fronçant les sourcils, elle chercha à identifier ces individus qui lui demeuraient pourtant inconnus. Une femme et trois hommes, semblaient-ils être son escorte. Mais ce ne fut pas cela qui attira l’œil de l’Araignée. Fut-ce la peau hâlée de la jeune femme qui la glissa sur la piste ? Ou bien les soleils barrés d’une lance que les gardes portaient, gravés dans le cuir de leurs vêtements ? Dorne. Y pensait-elle quelques instants plus tôt que déjà, le pays désertique la rattrapait. Ondrew la rattrapait. De loin, s’immobilisant, la brunette observa le petit cortège avancer, se diriger vers les jardins peu spacieux du palais. Peut-être la délégation Dornienne s’en retournait-elle à ses appartements ? Nombre regards se posaient sur eux, tant pour dévisager leur attitude si différente des habitants de la Cour que pour observer leurs vêtements. Elinor sentit son cœur battre un peu plus fort contre sa poitrine. Un frisson parcourut son corps tandis qu’elle songea un court instant au doux visage de son époux. Se pourrait-il seulement que cette représentante de Dorne n’ait pu le voir ? Mieux encore, de part son envoi à Port Réal pour le couronnement… Vivait-elle seulement à Lancehélion ?

Les pensées d’Elinor s’entrechoquaient dans un chaos sans fin. Son corps fut celui qui y mit un terme, la poussant à reprendre sa route, plus hâtivement. Elle devait la rejoindre. Elle devait lui parler, lui demander, comprendre ce qu’il se passait à Dorne pour son époux. Elle devait savoir et le protéger. Courant plus qu’elle ne marchait, elle dévala les marches aussi vite qu’il lui était donné de le faire, tenant un pan de sa robe entre ses doigts. S’aventurant vers les jardins, elle prit la route opposée, celle qui lui permettrait de faire face aux Dorniens. Et au détour d’un arbuste, elle leur fit face. Le cœur battant, la respiration courte, ses yeux s’écarquillaient, emplis d’espoir. « Ma dame ? Puis-je vous parler ? » Qu’importe les gardes et leur réaction, la mine soucieuse d’Elinor prouvait que ses sens étaient en éveil, qu’elle ressentait ce qu’elle vivait. Demain serait peut être un jour agréable, finalement.


© Belzébuth

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

The Beautiful Spider
The dangerous black widow encases her victims with silk, and then kills with poison from her fangs.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Myriah Ferboys
DORNE
■ Localisation : Auprès de Nymeria Martell
MessageSujet: Re: L'espoir fait vivre, faut-il encore que vive cet espoir. ♦ Myriah&Elinor   Lun 5 Fév 2018 - 11:34

L'espoir fait vivre, faut-il encore que vive cet espoir Flâner. Flâner dans les jardins du domaine dans lequel se trouvait Myriah était ce qu'elle appréciait le plus. En plus des chambres, les jardins pouvaient révéler beaucoup sur leurs propriétaires. Sur leurs personnalité en fonction de la décoration ou du soin qu'ils faisaient apporter dans les détails. Mais déambuler dans les jardins lui permettait de prendre du temps pour s'aérer l'esprit ou réfléchir en fonction des moments et aujourd'hui elle avait besoin de réfléchir. Depuis son arrivée on l'avait beaucoup sollicitée et ce n'était pas pour le plaisir.

Tout d'abord il y avait eu Robart Baratheon. Il était bien loin le temps où l'innocence régnait. Le suzerain de l'Orage voulait que les crimes commis dans les Montagnes Rouges cessent et d'une certaine manière il avait acculé la conseillère de Dorne afin qu'elle propose la seule garantie valable mais le retournement de situation s'était déroulé au moment où le Baratheon lui avait proposé de rester à Port-Réal plutôt qu'Accalmie. Myriah savait parfaitement qu'une fois rentrée et son contre-rendu effectué, Nymeria n'apprécierait les mots de sa conseillère. La Ferboys ne souhaitait en aucun cas monter de la mauvaise volonté mais elle n'arrivait pas à se résoudre de rester dans cet enfer dirigé par les Targaryen. Et puis il y avait eu ce Valyron de Mantarys suspicieux quant à sa présence au mariage et au couronnement du Prince Jaehaerys, qui lui avait laissé une mauvaise impression.

Sous le poids de quelques regards curieux, elle avançait encadrée par Azzak et deux autres gardes lorsqu'une jeune femme se présenta devant après avoir, semble-t-il, couru pour les interpeller. Surpris, les trois hommes avaient resserrer les rangs autours de Myriah pour faire barrage entre elle et l'inconnue. Cette dernière, essoufflée, demanda à la Ferboys si elle pouvait lui parler. Décidément, beaucoup souhaitaient parler à la conseillère de la princesse Nymeria. Pendant un instant elle songea à passer son chemin mais il y avait quelque chose dans la voix de la jeune femme qui éveillait sa curiosité. Elle ordonna à ses gardes de s'écarter et elle s'avança.

- Très bien. Mais je souhaite d'abord savoir qui vous êtes, dit-elle en plantant son regard dans celui de son interlocutrice.

La réponse lui parvenant, l'esprit de Myriah s'arrêta sur le nom d'Ondrew Piète. Voilà qui promettait d'être intéressant. Cet homme se trouvait à Dorne depuis un an à présent, depuis que le roi l'y avait placé en exil. Peut-être était-il le sujet sur lequel la jeune femme souhaitait s'entretenir avec Myriah mais cette dernière ne souhaitait pas tirer de conclusions hâtives et préférait attendre.

- Veuillez nous laisser, je vous pries, déclara-t-elle à l'attention de ses gardes qui s'exécutèrent non sans peine.Je vous écoutes, ma lady. Que puis-je pour vous ?

Jetant un regard aux alentours, la Ferboys invita la lady Piète à discuter dans un coin du jardin un peu plus calme et moins sujet aux oreilles curieuses.
©️ 2981 12289 0


• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

Nous gardons la voie
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Elinor Piète
COURONNE
■ Localisation : Port-Réal.
MessageSujet: Re: L'espoir fait vivre, faut-il encore que vive cet espoir. ♦ Myriah&Elinor   Dim 11 Fév 2018 - 13:54




Un nouvel espoir
Aidez-moi… Songeant aux Sept, Elinor restait là, debout, statique, attirant la méfiance des gardes Dorniens qui avaient resserré les rangs autour de l’ambassadrice envoyée par Nymeria. Qu’importait le fer de leurs lances, elle aurait bravé les flammes de Balerion si une réponse se trouvait dans sa gueule. Finalement, après ce qui sembla durer une éternité, la brune qui lui faisait face força les gardes à s’écarter doucement, faisant un pas en avant dans la direction de l’Araignée. Cette dernière la fixait, les yeux emplis d’espoir. De deux mots, elle fit renaître un feu de joie dans le cœur d’Elinor, lui demandant alors de s’annoncer. Telle la Bieffoise qu’elle était, elle exécuta une révérence en bonne et due forme, grâcieuse et harmonieuse tout en déclinant son identité. « Dame Elinor Piète, ma Dame. » La jeunesse se lisait sur les traits de celle qui avait tant vécu pourtant. Elle se redressa, relevant légèrement le regard, pensant lire un court instant ce qu’elle souhaitait voir dans les yeux de la Dornienne. Son Nom. Son nom semblait l’avoir fait réagir.

Pinçant doucement les lèvres, elle l’observa congédier les hommes qui lui tenaient compagnie et qui assuraient sa sécurité. Leurs regards convergèrent vers la jeune enfant, l’observant d’un œil mauvais, mais s’exécutant malgré tout. Ils n’iraient pas loin, Elinor le savait très bien mais l’intimité qui allait lui être accordée lui permettrait de parler sans détour avec la femme qui se tenait face à elle. Celle-ci, d’ailleurs, l’encouragea à se lancer, la menant de ses pas vers un coin plus discret, plus à l’abri des oreilles les plus pendues. La mine d’Elinor se mua alors vers l’inquiétude. Pas un jour ne passait sans que son cœur ne lui rappelle, alerte, le danger qui pouvait entourer son époux. De Dorne, elle ne connaissait rien si ce n’était ces tensions qui avaient jadis fait parler dans le Bief. Toujours, la principauté avait su se rappeler au bon souvenir des habitants des Sept Couronnes que cela soit de la meilleure ou de la pire manière. Son inquiétude et ses interrogations étaient donc tout à fait légitime. « J’aimerais m’entretenir avec vous concernant… Mon époux, le seigneur Ondrew Piète. » L’autre aurait pu feindre l’ignorance, prétendre que ce nom ne lui disait rien. Mais l’Araignée n’était pas dupe et se doutait que l’arrivée d’un tel personnage à Lancehélion avait dû faire jaser le palais royal des Martell.

Baissant le regard, elle soupira longuement. Amoureuse, elle l’était éperdument, désireuse de savoir si l’être chéri par son cœur se portait comme un charme où s’il ne faisait que lui mentir à travers ses écrits. « J’ignore si vous êtes en mesure de le rencontrer, de temps à autres, si vous l’avez déjà croisé dans les couloirs de votre palais… » Ses yeux noisette guettaient la moindre réaction, le moindre indice qui pourrait lui permettre de se renseigner sur son époux, son aimé. Son adoré. « Il m’est permis de lui écrire, mais je me doute que chacun de nos papier est surveillé tant par vos informateurs que ceux de la Capitale… Alors je veux savoir, vraiment… Va-t-il bien ? » Une année. Une année séparait Elinor de ces au revoir tranchants autant qu’amers, de cette rupture brutale qui les condamnait à nouveau à vivre loin l’un de l’autre, de devoir se contenter de quelques mots couchés sur du papier. Pas un jour, pas une nuit ne passait sans que ses pensées ne glissent vers le désert afin de le retrouver, de rêver sentir à nouveau ses mains sur sa peau, pouvoir l’étreindre contre son corps. Qui pouvait prétendre endurer autant ?


© Belzébuth

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

The Beautiful Spider
The dangerous black widow encases her victims with silk, and then kills with poison from her fangs.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Myriah Ferboys
DORNE
■ Localisation : Auprès de Nymeria Martell
MessageSujet: Re: L'espoir fait vivre, faut-il encore que vive cet espoir. ♦ Myriah&Elinor   Mer 28 Mar 2018 - 14:59

L'espoir fait vivre, faut-il encore que vive cet espoir La femme qui se tenait en face de Myriah semblait profondément préoccupée et elle semblait vouloir demander quelque chose d'importance à la dornienne. Elinor Piète. Quand son esprit eut le lien avec le Piète qui se trouvait à Palais Vieux, il était certain que la brune souhaiterai obtenir des informations sur sa moitié. Myriah venait de congédier ses gardes, malgré leur réticence, afin qu'elles puissent discuter dans le calme. La brune invita son interlocutrice à s'exprimer et une fois que le sujet fut annoncé, elle hocha la tête. Ondrew Piète, l'ambassadeur envoyé par la Couronne un an auparavant. Elle avait l'occasion de l’apercevoir à quelques reprises sans jamais vraiment prendre le temps de discuter avec celui qui fut la Main de Maegor Targaryen. Il était parfaitement normal de vouloir de nouvelles sont époux et la conseillère de Dorne était disposée à lui répondre sachant qu'elle n'avait rien d'autre à faire hormis de réfléchir sur la décision qu'elle avait à prendre concernant la condition émise par Robart Baratheon.

Les jardins Targaryen étant assez fréquentés, Myriah avait invité la jeune femme à la suivre dans une partie un peu plus calme, là leur conversation ne saurait être écoutée même dans cette maudite ville tout pouvait surprendre leurs mots. C'était presque comme si le moindre arbuste ou pierre était calme de rapporter les ragots. Port-Réal était probablement la pire cité que Myriah avait pu visiter au cours de sa vie. A présent écartées des oreilles indiscrètes, elle laissa Elinor Piète poursuivre et l'écouta attentivement. Ce qui ressortait en plus du fait qu'elle s'inquiétait pour son époux était qu'elle semblait avoir interpellé le premier noble dornien qui s'était présenté à elle. La Ferboys se pinça les lèvres quelques instants puis elle prit une inspiration.

- Etant la conseillère de la Princesse Nymeria je suis effectivement en mesure de le rencontrer, lady Piète, répondit-elle avec courtoisie. Sachez ma dame que votre époux va bien ... et il est bien traité si cela est votre inquiétude !

Un court silence s'installa où Myriah pu notamment relever la réaction d'Elinor qui semblait aimer profondément l'ambassadeur. La conseillère pouvait comprendre la détresse de la jeune femme face à cette situation où elle était séparée de son époux depuis une année, elle se doutait à quel point le temps de séparation de son âme sœur pouvait être pénible à vivre. Elle adressa un léger sourire réconfortant à l'attention de son interlocutrice.

- Vous souhaitez peut-être que je lui transmette un message ou un présent de votre part ? proposa l'ambassadrine de Dorne.

Elle était sincère dans sa proposition, bien qu'elle n'avait guère envie d'aide une habitante du nord, mais il s'agissait peut-être là d'une occasion unique de montrer aux autres westerosi que les dorniens pouvait faire preuve de sagesse en mettant de côté les animosités. Chose que certains semblaient être incapables de faire.
©️ 2981 12289 0

Spoiler:
 

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

Nous gardons la voie
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: L'espoir fait vivre, faut-il encore que vive cet espoir. ♦ Myriah&Elinor   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'espoir fait vivre, faut-il encore que vive cet espoir. ♦ Myriah&Elinor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'espoir fait vivre - William [mai 2025]
» L'espoir fait vivre [Borick/Dark]
» l'espoir fait vivre [done]
» [NOUVELLE] L'espoir fait vivre.
» Quand la mémoire vous fait défaut [Isabeau]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
After the Conquest :: 

The seven kingdoms

 :: Terres de la Couronne :: Port-Réal
-