Partagez | 
 

 I'm gonna be your bubblegum bitch ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Rohanna Baratheon
ORAGE
■ Localisation : Port Réal.
MessageSujet: I'm gonna be your bubblegum bitch ♥   Mer 24 Jan 2018 - 20:35




I'm gonna be your bubblegum bitch



Soeur du silence. Un avenir terne, morne… muet. Pourtant, s’il y avait bien une personne qui ne pouvait prendre ombrage de sa condition, c’était bien l’Etranger. Il l’avait tant choyée qu'il ne lui restait plus qu’à l’imiter. Ne la quittant jamais, son odorat nécrosé lui collait au corps. Etait-ce pour cette raison qu’elle passait la plupart de son temps à sentir les fleurs de l’été? Une passion nouvelle et bien douce pour cette femme endeuillée. Quoiqu’il en soit, toujours convalescente, ses saignements s’étaient arrêtés. Enfin, elle n’avait plus à craindre que de voir entre ses cuisses la vicissitude de son corps. Sa maisonnée avait espéré un net rétablissement après ça, mais en vain. Si Rohanna était toujours interdite de descendre dans la citadelle, trop faible, elle avait le droit de faire des marches plus longues. Entre une ou deux saignées, c’était même vivement conseillé. Les habitants du Donjon-Rouge, les plus discrets, avaient appris à respecter sa lente marche. Pour cette pauvre femme, on semblait accepter de déserter quelque temps les allées. On lui offrait le seul réconfort possible, un mirage de solitude. Bien sûr, seule, la Biche Pendue ne l’était jamais. Près d’elle, incessamment, vibrionnaient ses Dames d’atours. Pour le goût de l’existence, au nom de la vie, elles avaient inventé cent et une espiègleries. Rares étaient les fois où on pouvait voir un sourire se dessiner sur son visage, mais elles n’abandonnaient pas. Par dévotion ou par refus de devoir retourner en leurs familles respectives, inlassablement, elles continuaient à espérer. Pour ces aristocrates de campagne, la Dame d’Accalmie, maitresse bonne et attentionnée, offrait une liberté providentielle. Après avoir goûté aux joies de la capitale et de son luxe, comment pouvait on vouloir retourner sur les terres désolées de Westeros? Mais parfois, parfois, elle souriait. Alors, dans une orante émue, on remerciait la Jouvencelle. Dans ces moments là, elle se disait qu’elle serait assez forte pour porter un nouvel héritier. Entrevoyant l’avenir avec facilité, sans brume aucune, et y croyant tellement : l’ancienne Rohanna refaisait surface. La tête émergée dans le monde des vivants. On se dépêchait d’apporter mets et sucreries : l’appétit caractéristique des Baratheon se devait d’être rassasié ! Quelques jeux gagnés, elle acceptait de saluer les autres nobles. On la voyait leur sourire avec gentillesse, les remerciant pour leurs condoléances. Sa maigre main sur leur bras, elle invoquait en des jours meilleurs. Doux moments, mais bien éphémères. Ils venaient tout comme ils repartaient, vite et sans préquel. A nouveau égarée, elle reprenait là où elle avait laissé le tissage de ses tristes pensées. Trop lointaine pour entendre les appels du rivage, elle se noyait dans des limbes et chimères ténébreuses. Dès lors, l’Etranger redevenait le seul a pouvoir la comprendre. D’autre fois, encore, son visage se faisait dur et déterminé. Des yeux noirs prenaient possession de ses pupilles, la couleur de l’égoïsme. Personne n’avait encore su déchiffrer cette expression. Et peut-être qu’il en était mieux ainsi… car dans ces moments là, elle exorcisait son mal. Elle décidait qu’il n’y aurait que Robart et elle, seuls contre tous, mais pourvu qu’ils soient ensembles. Au succube les autres ! Qu’ils crèvent de leur haine et de leur langue putride ! Qu’importe qu’il y ait d’autres enfants nés de ses entrailles : s’il le fallait elle inventerait supercherie ! D’aucuns la disait sorcière, eh bien elle le deviendrait ! Absconse était sa pensée.

Peu de temps après la terrible dispute, elle avait fait mander qu’on distribue à sa place de nombreuses affaires lui appartenant. Des robes trop colorées, des broderies pour ce fils qui ne naitrait plus et autres accessoires qu’elle ne désirait plus voir. Trop exténuée pour le faire personnellement, l’ordre avait été de les distribuer aux orphelinats de Port-Réal. Quand les coffres avaient été remplis et prêts à être livrés, elle était entrée dans une colère monstrueuse. La chevelure éparse, les yeux furibonds, les mains tremblants de trop d’humeurs ; Rohanna avait exigé qu’on allume la grande cheminée. Et, comme si la chaleur n’était pas suffisante, assise dans l’âtre, des heures durant elle avait tout brûlé. Si on tentait de s’interposer, elle s’écriait « tout est maudit ! tout est salit ! ». Théodora, la plus dévouée de toutes, avait bien essayé de s’ éclipser par une porte dérobée, mais la mère mortifère avait fondu sur elle, refermant les gongs avec dureté. « Personne ne va le trouver, personne ! ». Quand bien même, à demi-mot, Oriane lui avait confié la traitrise de Kyra : elle se refusait à faire le premier pas. Son statut tout entier en était en grand danger, probablement, mais elle était pétrifiée. Sa mélancolie, l’obligeait à refuser toute aide providentielle. Vagabondes sur ses joues creusées, des larmes coulaient. Aucun sanglots longs que le lourd silence. Dans la Tour de la Main, elle vivait désormais seule. Evidemment, il continuait à recevoir la Cour en son bureau et les gens venaient faire de va-et-viens incessants… mais Robart avait pris une autre chambre. Si on lui avait indiqué l’endroit, elle ne s’en souvenait pas. Ce jour là, hagarde, comme le plus souvent, elle était remontée s’allonger sur sa couche. Cette couche, elle la détestait et aurait aimé pouvoir la rendre à néant... Néanmoins, ayant tout vécu avec, elle semblait la seule à connaitre.

Tentacule pourpre, longue de deux aunes, sa traine brosse la pierre. Elle est si longue que ses dames d’atours ont du s’écarter autour d’elle. Une haie d’honneur solennelle. Laissant leur maitresse à ses songes silencieux, elles chuchotent ensembles. Avec leurs sourires et leurs lèvres sensuelles, elles offrent le tableau d’une renaissance printanière. Marchant sur la onde, la démarche de la Dame d’Accalmie est lente. Elle se confère un nimbe mystérieux. C’était la seule chose qu’elle possédait encore : la dignité de l’image. En face d’elle, dans l’allée, s’avance une silhouette qu’elle ne connait que trop. La Chatte du Roc. Elle pourrait s’en détourner aisément. Bien sûr, revenir sur ses pas ou prendre un autre chemin, et c’est probablement ce que toutes attendent, mais elle continue. Arrivée à quelques pas d’elle, Rohanna hésite encore à l’ignorer. Elle pourrait passer à sa droite, lui souffler cette petite pique. « Eleneï. » Sans réellement savoir pourquoi, elle en décide autrement. Alors que sa maisonnée s’incline avec respect, la Biche reste figée. Etant sa suzeraine et femme du Régent, c’était à la dernière princesse du Roc de révérer devant elle. D’ordinaire, cette formalité n’était pas pour lui plaire… mais elle ressentait le besoin viscéral de la voir courber. « Je vois que tu as su profiter des largesses des banquets… » C’était une pique bien amère, qu’elle n’avait pas prévue. Son éponyme rivale était un exemple de beauté féminine. Aussi grande que noble, s’il fallait dire la vérité. Une moue contrite dans les commissures, elle continue dans sa verve piquante ; « l’air de la Griffonière te fera le plus grand bien. Traitresse, retourne dans les jupes celle qui ne sera jamais ta mère. La maisonnée de ton neveu prépare son retour pour le Roc, j'ose croire que tu nous quitteras en même temps?»



made by lizzou – icons & gif by tumblr
Merci à rawr & (c) FreeSpirit

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

+just a bad dream+
SOFTNESS IS NOT WEAKNESS IT TAKES COURAGE TO STAY DELICATE IN A WORLD THIS CRUEL
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Elenei Connington
ORAGE
MessageSujet: Re: I'm gonna be your bubblegum bitch ♥   Dim 4 Fév 2018 - 22:26

I'm gonna be your bubblegum bitch


Une semaine avait passé depuis le scandale des noces targaryennes. Scandale à cause de l'incident malheureux survenu à Rohanna lors de la prestation de serment. Une horrible scène dont elle s'était régalée les yeux. Les Cerf n'étaient pas aussi puissants qu'ils ne l'avaient paru ; ils avaient des ennemis redoutables. Le Chaton du Roc ne savait si c'était un bien ou un mal, puisque la félicité du couple Baratheon en avait pris un coup, ainsi que la pérennité de leur lignée, une fois de plus ; mais cela voulait aussi dire que Garett devrait ouvrir l’œil, afin que semblable accident ne se reproduise dans sa famille. En soit, c'était une chance que son neveu n'ait pas été nommé Main du Roi. Elle se demandait qui avait pu être à la source de ce poison. Certains disaient le Nord, mais était-ce vrai ou bien quelqu'un d'autre avait-il profité de l'animosité nordienne au moment propice ? Voulait-on provoquer une guerre, ou bien autre chose ? Qui, était moins important que dans quel but, à ses yeux. Elle aurait presque été prête à remercier le perpétrateur de cet acte répréhensible si cela n'avait promis de nouvelles dépenses et une nouvelle guerre à Garett. Mais elle devait en profiter pour pousser son avantage. Ce genre de situation ne se reproduirait pas.

Elenei avait été choquée par l'union contre nature des deux souverains, mais comprenait et devait admettre que c'était un excellent moyen de garder le pouvoir au sein d'une même famille et d'éviter qu'une famille étrangère prenne l'ascendant sur l'autre. Ou sur les autres du royaume, en général. Sauf qu'il y avait le poste de Main du Roi et de Protecteur du Royaume, bien sûr. Garett aurait eu le droit à ce poste, il le méritait tout autant que Robb. En tant que femme, Elenei comprenait l'avantage de régner depuis l'ombre et de laisser le blâme tomber sur les autres en cas de souci, mais c'était une arme de dame ; et en cela, Garett l'avait légèrement déçue. Ce qui ne voulait pas dire que les dames ne devaient pas viser aussi haut que possible afin de parvenir à tirer les ficelles, et dans son cas, elle pensait pouvoir parvenir à ses fins sous peu. Robb Baratheon était affaibli, et sa dame avait disait-on volontairement quitté ses appartements. Il se murmurait qu'elle le voyait aussi peu souvent que possible... ce qui laissait le champ libre à celles qui avaient un peu d'ambition. Elenei savait qu'elle était belle, puissante, et elle avait très tôt appris à séduire. De plus, elle espérait que Robb lui portait toujours une certaine attention, pour ne as dire de l'amour. Ils s'étaient aimés, jadis ; elle comptait raviver la flamme et obtenir enfin la place qui était la sienne, à ses côtés. Elle avait bien trop attendu pour cela. Depuis le jour où elle avait appris la scission entre les époux Baratheon, Elenei n'était pas restée inactive. Elle avait convoqué les tailleurs les plus courus de Port-Réal, et leur avait passé commande pour des robes dans coupes et les couleurs autrefois favorisées par Robb et qui la mettraient en valeur au mieux. Oui, elle était mariée, à un vassal de premier ordre de l'Orage. Cela changeait-il quelque chose à ses objectifs ? Non. Cela voulait simplement dire qu'il faudrait être un peu plus patiente avant d'atteindre son but. Mais cela voulait aussi dire qu'elle pourrait se rendre plus facilement auprès de Robb, qu'il ne se douterait de rien, puisqu'elle n'était plus un danger, elle n'essaierait pas de le séduire. Qu'il penserait ! Oswell était charmant ; quand il n'était pas absolument ignoble ; elle devait avouer apprécier son caractère difficile, mais il ne pouvait rivaliser avec la Main du Roi, le Suzerain de l'Orage et le Protecteur du Royaume. Ce n'était pas sa faute. Robb aurait dû être sien ! Si le monde avait tourné comme il le devrait il aurait dû l'être ! Et il le serait. Les mois et les années avaient passé, mais les buts de la Lannister n'avaient pas changés : elle l'aurait. Il lui poserait le manteau des Baratheon sur les épaules et ils seraient unis devant les Sept comme ils le devaient.

Elle avait passé les jours qui avaient suivis les noces à se promener dans les couloirs et les jardins, à écouter les ragots des dames (fort peu bavardes!) suivant lady Baratheon, et ceux des servantes (beaucoup plus prolixes, bien que moins fiables), et à se faire des amies. Elle attirait du monde, le nom de Lannister et celui de Connington étaient suffisants pour qu'elle ne manque pas d'entourage, et elle étoffait son réseau d'informatrices (et d'informateurs, plus discrètement) patiemment.

Puis, quand elle en avait su assez sur les mœurs de dame Baratheon, elle avait revêtu une de ses nouvelles tenues et s'était mise à « errer » dans les couloirs, un livre à la main. « Le Prince » un traité philosophique sur le pouvoir et la façon de le manier en main, elle avait là un sujet de discussion ou une arme, (le cas échéant, prenez le coin renforcé de laiton d'un volume dans l’œil et vous comprendrez) et comptait s'en servir si besoin. Mais elle ne rencontra personne de valeur avant de tomber « par hasard » sur lady Rohanna en personne, accompagnée par ses dames, comme des mouches suivant une charrette de fumier. Elle s'arrêta quand la dame se présenta, et fit un léger pas de côté. Il lui fallait respecter le protocole, pour l'instant. Mais bientôt... Elle garda un visage aussi neutre que possible quand la mère désœuvrée ouvrit la bouche, et il lui fallut une volonté de fer pour se retenir de lui faire avaler ses paroles. Elle se colla un fin sourire sur les lèvres, pour se retenir de la mordre. Plus pour très longtemps.

Se faire traiter de grosse vache, aussi indirectement soit-il lui était distinctement désagréable ; surtout venant de cette dame qui n'avait pas plus de substance désormais qu'un fantôme dans ces couloirs. Elenei comptait bien être la brise qui déchirerait le dernier voile rattachant cette femme au monde des vivants et la renverrait au néant d'où elle était issue.

La saluant d'un révérence aussi minimale que le protocole l'autorisait, elle sourit à Rohanna, sourire qui n'atteignit jamais ses yeux. Elle lui répondit d'une voix douce ; la Trant était toujours femme de Robb, et donc une des premières dame du Royaume, mais plus pour bien longtemps.
« Lady Rohanna. » Sa voix se teinta d'une inquiétude toute feinte,
« Je n'ai pas encore eu l'occasion de te présenter personnellement mes condoléance pour ta perte. » Un petit rappel de son incapacité à faire son travail de femme correctement, et de la fragilité de sa position. Elle se redressa et fit mine de l'observer brièvement avant de lâcher,
« Tu es fort pâle. Tu devrais retourner te reposer dans tes appartements, tu me sembles encore bien faible. » Un fin sourire vint éclairer ses traits, à la mention de quitter le Donjon Rouge,
« A dire vrai, je pensais rester encore un peu afin de profiter de Port-Réal, avant de m'en retourner dans l'Orage. » Et chez elle, ce ne serait jamais à la Griffonière. Peut-être Accalmie pourrait-elle un jour devenir sa patrie, mais Castral-Roc resterait son foyer, à jamais.
« Tu sais comme la campagne peut-être ennuyeuse... » Encore que... au vu de son origine, elle trouvait peut-être distrayant de regarder pousser les arbres des forêts de l'Orage... Elenei, quant à elle, n'avait que peu de goût pour les choses paysannes.
« Oh pardon. Je ne voulais pas te rappeler de mauvais souvenirs. » Elle se rapprocha un peu et lui demanda d'une voix faussement complice,
« Dis-moi franchement, comment Robb a t-il pris la nouvelle de ta fausse-couche ? Il est resté si digne et silencieux, c'est admirable !  »
Codage par Libella sur Graphiorum

Spoiler:
 

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •



   
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Rohanna Baratheon
ORAGE
■ Localisation : Port Réal.
MessageSujet: Re: I'm gonna be your bubblegum bitch ♥   Mer 7 Fév 2018 - 17:12




I'm gonna be your bubblegum bitch



« Lady Rohanna. » Alors que la chatte se baisse, aussi peu la bienséance le lui permet, la Biche Pendue regrette déjà d’avoir écouté les émois de sa bile jaune. Ce caractère bilieux n’était pas pour lui rendre justice, voilà où la perte de son sang la menait ! « Je n'ai pas encore eu l'occasion de te présenter personnellement mes condoléance pour ta perte. » Je n’ai pas encore eu l’occasion de te présenter personnellement mes félicitations pour ton mariage, aurait pu sonner pareil. Levant les yeux dans l’immensité du ciel, Rohanna tente de lui signifier qu’il ne lui est pas nécessaire de prendre ce chemin. Si sa mélancolie serait nourrie, pour le plus grand bonheur de son interlocutrice, cette dernière devait s’attendre à elle aussi y laisser quelques fiertés. « Mes pertes. Il y a eu un double assassinat ce jour là. Il serait de bon ton de s’en souvenir. » Les mains serrées au niveau de ses hanches, elle tente de garder une dignité mesurée. Il n’était pas nécessaire de donner plus de chair à la Lannister que nécessaire. Aussi dur était il de le croire, la femme devait se délecter de son malheur. Longtemps, trop longtemps, elle avait espéré pouvoir imiter la magnifique blonde : devenir tout ce que Kyra espérait. Aujourd’hui, elle s’en foutait. Ses préoccupations étaient ailleurs, plus intéressantes que cette petite personne qui se croyait encore grande. « Tu es fort pâle. Tu devrais retourner te reposer dans tes appartements, tu me sembles encore bien faible. » Si grimace peut ressembler à sourire, c’est exactement ce qu’il se dessine sur le visage de la mère meurtrie. Cette cousine du Roc avait tant de rancoeur envers elle, c’en aurait été délectable si ça n’avait signifié sa propre tragédie. Les yeux entendeurs, elle balaie lentement sa tête. « Tu es trop bien élevée Eleneï, j’accepte ton bras avec plaisir… » La privant de réaction, la Dame d’Accalmie glisse sa main osseuse sur l’avant-bras de sa nemesis. Elles sont observées et quelques visiteurs des jardins leur offre des sourires et signes de tête respectueux. Quelque part, si elle faisait preuve d’une foi bonne et sincère, elle pouvait comprendre la frustration qu’avait du ressentir la tante de Garett… elle était née pour être une reine de ces terres et se retrouvait à devoir s’occuper tel un hobereau de terres boueuses et reculées. Malheureusement cette foi, bonne et sincère, était rare dans le coeur de la Trant qui se laissait le plus souvent aveugler par jalousie et aigreur trop fortes. « A dire vrai, je pensais rester encore un peu afin de profiter de Port-Réal, avant de m'en retourner dans l'Orage. » Si il ne lui avait pas été aussi nécessaire de se concentrer pour sauvegarder ses forces, il est probable qu’elle se serait arrêtée nette. Fébrile est sa première enjambée. A la Cour, il n’y avait rien pour Eleneï et si ce qu’elle avait réussi à sortir du nez d’Oriane était vrai… alors tout l’attendait ailleurs. Oui, à Accalmie Kyra et Jasper, son cousin à la crinière dorée, devaient l’attendre avec feulements impatients. « Tu sais comme la campagne peut-être ennuyeuse… Oh pardon. Je ne voulais pas te rappeler de mauvais souvenirs. » Un sourire, un vrai cette fois, sagace et vénéneux, vient creuser ses commissures. La malivole savait comment s’y prendre pour mordre où il fallait. Il était à craindre qu’au bout de l’allée, finalement, Rohanna soit obligée de rentrer. Cette verve ne resterait pas longtemps de bon ton, la bataille s’annonçait piquante. Continuant de marcher avec lenteur, théâtralisant son corps pour mieux chatouiller l’impatience de sa compagne, elle hoche le menton. Theodan, le clairvoyant, avait toujours eu raison : la nièce de son épouse n’aurait jamais fait une bonne suzeraine pour l’Orage. Elle en méprisait les terres sauvages et rustiques. Pour la princesse du Roc, les Orageois ne devait représenter que menuaille et merdaille peu civilisée. Elle en était un exemple parfait, elle la rustre fille arrivée au bras d’un des hommes les plus puissants de sa génération…



Sans mise en garde, dans une complicité de façade, sa bouche mielleuse s’approche de son oreille ; « dis-moi franchement, comment Robb a t-il pris la nouvelle de ta fausse-couche? Il est resté si digne et silencieux, c'est admirable ! » Alors que les mots deviennent poison putride, quel charmant tableau doivent-elles composer ! La belle princesse offrant le bras à sa cousine pour qu’elle puisse profiter de la douceur des jardins, l’épaulant dans son deuil et malheur. Ah, encore une fois on avait la preuve magnifiée de l’entente fraternelle entre Ouest et Orage ! Terminés les temps de la guerre fratricide, une nouvelle ère naissait… Si ils savaient. Si ils savaient ces yeux qui regardent, mais n'observent pas ! Une nouvelle petite mort, pernicieuse et habile, vient ronger le coeur de la convalescente. Le cor résonne, puisqu’elle voulait poursuivre le combat qu’il en soit ainsi. Ses ongles se referment sur la peau d’albâtre d’Eleneï, ils s’enfoncent dans la soierie de sa robe éthérée. « Tout comme Oswell j’imagine… » Son profil s’incline vers le sien, leurs nez se frôlent presque. Le velours des bois des Baratheon vient se perdre dans la crinière ostentatoire de la Lannister. Une confidence. « … la veille du Couronnement, encore, il me confiait sa déception de ne toujours pas avoir d’héritier. » Evènement fictif, son amie le lui avait dit lors de leur voyage à la frontière de Dorne, lorsqu’ils avaient chevauché jusqu’à la Dame Ferboys. Des mois auparavant, mais elle avait appris à le connaitre pour savoir que c’était un mal constant. Un mal masculin, tout simplement. « Je me demande ce qui est le plus dégradant pour un homme, ne pas avoir de descendance ou supporter la bâtarde d’un autre. » Une interrogation dissimulée. Digne et silencieux lui aussi l’était, à ses yeux le titre et l’ascendance de la belle ne pouvait cacher ce qu’elle était vraiment : une dévergondée, les jupes trop souvent relevées. Son mariage lointain, bien que prestigieux, était un exil camouflé. « Toutes ces années, ta tante m’a dit de prendre exemple sur toi et je n’ai voulu le faire. Sauf une chose. Les cuisses chaudes et humides utilisées à fins utiles, sont notre plus grande stratégie. » D’un mouvement de sa main libre, elle intime aux suivantes de leur laisser plus d’espace. Son coeur avait peur, peur de ces mots hargneux qui se déversaient sans conséquences imagées. L’idée que sa rivale et son amant aient pu s’aimer torturait toutes les parties de son corps, déjà trop faible. Bien sûr, il l’avait oublié depuis de longues années mais qui sait si la passion ne pourrait pas se raviver? Qui sait si elle n’était pas seulement séculaire? Dans ce brasiers de convoitises, elle pourrait s’y consumer. Eleneï la détruirait, tôt ou tard. Ce n’était l’histoire que de quelques semaines, mois ou années… « Robb est affecté, mais il est mien. » Et rien n'était moins faux, elle pouvait encore sentir sa colère souffler sur sa nuque nue. Glisser et s’insérer lentement dans tous ses pores, jusqu’à la rendre invisible. Il n’était que fureur, contre elle et le continent entier. Si il devait un jour lui revenir, il ne serait plus jamais le même. Dignité admirable, mais qui lui avait coûté bien plus que le monde ne le serait jamais. Expirant elle concentre son visage fermé sur la ligne d’horizon. « Mes fils auraient vécu si personne ne les avaient assassinés. Le dernier était encore vivant quand je l’ai pris entre mes mains. » La vision meurtrière réprime une suffocation. En plein coeur de l’été, l’hiver est dans son coeur. Le givre derrière chacun de ses pas.

made by lizzou – icons & gif by tumblr
Merci à rawr & (c) FreeSpirit

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

+just a bad dream+
SOFTNESS IS NOT WEAKNESS IT TAKES COURAGE TO STAY DELICATE IN A WORLD THIS CRUEL
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Elenei Connington
ORAGE
MessageSujet: Re: I'm gonna be your bubblegum bitch ♥   Mer 7 Fév 2018 - 21:20

I'm gonna be your bubblegum bitch


La rencontre avec Rohanna était l'occasion rêvée pour évaluer l'état de sa rivale. Elle était efflanquée, pâle, des cernes bleues sous les yeux, et l'air... perdu. Elle ne lui résisterait pas bien longtemps. Elle la salua respectueusement. Elenei acquiesça élégamment et sobrement quand Rohanna la reprit. Un double assassinat, soit. Dommage qu'il n'ait pas été triple... Mais aux yeux de la Lannister, le coup dur était surtout celui donné aux Baratheon et à leur prestige. Tombée en pleine heure de gloire, démontrant à tous la faiblesse du nouveau roi et de son serviteur le plus proche, quelle déchéance ! Le mariage tout entier avait été une farce, depuis la chute de Rohanna jusqu'aux prestations de serments, en passant par les mets à peine touchés par des convives inquiets de trouver du poison dans leur pitance, et plus intéressés par la surveillance de leur voisin de table que par les amuseurs de rue payés grassement pour l'occasion. Un beau gâchis que cela avait été ! Et dire que Garett avait sans doute payé la plus grosse part de cette fête... c'était navrant !

Rohanna lui prit le bras et elles purent discuter à voix basse, comme deux amies de longue date l'auraient fait. Sauf qu'elles étaient loin de s'apprécier. La Trant voulait-elle lui susurrer quelque menace ? Dans son état, elle risquait fort de ne pas supporter les mots qui sortiraient de la bouche du Chaton du Roc. Pauvre petite chose frêle. Elenei en aurait presque eu pitié, si elle n'avait mérité ce qui lui arrivait. Elle plaqua un léger sourire sur ses lèvres, façade joyeuse présentée aux accompagnantes qui suivaient la femme de la Main comme des mouches l'odeur d'une bouse. Elle soupira. Vraiment, Rohanna n'était pas digne de son poste. Elle ne put se retenir de lancer une pique concernant Robb, curieuse de savoir où en était leur relation, réellement. Elle ne fut pas déçue. Rohanna, au lieu de l'ignorer, contre-attaqua. Oh ! L'ambiance devait être des plus mauvaises dans le couple, elle avait connu la Trant plus patiente. Elle sourit à l'insulte, haussa les épaules d'un geste infinitésimal, alors que dans ses yeux dansaient haine et pitié,

« Au moins mon époux a t-il la certitude que je lui porterai une descendance vigoureuse... » Magnifique mensonge que celui-là, sa fille étant morte-née, mais personne d'autre que son demi-frère ne le savait, et elle avait appris à le dire si souvent que le mensonge en était presque devenu une vérité dans sa bouche. Elle avait même donné le nom de sa mère à la gamine qui remplaçait le nourrisson mort-né, afin de mieux la faire passer pour sienne. Les Fer-Nés ne méritaient pas mieux que des noms de bâtards ! « ... le jour où il aura autre chose à faire que de suivre son suzerain à la guerre. » Et il se disait qu'une nouvelle guerre pointait à l'horizon. L'absence du Nord au couronnement n'était pas passée inaperçue, et ne resterait pas impunie. Oswell aurait encore de longues semaines à courir les routes ; et elle aurait toute la liberté désirée pour avancer sa cause.

Sans la regarder directement, elle se pencha vers sa compagne, un sourire venimeux aux lèvres et lui murmura, juste assez fort pour être entendue, « Il est certain que de tes cuisses sanglantes et froides il ne sort que ruines et rêves avortés... En cela nous différons, c'est vrai. » Elle regarda Rohanna en face. Cette dernière allait-elle la frapper? Elle s'apprêta à devoir esquiver rapidement, le cas échéant.

... Robb est mien... Elenei haussa un sourcil, * Eh bien, profites-en pendant que tu le peux encore, ma petite, bientôt, ce ne sera plus le cas.* elle s'adressa à elle d'une voix douce, teintée de résignation, « Ma chère... que puis-je donc contre toi ? » Elle lissa ses jupons, modeste tout à coup, « Je suis mariée, comme tu me l'as si bien fait remarquer. » Rohanna avait-elle peur d'elle, alors même qu'elle ne pouvait atteindre Robb directement ? Directement, aux yeux de tous, du moins. Ce qui se passait en privé était une autre histoire. Quoi que sa rivale puisse en penser, Elenei ne manquait pas de discrétion... et Oswell non plus. Quant à Robb... Il lui faudrait découvrir combien la guerre et le chagrin l'avaient changé, mais rien ne la motivait plus qu'une chasse difficile. Car la Lionne comptait bien déguster du Cerf, tôt ou tard.

Le dernier encore vivant quand on l'avait sorti de ses entrailles... L'image répugnait à la Lannister qui dut faire un effort surhumain pour ne pas froncer du nez délicatement à cette image. Cela avait dû être particulièrement horrible à contempler. Pauvre femme ! Elle en aurait presque eu pitié, si elle ne l'avait pas traitée de traînée et n'avait pas indirectement dit la même chose au sujet de Kyra. Personne n'insulterait sa parente sans son accord ! Elle n'aurait pas dû énerver ainsi Rohanna, cela ne faisait qu'aiguiser sa méfiance et la surveillance autour de Robb, mais elle ne pouvait pas s'en empêcher. Elle ne supportait pas la Biche Pendue! Cette fermière à peine sortie de sa hutte et qui se languissait dans un palais. Qu'elle retourne chez elle et laisse la place à ceux dont ces couloirs étaient l'apanage!

Un des enfants avait vécu un tant soit peu... Elle hocha la tête et lui répondit d'un air entendu, « Cela doit t'être d'un grand réconfort. J'espère que vous trouverez rapidement les coupables, on ne peut laisser vivre ce genre de personnage. » ... du moins quand on veut garder sa place de Protecteur du Royaume et de première famille après le roi.... Du peu qu'elle en avait entendu, l'enquête piétinait. On parlait de l'emprisonnement de Catelyn Arryn, mais Elenei était certaine qu'il n'y avait pas de preuves suffisantes contre elle, sinon justice aurait déjà été faite. Non. Rohanna devrait vivre avec un fantôme de plus dans son sillage, celui qui lui avait pris ses enfants, et failli la tuer du même coup. La scène du mariage l'avait choquée, elle n'avait pu imaginer qu'on s'en prenne ainsi à la deuxième dame du royaume. Mais cette vue lui avait également rappelé combien la chute d'un piédestal pouvait être prompte. Rohanna tomberait, ou, plus certainement, se retirerait, honteuse de ne pouvoir tenir le rang qu'elle avait acquis, comme il se devait.
Codage par Libella sur Graphiorum


• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •



   
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Rohanna Baratheon
ORAGE
■ Localisation : Port Réal.
MessageSujet: Re: I'm gonna be your bubblegum bitch ♥   Jeu 8 Fév 2018 - 0:05




I'm gonna be your bubblegum bitch



« Il est certain que de tes cuisses sanglantes et froides il ne sort que ruines et rêves avortés... En cela nous différons, c'est vrai. » D’une insolence sans pareil, Eleneï pose son regard méprisable sur elle. Ses mots sont une injure difficile à avaler, l’insultée déglutit avec âpreté. Si elle n’avait pas été aussi faible, et surtout, dans ce lieu si exposé elle lui aurait probablement sauté au visage. Enfermant ses mains d’archères autour de ce doux visage de porcelaine, ses pouces sous ses orbites et pressant lentement… lentement jusqu’à entendre cette salope suffoquer. O dusse-t-elle en perdre toutes ses forces, rouvrir sa cicatrice, elle l’aurait fait ! Malheureusement, elle était là… dans ces jardins trop aimés d’un public trop avide de sensations douteuses. Elle n’avait pas le droit à la moindre erreur, lui assener une gifle en aurait été une. Une immense car la chatte en serait retombée sur ses quatre pattes, allègre et bienheureuse de ce manque de manière d’une provinciale de pacotille. Alors, elle crispe sa mâchoire. Piètre réconfort qui lui donne quelques fourmillement de frustration. Ses doigts se desserrent, ils n’ont pas le choix s’ils ne veulent pas commettre un impair irréparable. Minime, comme déchirer la manche si richement ouvragée. Se faisant, un léger déséquilibre s’empare de son corps. Son champ visuel ondule imperceptiblement, il était si facile de la détruire. Pourquoi avait-elle donc ressenti le besoin incontrôlable de se frotter à cette détestable cousine? Il lui faudrait parler à Alérie avant son départ, demande si elle savait ou pouvait savoir des choses et faits sur la dernière princesse du Roc. Un titre de pacotille, la dernière princesse à être née sur ces terres était Kyra. Elle, au moins, avait la décence de ne pas crier à voix haute son titre perdu. Ce qui était étonnement tout à son honneur quand on voyait avec quelle prestance les Arryn osaient encore apparaître tels des Rois antiques ! Oui, Rohanna avait été fidèle aux leçons de généalogie du Royaume. Assidue et encline à être une élève brillante, à défaut de pouvoir rattraper une éducation royale et ses manières. S’avançant dans l’allée, elle s’imagine la lionne emmaillotée dans des cordes bien ficelées, une pomme pleine de vers entre les dents. Au milieu de ces fleurs d’été éphémères, elle s’imagine bander son arc et viser d’une flèche unique d’argent le trognon. Une mort instantanée, presque trop douce…



« Ma chère... que puis-je donc contre toi ? Je suis mariée, comme tu me l'as si bien fait remarquer. » Combien de visages démoniaques pouvait donc se parer cette femme sans que personne ne s’en rende compte? Quelles épreuves de la vie avaient pu la rendre acariâtre à ce point? Eleneï Connington était aigre, son corps en puait tout entier. Elle peut bien lisser sa robe du bout de ses doigts parfaits et afficher une mine bien rangée, la biche ne s’y prendrait pas. Rohanna aurait pu l’apprécier, quoiqu’aussi difficile soit il de l’imaginer, si dès la veille de son mariage elle n’avait pas dispersé son arsenic toxique. Dès son entrée à Accalmie, il avait été clair qu’elle serait sa rivale à jamais. D’ailleurs, elle pouvait encore entendre sa cadette crier « Anna ! Anna ! », refusant de prononcer la première syllabe trop difficile pour sa mâchoire, et lui pâmer d’une manière bien théâtrale ; « Lady Eleneï Lannister a été couronnée reine d'amour et de beauté devant les yeux de tous les nobles présents. Vous pensez qu'il va l'épouser? ». Oui, elle pouvait encore voir l’émerveillement dans les yeux de cette enfant que la mort ravirait bien trop vite. Un rire amer s’échappe de ses lèvres, si Eléana les voyait en ce jour… nul doute qu’elle aurait la même candeur. Et dire qu’elle avait tant adulé la fille de L’Ultime, imaginant en ce nom illustre tout ce qu’elle n’aurait jamais. La grandeur, une famille, les invitations aux tournois légendaires et bals somptueux. Elle avait tant prié les étoiles pour entrevoir ce monde que sa petite naissance lui interdisait ! Avant de partir de Gallowsgrey, la fiancée avait gravi une dernière fois les marches du donjon pour la trouver. Afin de la voir le plus longtemps possible s’éloigner, la petite s’était mise à la plus haute fenêtre. Inconsolable de ce départ, angoissée de devoir revoir la sorcière noire qu’était Tess, Rohanna se souvient de cette faible main qui lui donne tant de réconfort. Tant de réconfort que le monde, en un instant, semble plus léger. Pour cette petite soeur… il n’y a rien qu’elle n’aurait fait. Agenouillée pour se mettre à sa hauteur, elle lui avait promis qu’elle la ferait venir à la Cour des Cerfs couronnés, quand elle serait en âge. Elle le lui avait promis. D’ici là, elle aurait gagné assez d’influence pour que Théodan accepte et puis, sa belle-mère l’appuierait. Les femmes savaient s’entraider. Puis, il avait fallu qu’elle meure et, à ce jour, jamais elle n’était encore allée se recueillir sur sa pierre sépulcrale. Lady Eleneï ! Cette Lady Eleneï, elle la torpillerait. Elle ne la laisserait pas violenter la mémoire de cette enfant si disposée et si joviale, personne n’était plus douce qu’elle en ce monde. Sur cette terre, personne ne méritait moins de mourir qu’elle.

« Cela doit t'être d'un grand réconfort. J'espère que vous trouverez rapidement les coupables, on ne peut laisser vivre ce genre de personnage. » Pour Eléana. Pour Eléana elle finirait cette allée longiligne et sans fin, elle serait digne. Son coeur est froid et aux mots de la Connington il se gèle un peu plus. Quel réconfort y avait-il à voir son unique enfant mourir entre ses mains, les poumons encore trop faibles pour bramer au monde? Rohanna n’avait aucune connaissance de la réthorique, mais sa compagne oui. Le coup était bas, un de plus. Et ses doigts s’éloignent encore de ce bras ténébreux. Les coupables… les trouverait-on seulement un jour? Une Arryn était enfermée dans une des plus hautes pièces, condamnée a être recluse jusqu’à son jugement… une autre osait se pavaner, forte d’avoir trahi les siens pour rapporter la Justice. En attendant, il n’y avait rien d’autre. Absolument rien d’autre. Il fallait se méfier de tout et si elle savait que la foudre ne frappait jamais deux fois au même endroit, tout lui semblait suspicieux. Une paranoïa de tous les instants. Si elle restait ici encore longtemps, elle en deviendrait folle. D’ailleurs, n’était-ce pas la mère du Sire des Eyrié qu’on disait morte de folie? A croire que, chez eux, rien n’était laissé au hasard ! « Tu te trompes, il faut laisser vivre… ce genre de personnage. » Un temps durant, suspendu dans le bouquet parfumé de l’été, elle laisse sa phrase en suspens. Le soleil était brulant et les rayons si insolents que les branches vertes n’arrivaient pas à en filtrer la teneur. Les mots qui s’en suivraient, eux, ne l'étaient pas du tout. Ils étaient aussi froids que l’acier, durs et tranchants. « Enfant, j’ai vu mon oncle condamner un de ses serf. Pendant la nuit, il avait braconnier du gibier. Dette seigneuriale devait être payée. Il nous a réuni dans la cour de la forteresse, un temps morne et gris, sans orage clément. Le frêle homme a été mis au milieu de tous les spectateurs, sa famille comprise, une corde autour du cou. Sans aucun discours, mon oncle a tiré doucement. Très doucement. Le condamné avait les mains attachées dans le dos, son visage a commencé à se crisper, il est devenu si rouge et boursouflé qu’on a cru que sa tête entière allait exploser. Elle n’a jamais explosée, seulement un bruit de craquement terrible. Sa tête et son corps étaient séparés… le lourd corps pendant. ‘‘Ainsi, finissent nos ennemis’’ a dit mon oncle. Un tel traitement est bien trop aimable pour l’assassin des héritiers de l’Orage, ne crois-tu pas? » A la remembrance de la scène, des frissons d’horreur parcourent ses avant-bras. Elle n'avait pas terminé, mais elle voulait laisser le soin à Eleneï de s'imaginer la scène. Evidemment, il était à craindre qu’elle n’y voit que les manières barbares d’une Maison mineure et obscure. Elle n’aurait pas vraiment eu tord... « La personne qui a fait ça, ne mérite pas cette prompte mort. Bien trop délicate pour elle… Non, elle vivra. Je prendrais soin de la faire emmurer avec assez de nourriture et d'eau pour vivre des années. Une personne aussi infâme n'a le droit qu'au silence. Un silence protecteur au début, et puis... avec les jours et les nuits qui se mélangent, sans les Astres pour marquer la cadence de la vie qui continue, un silence terrible. Imagine-toi n’entendre plus que les battements de ton coeur, le sang qui coule, la pulsation des veines dans tes tempes… Le silence sera son tombeau. L’enterré vif n’aura de choix que de se donner la mort seul, sa dernière imagination. Moi, je me frapperai le front avec violence, un coup sec dans l’espoir de m'ouvrir le crâne. Lui faisant face, Rohanna s'arrête. Que ferais-tu, toi? »

made by lizzou – icons & gif by tumblr
Merci à rawr & (c) FreeSpirit

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

+just a bad dream+
SOFTNESS IS NOT WEAKNESS IT TAKES COURAGE TO STAY DELICATE IN A WORLD THIS CRUEL
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Elenei Connington
ORAGE
MessageSujet: Re: I'm gonna be your bubblegum bitch ♥   Sam 17 Fév 2018 - 20:47

I'm gonna be your bubblegum bitch



Au petit jeu des insultes, qui était la plus habile ? Si elles avaient pu les entendre, les dames de compagnie ne parviendraient sans doute pas à les départager. Certaines s'enfuiraient également en courant ou tomberaient sous le choc des mots échangés. Mais Elenei pensait avoir marqué plusieurs points lors de la dernière manche, Rohanna semblait trouver le silence plus acceptable que la parole. . Une satisfaction profonde envahit Elenei. Voilà la place de la Trant. Elle hocha la tête légèrement, oui, cette dame-là n'avait plus aucune répartie, vraiment. Muette. Plus rien d'autre qu'un époux qu'on disait enragé contre le Nord et trop occupé par les affaires du Royaume et ce meurtre pour consacrer du temps à sa femme. C'était un peu étrange de la part de quelqu'un qui avait été si chevaleresque, mais pas impossible. Elle devrait vraiment trouver l'occasion de rencontrer Robb seule à seul.

A marcher ainsi côte à côte, Rohanna appuyée sur son bras, qui aurait pu croire que les deux dames ne pouvaient s'entendre ? Le jeu n'en était que plus savoureux. La Biche Pendue tenait trop aux convenances pour montrer son vrai visage, et le Chaton du Roc en jouait. Les ongles de Rohanna s'enfoncèrent dans la soie de ses vêtements, preuve s'il en était besoin de l'effet de ses mots sur son ennemie, mais sans en laisser jaillir le sang. Les sabots de la biche étaient bien trop émoussés et ses coups trop mous pour parvenir à quoi que ce soit qui puisse affaiblir la lionne.

Elle prévint la dame de l'Orage qu'il faudrait appréhender rapidement le coupable du meurtre de ses enfants et le juger au plus vite, à mort, bien entendu. Mais il semblait que Rohanna avait d'autres idées... elle n'était pas aussi miséricordieuse que beaucoup semblaient le penser... Elenei pencha la tête, à l'écoute de l'idée de sa soit-disant suzeraine. Elle avait de bonnes idées... Mais comment s'assurer que le prisonnier vivrait ? Des vivres, oui, mais il pourrait toujours se laisser mourir de faim ou de soif, ce qui rendait la torture un peu trop brève, et trop peu douloureuse.

Elenei n'avait aucun doute que Rohanna espérait qu'elle finisse un jour sa vie ainsi... Et que c'était là sa question, d'ailleurs. Que ferait-elle si elle se trouvait emmurée ? Peut-être essayait-elle de l'effrayer avec ses récits ? Elle aurait pu en rire, mais se contenta d'un léger sourire appréciateur alors qu'elle contait comment son oncle pendait ses paysans. Il semblait avoir de la technique le bougre... Peut-être pourrait-elle demander à l'employer comme bourreau, une fois que l'Orage serait sien ? Ce serait un honneur, en quelque sorte. Si l'épouse de la Main pensait la faire frémir, elle se trompait. Et son idée d'emmurer le coupable vivant n'était pas très effrayante non plus. Condamné au silence. Risible !

« Je pense que je choisirais une autre fin pour l'assassin de mes enfants. Quelque chose de plus... festif... De plus marquant et moins secret. Je crois que je préférerais que chacun voie ce qui en coûte de toucher à mon sang. Ta manière de faire a ce désavantage que tout le monde oubliera bien trop vite le châtiment encouru. » Mais encore fallait-il attraper ce gredin, bien sûr, et pouvoir prouver sa culpabilité.

L'incapacité du Cerf de traquer l'assassin montrait à tous leur faiblesse, et c'était une chose à exploiter. Peut-être devrait-elle suggérer à Garett d'envoyer un enquêteur doué... Si les Lannister étaient ceux qui mettaient la main sur le coupable, cela ne pourrait qu'augmenter leur statut. Mais Garett avait d'autres priorités, bien plus importantes en vue, c'était donc à elle de lui suggérer ce genre de détail, pour la prospérité de la famille. Même si aux dernières nouvelles la Main semblait peu encline à aider à libérer Tommen, Elenei n'avait ouï aucune rumeur concernant un rassemblement de navires ou de troupes à cette fin... seulement pour attaquer le Nord. Fallait-il aider Robb ou pas ? Quels en seraient les coûts, pour quels bénéfices ? Il faudrait peut-être qu'elle revoie Garett avant son départ afin de lui poser la question.

Elle lissa ses jupons, afin de mettre en valeur sa taille de guêpe, quoi que l'autre en dise, elle était svelte, mais avec des rondeurs aux bons endroits, au contraire de la silhouette de la suzeraine de l'Orage.

« Vas-tu rentrer à Accalmie en attendant que le coupable soit appréhendé ? A ta place je craindrais une nouvelle tentative d'assassinat, dans ce Donjon. » Après tout, les empoisonneurs étaient bien souvent des proches, et si elle n'avait pas encore envisagé cette possibilité, Elenei était ravie de la lui suggérer. Tout pour la faire déguerpir au plus vite d'ici... Même si cela gênerait probablement un peu Kyra dans ses plans. Quoi que Rohanna n'était pas capable de contrer une feuille d'arbre qui viendrait se poser sur sa chevelure terne dans son état actuel... Et Elenei comptait bien profiter de la faiblesse de la Biche pour se régaler de Cerf à son prochain repas...
Codage par Libella sur Graphiorum

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •



   
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Rohanna Baratheon
ORAGE
■ Localisation : Port Réal.
MessageSujet: Re: I'm gonna be your bubblegum bitch ♥   Jeu 1 Mar 2018 - 18:45




I'm gonna be your bubblegum bitch



« Je pense que je choisirais une autre fin pour l'assassin de mes enfants. Quelque chose de plus... festif... De plus marquant et moins secret. Je crois que je préférerais que chacun voie ce qui en coûte de toucher à mon sang. Ta manière de faire a ce désavantage que tout le monde oubliera bien trop vite le châtiment encouru. » Pour mieux faire face à la chatte du Roc, Rohanna s’était arrêtée. De sa hauteur, légèrement inférieure, elle l’avait toisée espérant que sa rivale tombe dans son piège. En vain. La Lannister était trop fine -ou trop fière pour accepter de comprendre ses paroles. C’était une déception amère, mais il y en avait tant eu auparavant qu’elle serait vite oubliée. Bientôt, ce ne serait qu’une de plus. Une parmi tant d’autres. En cet instant, si la Biche Pendue avait porté son index à son pouls, elle l’aurait senti alarmé. Vibrant et fort car, au fond d’elle, elle savait qu’elle mettrait ce châtiment à exécution. Et, qu’Eleneï le croit ou non, celui-ci serait grandiose. Festif puisqu’il le fallait ! Une cérémonie si froide, si dénuée de sentiments humains, si silencieuse, si publique, que le monde s’en souviendrait. Le futur aurait peur de sa voir lui mmmh devoir descendre en terre, supplicié. Festif… oui, il n’y aurait rien de plus festif que cette certitude. Personne n’oublierait. Les codex et les tapisseries seraient là pour donner remembrance. Evidemment, bien évidemment, la princesse ouestérienne est trop clinquante pour le comprendre. A l’instar de ses pairs, pour elle tout résidait dans l’exhibition, le spectacle rugissant. Il ne servait à rien de la contredire, aussi Rohanna n’ajoute rien. Une petite violence à soi-même et elle reprit sa lente procession. Un jour, cette cousine bellâtre frissonnerait. A défaut de pouvoir enfoncer ses doigts dans ses belles et pétillantes orbites, elle se le promettait. D’un mouvement fier, faussement soigneux, les pattes de la lionne lissent sa longue robe. Richissime ouvrage de petites mains habiles, il avait du prendre des semaines de travail. La voyant insister, particulièrement, sur sa taille : Rohanna mord un rire mauvais. « Ne t’inquiètes pas, personne ici ne te connait assez pour remarquer cet embonpoint… » Sa phrase d’accroche avait eu plus d’effet qu’elle ne l’avait cru. Pourquoi en ressentait-elle une joie maladive? En ce jour, elle avait la malheureuse impression que la Lannister prenait le visage de son souffre douleur. Rohanna savait qu’elle valait mieux que ces paroles, ces pensées qui affluaient en son esprit… quand bien même, elle n’avait aucune envie d’abandonner la manche. Ici, Eleneï Lannister n’était qu’un nom prestigieux et respecté, sans réel visage. Contrairement à elle que le monde avait pris en pitié et prières. Ces derniers mois, particulièrement ces derniers jours, la noble gueuse avait gravi bien des échelles. Dans ce nouveau monde que Jaeherys et Robart voulaient créer : un nom avait bien plus d’importance qu’une goutte de sang dorée. 

Avec un menton faiblement haut, la mère endeuillée avale les pas. Secrètement, dans son coeur, elle espère qu’aucun promeneur ne remarque sa soudaine lassitude. Ces dernières paroles, exigeant tant de concentration, semblaient avoir puisé dans ses ressources les plus reculées. A chaque enjambée, ses genoux recommencent à trembler un peu plus et la douleur revient. De toutes parts. Plus loin, il lui faudrait demander une litière, elle ne pourrait jamais retourner à pieds à la Tour sans tomber en pâmoison. Enfin le chemin n'était plus bien long... pour affronter cette affreuse femme, elle pouvait puiser encore un peu plus. A son propre jeu pernicieux, elle s’était abandonnée.

« Vas-tu rentrer à Accalmie en attendant que le coupable soit appréhendé? A ta place je craindrais une nouvelle tentative d'assassinat, dans ce Donjon. » Bien sûr qu’elle le craignait ! Bien sûr qu’elles le craignaient, toutes les deux ! Pour Rohanna, parce qu’elle savait qu’une nouvelle tentative et elle ne survivrait pas. Pas cette fois, alors que les Sept seuls savaient si jamais elle pourrait à nouveau engendrer la vie sans y laisser la sienne. Pour Eleneï, une place vacante quand elle-même n’était pas libre? Cela ne pouvait pas servir ses plans, les Sept sachant seulement ce qu’ils étaient ! Sans réellement y faire attention, l’épouse du Régent porte une main protectrice sur sa hanche droite. Une douleur incessante commence à surgir. Elle vient tirailler l’intérieur de son ventre, une pince qui attrape un infime monceau de chair et le tourne, le tourne et le tourne encore jusqu’à ce qu’il réduise sa victime à des cris de douleurs. Pas maintenant, pas maintenant. Ce soudain réveil lui rappelle à quel point elle craint la mort, à quel point elle ne veut pas tomber dans une abysse noire et sans fond. Elle craignait que cette peur, désormais réveillée, ne la pousse à faire des choses inconséquentes. Aujourd’hui, elle faisait goûter tous ses plats par des chiens, mais plus tard? Quelles folies inventerait-elle pour se donner l’idée d’une sécurité inviolable? Sa main ne peut rien faire, ni contre ces angoisses, ni contre la douleur dominante, mais elle lui permet de se donner l’idée d’une présence. La respiration lourde, bruyante, elle ne tiendrait plus très longtemps. De son autre main, elle relève légèrement le bas de sa robe. Elle ne pouvait pas trébucher devant le parterre de nobles réunis. « Quelle épouse ferais-je si j’abandonne Robart maintenant? » L’abandonner, elle l’avait déjà fait. Pis, ils s’étaient déjà abandonnés. Eleneï ne pouvait pas ne pas être au courant. Le château rouge et sang tout entier le savait. Quelque part, cette interrogation qui n’en est pas une, lui permet de rappeler qu’elle n’était pas le réel objectif de cette attaque. La première victime, une pièce brisée dont on se souciait peu et nécessaire pour atteindre quelque chose de plus grand. A la place de trois morts, il y en avait eu deux, c’était dommage. Raté, probablement. Se tenir debout dans ces jardins relevait d’un exploit. Si son entourage avait pu la prendre pour une femme chétive et frêle, elle leur prouvait à tous qu’ils avaient bien tord. « Pour l’instant, un tel voyage me tuerait… nous le savons toutes les deux. Ne fait pas cette mine, dès que possible j’y retournerai. Non par crainte d’une nouvelle tentative d’assassinat. Si quelqu’un a réussi à introduire un poison jusqu’ici… je ne doute pas qu’il sera le faire aisément à Accalmie ! Non, mais bien parce qu’on m’a rapporté qu’un poison avait aussi infecté mes terres. » Si une brise avait été permise, nul doute qu’elle se serait montrée en cet instant. Refusant de désobéir aux ordres de Robart, Oriane ne lui avait presque rien avoué. Edric avait habillement évité son chemin, probablement sous le serment d’une promesse à son aîné. Tess ne donnait aucune nouvelles. Elle aurait pu tenter de parler à Oswell, mais dans sa condition elle ne pouvait se montrer seule à seule avec un homme qui n’était pas de son entourage proche ou mestre Banneth. Le semblant d’informations sur les agissements de Kyra relevaient bien plus de sa propre imagination, bourdonnante et assoiffée. Proche de la traitresse, Eleneï devait en savoir bien plus qu’elle. Elle ne comptait pas sur des éclaircissements, mais bien sur un avertissement. Unique. « Puisque tu veux rester à nos côtés, fait-le. Aujourd’hui tu t’attaques à plus faible que toi Eleneï, mais soit consciente que ce ne sera bientôt plus le cas. » Rien ne me ferait plus plaisir que de t’arracher, un à un, ce à quoi tu tiens le plus. Toujours, elle lui avait fait comprendre qu’elles n’étaient pas du même monde et que jamais elles ne le seraient. C’était vrai. Désormais, la Chatte devrait prendre gare à ne pas s’aventurer trop loin de ses terres… Il y avait eu Robart, en premier, puis Oswell et il y aurait bientôt Kyra. Et puis, on pouvait largement imaginer qu'il y aurait tous les autres Lannister récalcitrants. Eux aussi se devaient d’être bien plus proches du pouvoir que d’une des leur, exilée au fond d'une province boueuse et reculée -selon ses dires.

made by lizzou – icons & gif by tumblr
Merci à rawr & (c) FreeSpirit

A ma Nemesis:
 

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

+just a bad dream+
SOFTNESS IS NOT WEAKNESS IT TAKES COURAGE TO STAY DELICATE IN A WORLD THIS CRUEL
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Elenei Connington
ORAGE
MessageSujet: Re: I'm gonna be your bubblegum bitch ♥   Mer 7 Mar 2018 - 20:39

I'm gonna be your bubblegum bitch


Rohanna avait sans doute espéré qu'elle s'émeuve du sort réservé aux ennemis du Cerf... Peut-être même avait-elle voulu la menacer, alors même qu'elle ne pouvait rien contre les Lannister. L'alliance était bien trop profitable à tous pour la rompre pour de simples insultes entre femmes qui plus est. Il en faudrait bien plus qu'une menace aussi voilée pour faire pâlir le Chaton du Roc. Depuis sa captivité aux mains des Fer-Nés, elle s'était juré de ne plus trembler pour quoi que ce soit. Rien ne pouvait être pire que d'être l'otage de ces pirates barbares... à part peut-être devenir une de leurs esclaves. Si elle avait été du genre à prier, Elenei aurait sans doute égrené quelques pensées pour Tommen. Mais les actions étaient plus efficaces que les prières, et la lionne comptait bien agir, maintenant qu'elle était à la capitale. Peut-être pourrait-elle faire quelques rencontres fructueuses en ce sens. Mais d'abord, elle devait se débarrasser de cet épouvantail de dame au teint cireux et aux cheveux ternes, pour ne pas parler de ses yeux sans autre vie que celle d'une colère mièvre en ce moment.

Embonpoint, hein ? Rohanna regretterait ce commentaire désobligeant ! Une idée vint à Elenei et son sourire se fit satisfait et s'élargit. Elle lissa une fois de plus sa robe, en appuyant son geste, peut-être exagérément. Elle voulait jouer, hein ? Eh, bien la lionne jouerait aussi. Elle s'adressa à elle d'une voix câline, fière et sûre d'elle et de sa victoire « Oh, ma douce, très bientôt tu viendras à m'envier cet embonpoint disgracieux... » Que Rohanna pense donc qu'elle était enceinte ! Cela ne lui ferait que plus mal encore. Peut-être devrait-elle demander à ses dames de chambre quelques tisanes de ces herbes bonnes pour les femmes attendant un enfant ? Elle devait y réfléchir... Faire durer cette rumeur, ou non ? Quels en seraient les avantages ? Ou les inconvénients ? En attendant... Que cette Biche fulmine et se désole de son infertilité ! Elle ne pouvait pas se venger directement, pas encore, peut-être jamais ; mais elle ne laisserait pas cette femme se moquer d'elle sans subir de retour de bâton. Elle lui avait bien trop pris pour qu'il en soit autrement. Elenei prit soin de prendre un air gêné et un peu coupable, l'air de celle qui avait prévu d'avertir son époux avant les personnes extérieures à sa famille.

Elle lui demanda si elle allait bientôt rentrer à Accalmie, afin de savoir quand elle serait débarrassée de cette péronnelle impertinente. Ainsi, elle se complaisait à croire que la lionne était sourde et aveugle aux commentaires qui circulaient dans le donjon? Erreur que de cela. C'était même un des sujets phare des potins de couloir ! Et tout n'était pas aussi rose qu'elle semblait vouloir le faire croire.

Elenei haussa un sourcil, moqueur. Tous savaient que le lord protecteur du royaume avait quelques différends avec son épouse, en ce moment. « Certes. Tu ne peux laisser Robb seul affronter les intrigues de la cour. C'est pour cette raison que vous faites chambre à part, bien entendu... » Elle baissa la tête, presque timidement, afin de cacher un sourire narquois, avant de hocher la tête avec sérieux. « Tout à fait compréhensible. »

La suite de sa tirade la surprit néanmoins, et elle sentit l'odeur du danger dans les paroles de la Biche. Etait-ce simplement une phrase de plus pour l'effrayer ou bien y avait-il plus derrière ces affirmations ? Voilà qui changeait beaucoup de choses... Elenei était consciente que Kyra ne portait pas Rohanna dans son coeur. Si les Baratheon l'accusaient d'être la source du poison qui avait atteint la Biche Pendue... Ou c'était « simplement » ses manigances afin de faire nommer Jasper à la tête de l'Orage. Comment aurait-elle pu être au courant ? Il fallait que le Chaton du Roc se renseigne sur les desseins de sa tante. Jusqu'où était-elle allée pour mettre Jasper à la tête de l'Orage ? S'en prendre à ses petits-enfants était inimaginable, mais après tout... Ils n'étaient pas encore nés. Et de moindre lignée que ceux déjà en vie. Mais cela restait inquiétant. Elle devrait enquêter, et avertir Garett, le cas échéant. La lionne plissa les yeux et fit la moue, avant de répondre,

« Bien sûr. Tu n'es pas en état de voyager en ce moment... Robb en mourrait s'il venait à t'arriver malheur. Du poison dis-tu ? Quel poison ? Ma pauvre amie, je pense que cet événement t'a grandement perturbée, et que tu vois le mal partout. Mais je peux te comprendre... » Presque. Si elle en avait eu envie. « C'est normal en pareille situation. N'aie crainte, sans doute seras-tu mieux protégée à Accalmie qu'ici ! Port-Réal a toujours eu une réputation de ville dangereuse, et elle l'a bien prouvé, une fois de plus. »

Des menaces... elle devait se sentir fort en danger pour les proférer aussi ouvertement. Et donc, elle était faible. Mais aussi toujours dangereuse, néanmoins.

« Seuls les devins ou les fous peuvent prétendre de quoi demain sera fait... » Si puissante quelques jours plus tôt, elle avait perdu beaucoup, et l'Orage également. Tout pouvait encore changer. Tout changerait, et le Roc retrouverait sa place de premier plan ! Elle parviendrait à obtenir la place qui aurait dû être sienne et à ce moment, Rohanna n'aurait plus que ses larmes pour pleurer. Sa vengeance serait si douce ! « Qui sait, je pourrais fort bien devenir plus puissante que tu ne le seras jamais, au passé ou à l'avenir. » C'était là son seul objectif.

Codage par Libella sur Graphiorum

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •



   
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Rohanna Baratheon
ORAGE
■ Localisation : Port Réal.
MessageSujet: Re: I'm gonna be your bubblegum bitch ♥   Dim 25 Mar 2018 - 23:01




I'm gonna be your bubblegum bitch



« Oh, ma douce, très bientôt tu viendras à m'envier cet embonpoint disgracieux... » depuis cette malheureuse phrase, laissée en suspens, Rohanna ne pouvait plus se concentrer. A chaque pas, c’était comme si le sol allait recommencer à se dérober sous son corps. L’angoisse terrible que les entrailles de la terre iraient jusqu’à s’ouvrir pour l’engloutir. Sans s'en rendre compte, sans discrétion aucune, elle avait porté une main tremblante sur son bas ventre. Si plat, avorté de toute vie. Dans sa convalescence, ce geste était le plus difficile. Ne plus avoir le droit de le faire, ne plus pouvoir prétendre à nourrir une connexion particulière… Son nez frissonne, il renvoie au loin ces larmes qui courent à elle. Il était pourtant hors de question qu’elle montre sa faiblesse devant cette femme ! Cette putain qui, derrière ses grands airs de Dame du monde, se délectait de son malheur. Haaa, que ne pouvait-elle avoir l’audace de laisser son pieds trainer pour qu’elle se rétame sur le dur dallage ! Et il ne sert à rien de tenter remettre un masque, elle doit déjà se réjouir de cette sordide victoire. Eleneï et Oswell… un enfant. Toute la bonté de son coeur envers son tendre ami n’y pouvait rien, non, elle ne pourrait jamais sans réjouir. Il était tellement plus agréable de savoir la Lannister attachée à une bâtarde obscure. La venue d’un héritier ne pouvait venir détruire tout cela ! Pire, elle ne savait si elle même pourrait jamais avoir un enfant à nouveau. Le mestre l’avait rassuré à ce propos, mais peut-être, par peur de la voir rechuter, n’avait-il pas été franc? Après-tout, il y a quelques jours encore, il aurait plus dangereux pour mestre Banneth de déclarer son décès que son infertilité. Les choses seraient différentes à présent… mais elle ne devait pas penser à cette éventualité. Seuls les dieux pouvaient encore lui accorder de porter un héritier au monde, et ils le lui devaient largement. Alors, Rohanna inspire profondément. Par ses narines, elle inspire à s’en faire imploser les poumons. « Certes. Tu ne peux laisser Robb seul affronter les intrigues de la cour. C'est pour cette raison que vous faites chambre à part, bien entendu... Tout à fait compréhensible. » Rohanna compte. Elle compte le nombre de flèches qu’en moins de trente secondes elle pourrait lui décocher en plein coeur. Pendant tout ce temps, elle n’expire pas. Pour ne par hurler, se jeter sur elle et lui déchiqueter le visage, la mère meurtrie canalise sa colère et sa frustration. Combien de mètres encore avant de pouvoir fuir cet endroit de désolation? Elle expulse tout, d’un coup. Elle ne crierait pas tout de suite, pas maintenant. Si elle avait voulu se hausser à son jeu pernicieux, elle aurait pu lui rétorquer que s’ils faisaient chambre à part c’était bien pour contrôler les ardeurs de Robb. En vain, c’étaient des mots gaspillés. Parce qu’ils étaient faux, Robb n’aurait peut-être plus jamais aucune ardeur pour son maigre corps, et parce qu’elle était lasse d’essayer de surpasser la bêtise et la méchanceté de cette cousine maléfique. 


« Bien sûr. Tu n'es pas en état de voyager en ce moment... Robb en mourrait s'il venait à t'arriver malheur. Du poison dis-tu? Quel poison? Ma pauvre amie, je pense que cet événement t'a grandement perturbée, et que tu vois le mal partout. Mais je peux te comprendre... » Je ne suis pas ta pauvre amie, mais ta suzeraine. La Biche perdait la partie et n’essayait même plus de s’en cacher. Un jour prochain, elle la torpillerait… pas aujourd’hui. Le sol est trop monstrueux, il se déforme dans une mimique carnassière. Ses bras frissonnent et son corps sue de perles d’eau brulantes. Il serait si simple de feinter de tomber en pâmoison, si simple… « C'est normal en pareille situation. N'aie crainte, sans doute seras-tu mieux protégée à Accalmie qu'ici ! Port-Réal a toujours eu une réputation de ville dangereuse, et elle l'a bien prouvé, une fois de plus. » N’arrêterait-elle donc jamais sa litanie belliqueuse? ! Non, elle ne serait pas plus en sécurité à Accalmie et cette maudite Eleneï ne le savait que trop ! Devait-elle y voir un signe qu’elle tente désespérément de l’envoyer là-bas? Si oui, comment devait-elle l’interpréter? Une volonté de récupérer Robb dans son giron, cela était impossible… c’était une femme mariée -qui plus est enceinte ! Un piège fomenté avec Kyra pour la voir disparaître? Et dire que Robb l’avait accusé, elle, d’avoir comploté avec cette mauvaise mère ! Quel outrage ! Quel outrage ! Sa paume se cogne contre son plexus, bientôt l’air lui manquerait.

« Seuls les devins ou les fous peuvent prétendre de quoi demain sera fait… Qui sait, je pourrais fort bien devenir plus puissante que tu ne le seras jamais, au passé ou à l'avenir. » Le corps de la malade s’arrête. Il se refuse à avancer un peu plus. Elle était allée trop loin : ses menaces déguisées sous des sourires et des menaces parfaites n’y prenaient plus. A ce jour, Rohanna était encore la deuxième Dame la plus importante du Royaume et la chatte aigrie devrait s’en rappeler. Princesse elle l’avait peut-être été, mais ce titre ne lui accordait plus aucun apanage. Sauf celui de parader au milieu des courtisans. « Alors tu serais Reine… » C’est un murmure, car plus puissante qu’elle il n’y avait officiellement que la Reine. « Mesurez-vos paroles ma Dame, dans ce climat le couperet est tranchant pour les traites. » La tête haute, elle la toise avec brutalité. Quelques heures avant, elle se voyait encore prendre le voile des Soeurs du Silence et endosser cette vie bien morne. Tout. Pour Robb elle aurait pu tout faire, mais Eleneï venait de changer la donne. Désormais, un Orage violent grondait en elle comme dans les pires nuits que la Baie des Naufragés pouvait offrir. Il n’y aurait plus de répit pour la Biche que d’arracher la fierté et l’orgueil de la peau de cette méchante femme. Rien ne pourrait l’en dissuader, pas même cette progéniture odieuse qu’elle portait en son sein. La vouvoyant à nouveau, elle lui signifiait explicitement que leur entretient était terminé. La lionne, sa superbe quelque peu ravalée, n’aurait plus qu’à s’abaisser devant elle pour prendre congé. Un instant, Rohanna se demande si elle ne pourrait pas pousser le vice à lui faire baiser publiquement sa chevalière… Il aurait été tellement grisant que de voir la ténébreuse Eleneï lui offrir ce geste d’entière soumission. Elle la voit déjà, sa crinière blonde rabattue devant tous les autres courtisans. Et l’envie est pressante… mais elle ne le fait pas. « Vous avez raison, ma tendre amie, Port-Réal est une ville bien dangereuse et on dit qu’elle pourrait l’être encore bien plus… Avec cet enfant à naître, je comprends votre pressant désir de nous quitter. » Sa voix s’était faite un peu plus haute, il était certain que des oreilles passagères et avides de sensations les écoutaient. Pour une fois c’était tant mieux : Dame Eleneï repartait en ses terres ! D’un mouvement de tête, sec et tendu, Rohanna salue cette vermine que les Sept lui ont offerts pour cousine. Alors qu’elle fait semblant de lui baiser la joue, elle susurre à son oreille : « que ton venin t’étouffe. » 



S’éloignant, Rohanna vacille de l’effort inconséquent de ces derniers moments. Une enjambée, puis une autre et ses servantes ne la rattrapent avant qu’elle s’effondre au sol. Des larmes de rage et de fatigue, trop longtemps contenue, viennent perler ses yeux. Toutes ses forces, vaillamment gagnées, venaient d’être jetées en pâture. Il faudrait tout recommencer. Un nouveau réflexe l’oblige à regarder si sa cicatrice ne s’est pas ouverte, mais nul trace de sang sur sa cotte. Dans un nuage de pourpre, elle reste un instant à regarder le ciel. Les nuages semblent défiler plus rapidement qu’à l’ordinaire… et le murmure autour d’elle grossit. Il ne faut pas qu’elle ferme ses yeux, car si elle le fait des images cauchemardesques de ce jour reviendront. Lady Rohanna? Lady Rohanna? Des voix angoissées l’appellent, mais elle ne peut pas leur répondre. Sans vie apparente, elle observe le toit du monde, sans horizon. Ses dames d’atours chuchotent qu’elle a à nouveau de la fièvre et son corps réponds par des tremblements suffocants. Soudain, elle halète avec difficulté. La vie revient à elle, brutale et sans concessions. Autour d’elle, les quelques courtisans se reculent d’un pas. N’avaient-ils dont rien de mieux à faire que d’observer son malheur? Des bras la soulèvent, fermes et aguerris. Afin que personne ne puisse voir son visage décomposé, elle le réfugie contre le torse armé de l’homme. Très vite la foule est éloignée. « Que s’est-il pass... » « Cette putain veut ma mort, elle veut ma mort ! » « Ma Dame, de qui parlez-vous? ! » la voix est alarmée, presque essoufflée de la vitesse de son débit, mais la Lady ne réponds pas. Contre l’armure elle étouffe un cri dévastateur.

made by lizzou – icons & gif by tumblr
Merci à rawr & (c) FreeSpirit

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

+just a bad dream+
SOFTNESS IS NOT WEAKNESS IT TAKES COURAGE TO STAY DELICATE IN A WORLD THIS CRUEL
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: I'm gonna be your bubblegum bitch ♥   

Revenir en haut Aller en bas
 

I'm gonna be your bubblegum bitch ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» It's gonna be legen... wait for it [qui veut :3] dary.
» Everything's gonna be ok # ft Nora (Terminé)
» ➺ IF I'M GONNA DIE, I WANNA STILL BE ME.
» ๑ This is the part of me that you're never gonna ever take away from me
» I just wanna live right now. Are you gonna be there for me? (Paxadee)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
After the Conquest :: 

The seven kingdoms

 :: Terres de la Couronne :: Port-Réal
-