Partagez | 
 

 Crise de foi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Edric Baratheon
ORAGE
■ Localisation : Port-Réal pour le Couronnement
MessageSujet: Crise de foi   Mar 6 Mar 2018 - 12:02

Edric n'était pas chez lui à Port-Réal. Il n'était pas lui-même. Il ne croisait dans les regards que la déférence qui lui rappelait qu'il était le frère de Robart, et la pitié qui lui rappelait qu'il était le frère de Rohanna. De cette hauteur ni de cette chute, il ne voulait dans sa vie. Mais avait-il encore un chez-lui ? Il ne pouvait retourner à Accalmie, sous le toit des traîtres. La trahison des siens le blessait plus encore que l'empoisonnement de Rohanna. La blessure venait de l'intérieur. Et le poison venait du Nord. Winterfell n'avait jamais été son chez-lui et ne le serait jamais. C'est l'épée au poing qu'il découvrirait sans doute la Citadelle. Robb préparait la guerre. Il le voulait et il le devait. Jorah Stark avait refusé de ployer le genou devant le Dragon, craché dans la main tendue du Cerf, cette main qui portait déjà la bague. Et empoisonné la Biche.

A cette dernière accusation, Edric ne voulait pas croire. Son coeur ne pouvait pas le concevoir. Son coeur qui criait déjà à l'injustice, ne voulait pas crier à la vengeance. Si Jorah avait tué ses neveux, alors il devrait tuer Jorah et enterrer pour de bon son amour pour Ashara. Sa femme, sa fille, ce qu'il s'était imaginé être sa vie toutes ces années. Leurre que tout cela ! Jorah avait refusé les épousailles et marierait sans doute à l'un de ses alliés la première Dame de Winterfell. Edric ne l'avait épousée que devant les Sept. Comment les Sept pouvaient-ils permettre cela ? Comment les Sept pouvaient-ils permettre une femme deux fois mariée, des enfants empoisonnés, une famille déchirée, un Royaume en guerre ?

Edric ne savait plus quoi croire, en qui croire. Il y avait bien Robb, mais Robb était devenu si dur, écrasé par ses responsabilités, broyé par le deuil, aveuglé par la haine, au point qu'il acceptait de répudier sa femme, si elle le lui demandait. Une trahison, un éclatement de plus. Depuis quelques jours, Robb dormait seul dans la Tour de la Main. Seul dans la plus haute tour, voilà où la victoire avait mené son frère. Qui était à blâmer ? Les Stark qui l'avaient meurtri ? Les Tagaryens qui l'avaient annobli ? Robb lui-même, comme l'avait fait Oriane ? Lui, Edric, incapable de raisonner le Cerf, de soulager la Biche, de condamner la Lionne, d'écrire à la Louve, d'oser solliciter l'attention du Dragon ? Depuis son arrivée à Port-Réal, Edric songeait à Rhaenys - pas celle dont il avait salué l'inceste dans le Septuaire, pas Rhaenys Tagaryen, Reine des Sept Couronnes, mais Rhaenys Stark, celle qui avait été la femme de Jorah et l'amie d'Ashara. Pourrait-elle plaider sa cause ? Pourrait-elle dissiper ses doutes ?

Edric n'avait jamais été timide, mais il n'était pas habitué à converser avec les Reines et les Rois. Les Reines et les Rois étaient toujours très occupés, trop entourés. Comment aurait-il pu dévoiler son coeur et ses soupçons devant leurs courtisans ? Il aurait pu passer par Robb, bien sûr, pour solliciter une audience privée ; Robb était devenu plus proche de la Reine que de sa propre femme. Il savait que son frère avait coeur à sa cause, mais son frère avait ses propres tortures à gérer, et il les gérait différemment. Edric était un homme, un chevalier, un père, plus un petit garçon. Il était résolu à prendre son destin en mains, même s'il voulait encore croire que tout allait bien, que tout n'était qu'un malentendu ; que tous pouvaient encore être réunis ; que la Reine et lui pouvaient être réunis par le hasard ou les Sept, dans ces jardins où elle se promenait souvent ; même s'il voulait encore croire, dans les Sept, la paix, l'amour, la confiance et l'entraide des âmes simples. La chance sourit, paraît-il, aux audacieux, et le Cerf sourit à la souveraine en ne s'inclinant pas plus que ne l'exigeait cette rencontre informelle.

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

Je veux qu'on soit sincère, et qu'en homme d'honneur,
On ne lâche aucun mot qui ne parte du cœur.
Molière, Le Misanthrope
Revenir en haut Aller en bas
 

Crise de foi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une crise alimentaire majeure se profile dans le Monde
» Pour mieux comprendre la crise alimentaire.
» Crise haitienne : Trouver le coupable ? Le pdt, PM, leaders ou Minustah!
» G20, des mesures adoptées pour faire face à la crise
» Haiti en Marche: Les " pèpè " menacés par la crise

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
After the Conquest :: 

The seven kingdoms

 :: Terres de la Couronne :: Port-Réal
-