Partagez | 
 

 [FB]Roslinn&Oberyn¤ I will not say: do not weep; for not all tears are an evil

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Oberyn Tyrell
BIEF
■ Localisation : Hautjardin, dans le Bief
MessageSujet: [FB]Roslinn&Oberyn¤ I will not say: do not weep; for not all tears are an evil   Jeu 8 Mar 2018 - 17:38


Roslinn & Oberyn

I will not say: do not weep; for not all tears are an evil


L'effervescence s'était emparée des lieux, chaque serviteur s'affairant à une tâche bien précise dans un ballet brouillon et bruyant. Les robes et autres tenues d'apparat volaient dans les airs, les pourpoints et pantalons étaient minutieusement pliés, et les hermines et autres fourrures délicatement emballées. Les ordres fusaient de la bouche de la première chambrière, pendant que l'intendant maugréait dans sa barbe, lâchant quelques interdictions effrayées lorsqu'une servante maniait avec maladresse certains effets du Sire de Hautjardin. Tout ce bruit, toute cette agitation... Oberyn soupira, une lassitude s'insinuant en lui et il porta ses deux index à ses tempes pour les masser et tenter d'éradiquer une migraine naissante. « Ma mie, je vous laisse superviser tout ce tapage, j'ai besoin d'air... Samwell, ma fourrure ! » L'interpellé se précipita vers son seigneur et maître, manteau en main, et lui jeta sur les épaules avec un air anxieux. Sourcils froncés, le Tyrell quitta la pièce d'un pas agacé et tonitruant sans même un dernier regard pour son épouse.

Il marchait d'un pas vif marquant sa mauvaise humeur, son pas se répercutant en échos menaçants contre les parois bleutés de la forteresse ancestrale, cette citadelle aussi froide qu'imprenable qui se tenait formidablement sur un épaulement de la Lance du Géant. De l'air, il lui fallait de l'air... Il se sentait asphyxié, alors même que ce n'était pas l'air pur des montagnes bleues s'infiltrant dans les hautes et longues fenêtres qui manquait... Le froid sec et glacial était ce qu'il avait le moins supporté, et il s'était félicité d'avoir apporté plus de fourrures que de raison. Tout ici était froid ; le climat, les gens et l'atmosphère inhérente à ces lieux austères qui paraissaient comme cristallisés dans la roche blanche veinée de bleue des monts de légendes du Val d'Arryn et, si Leandra représentait une exception, Oberyn pouvait dire qu'il exécrait tout ce qui venait de cette région isolée, pompeuse et sévère. Bouillonnant d'une sourde colère, sa marche furibonde le mena jusqu'aux jardins rocailleux où les arbustes et autres fleurs peinaient à trouver le chemin de la vie. Mais ce fut le mordant du vent hivernal, soufflant tout droit des cimes enneigées qui le frappa, s'engouffrant dans ses poumons jusqu'à l'en brûler les parois mais le revigorant d'un souffle nouveau et sain. Le Bieffois inspira et expira profondément et lentement, se laissant pénétrer par la froidure et son piquant et retrouvant peu à peu une sérénité qui semblait l'avoir déserté depuis une lune entière. Il savait. Il était parfaitement conscient de la raison de son irritation permanente mais le savoir n'apporte pas toujours l'apaisement. Aujourd'hui sonnait l'heure du Grand Départ, celui qui changerait à jamais son quotidien et qui constituait une petite mort pour celui qui vouait un amour inconditionnel à la jeune épousée...

Roslinn. Roslinn Arryn... Que cette association sonnait faux à ses oreilles... Roslinn Tyrell était bien plus mélodieux. Mais ce qui attristait et torturait Oberyn n'était pas tant la sonorité de son nouveau nom, mais bien plus la région reculée dans laquelle il était aujourd'hui contraint de l'abandonner... Ils seraient si loin l'un de l'autre, eux qui étaient si proches, deux âmes sœurs réunies en une relation fusionnelle et jalouse. Le lent déchirement que le seigneur avait ressenti depuis le début des festivités trouvait aujourd'hui son apogée alors que le convoi Tyrell se préparait à rentrer dans ses pénates, dans un long périple le faisant traverser Westeros de part en part. Frère et sœur étaient venus ensemble, mais c'est seul qu'il repartirait. Et la douleur lancinante tailladant ses entrailles ne cessait de le lui rappeler.

Le Gouverneur du Sud avait tenu à profiter de tous les instants avec Roslinn, les chérissant en sachant qu'ils seraient les derniers avant bien longtemps. Mais le temps avait filé plus vite que l'eau claire entre des doigts fins. Il soupira, une volute de fumée s'échappant de sa bouche quand son souffle chaud percuta le vent froid et il avança vers une rambarde de pierre, offrant un mirador d'exception. Posant ses deux paumes sur le marbre, Oberyn ferma les yeux un instant, se remémorant les temps heureux où sa famille entière était réunie à Hautjardin, ces doux temps qui ne reviendraient plus. Ses réminiscences trouvaient un écho mélancolique et étrangement apaisant dans le grondement sourd et lointain des Larmes d'Alyssa, ces chutes se jetant de leur piédestal dans les abysses des Montagnes de la Lune... Le paysage s'étendant sous ses yeux avait beau être spectaculaire, il ne ressemblait en rien à la verdure luxuriante des plaines du Bief. Ni roseraie, ni lierres, ni champ de blé. Le ciel était bleu dans le Val, mais d'un bleu glacial, rien du bleu éclatant et chaleureux recouvrant Hautjardin... Comment Roslinn, sa chère et tendre Roslinn, elle qui était si douce et si coutumière de la douceur de sa terre natale pourrait survivre en ce lieu hostile ?... Au-delà du déchirement, c'était l'inquiétude qui était venue le prendre en tenaille, l'angoisse pour l'avenir de sa Rose qui peinerait à s'épanouir dans cette rocaille. Et que dire de son époux... Martyn... Cet homme austère, guindé, au visage fermé. Il était l'incarnation de l'Honneur que sa devise vantait, mais Rose ne méritait pas tant de rigidité... Et une certaine méfiance mutuelle s'était instaurée entre les deux hommes. Celle d'Oberyn n'était la conséquence que de l'angoisse d'un frère ne souhaitant que le bonheur de sa sœur. Celle de Martyn restait plus mystérieuse, à moins qu'elle ne soit simplement que la réponse à l'inimitié instinctive de son beau-frère.

Alors que le Tyrell levait les yeux vers l'azur, le soleil déjà haut dans le ciel lui indiquait qu'il lui faudrait bientôt faire ses adieux... Mais c'est le crissement de cailloux sous une semelle de chaussure qui le ramena plus sûrement à la réalité, lui faisant tourner la tête pour en découvrir l'origine... Roslinn. Vision fugitive et enchanteresse, sa beauté ne trouvait d'égale que la gentillesse émanant de chacun de ses traits. Le port de tête altier, le sourire serein et aimable... et le petit diadème parant sa chevelure sombre lui rappelèrent qu'elle était aujourd'hui non plus seulement sa sœur, mais aussi une suzeraine, son égale. Accompagnée de quelques dames, elle sembla les congédier avant de s'approcher élégamment de son aîné. Oberyn s'adoucit, son regard enveloppant d'amour sa belle Rose et un sourire tendre fendit son visage. Portant une main à son cœur, il s'inclina respectueusement : « Dame Arryn, quel honneur de me trouver en votre compagnie, vous êtes plus belle encore que le paysage de légende s'étalant sous nos yeux. »

Il se redresse, la fixant du regard quelques secondes comme pour imprimer chaque détail de sa personne dans son esprit. Une gêne étrange l'envahit soudain, ne sachant plus comment se comporter avec celle qui a partagé sa vie et ses secrets plus longtemps que quiconque, le moindre mouvement lui semblait trop difficile, trop lourd de sens et à cet instant précis il sut que lui dire au revoir serait la chose la plus difficile qu'il avait eu à faire jusque là... « Ta nouvelle demeure te plaît-elle, ma sœur ? T'a t-on bien accueillie ? » Sa voix se voulait forte et optimiste, mais le masque rieur qu'il avait voulu imposer trahissait son inquiétude cachée et Roslinn ne serait pas dupe. Elle le connaissait bien trop pour se laisser berner.

AVENGEDINCHAINS

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •


   
Growing Strong
“I swear to you, sitting a throne is a thousand times harder than winning one.”
   
Revenir en haut Aller en bas
 

[FB]Roslinn&Oberyn¤ I will not say: do not weep; for not all tears are an evil

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Roslinn Arryn ¤ carnet
» ROSLINN & ETAINE ¤ Youth offers the promise of happiness, but life offers the realities of grief.
» Kopter sur base de moto
» Besoin d'avis sur schema pour mes futurs evil sunz
» liste armée evil sunz pour tournoi 2000pts

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
After the Conquest :: 

The seven kingdoms

 :: Val d'Arryn :: Les Eyrié
-