Partagez | 
 

 Quand l'été se prolonge, même les faucons volent vers le Nord [Jorah]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Martyn Arryn
VAL D'ARRYN
■ Localisation : Port-Réal le temps du couronnement, ensuite Val et Nord
MessageSujet: Quand l'été se prolonge, même les faucons volent vers le Nord [Jorah]   Mar 20 Mar 2018 - 23:02

Le voyage depuis les Eyriés s'était fait sans mauvaises surprises et aussi rapidement que les vents ne l'avaient permis. Martyn avait choisi le bateau pour se rendre à Winterfell, en passant par Blancport plutôt que de choisir la route royale et être obligé de traverser les terres Tully, bien trop proches des Baratheon via l'épouse du suzerain de la région. Il avait soupé de cette famille et voulait éviter tout contact avec eux si cela était possible.

Il était resté juste assez longtemps dans le Val pour régler les dernier détail avant son départ, détails qui lui avaient pris plus de temps qu'il ne l'avait espéré... Entre les retrouvailles et les au revoir avec Freyja, les explications à fournir à son oncle, les vassaux à rassembler et à informer au sujet des derniers événements et Roslinn dont il se souciait particulièrement... Il n'avait pas eu une minute à lui.

Il avait laissé les Eyriés comme une fourmilière dans laquelle on aurait donné un coup de pied. Entre les départs des seigneurs vers leurs domaines, la surveillance du Sunderland et de son neveu bâtard, les comptes-rendus des provisions et des nouvelles dépenses à effectuer rapidement pour pallier aux manques, l'évaluation du banc de chacun de ses vassaux potentiellement déployable, et la protection de Freyja jusqu'à Goeville, il avait eu du pain sur la planche. Malgré tout, le temps avait filé plus vite que neige au soleil d'été.

Il avait voulu profiter le plus longtemps possible de son épouse, ne sachant avant combien de temps il la reverrait - s'il la revoyait jamais. Il ne lui en avait pas parlé, mais il se doutait que Jorah ne serait pas très heureux d'apprendre ce qu'il avait à lui dire. Irait-il jusqu'à prendre son cousin en otage? Ou pire? C'était une possibilité. Même si Martyn ne pesait pas lourd dans la balance face à Freyja, il y était préparé. Il avait redouté son entretien avec Ser Elbert, et il en allai de même avec Jorah. Ils ne s'étaient plus vus depuis plus d'une année, depuis que Martyn avait retiré ses troupes de la guerre de Maegor, à vrai dire. Il n'avait plus mis les pieds à Winterfell depuis le mariage de son cousin avec la nouvelle reine du royaume, et même ainsi, connaissait assez mal la forteresse de la famille de sa mère.

Voyageur, son hongre louvet au pas confortable, l'avait mené depuis Blancport jusqu'à la forteresse des seigneurs du Nord assez rapidement pour qu'il n'ait pas à s'en plaindre – et les seigneurs du Sud non plus. Il avait fait au plus vite, sans toutefois négliger ses devoirs de suzerain du Val ; et arrivait devant les portes de Winterfell accompagné d'une escorte convenable, mais point trop nombreuse. Martyn avait privilégié la vitesse au détriment d'une suite trop importante, et qui de toute façon serait probablement mal venue une fois ses nouvelles annoncées. Et Martyn ne voulait pas apporter des bouches supplémentaires à nourrir alors que l'Eté s'éternisait.

Il espérait que tout se passait bien dans le Val et que les vassaux soutiendraient Roslinn comme ils l'avaient juré. Il était parvenu à utiliser Etaine et à reporter la situation difficile du Val sur sa tête, mais il n'en était pas satisfait pour autant. Arrivé devant le château des Stark, néanmoins, il ne pouvait que se souvenir de ses responsabilités dans cette triste affaire. Il était le seul responsable pour le départ de Freyja des Eyrié vers Port-Réal. Tout comme il était le seul responsable de son allégeance à ceux qui semblaient se poser comme les ennemis du Nord.

Il attendit que les portes s'ouvrent avant de pénétrer dans l'enceinte du château, un lieu fort austère et assez brut par rapport à l'élégance aérienne des Eyrié. Il attendit qu'on l'annonce avant de descendre de cheval, de tendre les rênes de sa monture à un des gardes et de se diriger vers le seigneur de l'endroit, le sire de Winterfell. Ses vêtements pleins de poussière témoignaient de sa hâte, mais il n'en avait cure. Son regard froid et impénétrable était dirigé vers son cousin, qui semblait avoir encore gagné en austérité depuis qu'ils ne s'étaient plus revus.
Il ne lui mentirait pas, et ne lui cacherait rien. Il venait en tant que médiateur, mais la Reine comme les autres lui avait bien annoncé que tous considéraient la chose comme réglée. Ils voulaient la guerre et Jorah y perdrait la tête, si non toute sa famille. Les termes qu'on lui avait donnés étaient intenables en tant que tels. Peut-être les Sept seraient-ils avec lui et il ferait l'impensable : parvenir à faire dévier son cousin de sa course folle. Il en doutait néanmoins, et n'avait plus envie d'aider les Targaryen. La seule raison pour laquelle il le faisait, c'est qu'il l'avait promis. Il se haïssait pour cela.

Il inclina la tête devant le sire de Winterfell, « Lord Stark. Merci d'avoir accepté de me recevoir chez vous. » Ils s'étaient battus côte à côte comme des frères pendant des mois ; et lui venait de poignarder ce frère d'armes dans le dos. Il ne méritait que le pire de ce qu'avait à offrir le Suzerain du Nord. Il serra les dents et attendit la suite. Quoi qu'il arrive il ferait honneur à sa famille, cette fois!

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
 

Quand l'été se prolonge, même les faucons volent vers le Nord [Jorah]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Quand l’État est en faillite, la Nation est en péril
» A QUAND UN NOUVEAU DEPART POUR EVITER UN AUTRE 29 FEVRIER ?
» Quand les dès sont jetés .....
» Quand on rêve éveillé. [Pv Jann et Sweety]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
After the Conquest :: 

The seven kingdoms

 :: Nord :: Winterfell
-