Partagez | 
 

 Diviser pour mieux régner [WARNING : contenu sensible]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Myriah Ferboys
DORNE
■ Localisation : Auprès de Nymeria Martell
MessageSujet: Diviser pour mieux régner [WARNING : contenu sensible]   Lun 10 Sep 2018 - 17:55


Diviser pour mieux régnerMyriah & NymeriaBoum, boum, boum. Tel était le bruit assourdissant que faisait le cœur de Myriah dans cette soirée silencieuse tandis qu'elle pouvait sentir les veines de son cou pulser sous sa peau hâlée. Un rythme inhabituel pour une femme en bonne santé et simplement assise sur son fauteuil dans ses appartements. Près d'une semaine s'était écoulée depuis le mariage de lord Vorian Dayne à lady Laoren Redwyne et quelques jours depuis qu'elle avait reçu ce corbeau de la Main du Roi. La conseillère ne pouvait s'empêcher de ressasser le contenu de la lettre. Si la sidération puis la colère avaient été les émotions qu'elle avait ressenties durant sa lecture, elles avaient bien rapidement laissé place à l'appréhension. Les mots qui lui étaient adressés la mettaient dans une très mauvaise posture vis-à-vis de Nymeria et par extension, de Dorne.
Le début de l'écrit laissait prétendre que le Baratheon avait réfléchit à l'entretien qu'ils avaient eu mais elle suite était compromettante, même pour l'être le plus raisonnable : mettre une héritière légitime de Tristam Martell. La phrase parlait d'elle-même, en adoptant un point de vue extérieur cela signifiait que Myriah était d'accord pour mettre sur le trône de Dorne non pas le jumeau Stone présent à Lancehélion mais le premier enfant : Elia Sand.

On porta des coups à la lourde porte de bois et la Ferboys s'extirpa de ses pensées. Elle prit soin d'effacer toute trace d'anxiété de son visage, adopta un léger sourire et une voix assurée.
- Entrez ! annonça-t-elle.
Elle se leva de son fauteuil et la porte s'ouvrir sur son garde personnel.
- Lady Ferboys pardonnez-moi de vous déranger mais la Princesse Nymeria vous demande de la rejoindre dans ses appartements au plus vite, expliqua Azzak.
Myriah prit une grande inspiration puis elle le remercia de lui avoir transmit l'information et elle le suivit jusqu'aux appartements de Nymeria. Le trajet paru long à la conseillère qui se demandait naïvement sur quel sujet la régente pouvait-elle bien vouloir l'entretenir mais son instinct lui dictait qu'elle avait apprit d'une manière ou d'une autre à propos de la lettre reçue du Baratheon. Le garde porta deux coups contre la porte et lorsqu'il reçu le signal il fît entrer Myriah et s’éclipsa, laissant sa dame seule avec la princesse qui était dos à elle sur sa terrasse.

- Tout va bien, Nymeria ? Il y a un problème dont tu veux me parler ? demanda-t-elle en essayant d'adopter une voix neutre même si elle arrivait à entendre sa propre appréhension.
Elle s'approcha doucement de Nymeria tout en se questionnant sur son état d'esprit actuel car si elle savait pour la lettre de la Main du Roi, était-elle en colère ? Abasourdie, car se sentant trahie ? Myriah l'ignorait mais connaissant la princesse, elle s'attendait à ce que cette discussion ne serait pas une partie de plaisir.
©️️  YOU_COMPLETE_MESS

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

Nous gardons la voie
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Nymeria Martell
DORNE
■ Localisation : Lancehélion
MessageSujet: Re: Diviser pour mieux régner [WARNING : contenu sensible]   Mar 11 Sep 2018 - 18:37

 
Diviser pour mieux régner

« Sortez »

D’un ton sans appel, accompagné d’un geste agacé de la main, Nymeria congédia les musiciens installés dans ses quartiers, sans même leur accorder un regard. Ceux-ci s’exécutèrent dans une révérence, que la Princesse ne vit même pas depuis son balcon, installée dans une large chaise en bois de cèdre tournée vers l’extérieur. Ces derniers jours, elle avait eu du mal à contenir le feu qui brûlait en elle, et nombre de gardes et de serviteurs en avaient fait les frais, les maladresses qu’elle pouvait parfois laisser passer devenant désormais des fautes impardonnables. Heureusement pour eux, la colère de la Régente n’était pas réellement dirigée contre eux, et une fois la tempête passée, aucun châtiment ne venait suivre les cris. Ce qui était certain, c’est que si elle avait eu un Targaryen, ou même un Baratheon sous la main, les choses ne se seraient pas déroulées de la même manière.

L’ambassadeur avait été renvoyé la nuit même où elle avait reçu le courrier du Baratheon, principalement parce que malgré son statut d’ancienne Main du Roi, Ondrew Piète ne semblait rien savoir du meurtre de sa mère, et parce que sa présence à Dorne indiquait clairement que quelle qu’ait été un jour son importance, elle était à présent révolue. L’âme de Nymeria criait à la vengeance pour le meurtre de sa mère, mais une partie d’elle continuait à penser que le fait qu’ils lui aient annoncé maintenant n’était qu’une manœuvre, un piège destiné à autre chose. Ses armées étaient en train de se rassembler sous la bannière du soleil, et il aurait été facile de changer sa direction, de les diriger à travers les Marches comme l’avait un jour fait Myrcella, et de faire sentir aux Cerfs et aux Dragons l’ampleur de leur crime. Nymeria aurait réussi à les repousser, elle n’était pas sa mère, il faudrait plus qu’un Tyrell ou même un Régent pour l’arrêter, elle en était certaine. Mais pourtant, quelque chose lui soufflait de ne rien en faire, que l’heure de la rétribution n’était pas encore venue. Et Myriah Ferboys n’était pas pour rien dans ses doutes.

D’abord, elle avait cru que les propos qui évoquaient sa conseillère dans la lettre n’étaient destinés qu’à la distraire, et elle avait oublié les mots aussi vite qu’elle avait jeté la lettre au feu, avant de lâcher sa rage d’abord sur le mobilier, puis sur le Piète. Mais la rage ne durait jamais longtemps, elle laissait place à une colère sourde, plus froide, un sentiment qui lui rappelait qu’il ne fallait jamais rien prendre pour acquis, qu’une simple Princesse l’aurait pu, mais que ses responsabilités envers son peuple la forçaient à douter même des allégeances qu’elle aurait voulu croire indéfectibles. Croire, faire confiance, mais toujours prendre garde à ce que derrière les sourires ne se cachent les crocs d’un serpent, ou une dague dans l’ombre, c’était là la première leçon inculquée par sa mère quand elle avait commencé à la préparer pour la charge qui serait désormais sienne, un jour. Et les faits étaient là, Nymeria le savait : le moyen le plus simple pour qu’un étranger puisse comploter pour l’avenir de son pays sans que le Soleil de Dorne ne le sache était de passer par la seule personne dont Nymeria ne se méfierait jamais : Myriah. Ces pensées, et les mots de Menaka résonnant encore dans son esprit brisèrent facilement ses convictions, et la convainquirent qu’il faudrait qu’elle accorde son attention à ces insinuations, elle avait bien plus à perdre qu’à gagner en ignorant ce qui avait été dit à demi-mot.

Pourtant, elle n’avait pas encore trouvé la force de confronter son amie et conseillère, craignant autant que la lettre ait dit la vérité, et que Myriah ait menti sur la nature de ses échanges avec le Régent durant sa visite à Port-Réal, qu’elle ait été un mensonge et que les accusations qu’elle proférerait ne brisent la seule réelle amitié qu’elle ait forgé dans sa jeunesse, son défunt jumeau mis à part. Il fallait régler cette situation, elle le savait, sans quoi ses projets seraient sans cesse perturbés par ses soupçons, ses pensées troublées et ses objectifs d’autant plus difficiles à atteindre. Ce soir, Nymeria la confronterait, quoi qu’il en coûte. D’un nouveau geste de la main, elle attira l’attention des deux gardes silencieux postés de part et d’autre de la large porte menant à ses appartements privés.

« Faites dire à Lady Myriah que sa Princesse requiert sa présence immédiatement. »

Un bruit métallique s’éloignant lui indiqua que ses intructions étaient suivies, et la jeune femme se leva pour parcourir son balcon d’un pas rapide, rassemblant ses pensées pour tenter de savoir comment le sujet serait abordé. Elle n’était pas idiote, et elle savait pertinemment que ses humeurs prendraient rapidement le dessus sur sa raison, que le ton monterait et avec elles apparaîtraient les accusations, Nymeria n’avait ni l’envie ni l’état d’esprit pour faire preuve de diplomatie. La Furie des sables n’appréciait pas que l’on touche à ses faiblesses, elle se sentait vulnérable, et chez elle, la  crainte s’exprimait généralement de la même manière que la colère.

Elle ne s’immobilisa que quand elle entendit la porte s’ouvrir, et la voix de Myriah résonner à peine dans la pièce. Quelqu’un d’autre que Nymeria aurait pu se laisser convaincre par la neutralité de sa voix, mais elle connaissait trop bien son ancienne dame de compagnie pour ne pas sentir l’appréhension dans sa voix. En un sens, cela pouvait ne rien vouloir dire, n’importe qui aurait pu ressentir la même chose en étant convoqué aussi tard dans les appartements de sa souveraine, mais cela n’avait jamais été le genre de la Ferboys. Après tout, elle n’avait pas tremblé la première fois qu’elles s’étaient rencontrées, et elle n’avait jamais eu peur d’affronter la colère de sa maîtresse, puis de sa souveraine… Il y avait quelque chose de plus, cette fois, et cette pensée suffit à provoquer des picotements dans la colonne vertébrale de la dornienne, la forçant à se redresser encore un peu. Contenant le ton de sa voix, elle répondit simplement :

« Il pourrait y en avoir un. Laissez-nous. »

Aussitôt, les gardes quittèrent la pièce, refermant la porte derrière eux, et Nymeria se retourna pour faire face à sa conseillère, plongeant les yeux dans les siens. Le Princesse n’était que légèrement vêtue, d’une robe légère dans le plus pur style dornien surmontée d’un long voile dont on pouvait à peine distinguer la présence tant le tissu était fin, et pourtant elle savait que son regard suffisait à asseoir son autorité. Ce n’était pas une ami, une confidente, une ancienne amante que Myriah avait devant elle, mais bel et bien le Soleil de Dorne, la souveraine du désert, sa souveraine. La Martell garda un moment le silence, laissant celui-ci s’installer tout en cherchant à contenir les questions virulentes qu’elle aurait voulu poser, avant de jeter un œil à la lance posée contre une colonne, rappel qu’elle n’avait rien à envier aux hommes quand il s’agissait de se battre ou de donner la mort. Le symbole de sa famille, une arme qu’elle avait appris à manier depuis qu’elle avait décidé d’impressionner son père, dans le rêve fou qu’un jour elle deviendrait héritière. Cruellement, le rêve était devenu réalité, comme pour lui rappeler qu’il fallait parfois faire attention à ce que l’on pouvait souhaiter, même lorsqu’on était qu’une enfant. Combien de temps avait-elle passé à se battre avec Myriah, qu’elle soit son adversaire ou qu’elles décident de montrer aux garçon qu’elles n’étaient pas que des gamines écervelées ? Depuis combien de temps ne s’étaient-elles plus battues ensemble, d’ailleurs ? Remémorant ses souvenirs, Nymeria finit par prendre la parole :

« Te souviens-tu, Myriah ? Quand nous étions encore des enfants, sans aucune responsabilité, nous nous étions promises de ne jamais nous mentir. C’était le temps de l’innocence, qui s’est terminé quand tu es partie épouser ton mari, quand mon frère a été empoisonné. Mais dis-moi, que cette époque soit passée permet-il d’oublier les promesses faites ? Le fait que je sois à la tête de Dorne rend-il les promesses faites à la jeune femme que j’étais nulles et non avenues ? »
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Myriah Ferboys
DORNE
■ Localisation : Auprès de Nymeria Martell
MessageSujet: Re: Diviser pour mieux régner [WARNING : contenu sensible]   Mer 12 Sep 2018 - 0:02


Diviser pour mieux régnerMyriah & Nymeria
Après avoir eu entre les mains une lettre lourde de conséquences telles que celle envoyée par lord Baratheon, Myriah était dans un état d'appréhension et une convocation aussi tardive, quand bien même pouvant être une coïncidence, ne pouvait être qu'en rapport avec cela. Nymeria savait-elle parce que quelqu'un l'avait prévenue ? Ou était-ce un simple soupçon car les événements plus ou moins lointains y prêtaient ? La conseillère l'ignorait et dans tous les cas, cela pouvait s'avérer lourd de conséquences. Le fait d'être appelée si tard dans les appartements de Nymeria et non pas en pleine journée devant le conseil avait tendance à calmer un peu les battement du cœur de Myriah mais son esprit était en ébullition : si elle était au courant pour la lettre, elle ne souhaitait peut-être pas exposer aux yeux de tous ses soupçons.

Myriah tenta de se débarrasser de la moindre pensée en posant ses yeux sur le dos de la princesse. Cette dernière portait une robe d'un tissu léger et même dans ce vêtement, assez simple en le comparant aux autres qu'elle pouvait porter, elle ne cachait en rien son statut et son pouvoir. La Ferboys portait quant à elle une robe d'un tissu gris légèrement opaque, surmonté d'un autre bien plus fin, violet, et laissant entrevoir la première pièce. Une robe qu'elle portait habituellement le soir, n'étant ni trop dénudée ni trop vêtue.

-  Il pourrait y en avoir un. Laissez-nous, répondit Nymeria et presque immédiatement la porte se referma.

Les mots portèrent un coup au cœur de Myriah qui se stoppa une fraction de seconde sous leur force. Elle le sentit se serrer tandis qu'elle réalisait que l'allure et le visage de la princesse, qui venait de se retourner, laissaient présager que la discussion mettrait à mal la Ferboys. Un silence pesant s'installa entre les deux femmes, laissant Myriah dans une profonde cogitation alors même qu'elle essayait de contrôler ses émotions et les apparences. Elle attendit que Nymeria prenne la parole, les yeux de cette dernière clamant que la native des Osseux n'était pas en posture de parler en première. Lorsque les mots sortirent de la bouche de la princesse, Myriah se sentit tout d'abord nostalgique face à l'évocation de souvenirs d'enfance et des promesse qui avaient été faite puis elle se mit à réfléchir à la signification de ces paroles. Elle souvenait parfaitement de cette promesse qu'elles s'étaient faite, de toujours se dire la vérité. Depuis son accession au poste de conseillère Myriah pensait avoir toujours été honnête avec Nymeria, hormis le fait que depuis qu'elle à reçu la lettre du Baratheon elle occulte la vérité, mais de doute semblaient germer dans l'esprit de la princesse.

- Je me souviens parfaitement de ces promesses, Nymeria. Et non, ta position de régente de Dorne n'implique en rien que ces promesses soient brisée, répondit-elle d'un ton qu'elle voulait assuré et sans crainte. Elle prit une grande inspiration, closant momentanément ses paupières avant de les rouvrir en dardant son regard sur son interlocutrice, puis poursuivit. Je doute cependant que tu m'aie convoquée à une heure si tardive pour discuter de notre enfance. Que se passe-t-il pour que tu me rappelle notre promesse de toujours nous dire la vérité ?


©️️  YOU_COMPLETE_MESS

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

Nous gardons la voie
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Nymeria Martell
DORNE
■ Localisation : Lancehélion
MessageSujet: Re: Diviser pour mieux régner [WARNING : contenu sensible]   Mar 18 Sep 2018 - 13:47

 
Diviser pour mieux régner

Oh comme Nymeria pouvait détester les moments où Myriah tentait de rester calme, quand il était si clair que quelque chose n’allait pas. Déjà quand elles étaient plus jeunes elle avait cette tendance à se maîtriser, au point que la Martell avait fini par penser que sa suivante le faisait uniquement pour l’énerver encore plus. Bien sûr, plus tard elle avait pu se rendre compte, dans ses bons jours, que Myriah agissait ainsi dans une tentative de tempérer les extrêmes dans lesquels sa maitresse pouvait se mettre quand elle était contrariée. Parfois, ça fonctionnait, parfois pas, tout dépendait de la situation, et aujourd’hui, ça ne fonctionnerait pas. D’un regard mauvais, elle répondit à sa conseillère sur un ton sec :

« Je suis ta souveraine, si j’ai envie de t’appeler au milieu de la nuit pour discuter du temps qu’il fera demain, tu viens, c’est comme ça. La raison n’est pas aussi importante que l’obligation derrière elle. »

Soupirant, Nymeria se rendit compte de la stupidité de sa réponse, digne de la grande époque où elle cherchait à se donner une importance qu’elle n’avait pas réellement. Mais les choses étaient différentes maintenant, et ce genre de comportement infantile n’était pas digne de ce que le Soleil de Dorne était sensé représenter, même en privé. Elle avait soudain une envie de s’excuser, mais la Régente de Dorne ne s’excusait pas, jamais, que ce soit auprès de ses proches, ou d’émissaires étrangers, c’était une question d’image. Indiquant d’un geste de la main à Myriah qu’elle pouvait s’asseoir, Nymeria se laissa tomber sur l’un des coussins posés sur le sol de la pièce, et attrapa une coupe de vin qui devait trainer là depuis un moment, au vu du clair manque de faîcheur du liquide. Elle le but néanmoins, avant de poser à nouveau les yeux sur Myriah.

« Mais je ne t’ai pas appelée pour parler du passé, non. C’est du futur qu’il faut parler, et je dois m’assurer que ma vision est toujours la tienne. Parce qu’il semblerait que certains pensent que ce n’est plus le cas. »

De nouveau, la Régente laissa planer un silence, se demandant si Myriah essaierait encore de jouer la personne calme après ce genre de propos. Une partie d’elle voulait la voir s’énerver, s’insurger devant de telles paroles, l’autre savait très bien que si la Ferboys tentait ce genre de chose, le ton ne ferait que monter. Nymeria aimait la provocation, mais uniquement quand elle en était à l’origine, et elle était certaine qu’elle ne garderait pas son calme dans ce genre de cas, comme tous ceux qui avaient déjà dû se justifier auprès d’elle le savaient également. Aucun d’eux n’osait jamais braver ses remontrances, cependant sa conseillère en était plus que capable, elle cherchait à le faire, en temps normal du moins, et si cela avait donné lieu à nombre de scènes au sein de Lancehélion par le passé, cela lui avait valu le respect de la jeune Princesse trop sanguine qu’elle avait été, puis son affection. Et puis, peut-être que c’était ce dont la souveraine de Dorne avait besoin, au final : une réaction normale de son amie d’enfance, pour lui prouver que tout ce qu’elle avait lu n’était qu’un mensonge. Conservant un ton froid et sans équivoque, elle lui demanda alors le plus simplement du monde :

« Maintiens-tu toujours ce que tu m’as dit de ton entretien avec la Main des Targaryen ? Parce qu’il ne semble pas partager ton avis sur la manière dont les choses se sont passées… Tu partagerais bien des choses avec lui, dont un désir flagrant pour la paix avec les Dragons, dont je ferais visiblement bien de m’inspirer pour me rendre à ton avis et suivre vos idées. Tout cela evidemment alors que… »


Sans s’en rendre compte, le ton de sa voix était progressivement monté alors qu’elle énonçait à demi mot le contenu de la lettre du Baratheon, encore fraîche dans son esprit autant que les révélations sur l’assassinat de sa mère, et ce simple souvenir suffisait à la remettre, en partie du moins, dans l’état de rage où elle était entrée quand elle en avait pris connaissance. Sentant qu’elle commençait à crier, Nymeria s’interrompit donc dans ses paroles, préférant ne pas révéler tout de suite les aveux sur l’implication des Targaryen dans le meurtre de Myrcella. Dorne avait une mission, et aussi grande soit son envie de se venger, la Princesse Régente savait que ce ne serait pas une bonne idée, du moins pas tout de suite.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Myriah Ferboys
DORNE
■ Localisation : Auprès de Nymeria Martell
MessageSujet: Re: Diviser pour mieux régner [WARNING : contenu sensible]   Mar 18 Sep 2018 - 15:36


Diviser pour mieux régnerMyriah & Nymeria
D'ordinaire Myriah arrivait à faire taire la petite voix dans son esprit qui éveillait de la crainte dans ce genre de situation, elle arrivait à passer outre ces informations. Mais aujourd'hui cette voix-là hurlait et commençait à faire trembler ses mains que la brune tentait de calmer en serrant les poings. En répondant au Soleil de Dorne elle avait réussit à s'exprimer d'un ton assuré et posé mais la réponse suivante la déstabilisa.

-  Très bien, répondit-elle à Nymeria sur le même ton sec que la princesse venait d'utiliser à son encontre.

La Martell venait officiellement de donner le ton de leur rencontre qui finirait probablement par de la casse, le tempérament des deux femmes pouvant être parfois explosif lorsqu'il y avait de la surenchère dans leurs propos. Le silence s'installa de nouveau tandis que les deux femmes se fixaient mutuellement avant que Nymeria ne s'installe sur l'un des coussins posés sur le sol tout en invitant la conseillère à faire de même. Préférant éviter le moindre éclat de colère prématuré, Myriah s'exécuta et regarda la princesse se servir une coupe de vin.. La Ferboys plissa légèrement les yeux tandis que son interlocutrice lui expliquait en quelque sorte la raison de sa présence. Le futur. Sa vision. Les rumeurs. Myriah inspira profondément, baissant de longues secondes les yeux vers le sol pour éviter le regard froid et dur de la jeune femme.

C'est alors que d'un ton peu amène que Nymeria lui demanda si elle maintenait son rapport sur l'entretien avec la Main du Roi. Étonnée, Myriah posa de nouveau ses yeux sur la princesse puis elle fut envahie par l’abasourdissement. La Princesse ne semblait pas parler de la lettre reçue par la conseillère ... conseillère qui sentit ses yeux s'agrandir bien malgré elle. Si elle comprenait bien ce qui venait d'être dit, lord Baratheon avait envoyé un corbeau à la Principauté des désirs de paix de la Ferboys et du fait que la princesse devrait suivre les idées de la conseillère et de la Main ?
- Tu es en train de me d-dire que le seigneur B-Baratheon t'as personnellement écrit ? demanda-t-elle, interloquée, d'une voix qui ne cachait plus ses émotions. Elle se passa rapidement les mains sur son visage avant d'émettre un léger soupir de stress.

- Bien sûr que je maintiens mon rapport ! Écoutes, trois choses ne peuvent rester cachées : le soleil, la lune et la vérité. La paix que j'ai recherché là-bas était d'éviter une bataille aux Osseux avec des Orageois rêvant de se venger et de massacrer les nôtres, c'est tout. Et puis comment peux-tu accorder plus de crédit aux mots d'un étranger que ceux de ta propre conseillère ?

Myriah expira longuement. Son esprit bouillonnait, réfléchissant sur ce qui venait d'être dit. La lettre qu'elle avait reçue était clairement la preuve d'une éventuelle trahison de sa part et ce que Nymeria résumait les dires du Baratheon était que la conseillère lui avait mentit lors de son rapport. Cette histoire éclairement sombre et l'instinct de la Ferboys lui clamait que cela avait pour but de créer des tensions intestines à Dorne.

- Crois-moi, ce que je t'ai dit est vrai et je n'ai rien omis ! reprit-elle d'un ton à la limite de la supplication avant de se reprendre et de poursuivre avec un ton plus froid, C'est une drôle de coïncidence car j'ai reçu un corbeau provenant de la même personne et ce parchemin tient des propos similaires dans le fond mais avec une forme bien différente ... Ne trouve-tu pas cela étrange que nous recevions ces parchemins ?


©️️  YOU_COMPLETE_MESS

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

Nous gardons la voie
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Nymeria Martell
DORNE
■ Localisation : Lancehélion
MessageSujet: Re: Diviser pour mieux régner [WARNING : contenu sensible]   Mer 26 Sep 2018 - 12:54

 
Diviser pour mieux régner

Mentionner le suzerain de l’Orage semblait avoir brisé le masque de calme et de confiance de sa conseillère, d’une manière qui laissait très clairement entendre que Nymeria avait touché quelque chose de sensible. Quelque chose que Myriah lui avait caché, du moins, et cette nouvelle certitude était plus que suffisante pour qu’une lueur dangereuse apparaisse dans les yeux de la Martell. Elle était une Princesse, la souveraine de ses terres, mais avant tout cela, elle était une guerrière, une traqueuse qui pouvait sentir le danger, et avait l’envie de l’affronter peu importaient les conséquences. Deux pôles souvent aux antipodes en termes d’actions à prendre, mais pour une fois ils étaient parfaitement accordés. Sa conseillère, probablement celle en qui elle avait le plus confiance cachait quelque chose en rapport avec l’homme qui dirigeait actuellement tout ce que la Martell détestait, et cela la mettait hors d’elle autant qu’elle ne pouvait réellement l’accepter. Une telle réaction, preuve de culpabilité en soi, aurait valu à n’importe qui d’autre de terminer dans les cellules de Lancehélion, voire bien pire, mais pas Myriah. Non, elle méritait une chance de s’expliquer, ou au moins de tenter de justifier ce qu’elle n’avait pas encore dit. Mais si la Ferboys l’avait réellement trahie… mieux valait ne pas y penser. Sans la quitter du regard, comme un prédateur devant sa proie, elle parvint à esquisser un sourire en coin.

« Nous y sommes. »


S’ensuivirent des explications, vides de sens étant donné que son ancienne dame de compagnie ne faisait que répéter ce qu’elle lui avait déjà dit. Il n’y avait là rien qui justifie qu’une personne ayant la confiance de sa souveraine réagisse de la sorte à la simple mention du Baratheon, pas plus que cela n’expliquait les insinuations qui avaient été faites dans la lettre qu’elle avait reçue. Nymeria s’apprêtait à le faire remarquer quand la Ferboys termina sa diatribe, l’accusant elle de donner plus de crédit à un seigneur étranger, presque un ennemi dans l’état actuel des choses, qu’à sa conseillère. Il n’en fallut pas plus pour que la Princesse quitte son siège d’un bond, se relevant sans l’aide de ses bras pour toiser sa conseillère avec une lueur mauvaise dans le regard.

« Ma responsabilité est de m’assurer que mon pays n’encoure aucun danger, qu’il soit intérieur ou extérieur, et pour ce faire je fais comme bon me semble ! Ce n’est pas ta place de me dicter ce que je crois, qui je crois ou ne crois pas, et certainement pas de questionner ces choix, pas dans ta position. »

Nymeria se détestait un peu d’avoir à parler sur ce ton à quelqu’un qu’elle considérait plus qu’une simple amie, Myriah avait longtemps été sa confidente, la seule qui avait pu entrapercevoir les doutes derrière la personnalité de feu de la Princesse, la seule qui connaissait certains de ses secrets les plus sombres, mais c’était cela qui rendait la situation si difficile et dangereuse. Si réellement, la personne qui avait été aussi proche du Soleil de Dorne que l’on pouvait l’être s’en était détournée, continuer à lui accorder une confiance aveugle pourrait bien signer sa fin, comme Menaka l’avait prédit. Et cela, aucune souveraine digne de ce nom ne pouvait le permettre, pas même au nom de l’affection qu’elle pouvait lui porter. Il ne s’agissait pas d’une simple manigance pour obtenir quelque chose, si les Targaryen étaient impliqués, c’était la nature même de Dorne, son indépendance qui était menacée, et elle ne pouvait permettre un tel danger d’exister, la menace devait être éliminée peu importait à quel point cela pourrait lui briser le cœur.
Enfin, la conseillère finit par ajouter quelque chose qui avait un réel intérêt. Une correspondance avec la Main du Roi, tenant les mêmes propos, dont elle ne lui avait jamais parlé, mais elle choisissait de le faire maintenant, confrontée et acculée, présentant ironiquement la chose comme une étrange coïncidence. Il fallait lui accorder cela, s’il y avait réellement eu un complot, et quand bien même Robart Baratheon était connu pour être une brute dépourvue de la moindre finesse d’esprit, il était difficile de croire qu’il serait suffisamment idiot pour mettre à jour ses conspirations secrètes aussi rapidement, à moins que cela ne fasse justement partie de son plan… Restait à voir si Myriah avait été victime d’une trahison dans ses manigances malgré elle, ou si elle en était simplement la victime, et si le cœur de la Princesse Régente criait que ce ne pouvait être que la deuxième option, sa raison, elle, l’exhortait à explorer toutes les options possibles, à ne pas laisser la possibilité qu’un serpent se tienne au plus près d’elle, prêt à la mordre au moment opportun. D’un pas rapide, elle se mit à arpenter le cercle interne de la pièce, délimité par plusieurs colonnes, parlant autant pour elle-même que pour sa conseillère.

« Tu m’accuses de croire un étranger plutôt que toi, et pourtant tu me caches l’existence de cette lettre jusqu’au moment où tu apprends qu’on m’a parlé de ta relation avec la Main des Targaryen… Dis-moi Myriah, comment puis-je réellement être certaine maintenant que tu es honnête, et que tu ne cherches pas à sauver ce qui peut encore l’être en choisissant de dévoiler ce que tu aurais pu vouloir garder secret ? Que disait cette lettre, exactement ? »

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Myriah Ferboys
DORNE
■ Localisation : Auprès de Nymeria Martell
MessageSujet: Re: Diviser pour mieux régner [WARNING : contenu sensible]   Mer 26 Sep 2018 - 14:42


Diviser pour mieux régnerMyriah & Nymeria
Myriah se sentait acculée et cette position était à des lieux de l'enchanter. Dans sa jeunesse son père l'emmenait parfois à la chasse et il lui avait apprit une importante leçon : lorsque l'animal se retrouve sans la moindre échappatoire, l'instinct de survie prend le pas sur les peur et tuerait n'importe qui l’empêchant de s'enfuir. Avec les lettres du Baratheon et une Nymeria dont le feu de l'âme brillait dans ses yeux, elle se sentait comme cet animal apeuré cherchant la moindre possibilité de s'en sortir. Elle avait beau savoir qu'elle avait une place spéciale dans l'esprit de la princesse, elle ne pouvait s'empêcher s'imaginer dans les cellules de Palais Vieux voire même raccourcie. Et si le fait de ne pas avoir immédiatement parlé de la lettre était pire ? Un seul claquement de doigt, un seul parchemin et Myriah se rendait compte à quel point il était difficile d'être sur l’échiquier de Westeros lorsque le statut n'était pas d'être un simple pion.

La Ferboys maintenait son rapport rendu le jour même de son retour à Lancehélion et sa franchise se retourna contre elle lorsque Nymeria se leva d'un bond en la toisant avec une lueur mauvaise dansant dans ses yeux. La réponse fut cinglante. La peur faisait battre le cœur de Myriah mais petit à petit elle sentait la rage dornienne bouillir dans ses veines. A partir de cet instant tout pouvait s'aggraver, son cas comme leur relation. Elle se leva mais se retint d'exprimer le fond de sa pensée, elle se devait d'attendre. Elle se contenta de regarder la régente s'éloigner pour faire les cent pas, se tournant vers elle pour mieux la regarder. Il était évident que cette cachotterie couplée à la lettre reçue de la Main étaient la cause de sa colère. Myriah l'écouta attentivement tout en essayant de se calmer pour ne pas s'enflammer à son tour.

- Pourquoi m'as-tu appelée pour être ta conseillère si tu m'interdit de questionner tes choix ? Bien des nobles de Dorne adoreraient siéger à tes côtés, de te conseiller. Pourquoi moi la veuve Uller qui, portant encore son enfant dans son ventre, s'est retrouvée régente de Ferboys après que son père ait été tué sur le champ de bataille face à l'armée du Bief ?

Les mots avait quittés la bouche de Myriah s'en même qu'elle s'en rende compte. Pour tenter de montrer que ses paroles venaient d'être prononcées avec intention, elle se rapprocha de sa souveraine.
- Tu veux connaître la vérité ? J'ignorais comment je pouvais t'annoncer que la Main me demandait de vous convaincre, toi et ta famille, de céder ton trône en faveur d'Elia l'héritière légitime de Tristam, manière dont le Baratheon l'a nommée sur son parchemin. Comme quoi cette solution serait meilleure pour la paix, pour tous et pour éviter des conflits. De quelle manière pouvais-je t'annoncer que selon le Baratheon nous avions discuté d'installer une paix durable à Dorne ? Et comment pouvais-je te dire qu'il compte me tenir au courant de "notre" idée ? dit-elle.

Elle avait commencé sa réponse sur le ton le plus sincère qu'elle pouvait afin de convaincre Nymeria mais sa voix avait bien rapidement monté de ton, laissant son désarroi et sa colère clairement transparaître. Elle inspira profondément pour tenter une fois de plus de se calmer mais enchaîna rapidement pour ne pas être coupée par la princesse.

- Tu me mets à l'épreuve en me mettant face au serment que l'on s'est fait dans notre jeunesse. Tu cherche à savoir si je l'ai brisé, je l'ai honoré et pourtant tu doute. Je ne peux te servir dans les meilleures conditions si tu portes des soupçons à mon encontre. A-tu autant perdu ta confiance en moi en l'espace de quelques jours pour ne pas te questionner sur l'objectif de ces deux lettre écrites par la Main des Targaryen ?

Myriah fixa son regard sur la visage de Nymeria. L'issue de cette situation était problématique. Tout d'abord la Ferboys pourrait se voir emprisonnée et jugée pour trahison, sa famille serait probablement dépossédée de tous ses biens et terres, concernant son fils elle ignorait ce qu'il adviendrait de lui. Une conseillère en moins, importante aux yeux de la Princesse, serait probablement l'occasion pour affaiblir Dorne et c'est ce que l'esprit de Myriah lui murmurait derrière son cœur et son âme qui lui criaient de se défendre. Si tel était le cas, il s'agissait d'une manœuvre intelligente de la part de Robbar Baratheon.
©️️  YOU_COMPLETE_MESS

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

Nous gardons la voie
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Nymeria Martell
DORNE
■ Localisation : Lancehélion
MessageSujet: Re: Diviser pour mieux régner [WARNING : contenu sensible]   Lun 8 Oct 2018 - 14:34

 
Diviser pour mieux régner

« Tu sais très bien pourquoi. »

Le ton de la Princesse était sec, presque cassant. Nymeria n’était pas du genre à expliquer ses décisions, pas quand ce n’était pas nécessaire, souvent même quand ça l’était. Elle n’avait pas été élevée pour être un modèle de conciliation ou de diplomatie, ou plutôt toutes les tentatives pour faire d’elle une épouse parfaite à l’écoute de celui qu’elle devrait un jour épouser avaient lamentablement échoué. Enfant puis adolescente elle avait été l’incarnation de la chaleur brûlante de Dorne, de la violence des vents qui pouvaient parfois frapper le désert de ses terres. C’était Tristam, telle une ombre qui planait au-dessus de sa gémellaire, qui avait incarné la lumière de leur astre héraldique et ses bienfaits, quand elle était sa violence et ses dangers. Deux faces à la fois identiques et foncièrement différentes de ce que les Martell avaient toujours incarné à Dorne, de la force guerrière et de la sagesse que la fondatrice de Dorne avait su rassembler. Nymeria avait beau porter le nom de son ancêtre, elle n’en était qu’une partie, dont l’autre manquait cruellement depuis que son frère avait été assassiné… Par les mêmes valyriens qui avaient poussé son peuple à fuir Essos pour éviter l’esclavage, par la même Maison qui, elle le savait maintenant, avait commandité le meurtre de sa mère. La dornienne finit par arrêter sa marche nerveuse, se plantant devant sa conseillère. Puisqu’il fallait lui expliquer, soit, elle le ferait.

« Je n’ai jamais été destinée à régner, pas tant que mon frère était en vie, et malgré ma certitude que j’aurais dû être à sa place. J’ai eu ce que j’avais toujours désiré, consciemment ou non, mais j’ai payé pour cela un prix que je n’aurais jamais accepté si j’avais eu le choix. Quand il m’a fallu choisir ceux qui seraient les plus proches de moi, j’ai eu toutes les possibilités du monde, personne n’était là pour contester mon règne, mais il n’y avait qu’une personne qui avait cru que j’étais capable de diriger nos terres, bien avant qu’aucun autre choix ne soit plus évident. Une personne qui m’aurait suivie moi plutôt que mon frère si elle en avait eu le choix, une personne qui avait su gagner ma confiance en prouvant qu’au-delà de l’allégeance à ma famille, elle m’était fidèle à moi, plus qu’à mon frère ou à ma mère. Voilà pourquoi, et c’est aussi pour ça que devoir avoir cette conversation est aussi révoltant, parce qu’elle ne devrait même pas exister. »

Il y avait les autres raisons, bien sûr, celles que la Régente de Dorne n’avouerait pas, cette jalousie presque sanguine d’avoir vu son amante donnée à un autre homme, cette colère inconsciente derrière l’acceptation de voir que Myriah avait pu être heureuse avec quelqu’un qui n’était pas elle, et l’envie de la récupérer auprès d’elle quand l’occasion s’était présentée. Si l’époux de celle-ci n’était pas mort, il était probable que la Martell aurait agi de la même façon, ne fut-ce que pour signifier à cet homme que ce qu’elle avait laissé partir, elle était maintenant en position de le reprendre. Mais en cédant à tout ça, Nymeria avait créé un point faible dans le gouvernement de Dorne, un angle d’attaque pour ses ennemis, une cible autant qu’une possible conspiratrice parfaite, dont jamais sa souveraine ne douterait. C’était un tort qu’elle n’avait pas pu corriger, parce qu’elle était qui elle était, régie autant par ses sentiments souvent exacerbés que par la formation dispensée par sa mère après la mort de Tristam, voire plus.

Myriah continua cependant à tenter de se justifier, le ton de la conseillère montant au fur et à mesure qu’elle parlait. Enfin, elle commençait réellement à paraître comme celle que Nymeria avait connu quand elles étaient plus jeunes, pour autant ça ne règlerait pas tout. La Martell était de celles qui préféraient la confrontation à l’apaisement, et le fait que la Ferboys se décide enfin à faire preuve d’un peu plus de virulence n’attisait que plus sa propre colère. Plissant les yeux tandis qu’elle n’écoutait qu’à moitié ce que son vis-à-vis avait à lui dire, la Régente attendait l’occasion de pouvoir lui renvoyer toutes ses frustrations. Comme toujours, elle s’épanouissait dans l’affrontement, sa stature elle-même se redressant, comme une guerrière prête à sauter à la gorge d’un ennemi. A peine la conseillère avait-elle terminé de parler qu’elle explosa :

« Tu aurais pu me le dire, simplement ! Si ce ne sont que des mensonges, de quoi avais-tu peur ? Sans compter que la nouvelle que les Targaryen envisagent de me faire remplacer par cette… Comment peux-tu me l’avoir caché ? L’aurais-tu seulement dit si je ne t’avais pas confrontée, hein ? La bâtarde de mon frère disparait, et son nom réapparait soudain dans les projets des Targaryen, faux ou non, ce n’est pas une coïncidence ! Surtout pas maintenant… »

Malgré la colère, l’esprit de Nymeria continuait à réfléchir, trouvant rapidement les liens évidents comme ceux qui l’étaient moins. Les plus gros mensonges avaient toujours un fond de vérité, et celui-là… C’était celui de trop. D’un soupir agacé, la frustration partie pour laisser place à une haine froide renouvellée, Nymeria tourna le dos à son interlocutrice pour se rapprocher de la lance posée contre le pilier de sa chambre, caressant la lame du bout des doigts.

« Ils ont avoué que c’était l’ancien Roi qui avait commandité l’assassinat de ma mère, par l’intermédiaire de la Banque de Fer. J’ai suspecté que le Baratheon cherchait à temporiser, avec l’indépendance en passe d’être déclarée du Nord. Le Cruel pensait sans doute qu’en éliminant mon frère et ma mère, il laissait les rênes de la seule région qui avait résisté aux dragons aux mains d’une incompétente, incapable d’être un problème pour les tout-puissants valyriens… Et ses remplaçants ne font pas mieux en pensant qu’ils peuvent me manipuler si facilement, pendant qu’ils travaillent à se mêler encore et toujours de ce qui ne les regarde pas. J’en ai assez de leurs provocations à revendre, il est plus que temps qu’ils se rappellent que ce n’est pas parce qu’ils en ont soumis certains qu’ils peuvent se croire tout permis, encore moins avec moi. Les Targaryen vont payer, et quand ce sera fait, il ne leur viendra plus à l’idée d’interférer avec mes terres… J’ai essayé la patience, mais c’est le moment de leur faire comprendre que leurs calculs étaient faussés d’avance.»

Le Feu et le Sang… Il était plus que temps que les Targaryen goûtent à la violence qu’ils criaient depuis leurs actes jusqu’à dans leur propre devise.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Myriah Ferboys
DORNE
■ Localisation : Auprès de Nymeria Martell
MessageSujet: Re: Diviser pour mieux régner [WARNING : contenu sensible]   Mar 23 Oct 2018 - 18:09

Diviser pour mieux régnerMyriah & Nymeria
Tu sais très bien pourquoi. La phrase prononcée par Nymeria sur un ton cassant déstabilisa Myriah qui mis de côté sa colère montant pour laisser son esprit libre d'analyser les paroles de sa souveraine. elle était touché de savoir que la princesse l'avait choisie parce que la native des montagnes rouges avait cru en elle en tant que leader. La tristesse et la colère se battaient dans le cœur de Myriah. Ce n'était une profonde tristesse liée à un quelconque regret ou la perte d'un être cher mais plutôt celle qui était liée à la fierté de l'honneur que Nymeria lui avait fait en la nommant conseillère alors qu'elles ne s'étaient pas vu depuis des années. Et il y avait la colère de ne pas avoir su plus tôt quels étaient les critères sur lesquels s'étaient basée la jeune régente de Dorne pour choisir sa conseillère, cette colère-là mêlée à celle de voir sa loyauté remise en question. Elle se mordilla la lèvre inférieure pour se laisser du temps pour reprendre contenance et de ne pas céder à l'appel de la mauvaise émotion. Elle ne préféra pas répondre pour éviter que la conversation ne dégénère et elle préféra écouter Nymeria qui reprit bien vite la parole, explosant de colère.

- J'avais peur que tu me crois capable de comploter contre toi. Je suis vraiment désolée de ne pas t'en avoir parlé de moi-même, plus tôt... S'il te plaît, pardonne-moi ... répondit-elle en adoptant un ton doux pour essayer de désamorcer la situation alors même qu'elle avait envie d'exploser à son tour, les suspicions de sa régente lui faisant mal.

Nymeria s'était rapprochée de la lance posée contre le pilier de sa chambre, se mettant à caresser la lame du bout des doigts. La Ferboys écoutait attentivement la princesse lui parler du contenu de sa lettre. Alors c'était contre Maegor Targaryen qui avait commandité le meurtre du prince Tristam. Myriah avait grandit parmi la fratrie, avait apprit à les connaître et savoir qui était son vrai meurtrier l'affectait. Elle ferma les yeux quelques secondes afin de faire le vide dans son esprit, ou du moins de laisser place à toutes émotions autres que la colère. Il était vrai que le sang appelait le sang, que les Martell étaient en droit que réclamer justice contre ceux qui avaient tenté de les soumettre puis qui avaient tué leurs régents, mais il s'agissait-là d'un cercle vicieux condamnant des innocents sur plusieurs générations. D'autant que dans cet acte de vengeance, Dorne serait seule contre tous :  l'Ouest préférerait probablement conserver sa fortune à l'abri en se rangeant derrière la Couronne et le Nord ... était bien trop au nord pour arriver à temps. Les risques de lancer une guerre sans y avoir mûrement réfléchit étaient bien trop grands pour être ignorés.

Myriah se rapprocha silencieusement de la princesse, ce n'était guère la chose la plus intelligente à faire lorsque de Nymeria était en colère mais il fallait bien faire quelque chose. La Ferboys vint prendre la main de la Martell qui caressait l'arme et l'en écarta doucement.

- Savoir ton frère, mort pour les sombres plans du Cruel m'insupporte. C'était un acte de lâche qui doit être puni... mais je me dis que nous sommes tous égaux dans la mort et qu'à présent que son meurtrier n'est plus de ce monde, ton frère a été vengé et peux lui-même se venger, dit-elle.

Elle relâcha ensuite la main de Nymeria pour ensuite prendre son visage entre les siennes. Myriah fixait les yeux noisette de la princesse, y voyant un si grand mélange d'émotions qu'elle se prit à réaliser un geste qu'elle n'avait pas fait depuis bien longtemps et qui pouvait avoir une grande portée. Elle rapprocha son visage de celui de de Nymeria et déposa un baiser sur ses lèvres avant de reculer légèrement, lâchant le visage de la Martell puis elle attendit la réaction de son amie qui avait toujours été bien plus. Les actes et les gestes étaient parfois plus nécessaires que les mots.

©️️  YOU_COMPLETE_MESS

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

Nous gardons la voie
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Diviser pour mieux régner [WARNING : contenu sensible]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Diviser pour mieux régner [WARNING : contenu sensible]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [1er Septembre 1997] Diviser pour mieux régner
» Pour mieux comprendre la crise alimentaire.
» Haiti: Un chaos interminable (pour mieux comprendre)
» Séduire pour mieux détruire ... :)
» -[ Les chemins se séparent pour mieux se recroiser ? ]-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
After the Conquest :: 

The seven kingdoms

 :: Principauté de Dorne :: Lancehélion
-