Partagez | 
 

 Have heart, little wolf. We're bound to be afraid.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Rohanna Baratheon
ORAGE
■ Localisation : Port Réal.
MessageSujet: Have heart, little wolf. We're bound to be afraid.   Dim 28 Oct 2018 - 0:37


La Louve & La Biche

Have heart, little wolf
We're bound to be afraid

 

  L’empreinte de la Louve dans la pièce est nauséabonde. Rohanna répugne un haut le cœur. Elle n’avait aucune envie de jouer aux rôles que son époux lui avait assignés. Quelques jours avant leur départ, il y avait tant de choses à faire et à administrer. Elle n’avait pas le temps, ni le loisir, de s’occuper de la Stark. Trop détaché de l’organisation d’une maisonnée, oublieux par ses humeurs passablement orgueilleuses, Robb ne l’avait pas même averti de la date exacte de leur retour. Après tout, comme tous les hommes, ce n’était pas son rôle d’avoir des égards pour les questions domestiques… Soudainement, coincée entre ses devoirs, ses rôles, l’aîné, le cadet et l’otage : la Biche fulminait. Toute délicatesse absente, elle dépose une écuelle garnie face à Freyja. À côté de leur propre diner, elle avait fait spécialement préparer du poisson au vin mélangé dans du pain. De nombreux fruits secs venaient accompagner la collation. Tantôt, la pupille de Lord Martyn n’avait pas daigner toucher à son assiette. Elle avait picoré, au mieux. Or, dans cette demeure, il n’était pas question qu’elle refuse à se nourrir et tenter de dépérir jusqu’à en attraper mal. La Dame d’Accalmie était familière à ce comportement. Refusant ses repas, longs avaient été les jours où elle avait souhaité se laisser doucement mourir. Ce n’était que grâce à la protection susceptible de son époux qu’elle était vivante aujourd’hui. La toisant de sa hauteur, elle lui intime de manger. « La sécheresse menace la moitié de la population de Westeros… entre ces murs le gâchis n’est pas toléré. » La noisette de ses iris s’est assombrie jusqu’au bistre. Elle n’a pas besoin de demander si elle est claire, ses yeux parlent pour elle. Aucune des récoltes de l’Orage ne serait perdue. Le dur labeur de ses sujets serait respecté et honoré. Dans le Val les choses étaient peut-être différentes. Probablement que, perchée sur les toits du monde, elle avait vécue comme une sérénissime altesse ne se souciant pas de la famine qui sévissait vingt mille pieds plus bas. C’était terminé. Malheureusement, la vie était impitoyable, cruelle, injuste : elle ne donnait que trop rarement ce que l’on méritait. Ici, au Sud, les Sept étaient jaloux et avares. Ses Anciens Dieux ne pourraient pas lui venir en aide. La chétive allait devoir l’apprendre rapidement et si elle ne le faisait pas, à la place de sa cousine, elle en serait marquée au fer rouge.

Pour tous, la Biche Pendue avait souhaité une cohabitation différente. Non, elle ne l’avait pas souhaité, mais avait essayé d’influer les choses… L’autorité sapée, Robb s’en était senti bafoué et sa colère était désormais terrible. En son regard, elle avait pu y lire de la déception. Une acrimonie pour ces femmes qui, afin de satisfaire leur propre ego, outrepassaient la loyauté filiale. Kyra Lannister. Catelyn Arryn. Rhaenys Targaryen. … Rohanna Baratheon? À la liste de ces exemples méprisants, devrait-il l’ajouter? À défaut de son amour, serait-il nécessaire de lui retirer sa confiance? Se drapant dans une étoffe de remords, elle ne laisserait plus rien de tout cela arriver. Tous garderaient leurs places. Il avait été clair. Maintenant était le temps de la guerre ; maintenant était le temps de la haine. Et, étrangère et sans défense, la haine était face à elle. La fille de Jeor avait été placée dans la chambre de la Tour originellement destinée à son fils à naître. Ses fils. Ses fils qui auraient du, à ce jour, faire raisonner leurs cris guerriers… Robb n’aurait eu aucune déception dans son regard, aucun regret, aucune amertume. Il n’y aurait eu qu’une fierté ineffable. Une armure imprenable. D’un geste, elle chasse cette illusion. Il y en aurait d’autres. Pourtant, malgré cet espoir terrible, elle n’avait pas mis les pieds dans cette pièce depuis de nombreuses semaines. Mêlés à cet endroit les sentiments étaient nombreux, divers et entêtants. Les magnifiques tentures à la gloire des Baratheon et de leurs hauts faits étaient toujours suspendues. Chaque meuble arborait les signes héraldiques des Cerfs et de leurs puissants vassaux. Les légendes de la Conquête, des Durrandon, d’Accalmie et des mers étaient partout tramées dans les fils les plus couteux. Quand il avait été nécessaire de préparer l’arrivée de Freyja, les préparatifs du déménagement avaient déjà commencés et une majorité de l’ameublement déjà retirée. Personne n’avait eu la foi de toucher à ce cabinet de mémoire. Alors, un peu plus longtemps, dans un jeu tout aussi cruel que silencieux : elle avait fait le choix de laisser ces décorations intactes.

« Dans ce coffre vous trouverez, généreusement, des robes offertes par mes Dames et moi-même. » Personne n’avait douté que le navire disparaisse à travers les flots et le temps n’était plus à coudre des vêtements. De toute manière aucun d’eux n’aurait été adéquat pour l’Orage et le climat qui y régnait. Bien que, depuis toutes ces années, Kyra avait tenté d’installer une mode toute aussi élégante que couteuse à la noblesse orageoise rien ne pouvait surpasser les fastes qu’il fallait déployer au Donjon-Rouge. Chaque jour le port laissait entrer des soieries venues d’Essos plus belles les unes que les autres. Le passage d’Alérie Lannister avait laissé des traces mémorables sur le style vestimentaire de la Cour. Jusqu’à ce qu’elle comprenne l’importance de ses significations, la façon dont elle pouvait jouer avec, Rohanna n’avait jamais pris part à cette course. Il était évident que la sœur de Jorah n’aurait droit à aucun bijoux ou autre signe de distinction — ceux qui avaient été perdus en mer ne serait pas remplacés par les Baratheon.  Bref, les possessions de Freyja était bien maigres : deux bliauds en serge, une cotte camelin, deux surcots et une unique houppelande à traine de soie brochée, une cordelière de soie noire et quatre chainses. Une paire de chausse de cuir brun venait terminer le maigre et précieux ensemble.« Quand nous serons à Accalmie, je vous commanderai une garde-robe adéquate et plus complète… » D’ailleurs, dès ce soir, il faudrait commander des centaines d’aunes de divers tissus pour les faire confectionner plus tard. Le port de Ville-en-Pleurs ne pouvait offrir les mêmes choix— encore que pour les plus belles étoffes et parures fallait-il attendre que les marchands ambulants viennent jusqu’à eux, ce qui pouvait prendre parfois des mois. Grâce à la concurrence, les prix  y étaient aussi imbattables. Personne ne pouvait prédire combien de temps durerait la guerre et les économies ne pouvaient pas être ménagées. « Lady Freyja, vous êtes désormais une des dames de ma suite. En qualité de dame d’honneur, j’attends de vous que vous soyez toujours à mes côtés, sauf si je ne vous convoque pas. Auquel cas vous serez assignée à rester dans cette chambre. Toutes vos demandes devront m’être transmises en personne, même celles destinées à Sa Seigneurie. Votre gardien est bien trop occupé pour pouvoir être dérangé importunément. Sous permission, vous aurez accès aux jardins accompagnée par des gardes de la Maison Baratheon. À moins que vous ne soyez conviée par Son Excellence mon époux, vos repas seront servis ici. » Rohanna balaye la pièce du regard, essayant de voir ce que les serviteurs auraient pu oublier. Elle était dépourvue de toutes possessions personnelles. Il n’y avait pas même un métier à tisser. Bientôt, comme toutes les autres, elle serait vide et libre pour les couleurs et les richesses d’un autre propriétaire. « Vous n’aurez aucune servante pour accompagner vos tâches quotidiennes. Il faudra vous réveiller et vous préparer seule. J’enverrai quelqu’un pour vous assister lors de votre bain et de votre veillée seulement. Avez-vous des questions? »






• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

+ pick it all up +
I WILL TELL YOU WHAT YOU THOUGHT. YOU THOUGHT THAT I WAS A WOMAN TO BE PITIED AND PAST OVER AND IGNORED.
Revenir en haut Aller en bas
 

Have heart, little wolf. We're bound to be afraid.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Wolf Heart Rpg
» Grimoire Heart n'a pas besoin d'un cookie à la myrthille ( PV Nookie Minasa )
» Team Aura (pv : Red Wolf )
» Rp avec Thunder Wolf ?
» Bienvenue aux Galeries Red Wolf

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
After the Conquest :: 

The seven kingdoms

 :: Terres de la Couronne :: Port-Réal
-