Partagez | 
 

 Correspondance entre Wendy Piper & Rohanna Baratheon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rohanna Baratheon

Rohanna Baratheon
ORAGE
■ Localisation : Port Réal.
MessageSujet: Correspondance entre Wendy Piper & Rohanna Baratheon   Mer 31 Oct 2018 - 0:12



À Dame Wendy Piper


Lune 4, Jour 4, An 49


Honorable Wendy,



Depuis votre dernière lettre, les semaines ont passé si rapidement que je n’ai pas trouvé le temps un seul instant pour vous écrire. Je vous en conjure veuillez m’en excuser. Ceci n’est point négligence, soyez assurée de mes bons sentiments à votre égard.



Finalement, Catelyn Arryn a été jugée devant tous. La Cour, le peuple et les Dieux étaient présents. Habile traitresse, plusieurs fois, malgré un procès juste et, si mon avis peut compter, probablement trop clément, elle tenta de pervertir l’assemblée. Les nobles furent comme charmés par des sorts anciens et oubliés de tous. Heureusement, Son Excellence le Régent su garder son sang froid et prononça un châtiment à l’échelle de ses crimes. Les événements vous sont peut-être parvenus puisque Lord Garett recevra bientôt sous sa tutelle son fils unique, Jon Rougefort. Bien qu’il semble cruel de séparer une mère de sa chair, il ne faut pas oublier qu’elle l’aurait élevé dans la haine des Targaryen. Je suis profondément assurée que ce pauvre enfant sera bien mieux accompli en recevant une éducation neutre de toute acrimonie. Et qui sait, peut-être deviendra-t-il un compagnon d’armes pour votre futur neveu? Pour Sa Majesté Jaeherys, son cousin, mon époux a tenté de construire un monde meilleur et durable et nous toutes devons œuvrer pour la même chose. 



Chaque jour, j’attends l’arrivée de Freyja Stark…
 Sa présence me sera bien moins agréable que la vôtre.
À ce sujet, je dois malheureusement vous annoncer notre départ de Port-Réal. Ceci est d'ailleurs le dernier corbeau que vous recevrez de la capitale. Dès l’arrivée de la Louve de Winterfell, nous rentrerons en l’Orage. Son Excellence doit préparer ses troupes pour la campagne du Nord et notre région aura besoin de ma présence. Cette décision nous a été pénible, comme vous le savez nous sommes profondément épris de Leurs Majestés, mais dans quelques semaines le Roi atteindra sa majorité et pour le Royaume un nouveau chapitre s’écrira. Notre devoir est accompli. J’espère ne pas vous décevoir car je vous avais promis une place à mes cotés au Donjon-Rouge. Sachez qu’elle vous attend toujours, à Accalmie. Je vous suis pour toujours redevable de votre aide et soutien. Cette dette ne serait être payée par quelconque présent matériel… Certes, d’un premier abord, notre climat pluvieux apparaît moins enviable que le prestigieux et fourmillant Donjon mais il n’en est rien. Un je ne sais quoi m’assure que vous y seriez émerveillée et heureuse. Méditez cette proposition et, surtout, n’oubliez pas que si Lord Garett est votre garant, le Seigneur Tohrren reste votre unique protecteur. Mon frère est un homme loyal et droit, si votre désir est de me rejoindre, je lui écrirai.



Pour faire suite à votre précédente missive : ma santé est bien meilleure. À présent, Mestre Banneth, approuvé par les autres, est confiant et m’a assuré que je pourrais porter en mon sein de futurs héritiers. C’est une grande joie, dont ici nous nous réjouissons tous. De grâce, cessez de vous inquiéter pour moi et cultivez votre prime jeunesse. J’espère que votre sœur se porte bien. Je conserve d’Alérie un chaleureux souvenir, hélas les dissensions qui existent entre nos époux ne me permettent pas de lui écrire comme je l’aimerais. Pourrez-vous lui assurer qu’elle est dans chacune de mes pensées et mes prières? Les Dames de la Cour coiffent encore leurs cheveux à sa manière et place leurs broches à l’endroit exact où elle avait l’habitude de le faire. Peu coquette, ces détails m’amusent et me rendent nostalgique à la fois…



Souhaitez-vous que je m’enquière d’Alysane? 



Votre éternelle dévouée et, je l’espère amie,
Rohanna.








• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

+ pick it all up +
I WILL TELL YOU WHAT YOU THOUGHT. YOU THOUGHT THAT I WAS A WOMAN TO BE PITIED AND PAST OVER AND IGNORED.
Revenir en haut Aller en bas
Wendy Piper

Wendy Piper
OUEST
■ Localisation : A Port Réal, auprès de sa soeur
MessageSujet: Re: Correspondance entre Wendy Piper & Rohanna Baratheon   Mer 2 Jan 2019 - 20:53



À Dame Rohanna Baratheon


Lune 4, Jour 16, An 49




Très estimée Dame Rohanna,

Nul délai d'une réponse de votre main ne saurait m'offenser, trop honorée je me sens de faire partie de vos pensées ne serait-ce qu'une fois l'an. Et je sais pour en être témoin la charge que représente le rôle d'une suzeraine, non sans mentionner les responsabilités qui vous incombent en tant qu'épouse du Régent du Royaume. Croyez-en ma vertueuse patience qui jamais ne trouvera de fin à votre égard.

Le tourbillon des événements de la Cour a su en effet trouver son chemin jusqu'au château de Castral-Roc, ma bien aimée sœur m'ayant annoncé l'arrivée prochaine du jeune Rougefort. Je connais les crimes de la traîtresse et ne peux que les condamner, et bien que j'aie conscience du bon sens de vos arguments, la séparation d'un enfant de sa famille trouve trop de mauvais échos en moi pour me faire cautionner pleinement cette décision. Ayant souffert de ce déchirement forcé et en souffrant encore aujourd'hui, je ne peux me résoudre à faire subir le même déracinement à un autre, qui plus est un petit enfant immaculé et sans défense... N'est-ce pas l'innocent que l'on châtie, au lieu de la coupable ? Mais je sais mon âme trop bonne et compatissante avec les plus faibles, mon aînée m'en faisant parfois le reproche, et je me méfie de cette bonté qui peut s'avérer néfaste à long terme. Et malgré mon élan sentimental, je me dois de me ranger à votre avis : laisser cet enfant près de sa mère, isolé dans les montagnes du Val, n'aurait pu que le pervertir et faire naître et grandir en lui la haine de nos souverains Targaryen dont nous sommes, vous et moi, des ardentes défenderesses. Bien que mon cœur saigne, ma raison salue la prévoyance de votre époux notre Régent, ainsi que son sens de la Justice et de la Sécurité du Royaume. Je sais que ma sœur Alerie saura donner un foyer à ce petit être et elle se réjouit déjà d'avoir, comme vous l'avez écrit à juste titre, un compagnon de jeux et d'armes pour son futur enfant. Grandir au sein d'une fratrie éveille les sens et ne peut être que bénéfique. Les couloirs du Roc austère résonneront bientôt de cris enfantins et je m'en réjouis d'avance, moi qui me languis de l'effervescence de la Cour de Port-Réal depuis mon retour dans les Terres de l'Ouest.

C'est d'ailleurs la raison pour laquelle je dois vous avouer être doucement peinée de l'entente de votre départ du Donjon-Rouge... Bien que je le comprenne pleinement. Il est des événements qui ne souffrent l'égoïsme, la guerre et ses incertitudes en font malheureusement partie, et votre rang vous investit de responsabilités desquelles vous ne pouvez vous détourner. L'Orage saura sans nul doute se réjouir de votre retour, quel peuple ne saurait vous offrir tout l'amour et le respect qui vous est dû, vous un être si droit et juste, généreux et aimable ? Je prierai les Sept pour le succès de la campagne du seigneur Baratheon, et pour que votre attente soit courte et récompensée du retour de l'être aimé. D'autant que vous m'annoncez la merveilleuse nouvelle de votre santé et je souhaite de tout cœur que bientôt votre ventre accueille le fruit tant désiré et qui vous a été si injustement dérobé.

Je ne connais guère la Dame Freyja Stark mais je gage que vous saurez trouver dans votre cœur la force de l'accueillir comme il se doit et lui témoigner de l'amitié si elle s'en trouve méritante. N'est-elle pas, elle aussi, une autre déracinée ballottée sur les flots tumultueux de conflits qui la dépassent ? Vous m'honorez chaque fois un peu plus de votre affection, mais je ne suis que fille de petit seigneur de campagne quand la jeune Louve est issue de suzerain au grand lignage. Cependant, je me fierai entièrement à votre jugement, ma noble Dame, et j'attends déjà avec impatience le récit de votre rencontre et de vos premières impressions.

Je m'aperçois que je semble me plaindre de votre départ du Donjon-Rouge, mais croyez bien que si j'affectionne cet endroit c'est bien parce qu'il m'a permis de faire votre noble  rencontre et de m'échapper le temps de quelques semaines du carcan pesant des Terres de l'Ouest. Je me sens parfois tel un oiseau en cage, et peut-être ai-je simplement besoin de prendre mon envol loin de ma sœur et de mon beau-frère pour trouver ma vraie place en ce monde. Le changement d'air et de rythme m'a grisée et je me rappelle avec douceur nos moments partagés, et rien ne me plairait davantage que de vous retrouver en vos terres orageoises. Je garderai précieusement à l'esprit toute l'aide que vous m'offrez si noblement et gratuitement, si d'aventure le Seigneur Lannister en viendrait à refuser mon départ. Mais si la perspective de vous rejoindre et de vous servir avec tendresse et dévotion me réjouit, je me dois d'émettre une simple demande : je ne souhaite point quitter ma sœur avant son enfantement et les premières semaines d'existence de mon neveu ou ma nièce. Je lui ai juré assistance et mon Alerie aura besoin de tout mon soutien et mon amour en cette période périlleuse de la délivrance et de la nouvelle vie... Je vous sais trop bonne pour m'en dissuader et exiger de moi un tel sacrifice. Accordez-moi le temps de préparer ma sœur à cet éventuel départ -que je souhaite de tout cœur- pour vous donnez réponse définitive à votre généreuse proposition.

Pour continuer sur le sujet de ma sœur Alerie, elle se porte bien même si la grossesse nous donne quelques frayeurs parfois, la fatigant plus que de raison et l'angoissant à certains moments. Je la rassure du mieux que je peux et je l'accompagne chaque jour de mes prières les plus pieuses et dévouées. Je lui ai transmis votre bon souvenir et elle me charge de vous assurer de ses tendres pensées, regrettant elle aussi les différends de vos époux respectifs. Elle m'assure prier pour un monde où la paix régnerait à nouveau et où les amitiés sincères pourraient s'épanouir à la lumière du jour et elle se joint à moi pour vous féliciter de votre belle santé et de l'espoir que cela engendre.

Si ma Dame dispose de quelques temps à perdre pour s'enquérir de ma benjamine, je lui en saurais gré éternellement. Mes corbeaux restent sans réponse et je crains qu'ils ne soient interceptés bien en amont de la frontière du Conflans... Je m'inquiète de ma tendre Alysane... si vous pouviez lui transmettre mon affection sans borne je ne vous en remercierai jamais assez. Vous, êtes, ma Dame, la bonté incarnée, et je ne sais comment vous remercier de tant de gentillesse à mon égard. Soyez assurée que l'accomplissement de votre bonheur fait partie intégrante de chacune de mes prières aux Sept.

Votre dévouée et humble servante,
qui n'ose se targuer du nom honorable d'amie,

Wendy Piper.










[/quote]

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •


Little sweet poison
“We are what we pretend to be, so we must be careful about what we pretend to be.”
Revenir en haut Aller en bas
 

Correspondance entre Wendy Piper & Rohanna Baratheon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Conflits entre les syndicats au sujet du CEP et des elections.
» Atelier de travail entre entrepreneurs dominicains et haïtiens
» Relations entre Politique, CIA et le Sida
» Labadie: Contrat entre l'etat haitien et la Royal Carribean
» tant que les secrets sont entre de bonnes mains [Sébastien]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
After the Conquest :: 

It shall not end until my death

 :: Tour de la Main :: Corbeaux
-