Partagez | 
 

 Correspondance entre Lord Oberyn Tyrell & la reine Rhaenys Targaryen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rhaenys Targaryen

Rhaenys Targaryen
COURONNE
■ Localisation : Au Donjon Rouge, Port-Réal
MessageSujet: Correspondance entre Lord Oberyn Tyrell & la reine Rhaenys Targaryen   Sam 3 Nov 2018 - 18:19



A Lord Oberyn Tyrell, Suzerain du Bief


Lune 4, Jour 3, An 49


Cher Lord Tyrell,

Combien de jours, de semaines et de mois écoulés depuis notre dernière entrevue ? Je me suis surprise à repenser à ce jour de mon mariage où nos chemins s'étaient croisés par un hasard que je crois provoqué, par vous ou par les Sept, qu'importe puisque la fortune fut ce jour-là de notre côté. Il me semble déjà que cette rencontre appartient à un passé si lointain qu'il ne peut se manifester que par de nostalgiques souvenirs. Le monde semble ne plus vouloir arrêter sa course et je me retrouve emportée dans ce tourbillon d'événements toujours plus terribles.

Je repense alors volontiers à ces images idylliques que vous dépeigniez de ces terres que vous appelez foyer. J'imagine la douceur de cette vie au coeur des jardins et à la légèreté de l'esprit de ceux qui peuvent s'y promener. Mon esprit n'est guère léger ces derniers temps, peut-être en avez-vous eu vent, je ne souhaite pas être celle qui vous en contera le détail car tout cela me semble irréel. Ce monde ne peut-il donc pas ressembler à celui dont vous parliez... Un monde peuplé de maisons prospères... Un royaume stable et en paix ? Moi qui ne souhaitais guère évoquer la politique me voilà à nouveau emportée par celle-ci, puisqu'elle façonne ma vie et mes jours comme les mains du potier façonnent l'argile. La politique est le tout et l'unique. La maxime est sans doute vraie pour vous également, monseigneur. Comme moi vous avez-vu votre maison, votre foyer, menacé par un loup déguisé en agneau. Comme moi vous avez appris, avec l'expérience et la trahison, que l'on ne peut être seulement homme, ou femme, que l'on est toujours suzerain ou souveraine.

Me voilà emportée à ne parler que de moi alors que ma plume avait pour but de prendre de vos nouvelles. Comment allez-vous, cher Lord Tyrell ? Les visiteurs revenant de votre belle contrée évoquent que l'été ne vous épargne guère plus que nous. Mais ils mentionnent le rayonnement de votre maisonnée. Comment se porte votre épouse, Lady Leandra ? Et vos enfants ? J'appelle pour vous de mes voeux un quotidien plus apaisé que le mien.


Recevez, monseigneur, mes amitiés sincères,
Rhaenys.








• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

If I look back I am lost
I am the blood of the dragon. I must be strong. I must have fire in my eyes when I face them, not tears. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Oberyn Tyrell

Oberyn Tyrell
BIEF
■ Localisation : Hautjardin, dans le Bief
MessageSujet: Re: Correspondance entre Lord Oberyn Tyrell & la reine Rhaenys Targaryen   Ven 4 Jan 2019 - 23:53



A Sa Très Gracieuse Majesté,

Rhaenys Targaryen,

Reine des Sept Couronnes


Lune 4, Jour 10, An 49


Lune 4, Jour 13, An 49

Très Gracieuse Majesté,

Je ne saurais vous décrire l'honneur que j'ai ressenti en contemplant le sceau du dragon sur cette missive, ni même la mine décomposée de mon mestre qui, sans nul doute, s'attendait à une nouvelle de mauvais augure en voyant le cachet de cire. J'ai été contraint de le rassurer avant de le congédier, rendez-vous compte de l'émoi que vous provoquez chez les petits provinciaux ! Vous dire que je m'attendais à cette considération serait mentir éhontément, et je remercie Vôtre Majesté de l'intérêt qu'elle me porte.

Notre rencontre fortuite mais providentielle me semble comme à vous bien loin aujourd'hui, tant le monde continue sa course effrénée sans nous octroyer le moindre répit... quoi que je ne puisse avoir l'indécence de prétendre posséder de plus lourdes charges que celles de Leurs Majestés. J'ai ouïe dire en effet des difficultés dont souffraient actuellement la capitale, vous n'êtes pas sans savoir que les rumeurs se colportent bien plus vite que le blé nourricier, et le venin est toujours plus prompt à se répandre que le remède à soigner. Il ne serait guère prudent de parler de ce sujet plus avant dans cette lettre, d'autant que je ne dispose point de tous les éléments me permettant d'avoir une vision claire et impartiale sur le problème. Et jamais je n'oserais vous en demander le détail. Je peux simplement affirmer que certains racontars me paraissent être une insulte à votre personne et votre droiture et que seuls de sottes gens peuvent adhérer à ce genre de version. Soyez assurée de ma compassion en cette période difficile... je crains qu'on ne se remette jamais totalement de la blessure infligée  par des êtres qui jouissaient de notre pleine confiance, mon agneau personnel n'ayant visiblement par terminé de déséquilibrer ma verdoyante bergerie, en lui susurrant des idées dangereuses.

La politique est malheureusement notre quotidien, nous ne pouvons échapper à nos responsabilités en tentant de l'ignorer... ou bien notre monde s'effondrerait sur ses fondations immémoriales. Cette responsabilité est un fardeau, mais également un don des Sept lorsque, enfin, après tant de luttes acharnées, nous parvenons à atteindre le but fixé. Ne désespérez point, ma Reine, le jour viendra où vous verrez votre royaume s'épanouir dans la paix et la stabilité, je crois en cet avenir autant que je crois en Leurs Gracieuses Majestés. Ce jour sera d'autant plus doux qu'il nous aura fallu nous battre avec hargne et ardeur pour le voir se lever. Et croyez bien qu'en ce fameux jour, votre loyal vassal bieffois comptera parmi vos alliés.

Vous vous enquériez de mes terres et de ma famille... Pour vous répondre, l'été ne nous épargne guère plus que les autres contrées mais nous jouissons d'une fertilité antérieure. Aussi, si l'herbe commence à se jaunir par endroit et le sol s'assécher, nous avons eu le bon sens d'engranger lors des moments de bonne productivité bon nombre de récoltes. Et nous disposons encore de quelques terres fécondes. Mais il serait temps que les Sept acceptent de se montrer plus cléments. D'autant que mes sujets continuent de s'écharper dans le Nord de la région... Mon retour à Hautjardin ne fut guère de tout repos, je vous assure, et j'ai dû commencer à recevoir les différents camps pour tenter de trouver une solution à ce conflit qui n'a que trop duré et qui s'étend de façon inquiétante. Mais j'épargnerai Sa Majesté de ces détails politiques, je me contenterai de régler cette situation.

Lady Leandra mon épouse se porte à merveille, et s'agrippe à ses enfants plus que jamais, trop bouleversée encore par les événements de l'année passée. Mon fils héritier, Brynden, grandit et s'affirme, maîtrisant l'art de la politique à merveille -ainsi que la cyvosse, en digne fils de son père-... mais moins celui du combat. J'envisage de l'envoyer quelques temps se former au contact de lord Garett Lannister, mon noble beau-frère. Il est des choses qu'un enfant doit apprendre loin de ses parents pour s'affranchir de son enfance... Quant à ma Jeyne, mon adorable fille, elle s'épanouit chaque jour telle une rose, aimant les arts et la nature, et jouant les muses avec délectation... Une véritable bieffoise dans la plus pure tradition, je suis certain qu'elle vous plairait.

Une idée vient d'ailleurs de germer dans mon esprit, en couchant ces mots sur le papier et en relisant votre missive. Lorsque les circonstances le permettront et si vous en éprouvez bien sûr le désir, accepteriez-vous de nous faire l'honneur de votre royale  présence, en notre demeure de Hautjardin ? Vous pourriez ainsi ne plus imaginer mon foyer et ses jardins restés intacts malgré le climat, mais voir tout ceci et en faire votre jugement propre. Je me ferais le devoir absolu de vous recevoir à la mode bieffoise et de vous faire oublier, ne serait-ce que l'espace de quelques jours, les troubles inhérents à votre royale charge. Et c'est le Bief tout entier qui serait honoré de recevoir sa souveraine couronnée.

Je suis et resterai votre loyal serviteur, Très Gracieuse Majesté, et vous demande d'accepter mes salutations ainsi que mon amitié sincère,


Oberyn.













• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •


   
Growing Strong
“I swear to you, sitting a throne is a thousand times harder than winning one.”
   
Revenir en haut Aller en bas
Rhaenys Targaryen

Rhaenys Targaryen
COURONNE
■ Localisation : Au Donjon Rouge, Port-Réal
MessageSujet: Re: Correspondance entre Lord Oberyn Tyrell & la reine Rhaenys Targaryen   Jeu 24 Jan 2019 - 14:28



A Lord Oberyn Tyrell, Suzerain du Bief


Lune 4, Jour 16, An 49


Cher Oberyn,

C'est avec plaisir que j'accepte cette gracieuse invitation à découvrir ce foyer dont vous m'avez longuement conté les beautés. Cela fait bien trop longtemps que je n'ai quitté la capitale pour des raisons d'agrément.

Laissons à nos maisonnées respectives le soin de régler les détails pratiques de ce voyage. Je compte sur vous, monseigneur, pour me faire découvrir ce Bief que vous aimez tant et qui a déjà su, à travers vos louanges, attiser ma curiosité.

Mes amitiés,
Rhaenys









• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

If I look back I am lost
I am the blood of the dragon. I must be strong. I must have fire in my eyes when I face them, not tears. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Correspondance entre Lord Oberyn Tyrell & la reine Rhaenys Targaryen   

Revenir en haut Aller en bas
 

Correspondance entre Lord Oberyn Tyrell & la reine Rhaenys Targaryen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le jeune lord et le dragon caché (pv Rhaenys Targaryen)
» In Noctem; Ft Oberyn
» Rhaenys Targaryen
» Rhaenys Targaryen ∾ Fire & Blood
» Conflits entre les syndicats au sujet du CEP et des elections.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
After the Conquest :: 

It shall not end until my death

 :: Tour de la Main :: Corbeaux
-