Partagez | 
 

 It's been a long time, child

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tess Baratheon

Tess Baratheon
ORAGE
MessageSujet: It's been a long time, child   Sam 9 Fév 2019 - 12:58




It’s been a long time, child
Tess & Victory

A peine lui avait-il tendu le parchemin que le soldat s’inclina, avant de faire demi tour et de refermer la porte du petit salon derrière lui. La solitude était devenue un luxe à Accalmie depuis quelques semaines, avec l’arrivée d’Aglahad Swann et des ordres qu’il portait, frappés du sceau des Baratheon et de la signature de leur suzerain. L’homme avait débarqué avec son ost prêt à la guerre, ordonnant que l’on envoie des corbeaux à tous les seigneurs -sauf les Trant, evidemment-, et annoncer la mobilisation générale : bientôt, l’Orage partirait à nouveau en guerre, et si le Cygne n’avait pas partagé les raisons de ce départ avec elle, il n’était pas difficile de le deviner : un Nord en rébellion ouverte, et Rohanna empoisonnée, Robb déchaînerait bientôt sa colère contre les Stark, ou les responsables de l’attentat contre sa famille.

S’installant dans son fauteuil habituel, la Biche Noire déplia le parchemin pour en prendre connaissance, fronçant un peu plus les sourcils à mesure qu’elle en découvrait le contenu :

Citation :
Ma très chère tante,

J’espère que cette lettre vous trouvera en bonne santé et que vous comprendrez toute l’importance de ce que j’ai à vous demander. Ce n’est plus qu’une question de semaines avant que Rohanna et moi-même ne rentrions à Accalmie. Port-Réal devient plus invivable à chaque jour qui passe, et j’ai bien peur que bientôt, ni ma présence ni mon avis n’y soient les bienvenus, aussi j’ai l’intention de quitter ces fonctions qui m’ont déjà trop coûté avant qu’il ne soit trop tard. Accalmie a toujours été l’endroit où j’aurais dû être, et il m’a fallu trop de temps, et de sacrifices, pour m’en rendre compte.

Mais il ne s’agit pas de ce que j’ai pu perdre dans cette lettre, plutôt de vous expliquer pourquoi ce que je vais vous demander est important, quand bien même vous ne l’apprécierez pas. Rohanna traverse à nouveau des épreuves que vous ne connaissez que trop bien pour l’avoir déjà soutenue dans pareilles circonstances, comme je ne doute pas que vous le ferez à nouveau, mais cette fois elle a exprimé un autre souhait, que je n’ai pas eu le coeur de lui refuser malgré l’interdit qui pèse sur son nom. Vous l’aurez compris, au moment où vous lirez ce parchemin, un autre aura atteint Gallowsgrey, ordonnant que Victory Trant se prépare à rejoindre Accalmie, et Aglahad aura déjà envoyé des hommes la chercher.

Je sais ce que cela vous coûtera, de même que j’ai conscience de raviver ainsi certaines vieilles blessures, mais je sais également que vous pourrez comprendre que je n’agis pas pour vous nuire, mais pour soigner d’autres blessures, plus récentes, à une femme que vous avez déjà si bien protégée. Aussi, en mon absence, c’est à vous que je demande de l’accueillir parmi nous, et de vous assurer qu’il lui soit offert une chambre et la considération due à une jeune fille rejoignant les dames de compagnie de sa suzeraine. J’espère, en vous écrivant ces mots, que vous saurez mettre vos rancoeurs de coté, et que vous serez pour elle la meilleure compagnie entre ces murs jusqu’au retour de sa sœur.

Nous nous reverrons bientôt, et vous comprendrez alors bien mieux l’étendue des dommages que mon départ prolongé a pu causer, et l’importance d’autant plus grande de vous savoir, comme toujours, pleinement acquise à ma cause. En attendant, soyez assurée de l’estime toujours plus grande que j’ai pour vous, et de son caractère absolu malgré ce que je vous demande aujourd’hui.

Robart Baratheon, Suzerain de l’Orage, votre neveu.

Froissant le parchemin, Tess se pinça le nez, retenant un cri de rage de manière à ne pas alerter les serviteurs qui se trouvaient sans nuls doute derrière l’une ou l’autre porte, prêts à subvenir à ses besoins. Encore une fois, on lui demandait de se sacrifier, de renoncer à une sérénité uniquement dépendante de l’absence de ceux qui l’avaient un jour conspuée, mais avait-elle seulement le choix ? Les derniers mots de Robb portaient à réflexion, et la Biche Noire commençait à se demander si la présence des Swann, ainsi que la relative prise de pouvoir d’Aglahad, ne laissait pas présager autre chose que la guerre annoncée. Dans ce contexte, et sachant que la venue de Victory n’était là que pour apaiser une sœur endeuillée, pouvait-elle réellement refuser une demande de l’homme qui, après tout, restait celui à qui elle devait obéissance ? Quoiqu’il en soit, elle n’avait pas le choix. Il ne lui restait désormais plus que quelques jours avant que ses murs ne soient brisés par la présence de son passé, et elle comptait bien en profiter, avant de devoir l’affronter.




La pluie tombait en torrent dans la cour d’Accalmie, et l’on ne pouvait voir à l’extérieur que les gardes tenant leur poste contre la météo elle-même, et quelques serviteurs courant pour la traverser afin de rejoindre une autre partie de la forteresse. Sous un auvent de bois, Tess regardait la herse exagérément grande de la porte principale se lever lentement, au rythme des efforts des gardes de la porte, tandis qu’à l’horizon un chariot escorté par une dizaine de chevaux avançait paresseusement jusqu’à la nouvelle demeure de l’occupante de celui-ci.

Il fallut encore de longues minutes avant qu’il n’arrive à sa destination, et pour que la Biche Noire ne se décide à quitter sa protection contre les éléments, seule pour accueillir la jeune fille pour qui l’un des hommes ouvrait la porte du chariot. Ainsi, sous la pluie, elle porta le premier regard qu’elle avait posé sur Victory, sur n’importe quel Trant, depuis des années durant. L’enfant avait changé, pour prendre les traits d’une jeune femme certes toujours frêle et à l’apparence craintive, mais une femme néanmoins, et si les souvenirs de la petite Victory assise sur ses genoux et de la petite fille qui venait parfois jusque dans son lit une fois l’aube levée étaient toujours présents, on ne pouvait pas nier la présence des yeux durs de son père, ou même le poids d’une éducation sans aucun doute baignée dans la haine de la veuve Baratheon, si pas de toute la famille suzeraine.

Se tenant droite, les deux mains jointes le long de sa longue robe noire, Tess s’avança vers la jeune femme, sans égard aucun pour la pluie qui ruisselait déjà dans ses cheveux. Sans animosité aucune, mais également sans sympathie, elle s’adressa à celle qui longtemps avait été sa nièce préférée, la douceur dans un monde trop rustre pour une princesse de l’Orage.

"Au nom de Robart Baratheon, suzerain de l’Orage et Régent des Sept Couronnes, je te souhaite la bienvenue, Victory. J’espère que tu as fait bon voyage ?"

made by lizzou – icons & gif by tumblr
Merci à rawr & (c) FreeSpirit
Revenir en haut Aller en bas
Victory Trant

Victory Trant
ORAGE
MessageSujet: Re: It's been a long time, child   Lun 11 Fév 2019 - 17:27


&

It's been a long time, child
Time flies like an arrow.
And it flies straight to the heart.


Lorsque Victory, lors des dernières heures de route, fit mentalement une longue liste des évènements de sa vie qui n’avaient pas été dans le sens prescris par ses calculs, elle se retrouva plus lasse encore que par la simple route parcourue. Elle n’avait pas l’habitude des chevauchées aussi longues, l’austère présence des soldats l’avaient forcée à garder un visage aussi clos que possible malgré plusieurs envies de pleurer à la fois de chagrin comme de rage. Elle avait quitté Grisgibet, et quelque part au fond de son cœur elle savait que c’était peut-être pour toujours, elle n’y reviendrait plus que comme une étrangère en terre de souvenir et c’était presque aussi terrifiant que d’arriver à Accalmie.

Car malgré son nom, il n’inspirait aucun calme à Victory, qui sentait son cœur battre à tout rompre dans sa poitrine et lui assourdir les oreilles. Malgré plusieurs tentatives de se baigner dans le bruit de la pluie pour y oublier ses blessures elle n’y arrivait décidemment pas – le pas rapide des chevaux ne la calmait pas plus. C’était définitivement peine perdue et si on ne l’entourait pas d’un cortège étouffant, coincée dans un véhicule ballottant sa figure aux sourcils froncés, elle aurait fait faire un demi-tour à sa monture, au risque de la coucher sur le sol à cause de la pluie rendant le sol glissant. Elle aurait pris ce risque pour cacher qu’elle enfant elle était encore finalement et à quel point tout cela devenait trop pour elle plus le temps avançait et plus la figure de la forteresse se rapprochait d’elle.

Elle sentait une main invisible la pousser dans le dos, elle se sentait se débattre et pourtant elle était immobile. C’était terrible, alors elle prit encore une fois dans le secret de son esprit une promesse, elle allait pouvoir enfin venger sa famille et l’affront qui lui fût fait, il fallait pour cela qu’elle souffre quelque peu, elle le devait. Elle huma l’odeur de pluie, de terre meuble et d’herbe couchée par le poids des gouttes. Elle se demandait, qui l’attendrait, si on l’attendait même d’ailleurs – mais vu son escorte il aurait été quelque peu déplacé que nul ne l’attende, malgré un éclair de fierté, la peur de l’inconnu revint encore piquer sa nuque. Elle lissa du plat de sa main sa robe brun sombre, ce n’était pas sa plus jolie mais la plus confortable et celle qu’elle aimait le mieux encore aujourd’hui, à vrai dire depuis des années la coquetterie avait abandonné son esprit retors – un esprit qui parfois se sabotait lui-même.

Au-devant elle vit une lourde herse, immense et terrifiante, se lever au gré d’une manœuvre qui la fit grimacer rien qu’à l’imaginer. Elle ferma de nouveau les yeux et ne les rouvrit que quand elle entendit cesser le cliquetis des morts et le bruit des sabots. Elle n’entendit que les boucles tinter de l’arrêt soudain et les roues grincer sous l’essieu maintenant immobile. Voilà, c’était ce terrible moment qui la hantait depuis qu’elle savait que sa venue ici était inexorable, c’était ce terrible moment qui avait peuplé cauchemars et insomnies des nuits durant. Son cœur maintenant enflé d’une multitude d’émotions lui ajouta un poids aux aiguillons de l’angoisse qui s’échinaient à lui piquer le dos dans ses moindres mouvements, l’impression désagréable la fit brièvement grimacer en même temps que des courbatures quand elle se leva enfin du chariot.

Lorsqu’elle posa ses pieds sur le sol, ses yeux bruns et durcit par l’anticipation se fracturèrent sur une haute silhouette dont elle avait loué toute la grâce et la beauté pendant des années étant enfant. Puis qu’elle avait appris à haïr, oubliant à quel point la Dame Tess Barathéon était belle, même dans les blessures qui avaient tenté de flétrir sa beauté, belle et terrible. Victory se sentit rabougrir mentalement, cherchant comme une souris une cachette – mais il n’y en avait aucune, plus de cachettes ici, plus de secrets autres que ceux de sa tête bien pleine. Entendre sa voix fit vaciller un instant des années de haine, puis elle se souvint de la missive, elle se souvint de ses espoirs et réalisa qu’encore une fois l’humiliation était au rendez-vous. Que pour l’enfoncer encore plus bas qu’elle ne l’était déjà, on la fit accueillir par la femme qu’elle avait voulut être, par son modèle, par encore aujourd’hui dans le secret de ses rêves d’enfant, la personne qu’elle avait le plus aimé en dehors de sa famille.

Que devait-elle répondre à cela finalement ? Pas grand-chose, rien d’autre que des balivernes elle le supposait, depuis la vie d’autarcie imposée par les Barathéon, elle n’avait que perdu l’habitude de parler avec ronds de jambes et grands mots. Elle eut l’envie d’éclater en sanglot, le sentit monter nouer sa gorge, mais elle l’avala – on ne l’aiderait pas, au contraire, une paranoïa s’immisça entre ses idées, on allait vouloir sa chute et son humiliation plus encore que par le passé.

❝ Je vous remercie Dame Barathéon, de m’accueillir en ces murs. J’ai en effet fait bon voyage, je vous remercie de vous en soucier Ma Dame. ❞ Le ton était plat, quelque peu balbutiant, elle avait soutenu aussi longtemps qu’elle avait pu le regard de Tess Barathéon mais ne l’avait pas pu trop longtemps, ce faisant elle préféra laisser ses yeux courir sur ses mains nouées entre elles.

L’inconnu n’était pas le pire ennemi des gens qui cheminaient dans les arcanes, le pire était la peur que cet inconnu déclenchait et alimentait, de flammes amères et sèches qui griffaient les esprits les plus courageux. Victory avait du courage, elle n’en avait pas douté, mais de la peur elle en avait aussi, et voir Tess devant elle, droite et auguste dans sa longue robe noire, avait de quoi faire vaciller la plus courageuse de ses pensées.

Voir sa prison, de pierres et de souvenirs, n’était maintenant plus seulement un cauchemar, mais une réalité.

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •


From the deepest desires often come the deadliest hate.

Revenir en haut Aller en bas
 

It's been a long time, child

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Brazava ♦ Long time no see...
» It's Been A Long Time [with Faith] (RP MIS EN PAUSE)
» MEGHAN ♔ Forever is an awfully long time
» Long time ago (Aloysia&Sebastian)
» Long time no see, eh? - Hollyham

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
After the Conquest :: 

The seven kingdoms

 :: Terres de l'Orage :: Accalmie
-